Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/07/20 : Philippe Monguillot, le chauffeur de Chronoplus sauvagement agressé dimanche s'en est allé en milieu d'après-midi pour son dernier voyage, entouré de sa famille. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait se rendre à Bayonne ce samedi.

10/07/20 : Les inscriptions aux transports scolaires en Nouvelle-Aquitaine sont ouvertes. N'attendez pas car jusqu'au 20 juillet, les frais de dossier sont offerts. Passée cette date, 15 euros de frais de dossier sont facturés.

10/07/20 : Philippe Buisson, maire de Libourne, a été réélu ce 10 juillet président de la Communauté d'agglomération du Libournais, la CALI, par 71 voix sur 74 votants.

10/07/20 : Florence Jardin, maire de Migné-Auxances (86), vient d’être élue présidente de Grand Poitiers. Elle succède à Alain Claeys à cette fonction. Elle arrive en tête avec 48 voix, devant Claude Eidelstein (26), Jean-Louis Ledeux (8) et 4 bulletins blancs.

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Caussade (47) : prison ferme pour Franken et Bousquet-Cassagne

    Lire

    Poursuivis pour avoir réalisé sans autorisation la retenue de Caussade (47), Patrick Franken et Serge Bousquet-Cassagne sont condamnés par le tribunal correctionnel d'Agen à 9 et 8 mois de prison ferme assortie de la révocation d'un sursis précédent, soit 22 et 13 mois ferme. S'ajoutent 65 000€ de dommages et intérêts aux associations écologistes partie civile, 32 907 € à Enedis pour la destruction d'un poteau électrique et 2 400 euros de préjudices moral, et enfin une amende, pour la chambre d'agriculture, de 40 000€ dont 20 000€ avec sursis. Les deux hommes ont dit faire appel de cette décision.

  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Municipales : "Bordeaux Maintenant" avance ses pions

20/11/2019 | Bordeaux Maintenant et Matthieu Rouveyre, vice-président socialiste du département de la Gironde, ont présenté ce mardi cent idées à défendre pour les prochaines municipales.

Rouveyre Bordeaux Maintenant

Huit thématiques, cent propositions. S'il réfute l'idée d'un programme de campagne, qui reste encore à discuter avec les autres forces de gauche bordelaise, Matthieu Rouveyre, élu d'opposition à Bordeaux et vice-président de la majorité PS départementale, a en tout présenté ce mardi une somme des réflexions du mouvement "Bordeaux Maintenant", think thank qu'il a lui même créé pour réfléchir aux propositions à défendre dans la campagne des municipales qui approche. Dans le contexte d'une gauche encore divisée mais au sein de laquelle on rassure en assurant un dialogue "non rompu", tour de chauffe des grandes orientations politiques à afficher.

"On s'appelle Bordeaux Maintenant pour une bonne raison : on considère qu'il faut des réponses aujourd'hui, mais on ne peut pas occulter l'avenir". Ce mardi 19 novembre, Matthieu Rouveyre a présenté un nouveau document destiné à être débattu avec les habitants autour de huit thématiques (se déplacer, se loger, s'épanouir, travailler, gérer, respirer, s'épanouir et fraterniser) mettant en avant une centaine de propositions pour alimenter la campagne des élections municipales qui se dessine. L'élu d'opposition municipal et conseiller départemental évolue dans un contexte politique quelque peu éclaté pour les forces socialistes à Bordeaux. Si un sondage Elabe paru en octobre spécifiait qu'une alliance entre les différentes forces de gauche aurait plus de chances de l'emporter face à l'actuel maire Nicolas Florian, on sent que rien n'est encore totalement joué et que les négociations internes des prochaines semaines seront décisives pour les quelques mois de campagne à venir.

Regards mutuels

Car sans forcément opiner, l'initiateur du mouvement Bordeaux Maintenant (qui n'est pas un parti politique) n'a fermé ce matin aucune porte, qu'elle soit verte ou... jaune. "On n'a pas délaissé la question de la stratégie. On participe aux réunions, il y en aura une en interne ce vendredi soir. Nous serons présents pour voir comment les uns et les autres acceptent de travailler ensemble. Ca semble un peu patiner, on ne voulait pas perdre de temps sur le fond et continuer à avancer parce qu'on sait de toute façon que ce travail servira. Aujourd'hui, les sondages nous disent que si la gauche se rassemble, elle atteint péniblement 40%. Il ne s'agit pas de faire une accumulation de candidats ou de listes à gauche, il faut une vraie dynamique et montrer aux habitant(e)s qu'il y a une volonté de travailler ensemble sur des propositions importantes. La simple addition des listes à gauche ne suffit pas à gagner la ville. Rien n'est exclu. Il y a des discussions, on s'est plus concentré sur le fond mais on est resté dans les discussions stratégiques. On saura vendredi si des choses sont possibles, la réunion est à l'initiative des forces de gauche et pilotée en priorité par EELV, Bordeaux Maintenant est invité". Mais pas Bordeaux Métropole des Quartiers : à entendre Matthieu Rouveyre, l'ancien président de la Cub Vincent Feltesse fait toujours cavalier seul dans l'affaire. Si les forces socialistes (et Emmanuelle Ajon) sont pour l'instant si dispersés, c'est sans doute pour laisser un peu plus de place aux écologistes, Pierre Hurmic ayant été crédité dans le même sondage de 30,5% des voix dans le cas d'une alliance. "Le PS a aussi ses propres interrogations ; on est dans une situation un peu nouvelle où le PS recule partout en France. On peut le regretter, mais en tout cas les forces en présence ont évolué. La question, c'est comment on travaille ensemble pour afficher un front commun ? J'irai jusqu'au bout pour aller le chercher, parce que je pense qu'il faut aller jusqu'au bout. Les écologistes ont un leadership assez légitime, mais il ne va pas falloir se tromper : la population attend aussi des forces progressistes qu'elles s'unissent".

Combler les manques

Sur le fond, les cent propositions faites par Bordeaux Maintenant viennent consolider les travaux déjà effectués depuis juin sous forme de dossiers thématiques. Au sein de la thématique se déplacer, par exemple, dont on sait qu'elle est un des éléments majeurs des futurs meetings, on retrouve par exemple la volonté d'un nouveau réseau structurant de transports en communs, ligne de fond affichée ce lundi par Thomas Cazenave et les 22 candidats La République En Marche. Ici, en revanche, la forme diverge : Bordeaux Maintenant plaide pour la création d'un tram ou d'un BHNS circulaire sur l'emprise de l'ancienne ligne d'Eymet (rive droite) et sur les boulevards (rive gauche) et le souhait d'une consultation citoyenne au sujet du projet de métro, trop vite enterré par la métropole pour Matthieu Rouveyre, qui a qualifié l'épisode "d'hypocrisie électoraliste". Le même rapprochement peut être fait sur l'idée de création d'un vrai réseau d'autoroutes à vélo ou le soutien à un RER, qui se veut ici départemental et non plus métropolitain (ce qui n'est pas que sémantique, défend-on). En guise de "tarification sociale", face à l'idée du tarif réduit pour les jeunes et les familles proposée ce lundi par LREM, Bordeaux Maintenant dévie un peu du chemin tracé en prônant la gratuité des transports pour les personnes sous le seuil de pauvreté et les jeunes de moins de quinze ans.

Pour ce qui est du logement, sans être une surprise puisque Matthieu Rouveyre est également à l'initative de l'Observatoire Airbnb, on voit apparaître un nécessaire renforcement de la règlementation sur la location saisonnière aux côtés d'une politique qui veut combler les trous : "faire revenir les logements vacants dans le parc résidentiel", "requalifier des locaux à usage professionnel inoccupés en habitation", "expérimenter l'encadrement des loyers" ou encore "permettre une densification équilibrée du bâti" pour lutter contre le phénomène de l'étalement urbain. En matières d'emploi, on peut citer la lutte contre le chômage comme ligne forte  : expérimentations d'opérations "zéro chômeurs de longue durée", , développement des emplois dans les quartiers résidentiels de la rive droite ou axer le développement économique autour de l'économie circulaire figurent ainsi au menu. Enfin, sans les citer toutes, parlons tout de même des quelques propositions ayant trait à la gouvernance seule, avec le souhait de la création d'un "référendum d'initiative bordelaise" délibératif, la fin de la cogestion métropolitaine, le basculement des services publics municipaux et métropolitains en régies publiques "lorsque c'est pertinent", s'engager à ne plus recourir aux partenariats publics-privés ou encore "permettre à l'opposition de soumettre un projet de délibération à chaque conseil municipal et mettre en œuvre toute action lui garantissant un accès transparent aux informations budgétaires". Voilà qui respire le vécu…

Ce cahier de propositions, reste maintenant à le faire vivre et à en informer les habitants (déjà 1738 rencontrés et 13 278 documents sur l'état des lieux -publié en juin- distribués). A entendre l'élu départemental, c'est le chantier qui attend les membres du mouvement associatif et citoyen dans les prochaines semaines, avant même de penser à toute réunion publique. "On voudrait qu'il y ait une discussion avec la population pour discuter ces propositions et les enrichir. On est en train de les budgéter dans les finances locales, qu'elles soient municipales ou métropolitaines", a assuré ce dernier. "Si on regarde la plupart des projections, on voit qu'on sera à un million d'habitants sur la métropole à l'horizon 2030. Effectivement, il faut se questionner sur les manières qu'ils auront de se déplacer et de se loger en ville. Les décisions qui vont être prises dans la mandature à venir vont avoir un impact bien au-delà des six ans de mandat municipal. Il est donc important d'avoir des débats de fond sur ces sujets, qu'on n'en ferme aucun. La première ambition, c'était de faire des propositions et d'essayer de stimuler l'intelligence collective. Évidemment, la concrétisation ou l'aboutissement dans le cadre d'une élection municipale nous intéressent, on voudrait donner corps à l'ensemble des propositions. On voudrait déjà parvenir à sensibiliser l'ensemble des candidats sur les enjeux qui nous semblent importants et les idées qui pourraient permettre d'y répondre sont déjà une première victoire. Si on a l'occasion de les transformer dans les urnes, ça aura beaucoup plus de sens. On espère donc que ces propositions seront versées dans un pot commun qui dessine le projet municipal d'une liste qui, j'espère, gagnerait la ville de Bordeaux et la métropole en 2020". Plus qu'à en extirper définitivement les visages qui la porteront.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5836
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !