Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Mobilités : Nicolas Florian en ordre de marche

15/10/2019 | Le maire de Bordeaux a présenté ce lundi une série de mesures (plus ou moins lointaines) à prendre pour tenter d'améliorer les conditions de circulation et la mobilité à Bordeaux et au-delà.

Nicolas Florian Bordeaux

Le maire de Bordeaux a tenu ce lundi une conférence de presse au cour de laquelle il a fait plusieurs annonces de projets en cours ou à venir concernant la mobilité de l'agglomération bordelaise, à coup sûr l'un des thèmes centraux de la future campagne pour les municipales. Il y a notamment précisé plusieurs priorités pour améliorer la congestion à Bordeaux : le problème de la congestion automobile, l'amélioration des déplacements doux (il avait déjà évoqué la question, particulièrement sur les boulevards lors d'un grand entretien) et enfin la place du fleuve et de la coopération entre les territoires. On résume l'essentiel des annonces.

Nicolas Florian a ainsi évoqué plusieurs chantiers déjà en cours, dont celui de la rocade et la fin des travaux pour la transformer en deux fois trois voies. Si la fin officielle des travaux pour toutes les portions est toujours annoncée à 2022, l'actuel maire de Bordeaux ne s'interdit pas d'expérimenter une voie de plus, peut-être "dédiée aux covoiturage et au transit" ou aux liaisons de cars express, le tout en abaissant les limitations de vitesse de 70 km/h sur certains tronçons. Rappelons que la ligne TechnoBus (ou Corol 39) sera la première lors de son lancement en novembre à utiliser la bande d'arrêt d'urgence de la rocade en cas de saturation entre les sorties 12 et 13 (Elle reliera Pessac-Bersol au Haillan-Rostand en passant par l'Aéroparc et l'Aéroport de Mérignac).
L'élu a également évoqué, sans parler d'une éventuelle "taxe carbone internationale" récemment prônée par le FMI sur laquelle la Région aurait la main, une nécessaire "régulation du transit des poids lourds aux heures de pointe" avec des zones de rétention "en amont et en aval" de la rocade, dans des zones qui sont encore à définir, en concertation avec les territoires concernés. Le maire de Bordeaux a également remis sur le métier la question d'un barreau routier entre Langon et Mussidan et les échangeurs comme "une priorité des travaux à venir" (en citant notamment l'échangeur 26 vers l'A89 (Libourne), les échangeurs 15 et 26 sur l'A63 (Arcachon) et l'échangeur 17 sur l'A62 (Villenave d'Ornon).

Deux et quatre roues

Pour ce qui est des conditions de circulation dans le centre-ville, plusieurs pistes ont été avancées : une "police de la circulation" (idée déjà évoquée lors de sa rentrée politique), la mise en place d'un "outil de sensibilisation aux bonnes pratiques du partage de la rue" entre les différents modes de déplacement et informer davantage les habitants des travaux de voierie tout en s'assurant de "contrôler la qualité des travaux réaliser par les concessionnaires". Du côté des transports en commun et du réseau TBM en lui-même (dont la congestion, même pour le vice-président de la métropole délégué aux transports, ne fait plus mystère), le maire de Bordeaux souhaite s'inspirer de l'expérimentation KE'OP lancée en novembre 2018 sur la métropole bordelaise expérimentant un transport partagé à la demande, palier le retard du BHNS entre la gare Saint-Jean et Saint-Aubin-de-Médoc par un report via les lignes A et D du tram ou encore (de manière plus lointaine) connecter par une nouvelle ligne (tram ou bus) le CHU de Pellegrin au campus universitaire. 

À l'entendre, le maire de Bordeaux souhaite aussi faire changer les comportements des usagers de la route, en particulier les voitures individuelles, avec une logique assumée d'incitation plus que de sanction : stations de recharges pour véhicule à hydrogène, stationnement gratuit pour les adeptes du co-voiturage ou des véhicules électriques ou implanter de manière obligatoire des places de parking dédiées au co-voiturage dans les nouvelles constructions "de plus de 70 logements". Enfin, concernant les modes de transports en eux-mêmes, la question de la place du vélo, sans doute aidée par la hausse du nombre d'usagers et leur place grandissante en termes de part modale (15% en centre-ville de Bordeaux) n'a pas été oubliée. L'une des mesures les plus notables, c'est la volonté de doublement du nombre de kilomètres de pistes cyclables d'ici à 2025 (36 kilomètres aujourd'hui) ou la sécurisation des pistes déjà existantes sur les boulevards. L'autoroute du vélo mise en place cours du Maréchal Juin compte bien faire des petits, avec l'idée d'aménager des "super pistes cyclables" sur certains axes, notamment le long des cours et entre la gare et la place de la Victoire. Sur des ambitions moins lointaine, on trouve également la volonter d'améliorer l'aménagement et les équipements de stationnement des vélos (arceaux) en plusieurs endroits, notamment du côté de la gare, des Quinconces ou de la place Stalingrad. Pour fin 2019, il est également prévu des espaces de stationnement pour vélos dans les parkings et sur l'espace public et un renforcement du marquage au sol des pistes. Coût estimé des travaux : vingt millions d'euros.

Fleuve et territoires

En se tournant vers le fleuve et (un peu) vers la rive droite, les propositions ont vu émerger le souhait de deux nouveaux types de navettes fluviales pour renforcer les BatCub : l'une de même capacité et l'autre plus importante (entre 100 et 150 passagers) ainsi que de nouveaux pontons et parkings relais de rabattement (à Bègles, Villenave d'Ornon et Blanquefort). Nicolas Florian a également précisé qu'une étude allait être lancée et un "plan fleuve" présenté prochainement pour une facture chiffrée pour l'instant à 27 millions d'euros. Les travaux du pont Simone Veil n'ont pas encore repris, mais le maire envisage déjà un nouveau pont reliant Bassens à Bordeaux-Nord, dont l'un des objectifs serait de décongestionner le pont d'Aquitaine et qui pourrait être livré, si la décision est rapide, en même temps que le pont Veil. Enfin, il ne balaie pas d'un revers l'idée d'un téléphérique, évoqué l'an dernier lors d'une conférence dans le cadre de Bordeaux 2050 par plusieurs maires, notamment de la rive droite (et dernièrement par le maire de Bassens, Jean-Pierre Turon). 

Enfin, l'élu bordelais a accordé une part assez importante de son discours à la "logistique urbaine" et ouvert l'amélioration des transports à un territoire plus vaste que celui de la métropole : aires de livraison (par la route ou le fleuve), nouveaux cars express venant renforcer la première ligne inaugurée il y a peu entre Créon et Bordeaux en ajoutant des lignes vers Lesparre, Libourne, Blaye ou encore Arcachon, une cartographie et un ticket unique à l'échelle départementale (pour rappel, l'agence régionale Modalis envisage de faire la même chose sur un titre de transport unique à l'échelle régionale) ou encore réactiver le réseau de ceinture en activant, pour de bon cette fois, le RER désormais "girondin". Un dossier sur lequel le futur candidat à sa propre succession n'a bien entendu pas totalement la main (de même que pour la rocade, l'État doit légiférer), il reste encore a établir un schéma définitif avec la SNCF. Si toutes les annonces (qui ressemblaient tout de même beaucoup à la première marche d'un programme électoral pour Nicolas Florian) de cette conférence de presse ne sont pas prévues pour tout de suite, certaines, comme la "police de la circulation" censée réguler le trafic aux heures de pointes ou l'annonce d'un "plan fleuve" , sont attendues avant 2020.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7426
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !