Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | #2 Bordeaux : Comment s’y loge-t-on ?

15/03/2014 | L’agglomération de Bordeaux veut devenir « métropole millionnaire ». Comment vont se loger un million d’habitants ?

Bordeaux : Comment s’y loge-t-on ?

L’objectif de Bordeaux métropole millionnaire en habitants à l’horizon 2030 a été fixé par la CUB il y a 4 ans. Vincent Feltesse et Alain Juppé y souscrivent tous les deux, portés par l’attractivité de l’agglomération, encore renforcée par la LGV en 2017. Mais les deux principaux candidats à la mairie de Bordeaux et à la présidence de la Communauté Urbaine n’envisagent pas l’urbanisme et le logement de la même façon.

« Un million d’habitants d’ici 2030 ». Tel est l’objectif affiché par la Communauté Urbaine de Bordeaux depuis mars 2010, à l’époque dans une délibération consacrée au Plan Local de l’Habitat. Les 28 communes de la CUB n’en totalisent aujourd’hui que 750.000.

Le problème n’est pas vraiment de séduire cette nouvelle population : l’agglomération bordelaise se classe en effet en troisième position derrière Montpellier et Toulouse pour son solde migratoire. Avec 7% de croissance démographique sur 10 ans. Mais il va donc falloir construire des logements pour 250.000 personnes en plus ! Et surtout à des prix abordables !

Le diagnostic« Seuls 15% des ménages de l’agglomération disposent de revenus leur permettant d’acquérir les logements neufs construits dans la CUB » relève en effet une étude de l’agence d’urbanisme A’Urba produite en septembre 2013 (1). Quant aux logements sociaux, s’ils représentent jusqu’à 51% sur la rive droite (Bassens, Cenon, Lormont, Floirac), la moyenne est de 21% pour la CUB et de 16% sur Bordeaux.

Selon A’Urba, « depuis plus de dix ans, la communauté urbaine de Bordeaux et la Gironde connaissent un développement résidentiel, un dynamisme du marché immobilier et une hausse des prix du logement sans précédent. Alors que jusqu'au début des années 2000 les prix de l'immobilier évoluaient dans un rapport constant avec les revenus des ménages, l'écart entre les deux n'a depuis cessé de se creuser. Avec un revenu médian de 2 251 € soit un budget logement de 750 €, les ressources des ménages ne sont plus en adéquation avec les prix des logements. Les parcours résidentiels dans l’agglomération sont bloqués et faute d’une offre en logement adaptée, les jeunes ménages quittent la Cub ».

Cela est encore plus vrai dans Bordeaux. Le prix moyen de location est ainsi de 14€/m2 dans le centre de Bordeaux pour un appartement, soit 700 € pour un T2 de 50m2. Il faut compter entre 2900 et 5500 € / m2 pour un appartement neuf à Ginko, et un prix moyen de près de 4.000 €/m2 dans les immeubles qui poussent aux Bassins à flot. Dans le parc public, le plafond de vente des logements en PSLA était de 2658€/m2 en 2012 et le plafond des loyers des logements sociaux de 4,73€/m2 (en PLAI), 5,32€/m2 (en PLUS) et  8,33€/m2 (en PLS).

Bordeaux - Programme immobilier en cours

Programmes en coursA la Communauté Urbaine, Vincent Feltesse a lancé l’opération « 50.000 logements autour des axes de transports collectifs », par un appel d’offre en avril 2010, notamment pour « lutter contre le processus d’étalement que vit la métropole depuis 30 ans » et pour limiter l’impact négatif des déplacements notamment sur l’émission de gaz à effet de serre. Les 5 équipes d’architectes d’envergure internationale ont été choisies en avril 2013 AUC, Alexandre Chemetoff, OMA, Lacaton et Vassal, 51N4E /Grau. L’objectif visé est d’un coût moyen de sortie de 2500€/m2. Alain Juppé ironise sur le fait que « pas un de ces 50.000 logements n’a encore vu le jour ». Le programme prévoit en effet les premières réalisations en 2014-2015.

Le maire de Bordeaux rappelle que de son côté, il a lancé dès 2008 « l’arc de développement », avec l’écoquartier de Ginko (2.200 logements en construction), les Bassins à flot (5.400 logements prévus),  Brazza, Batside-Niel  et sur Bordeaux-Euratlantique, Saint-Jean Belcier et Garonne Eiffel, sans oublier la réhabilitation de logements anciens avec l’opération Bordeaux (Re) Centre. « Pour maîtriser  la hausse des prix et des loyers, il faut construire 3.000 logements par an, dont 35% en location sociale et 20% en accession sociale à la propriété » assure Alain Juppé.

Vous avez dit logement social ?Vincent Feltesse pointe du doigt les 16% actuels de logements sociaux sur Bordeaux. « Bordeaux est la seule grande ville de France qui n’a pas vu son taux de logement social monter sur ces 10 dernières années, et elle est en-dessous du seuil légal de 20% »   dénonce-t-il. « Nous sommes passés de 15% à un peu plus de 16% depuis 2008, donc nous avons bien augmenté. Nous visons 20% en 2020 et 25% en 2025 » se défend Alain Juppé. «  D’ailleurs le préfet vient de m’envoyer une lettre me disant que Bordeaux n’aura pas de pénalité à payer, compte tenu des efforts faits pour construire des logements sociaux » répète-t-il à l’envi. Et ses partisans attaquent les 30% de logements sociaux promis par Vincent Feltesse pour Bordeaux à l’horizon 2025, ce qui correspondrait à la construction 50.000 logements sociaux en 10 ans, selon un calcul d’Alexandra Siarri, adjointe au maire de Bordeaux. 

Avec ou sans Etablissement Public FoncierLa véritable pierre d’achoppement entre la gauche et la droite communautaire  porte le nom d’Etablissement Public Foncier. Pour le président de la Communauté Urbaine, il s’agit d’un outil indispensable pour maîtriser le prix du foncier, et donc baisser le prix de revient des constructions. « C’est indispensable pour lutter contre la spéculation et favoriser le logement mais aussi les commerces de proximité et l’artisanat» affirme-t-il. Mais Alain Juppé n’en veut pas, affirmant que «c’est encore un bidule inutile, que cela alourdirait la facture des contribuables ». Pour Vincent Feltesse, « cela coûterait 5€ par an par habitant, et cela pourrait même faire gagner de l’argent sur le long terme ». En attendant, Bordeaux et son agglomération demeurent une des rares régions de France où le prix de l’immobilier ne baisse pas encore. Une  chance pour les propriétaires et les promoteurs, une difficulté pour les autres. « On s’enorgueillit de l’attractivité retrouvée de Bordeaux, c’est le prix à payer » analysent les professionnels de l’immobilier.

A lire également #1 Bordeaux, ville et métropole : le double enjeu
#3 Bordeaux : Comment y travaille-t-on ?
#4 Bordeaux : Comment s’y déplace-t-on ?
#5 Bordeaux : Comment y vit-t-on ?

(1)   Comprendre la formation des prix pour produire du logement abordable, sous la direction de C. Langlois

Pierre Sauvey
Par Pierre Sauvey

Crédit Photo : aqui.fr - Pierre Sauvey

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7440
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
louis-julien sourd | 15/05/2014

Cela ne m'étonne pas qu'un projet de construction de plus de 50 000 logements soit en cours avec les dernières réformes sur le logement ! Surtout que comme préconisé, ces logements doivent être bien situés et desservis pour rendre le logement attractif (cf : http://www.loi-duflot.fr/conseils-loi-duflot/selectionner-le-logement-le-plus-adapte/dans-quel-quartier-investir/ ). J'espère que ce projet verra vraiment le jour, car actuellement le secteur de la construction ne se porte pas bien : http://www.easybourse.com/bourse/immobilier/article/27745/france-la-construction-de-logements-ralentit-encore.html

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !