Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/01/20 | Retraites: mobilisation toujours importante en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Septième journée de manifestations contre la réforme avec une mobilisation élevée en Nouvelle-Aquitaine : 7500 personnes à Bordeaux selon la préfecture, 2000 à Périgueux, 3000 à La Rochelle, un millier à Saintes, 750 à Rochefort, 1500 à Angoulême gilets jaunes en tête, 3000 à Bayonne, 4000 à Pau, 1500 à Mont de Marsan, un millier à Agen, 2000 à Niort, 3000 à Poitiers 600 à Châtellerault, 1200 à Brive, 700 à Guéret.

  • 24/01/20 | Les magasins C&A de Boulazac (24), Pessac et Villenave d'Ornon (33) menacés de fermeture

    Lire

    La direction de C&A a annoncé 30 fermetures de magasins en France lors d’un comité central d’entreprise. Force Ouvrière a communiqué la liste des magasins qui devraient fermer. Trois sont situés dans la région, Pessac et Villenave d’Ornon et celui de Boulazac (24). Installé sur la zone du Ponteix, le magasin de Boulazac fait partie des enseignes historiques de cette zone. Il a ouvert ses portes en 2004. En avril dernier, 14 magasins de l'enseigne avaient déjà fermé en France.

  • 24/01/20 | Ouverture des inscriptions pour Biblio Gironde

    Lire

    Biblio Gironde organise avec 50 bibliothèques du département "Lire, élire...2020". Ainsi, les jeunes âgés de 6 à 16 ans, s'ils le souhaitent, sont invités à s'inscrire avant le 31 janvier pour voter du 2 au 21 juin prochain. Ce concours a pour objectif d'inciter les jeunes à la lecture. Les participants recevront un chèque lire. La sélection des livres est à retrouver ici

  • 24/01/20 | Rdv avec Frédérick Gersal pour les nouvelles histoires du Poitou

    Lire

    Le 25 janvier à 20h30, la salle des fêtes Georges Angéli à Vouneuil-sur-Vienne accueillera le traditionnel spectacle de Frédérick Gersal. Comme chaque dernier samedi de chaque mois, il viendra faire découvrir au public les innombrables pages d’histoires tournées dans le Poitou. Ce samedi, un spectacle gratuit intitulé “saison 2” mettra en scène les nouvelles figures des histoires mais aussi des événements marquants liés au Poitou autour d’un personnage fil rouge: Aliénor d’Aquitaine.

  • 24/01/20 | Contournement d'Oloron : Département et Etat négocient

    Lire

    Lors de ses vœux à la presse, le Préfet des Pyrénées-Atlantiques a évoqué le projet de contournement d'Oloron qui enregistre un surcoût de 15M€. Sa cause : la baisse des effectifs au sein de la DIR qui empêche cette dernière d'assumer la maîtrise œuvre que l'Etat s'était engagé à porter. Sa conséquence : l'Etat demande au Département de financer la moitié du surcoût (7,5M€), lequel n'accepte de payer que la moitié des surcoûts liés au travaux eux-même et non ceux liés à la maîtrise d'oeuvre, soit 4,1 M€. Position que le Préfet s'est dit prêt à relayer auprès de la Préfète de Région.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Municipales en Dordogne : un scrutin à de multiples inconnues

02/12/2019 | Périgueux, avec neuf listes attendues, et Bergerac, avec six candidats annoncés, figurent parmi les points chauds de la Dordogne pour les élections de mars prochain.

Les élections de mars prochain devraient révéler de nombreuses surprises en mars en Dordogne

A moins de quatre mois des élections municipales des 15 et des 22 mars prochains, aqui vous propose un tour d'horizon des principaux enjeux de ce scrutin en Dordogne, où environ un maire sur deux de petites communes rurales n'a pour l'instant pas envie de poursuivre. Le nombre de listes en présence s'annonce important, notamment à Périgueux et à Bergerac. A Périgueux, le maire sortant Antoine Audi devra affronter huit autres listes dont deux conduites par des anciens adjoints de sa majorité et son prédécesseur PS Michel Moyrand. A Bergerac, le maire Daniel Garrigue a décidé de ne pas se représenter.

Les 15 et 22 mars prochain, les 505 communes de Dordogne renouveleront leurs conseillers municipaux. Si en zone rurale, de nombreux maires hésitent à repartir pour un nouveau mandat, face à la complexité des nouvelles réglementations liées aux intercommunalités, il n'en est pas de même pour les principales communes de la Dordogne. Les villes de Périgueux et de Bergerac, risquent d'être sous les feux de l'actualité nationale avec un nombre de listes record et des divisions, à gauche comme à droite.

Neuf listes à Périgueux

A quatre mois des élections les candidatures se bousculent au portillon dans la capitale du Périgord. Toutes ne sont pas encore déclarées, la date limite de dépôt des listes en préfecture étant le jeudi 27 février.
 Antoine Audi, maire LR de Périgueux, élu pour la première fois en 2014 brigue un second mandat. Ils sont déjà huit en plus du maire à s’être lancés en campagne.  Patrick Palem, nouveau venu dans le paysage politique, mais pas encarté, a reçu le soutien de la LREM associé au Modem et des parlementaires de la majorité présidentielle de la Dordogne. Il prépare une liste de "personnes de tous horizons". 
Du côté du Parti socialiste,
 Delphine Labails, qui fut la première adjointe de Michel Moyrand entre 2008 et 2014, et actuellement cheffe de file de l’opposition, a été désignée pour conduire une liste pour les prochaines municipales. Mais Delphine Labails aura face à elle, une liste menée par Michel Moyrand. Il souhaite conduire une liste  en dehors de tout parti politique. Le Comité Rénovons Périgueux a conclu un accord avec le groupe Périgueux et pourquoi pas ? animé par Thomas Sarlat. Le Rassemblement national a désigné son secrétaire départemental, Frédéric Gojard, pour être tête de liste.  Parviendra t-il à réunir le nombre de colistiers suffisant ?  En 2014, la liste du Front national avait été invalidée car non conforme en termes de parité.  Chez les anciens adjoints du maire de Périgueux, Elisabeth Dartencet conduira une liste apolitique baptisée  "pour Périgueux", avec des personnalités connues, dont certains ont acquis de solides compétences dans les collectivités. Autre candidat déclaré, Laurent Rouquié : il avait été destitué de sa fonction d’adjoint en juin 2018, suite à des divergences de vue avec le premier magistrat sur la semaine de quatre jours à l’école. Il y a une liste issue d'un collectif citoyen conduite par Hélène Reys, cheffe de projet à l’Office HLM. Elle est déjà bien connue à Périgueux pour avoir été candidate aux Législatives de 2017 sous la bannière de la France insoumise. Il y aura également une liste écologiste avec à sa tête François Carême, choisi par les militants. Reste à savoir s'il y aura 35 conseillers municipaux, comme actuellement ou bien 39. Ce sera le cas si le seuil de population dépasse 30 000 habitants au 1er janvier 2020.

Six listes à Bergerac  

A Bergerac, Daniel Garrigue ne se représente pas pour un nouveau mandat en mars 2020. En revanche, deux de ses adjoints sont candidats : Jonathan Prioleaud et Adib Benfedoul. Le maire de Bergerac estime qu'ils ont réalisé tous deux du très bon travail et qu'ils sont "tous les deux de bons candidats" avec "de grandes qualités". Cependant, Daniel Garrigue soutient Jonathan Prioleaud, estimant qu'il est le mieux placé. Les deux adjoints du maire actuel auront face à eux quatre autres listes. Fabien Ruet, a reçu l'investiture du parti socialiste, rassemble sur sa liste, des responsables écologistes locaux, la suppléante du député LREM du Bergeracois, des membres du PRG local. Il a le soutien du parti de la majorité présidentielle, ce qui suscite des remous dans son propre parti et chez les écologistes. Il a aussi sur sa liste la responsable locale d'EELV, Hélène Lehmann. Dopé par de bons résultats aux  aux européennes, et sa présence au deuxième tour des législatives de 2017, le Rassemblement National, avec à sa tête Robert Dubois, espère faire un bon score et être présent au deuxième tour. Il y aura une vraie liste de gauche , réunissant des communistes, des verts, et des personnes issues de la société civile. Depuis quelques jours, on sait qu' il y aura une sixième liste en présence, majoritairement issue de la société civile. Dans ce groupe dont le chef de file n'est pas encore désigné on trouve l'ancien maire PS de Bergerac, Dominique Rousseau, qui n'est plus encarté. Cette liste est soutenue par Christophe Fauvel, le patron du Medef et de la CCI de la Dordogne mais il indique ne pas être candidat. A Bergerac, les divisions à gauche, celles des écologistes avec comme pomme de discorde, La République en Marche, les divisions à droite, pourraient au final faire la part belle au Rassemblement national. Certains observateurs redoutent une triangulaire avec le parti de Marine Le Pen, au soir du 15 mars. 

 Des enjeux dans l'agglomération périgourdine 

 Parmi les communes de l'agglomération périgourdine à suivre, il y aura inévitablement Boulazac Isle Manoire, née de la fusion de Boulazac, Atur et Saint-Laurent sur Manoire. Le maire communiste, Jacques Auzou, briguera un sixième mandat. Il a le soutien des maires délégués d'Atur et de Saint Laurent. En 2014, il avait été réélu sans concurrence en face. Cette fois, il aura face à lui, une liste "citoyenne" emmenée par Jérémy Pierre Nadal, qui est lui encarté au parti socialiste. Il est connu pour être l'ancien attaché parlementaire d'Alain Rousset, quand il était député.  Cette liste rassemblera au delà des partis. Jacques Auzou est l'actuel président du Grand Périgueux. 
A Trélissac, Francis Colbac, maire communiste se représente. Il aura face à lui Eric Fallous, 47 ans. Soutenu par La République en marche, l’élu est en train de constituer une liste ouverte et « sans étiquette ». Avec un cheval de bataille : la gestion financière de la commune. Le parti communiste espère un accord sur la commune avec le PS, où Philippe Saïd a été investi. Parviendra t-il à constituer une liste ? Rien n'est moins sur. 
Cap à l'Ouest de l'agglomération, avec la commune de Coulounieix-Chamiers. Le maire Jean-Pierre Roussarie (PS), a fait le choix de ne pas se représenter. Il devrait y avoir quatre listes. Partie très tôt en campagne, sa première adjointe, Mireille Bordes, vice-présidente du Conseil départemental, a été investie par le parti socialiste .Elle aura en face,  Vincent Belloteau, ancien socialiste, qui est le directeur du cabinet du maire. Le centriste Thierry Cipierre, phamarcien sur la commune, et actuel adjoint au maire de Périgueux est candidat. Parmi ses futurs colistiers, on trouve deux membres de l'ancienne équipe de Michel Dasseux et le jeune Lucas Guillemot, attaché parlementaire du député LREM Philippe Chassaing. Le chef de file de l'opposition, Yves Schricke qui n'est plus encarté aux Républicains, mènera une liste, n'étant pas parvenu à une alliance avec Thierry Cipierre face à la gauche. 
Sur les autres communes de la Dordogne, il sera intéressant de suivre le scrutin à Terrasson, où le responsable départemental des Républicains, pourrait être candidat. C'est l'actuel maire de Thenon. L'enjeu est clairement la tête de la Communauté de communes. A Sarlat, Jean Jacques De Peretti, n'a pas encore fait connaître sa décision de briguer un sixième mandat. Un rassemblement de toutes sensibilités de gauche (PC, PS, verts) est à l'étude.
Prise de guerre de la droite en 2014 après plus de quarante ans à gauche, Ribérac attirera les regards lors du prochain scrutin municipal. D’autant que l’ancien maire est une figure de Dordogne: l’ex-président socialiste du Conseil général, désormais sénateur à La République en marche, Bernard Cazeau. Patrice Favard, ancien secrétaire départemental de l'UMP,  briguera un second mandat : il aura face à lui Nicolas Platon ( PS) ancien responsable de la communication du Conseil départemental et en disponibilité. Ce dernier souhaite rassembler le plus largement possible. Philippe Chotard et Philippe Rallion sont sans étiquette, mais de tendance social-démocrate. Ils préparent une équipe aux têtes nouvelles, avec le soutien de Bernard Cazeau.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4257
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !