Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Municipale à Bordeaux : Pierre Hurmic dénonce un "retard abyssal" sur l'écologie

16/01/2020 | Le candidat de la liste Bordeaux Respire (rassemblant les écologistes et la gauche), Pierre Hurmic, a présenté ce jeudi 50 propositions qui figureront dans son programme électoral.

Hurmic Bordeaux 2020

Les premiers sursauts locaux de cette campagne des municipales 2020 nous le prouvent : l'écologie n'est plus une chasse gardée. L'offensive insistante du maire de Bordeaux, Nicolas Florian, ce mardi au théâtre Fémina, confirme si besoin était qu'elle sera l'un des thèmes de campagne majeurs des différents candidats. La réponse des écologistes au discours de Nicolas Florian était attendue : elle n'a pas traîné. Ce jeudi, Pierre Hurmic a convoqué la presse pour présenter les points phares des 50 premières propositions de son futur programme, qui sera mis en ligne dans son intégralité dans les prochains jours. Il a introduit son discours par un petit hommage appuyé au maire de Bordeaux.

"Je veux remercier Nicolas Florian pour sa contribution à promouvoir l’écologie comme le thème numéro un de son programme électoral. J'en tire deux conclusions (...) : notre retard en la matière est abyssal. Plus on parlera d’écologie, plus les électeurs se tourneront vers ceux qui en parlent avec sincérité et détermination depuis des années, et non vers des néo-prosélytes de circonstance. Il est vrai que jusqu’à présent nous prêchions dans le désert mais, comme le désert avance, on commence à être entendus", a ainsi débuté Pierre Hurmic, avec à ses côtés Emmanuelle Ajon pour porter les couleurs d'une union de la gauche, dans laquelle l'arrivée de Vincent Feltesse n'est "pas à l'ordre du jour. C'est une liste de rassemblement ouverte à tous. Beaucoup de propositions faites par Vincent Feltesse sont parfaitement compatibles avec les nôtres, il y a des affinités. Si des candidats sont dans la nature, ça tombe bien, nous sommes écologistes", a ironisé le candidat vert.

Sans dévoiler la teneur complète de sa liste, Pierre Hurmic compte rester sur les premiers indices qu'il a donnés en fin d'année, ceux visant à présenter 50% de candidat(e)s citoyen(ne)s "n'ayant jamais appartenu à un parti politique". On a également appris qu'Emmanuelle Ajon serait en sixième position sur la future liste, quand la militante Camille Chopin assurera la seconde position. Au moment d'évoquer la concurrence, le candidat écologiste, au coude à coude avec Nicolas Florian dans les sondages, n'a pas été avare en formules : "ils veulent nous couper l’herbe sous le pied, ils n’y arriveront pas. Ils ignorent que le terreau qui fertilise nos convictions est plus fécond que le gazon artificiel qui supporte les leurs", a-t-il notamment scandé, critiquant par la même une "prise de conscience tardive. Je pourrai multiplier les exemples de projets proposés ces dernières années par les écologistes, ignorées, méprisées, ou violemment combattues, et qu’on voit aujourd’hui surgir de la besace programmatique du candidat Florian. Je ne leur fais aucune confiance pour appliquer demain une politique écologique qu’ils combattaient âprement hier". 

Contrôle et jardins

Pour ce qui est du programme en lui-même, il se décline autour de trois thématiques : "adapter la ville" (écologie), "renforcer les liens" (social) et oxygéner la démocratie". Parmi les propositions sur lesquelles le candidat a insisté, on trouve une volonté de suivre les vœux de la préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, qu'il interprète comme un "constat d'échec du pouvoir central", en "cessant toute artificialisation des sols. Seuls les sites déjà urbanisés seront constructibles". Cela passera par une réécriture du Plan Local d'Urbanisme pour y intégrer la création d'îlots de fraîcheur, de jardins partagés (des idées déjà entendues mardi soir) mais aussi un concept arrivant tout droit des Pays-Bas, celui de microforêts urbaines "de 200 mètres carrés dans tous les quartiers". Les promesses évoquent aussi une désimperméabilisation des sols, des rues et des écoles, un million d'euros par an dédié à la lutte contre la précarité énergétique ou encore une "nouvelle économie dédiée au fleuve", avec le développement des transports fluviaux pour les habitants mais aussi les vélos et les déchets. Sur ces derniers, Pierre Hurmic a évoqué la mise en place d'une redevance incitative. 

Côté social, l'élu parle de la mise en place rapide d'un "service public municipal de l'habitat" pour assurer un contrôle pour les locataires et propriétaires, notamment par rapport à la location saisonnière, et accompagner les logements coopératifs et les baux réels solidaires, en envisageant qu'une structure municipale (un Organisme Foncier Solidaire) se porte garant du paiement des loyers des locataires les plus fragiles. "On souhaite aussi mobiliser les 11 000 logements vacants de Bordeaux et lutter contre l'habitat insalubre en instaurant une autorisation de louer". Pierre Hurmic parle aussi de "quartiers apaisés", au travers desquels il faut comprendre une circulation de la voiture réduite et des équipements -squares, bancs, arbres, fontaines, boxes à vélos- dans certains quartiers qui serviront de "test". On retrouve dans ces propositions l'idée d'une "carte" permettant de bénéficier de tarifs de services publics (transport, culture) "en fonction des revenus", autrement dit une tarification solidaire comme elle tarde à venir du côté du réseau TBM. "Je ne suis pas favorable à la gratuité des transports, d'abord parce qu'elle capterait beaucoup de gens qui d'ordinaire marchent à pied et ensuite parce que le réseau est déjà saturé. Ce système aurait une visée sociale et serait plus juste". La lutte contre la pollution de l'air s'est aussi trouvée une petite place. La réponse au problème : au moins 50% de l'espace urbain consacré aux piétons et aux vélos, pour lesquels le "plan vélo" voté par la métropole serait alors multiplié par cinq en termes budgétaire, soit "350 millions d'euros sur six ans". Pour rappel, ce dernier représentait 70 millions d'euros sur la période 2017-2020. 

Extrémisme VS Pragmatisme

Le dernier effort évoqué par Pierre Hurmic ce jeudi a été démocratique. "Il n'y a pas de climat de concertation, pas de participation dans cette ville. Nous avons imposé à Alain Juppé le budget participatif, ce n'était pas dans leurs gênes". Pour les écologistes et la gauche bordelaise, ce budget devrait être multiplié par deux et de nouvelles propositions devraient tendre vers une participation accrue : "assises du pouvoir partagé" dans les mois suivant l'élection "pour se concerter sur la façon dont la ville pourrait être apaisée", inscription de questions et pétitions citoyennes à l'ordre du jour du conseil municipal "à partir de 4000 signatures", référendum d'initiative locale "pour les projets majeurs", "conseil citoyen du temps long" ou encore création d'un budget participatif dédié à chacun des quartiers de Bordeaux. Côté gauche, on assure qu'aucune concession n'a été faite sur les propositions formulées. "C'est une aventure commune. On n'a pas voulu faire de "primaire", ce qui est une grosse avancée. Nous n'avons pas non plus opéré un effacement de nos valeurs", a ainsi souligné Emmanuelle Ajon tout en insistant sur certains thèmes tels que l'équité territoriale, la sérénité urbaine et ses "brigades de sécurité territoriales", anticipant quelques absents notables des axes phares qui seront, l'assure Pierre Hurmic, présents dans le programme final, fiscalité, économie et sécurité en tête. Sur la première toutefois, la promesse passe par une absence de hausse, une "vision sobre" et un "audit" pour mesurer les réelles capacités financières de la ville. 

L'opposant à Nicolas Florian a assuré qu'il "ferait tout pour casser ce système de cogestion à la métropole pour qu'elle ne soit plus un simple club de maires. Un vice-président à l'équilibre des territoires aurait du sens. La course à la ville attractive, c'est une fabrique à gilets jaunes". Questionné sur "l'aspect coercitif" de son programme que la droite n'hésite pas à qualifier d'"extrémisme", le chef de file d'EELV à Bordeaux l'assure : "notre vision n'est pas punitive, elle est pragmatique". Ce pragmatisme doit encore être mis à l'épreuve. Il le sera au travers de plusieurs réunions publiques programmées en janvier et février dans chacun des quartiers de Bordeaux, notamment un "forum de campagne" en guise de temps fort le 29 janvier prochain à l'Athénée Municipal.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4120
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Sophie Borderie Présidente du CD47 Politique | 02/04/2020

« Notre société tient par la base, par la solidarité » Sophie Borderie, présidente du CD47

Parlement européen Politique | 01/04/2020

Tribune libre - Jean-Michel Arrivé: Crise sanitaire : pour une plus grande solidarité européenne

Anglet marché vignette Politique | 01/04/2020

Anglet: la Ville aux sept villages renforce ses liens face au Covid-19

SNCF 2017 Politique | 31/03/2020

La Région Nouvelle-Aquitaine au chevet de la ligne Limoges-Brive

Jean Luc Gleyze, président du département de la Gironde Politique | 26/03/2020

Gironde: Jean-Luc Gleyze, le président du Département demande aux citoyens une mobilisation collective pour "résister" au Covid-19

Fronton de la mairie de Saint-Macaire, en Gironde Politique | 18/03/2020

MAJ DU 20/03/20 - 30 000 conseils municipaux s'apprêtent malgré tout à élire leur maire (ou pas)

Macron 16 mars 2020 Politique | 16/03/2020

Coronavirus : l'essentiel des annonces

Mairie Agen Politique | 16/03/2020

1er tour en Lot-et-Garonne : Jean Dionis réélu haut la main à Agen, Patrick Cassany et Daniel Benquet en ballotage défavorable à Villeneuve/Lot et Marmande

municipales Gironde Politique | 16/03/2020

Municipales en Gironde : Bordeaux divisée, premier bilan contrasté et forte abstention

illustration élections municipales Politique | 16/03/2020

Pyrénées-Atlantiques : Du suspens et des surprises à l'issue du premier tour des municipales

La Rochelle Politique | 16/03/2020

Charente-Maritime : vers une triangulaire ou un duel serré à La Rochelle

Carte électorale Politique | 16/03/2020

Angoulême reste à droite, 2nd tour serré ailleurs

aaaa Politique | 16/03/2020

Municipales dans la Vienne. Une triangulaire à Poitiers et Abelin élu dès le 1er tour

Election à Limoges Politique | 16/03/2020

L’abstention grand vainqueur en Haute-Vienne avec 57,27%

Politique | 16/03/2020

Landes : Dax repasse à droite, Dayot rempile à Mont-de-Marsan