Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Municipales à Bordeaux : Nicolas Florian partisan de la sobriété

16/12/2019 | Ce lundi 16 décembre, le maire de Bordeaux et a endossé, pour la première fois de manière officielle, son "chapeau" de candidat aux prochaines municipales de mars.

Nicolas Florian Bordeaux

Le maire sortant de Bordeaux a pris la parole pour la première fois ce lundi 16 décembre en tant que candidat à sa propre succession en mars prochain. À quelques mois de l'échéance, s'il n'a pas choisi cette séquence pour présenter les premières mesures d'un programme encore en cours de finalisation, il a tout de même donné quelques grandes lignes directrices, autant sur la philosophie générale que sur la forme de la future liste, composée à "environ 50% voire plus, de renouvellement". Ses engagements, il les détaille d'ailleurs, tout comme ses soutiens, dans une "lettre aux bordelais(es) qui devrait bientôt envahir les boîtes aux lettres. On vous résume le ton général.

Après avoir eu droit à un "campagne : mode d'emploi" par une partie de son équipe de campagne (composée d'adjoints et de deux nouvelles recrues, une séquence à retrouver ici), on attendait la première prise de parole officielle de Nicolas Florian dans la peau du candidat aux municipales. C'est désormais chose faite : ce lundi 16 décembre, le maire a présenté sa philosophie et les grandes lignes directrices qu'il comptait suivre pour les années à venir. Si on ne vous refera pas le coup de vous énumérer les quatre grands axes d'un futur programme qui ne sera pas dévoilé avant courant janvier, évoquons quelques tendances.

Celle de la suite dans les idées, d'abord. "Je m'inscris dans la continuité de ce qui a été engagé depuis 2014 par Alain Juppé et des quelques marqueurs que j'ai pu poser depuis un an. L'ambition du maire de Bordeaux et de sa future équipe, c'est d'avoir pour objectif une ville plus humaine. Une ville où il y a du lien. Il y a une attende des citoyens d'être plus écoutés" a répété l'ancien adjoint aux finances d'Alain Juppé. "Cette ville s'est transformée, nous devons maintenant la façonner et aller voir derrière les murs ce qui se passe pour associer nos concitoyens à la décision publique". Le tout autour d'un projet "réaliste et tenable : en ayant été adjoint aux finances, je connais les moyens dont on dispose et je sais comment utiliser au mieux l'argent public", a poursuivi le candidat.

Confiance et sobriété

Le crédo de Nicolas Florian, en plus du bilan conjoint déjà présenté, c'est celui de la "confiance". C'est d'ailleurs par la phrase "Faisons-nous confiance" qu'il termine sa "lettre aux bordelais", que ces derniers devraient recevoir très bientôt dans leur boite aux lettres. Le deuxième axe fort, c'est celui de la sobriété. "Je veux d'une ville sobre et économe de ses ressources. Cette sobriété, il en avait d'ailleurs été question lors d'un précédent conseil municipal concentré sur le vote des taux dans lequel Nicolas Florian, à cheval entre le fauteuil de candidat et celui de maire, avait promis que les impôts n'augmenteraient pas durant le prochain mandat. Interrogé sur les propositions qu'il comptait faire en ce sens, le maire préfère nous orienter vers une philosophie sans réelles mesures.

"En six ans, Bordeaux a perdu 108 millions de dotation de l'État. Cela nous a imposé un peu de rigueur dans la gestion de l'argent public, on l'a fait. On a beaucoup investi (100 millions d'euros par an en moyenne, 41 millions d'euros d'aides aux associations). On a réussi, la ville a une situation financière saine. C'est pour ça que j'ai annoncé, lors du dernier vote des taux, une baisse d'1% de la taxe foncière. On va essayer de continuer cette marche. Je ne sais pas si on sera capable d'enclencher encore une baisse, pour 2020 peut-être, mais au moins l'idée est de ne pas l'augmenter. La politique tarifaire sur les services au public, elle, ne bougera pas. Cette sobriété sera notre ligne pour les années qui viennent. Quand on a signé avec l'État le contrat de Cahors (limitant la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2%), c'était presque frustrant parce qu'on a des moyens un peu contraints. Ça nous a permis de désendetter un peu plus la ville et de faire un effort sur l'investissement. On a les moyens financiers, le tout c'est de bien les utiliser". 

Renouveler la continuité

Sur la forme enfin, on en sait désormais un peu plus sur le visage de la future liste, même si tous les membres qui la composeront ne sont pas encore connus. L'objectif de la liste Florian (dévoilé quelques semaines après le départ d'anciens adjoints historiques, tels que Jean-Louis David) : 50% de renouvellement. "Je n'ai pas encore fixé de seuil mais je vois ce qui se passe dans d'autres villes. Renouveler la moitié, c'est bien. Ça peut être un peu plus. L'important, c'est la qualité de ce renouvellement. Ils doivent donner l'image d'une cohésion et d'une même ambition pour notre territoire. Je ne suis pas pour un excès de jeunisme, je veux des gens d'expérience qui connaissent les dossiers et des nouveaux qui ont un peu d'exaltation. Toute une génération d'élus m'ont dit qu'ils aspiraient à un peu de repos. Il faut nécessairement renouveler, c'est une question générationnelle". Pour autant, les quelques 200 soutiens déjà listés dans la lettre de Nicolas Florian aux bordelais(es) sont loin d'être tous des inconnus. La première citée est même Isabelle Juppé, la propre femme de l'ancien maire de Bordeaux. "C'est le témoignage d'une continuité et d'une amitié. On a des liens particuliers, c'est un peu de la famille. L'enjeu, c'est que cette transition soit réussie et qu'on s'appuie aussi sur le passé pour regarder l'avenir. Isabelle animera les réflexions, elle fera des propositions et elle apportera un regard sur la vie bordelaise. C'est un peu un trait d'union entre Alain Juppé et moi". 

Restait encore un doute sur la couleur à donner à cette liste. L'affichage du nouveau local de campagne, en bleu clair, donnaît déjà un petit indice : pas question de se ranger derrière LR où dans une case "divers droite". Au vu de son actuel premier adjoint (le centriste Fabien Robert), tout semble logique. Mais Nicolas Florian a justifié, face aux questions insistantes : "je ne m'implique plus dans l'appareil politique, je suis maire de Bordeaux à 100%. Je ne vais pas prendre d'étiquette. Beaucoup de gens n'ont pas la même. Mon enjeu, c'est de rassembler et de fédérer des gens qui n'ont pas nécessairement les mêmes choix partisans sur d'autres élections, notamment au travers d'Esprit Bordeaux (mouvement lancé par les proches adjoints d'Alain Juppé pour anticiper sa réélection, appareil désormais utilisé pour la camapgne de Nicolas Florian) où on retrouve différentes sensibilités. Je ne serai jamais sous la tutelle d'un parti politique. L'actualité nous le prouve : je ne suis plus persuadé que l'organisation d'aujourd'hui autour des partis soit l'avenir de la vie démocratique de ce pays". "Nous aussi, nous allons transformer la ville, on va continuer cette métamorphose avec des objectifs chiffrés, ambitieux. On va accompagner cette transformation sans faire de révolution ni faire table rase du passé. Ces transitions sont fortes, et elles doivent être rapides", a rajouté la coordinatrice du programme Julia Mouzon. Le changement dans la continuité, on peut dire que le ton est donné...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6428
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Photo d'illustration urne vote élection Politique | 22/06/2021

Elections régionales : Ni accord, ni fusion de listes en vue du second tour

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 21/06/2021

Régionales : Rousset en tête, EELV avance, le RN recule, droite et centre s'évitent... Demain quelles alliances ?

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 21/06/2021

Départementales dans les Pyrénées-Atlantiques : entre abstention, prime aux sortants et progression d'EH Bai

Les conseillers départementaux de la Gironde dans l'hémicycle Politique | 21/06/2021

Départementales en Gironde : les sortants plébiscités, Jean-Luc Gleyze réélu au premier tour

Il faut un sursaut de participation dimanche prochain Politique | 21/06/2021

Départementales en Dordogne : la prime aux sortants

Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 20 juin 2021 Politique | 21/06/2021

Élections départementales dans la Vienne : la majorité départementale en ballottage favorable

Carte électorale Politique | 21/06/2021

Aucun candidat élu aux Départementales en Haute-Vienne, abstention record

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 16/06/2021

Elections régionales: Quels candidats pour quelles compétences ?

La gauche espère conserver la majorité à l'assemblée départementales Politique | 15/06/2021

Départementales en Dordogne : la gauche espère conserver la majorité

Illustration urne Politique | 15/06/2021

Elections départementales en Charente : la droite mise sur ses têtes d'affiche

Les candidats rochelais issus du parti du maire Jean-François Fountaine, présenté le 29 avril Politique | 14/06/2021

Départementales en Charente-Maritime : on reprend (presque) les mêmes…

Le politologue Jean Petaux Politique | 14/06/2021

Départementales en Gironde: "Si instabilité il doit y avoir, elle sera plutôt à Bordeaux qu’en zone rurale" selon le politologue Jean Petaux

Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques Politique | 11/06/2021

Pyrénées-Atlantiques : l'union droite-centre, déjà en route pour le second tour des Départementales ?

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne Politique | 11/06/2021

Elections départementales : Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois

Présentation du nouveau site internet de Limoges Métropole Politique | 03/06/2021

Limoges Métropole se dote d'un nouveau site Internet