Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Municipales à Bordeaux : Nicolas Florian partisan de la sobriété

16/12/2019 | Ce lundi 16 décembre, le maire de Bordeaux et a endossé, pour la première fois de manière officielle, son "chapeau" de candidat aux prochaines municipales de mars.

Nicolas Florian Bordeaux

Le maire sortant de Bordeaux a pris la parole pour la première fois ce lundi 16 décembre en tant que candidat à sa propre succession en mars prochain. À quelques mois de l'échéance, s'il n'a pas choisi cette séquence pour présenter les premières mesures d'un programme encore en cours de finalisation, il a tout de même donné quelques grandes lignes directrices, autant sur la philosophie générale que sur la forme de la future liste, composée à "environ 50% voire plus, de renouvellement". Ses engagements, il les détaille d'ailleurs, tout comme ses soutiens, dans une "lettre aux bordelais(es) qui devrait bientôt envahir les boîtes aux lettres. On vous résume le ton général.

Après avoir eu droit à un "campagne : mode d'emploi" par une partie de son équipe de campagne (composée d'adjoints et de deux nouvelles recrues, une séquence à retrouver ici), on attendait la première prise de parole officielle de Nicolas Florian dans la peau du candidat aux municipales. C'est désormais chose faite : ce lundi 16 décembre, le maire a présenté sa philosophie et les grandes lignes directrices qu'il comptait suivre pour les années à venir. Si on ne vous refera pas le coup de vous énumérer les quatre grands axes d'un futur programme qui ne sera pas dévoilé avant courant janvier, évoquons quelques tendances.

Celle de la suite dans les idées, d'abord. "Je m'inscris dans la continuité de ce qui a été engagé depuis 2014 par Alain Juppé et des quelques marqueurs que j'ai pu poser depuis un an. L'ambition du maire de Bordeaux et de sa future équipe, c'est d'avoir pour objectif une ville plus humaine. Une ville où il y a du lien. Il y a une attende des citoyens d'être plus écoutés" a répété l'ancien adjoint aux finances d'Alain Juppé. "Cette ville s'est transformée, nous devons maintenant la façonner et aller voir derrière les murs ce qui se passe pour associer nos concitoyens à la décision publique". Le tout autour d'un projet "réaliste et tenable : en ayant été adjoint aux finances, je connais les moyens dont on dispose et je sais comment utiliser au mieux l'argent public", a poursuivi le candidat.

Confiance et sobriété

Le crédo de Nicolas Florian, en plus du bilan conjoint déjà présenté, c'est celui de la "confiance". C'est d'ailleurs par la phrase "Faisons-nous confiance" qu'il termine sa "lettre aux bordelais", que ces derniers devraient recevoir très bientôt dans leur boite aux lettres. Le deuxième axe fort, c'est celui de la sobriété. "Je veux d'une ville sobre et économe de ses ressources. Cette sobriété, il en avait d'ailleurs été question lors d'un précédent conseil municipal concentré sur le vote des taux dans lequel Nicolas Florian, à cheval entre le fauteuil de candidat et celui de maire, avait promis que les impôts n'augmenteraient pas durant le prochain mandat. Interrogé sur les propositions qu'il comptait faire en ce sens, le maire préfère nous orienter vers une philosophie sans réelles mesures.

"En six ans, Bordeaux a perdu 108 millions de dotation de l'État. Cela nous a imposé un peu de rigueur dans la gestion de l'argent public, on l'a fait. On a beaucoup investi (100 millions d'euros par an en moyenne, 41 millions d'euros d'aides aux associations). On a réussi, la ville a une situation financière saine. C'est pour ça que j'ai annoncé, lors du dernier vote des taux, une baisse d'1% de la taxe foncière. On va essayer de continuer cette marche. Je ne sais pas si on sera capable d'enclencher encore une baisse, pour 2020 peut-être, mais au moins l'idée est de ne pas l'augmenter. La politique tarifaire sur les services au public, elle, ne bougera pas. Cette sobriété sera notre ligne pour les années qui viennent. Quand on a signé avec l'État le contrat de Cahors (limitant la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2%), c'était presque frustrant parce qu'on a des moyens un peu contraints. Ça nous a permis de désendetter un peu plus la ville et de faire un effort sur l'investissement. On a les moyens financiers, le tout c'est de bien les utiliser". 

Renouveler la continuité

Sur la forme enfin, on en sait désormais un peu plus sur le visage de la future liste, même si tous les membres qui la composeront ne sont pas encore connus. L'objectif de la liste Florian (dévoilé quelques semaines après le départ d'anciens adjoints historiques, tels que Jean-Louis David) : 50% de renouvellement. "Je n'ai pas encore fixé de seuil mais je vois ce qui se passe dans d'autres villes. Renouveler la moitié, c'est bien. Ça peut être un peu plus. L'important, c'est la qualité de ce renouvellement. Ils doivent donner l'image d'une cohésion et d'une même ambition pour notre territoire. Je ne suis pas pour un excès de jeunisme, je veux des gens d'expérience qui connaissent les dossiers et des nouveaux qui ont un peu d'exaltation. Toute une génération d'élus m'ont dit qu'ils aspiraient à un peu de repos. Il faut nécessairement renouveler, c'est une question générationnelle". Pour autant, les quelques 200 soutiens déjà listés dans la lettre de Nicolas Florian aux bordelais(es) sont loin d'être tous des inconnus. La première citée est même Isabelle Juppé, la propre femme de l'ancien maire de Bordeaux. "C'est le témoignage d'une continuité et d'une amitié. On a des liens particuliers, c'est un peu de la famille. L'enjeu, c'est que cette transition soit réussie et qu'on s'appuie aussi sur le passé pour regarder l'avenir. Isabelle animera les réflexions, elle fera des propositions et elle apportera un regard sur la vie bordelaise. C'est un peu un trait d'union entre Alain Juppé et moi". 

Restait encore un doute sur la couleur à donner à cette liste. L'affichage du nouveau local de campagne, en bleu clair, donnaît déjà un petit indice : pas question de se ranger derrière LR où dans une case "divers droite". Au vu de son actuel premier adjoint (le centriste Fabien Robert), tout semble logique. Mais Nicolas Florian a justifié, face aux questions insistantes : "je ne m'implique plus dans l'appareil politique, je suis maire de Bordeaux à 100%. Je ne vais pas prendre d'étiquette. Beaucoup de gens n'ont pas la même. Mon enjeu, c'est de rassembler et de fédérer des gens qui n'ont pas nécessairement les mêmes choix partisans sur d'autres élections, notamment au travers d'Esprit Bordeaux (mouvement lancé par les proches adjoints d'Alain Juppé pour anticiper sa réélection, appareil désormais utilisé pour la camapgne de Nicolas Florian) où on retrouve différentes sensibilités. Je ne serai jamais sous la tutelle d'un parti politique. L'actualité nous le prouve : je ne suis plus persuadé que l'organisation d'aujourd'hui autour des partis soit l'avenir de la vie démocratique de ce pays". "Nous aussi, nous allons transformer la ville, on va continuer cette métamorphose avec des objectifs chiffrés, ambitieux. On va accompagner cette transformation sans faire de révolution ni faire table rase du passé. Ces transitions sont fortes, et elles doivent être rapides", a rajouté la coordinatrice du programme Julia Mouzon. Le changement dans la continuité, on peut dire que le ton est donné...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5530
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !