Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Interview - Jean-Paul Duret président de Limoges Métropole: « Mon objectif est de laisser à mes successeurs des dossiers carrés »

07/01/2020 | La Communauté urbaine: "Une manne financière supplémentaire et davantage de compétences"

Jean-Paul Duret, président de Limoges Métropole

Président de la Communauté Urbaine Limoges Métropole et maire de Panazol, Jean-Paul Duret a succédé le 1er mars 2019 à Gérard Vandenbroucke à la tête de Limoges Métropole, un intérim de quelques mois avant son retrait de la vie politique. A l'aune de son départ, il revient sur les actions menées et espère que ses successeurs poursuivront le construction de la nouvelle communauté urbaine, portée dans la douleur sur les fonds baptismaux voilà un an.

@qui : La construction politique de la Communauté urbaine a été longue et compliquée, quel bilan tirez-vous un an après sa création ? A-t-elle trouvé sa vitesse de croisière ?

Jean-Paul Duret : Je ne sais pas si la Communauté Urbaine a trouvé sa vitesse de croisière mais le principal est d'y être passé, même si on peut regretter le temps perdu. Aujourd'hui, cela nous apporte une manne financière supplémentaire et davantage de compétences par rapport à la Communauté d'Agglomération. Le climat s'est apaisé avec le mode de gouvernance que nous avons mis en place, la première vice-présidence étant occupée par le premier adjoint de la Ville de Limoges. Cela a amené un certain équilibre, c'était une demande de la Ville. La construction de l'Agglo s'est faite dans des conditions particulières. Après la défaite d'Alain Rodet aux municipales de 2014, personne n'était préparé, d'un côté comme de l'autre, à prendre les rênes de cette nouvelle agglomération. Nous récoltons maintenant les fruits du travail mené avec Gérard Vandenbroucke durant cinq ans. Limoges Métropole a son autonomie et son indépendance. Certes, la Ville de Limoges est la plus grande des vingt communes mais, au même titre qu'Aureil, elle appartient à l'EPCI. Il n'y a plus de mélange des genres sur la direction de l'EPCI qui a son président, sa direction des ressources humaines, ses services juridiques. La conférence des maires que nous avons mise en place s'est ainsi réunie deux fois. Pour le prochain mandat, l'enjeu sera de mutualiser un certain nombre d'actions. Mon objectif est de laisser à l'équipe qui arrivera des dossiers « carrés ». A trois mois de l'échéance, je ne vais pas engager mes successeurs dans des opérations qui nécessitent un choix partagé.

@aqui :  Des projets avancés ont enfin abouti, pouvez-vous en citer quelques uns ? Qu'en est-il du transfert de compétences ?

Jean-Paul Duret :  Nous avons avancé sur les projets majeurs de la mandature à commencer par le BHNS, le Bus à Haut Niveau de Service. C'est le cas aussi pour la ceinture maraîchère qui est importante pour l'agglomération. Voilà un acte fort de revalorisation de notre territoire car le maraîchage était autrefois très présent autour de Limoges. La Communauté Urbaine a également obtenu le transfert de nouvelles compétences, par exemple, la gestion de l'eau. Les liens se sont également renforcés avec l'Université sur des projets qui vont naître à la technopole ESTER, notamment le regroupement d'écoles d'ingénieurs ou la participation à un Datacenter. Nous avons subventionné un Diplôme Universitaire insertion. Concernant le développement économique, nous sommes dans la logique « Territoires d'Industrie » avec une charte qui a défini des axes de travail. Des industriels en portent certains comme Texelis et Bernardaud. Legrand va être partie prenante en apportant son savoir-faire en matière de recherche.

@aqui : Quelle est votre perception de la Région et comment Limoges Métropole se positionne-t-elle dans ce vaste territoire ?

Jean-Paul Duret : Bordeaux est loin, nous ne voyons pas Alain Rousset tous les jours, c'est moins pratique. L'effet le plus positif est à mon sens l'investissement de la Région sur la formation professionnelle, même si ce n'est pas l'une de nos compétences. J'espère que cela répondra aux attentes des industriels qui manquent cruellement de main d'oeuvre qualifiée. L'aménagement du territoire est une autre problématique avec la Région. Pour la RN 147, nous avons déjà mis cinq millions sur la table et on va nous en demander encore plus. Il faut que le projet se fasse soit avec des travaux sur la route actuelle, soit avec une autoroute concédée. Concernant le ferroviaire, nous finançons avec le Grand Angoulême une étude sur la liaison Limoges-Angoulême pour rattraper la LGV à Angoulême. Elle pourrait se faire plus rapidement que la N147 pour prendre le TGV à Poitiers. La Région est aussi un partenaire privilégié pour « Territoires d'Industrie » et l'organisation du tourisme, nous avons un important contrat de solidarité et d'attractivité afin de financer des actions. Le label French Tech a également apporté un plus à l'agglomération en terme d'attractivité. Dernièrement, Safran Oerlikon a signé une convention pour s'implanter à ESTER dans le but de mener une réflexion sur le traitement de surface céramique appliqué aux avions.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3711
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !