Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nathalie Kosciusko-Morizet invitée des rencontres Sciences Po/Sud-Ouest

19/10/2012 | "La politique n'est pas un combat de catch, ce sont des arguments »

NKM discours

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de la 4e circonscription de l'Essone et maire de Longjumeau, ancienne Ministre de l'Ecologie et porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de sa campagne, était invitée au grand oral organisé par Sciences Po Bordeaux et Sud-Ouest jeudi soir. L'occasion d'évoquer le mouvement qu'elle a lancé en juillet dernier, « La France droite », sa vision de l'écologie et son engagement en politique.

Deux amphithéâtres ont été nécessaires hier soir 18 octobre pour la venue de l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet. Interrogée par les étudiants de l'école et un journaliste de Sud-Ouest, elle a expliqué, parfois avec ironie, son parcours politique et sa vision de l'écologie. Polytechnicienne et ingénieure du Génie rural, des eaux et des forêts, NKM a été une des premières spécialistes des questions environnementales à l'UMP. Cette casquette de scientifique ne la préparait pas à première vue à embrasser une carrière politique, malgré la famille politique dont elle est issue. « Je n'ai jamais été inscrite dans un mouvement de jeunesse » affirme-t-elle, « de mon temps, les études d'ingénierie étaient plutôt apolitiques ».

Elle évoque son envie pour la politique en réaction à ce qu'elle considérait comme « l'abandon de la société ».

Elle entre à la Direction de la prévision au Ministère de l'Ecologie en 1997 comme agent contractuel, elle s'occupe de la création d'une cellule environnementale pour le gouvernement. Elle rejoint Alstom et publie sous pseudonyme une note pour « Une nouvelle politique de l'environnement », remarquée par Jacques Chirac. Il l'invite à rejoindre son parti et à s'occuper des questions environnementales.

« Il n'existe pas de modèle unique » 

A l'évocation des figures historiques ayant marqué son parcours politique, NKM évoque Danton, mais ne veut pas choisir de femmes, ayant trop souvent eu un destin tragique. « Pour les femmes tout est encore à inventer ».

Elle précise « qu'il n'existe pas de modèle unique en politique». Devant une assemblée majoritairement d'étudiants, elle ajoute que le désaccord, même au sein de sa famille politique est plutôt normal. « L'adhésion totale, on la connaît surtout dans des régimes totalitaires. Si vous êtes totalement d'accord avec une personnalité politique, interrogez-vous... » lance-t-elle avec humour.

 Quand on l'interroge sur la vie politique française, elle répète à plusieurs reprise qu'elle est inscrite dans la durée, et sans doute plus lorsqu'on est une femme. Elle dénonce néanmoins les « fausses bonnes idées », telle que les listes Chabada, car ce sont souvent les hommes du partis qui choisissent les femmes présentes sur les listes, mais plutôt une féminisation des lieux de pouvoirs (les partis, les commissions d'investiture...)

  Cette féminisation, qui a son regret ne sera pas mise en avant lors de l'élection du Président de l'UMP le 18 novembre prochain. N'ayant pas réussi à réunir les quelques 7924 parrainages nécessaires pour se présenter, elle a du renoncer. « J'ai demandé qu'on accorde une semaine de plus, je n'ai pas fait campagne tout l'été juste pour des parrainages. C'est un vrai engagement politique, les militants attendent plus qu'une élection de chef. Présenter plusieurs candidats, quatre ou cinq à l'élection me paraît normal étant donné la diversité au sein de ma famille politique ».

 « Ce n'est pas une catcheuse » avait dit d'elle Lionel Lucas, député UMP. « Pour moi la politique n'est pas un combat de catch, ce sont des arguments » réplique-t-elle. Pourtant, c'est en catcheuse qu'NKM a du se présenter lors des législatives en juin dernier. « Le FN, la gauche, tout le monde était contre moi », raconte-t-elle. « Dans les faits, j'avais vraiment aucune chance de gagner ». Et puis ce qu'elle considère comme ses forces : la transparence et la franchise, l'amènent finalement à réelue à 58,41% des voix face au candidat socialiste Olivier Thomas « soutenue par le FN ». « Les électeurs n'aiment pas qu'on ne leur disent pas la vérité. Je suis persuadée que certains n'étaient pas d'accord avec moi, mais appréciaient de savoir au moins où ils étaient. C'est toujours mieux que les magouilles internes. » affirme-t-elle.

 Une franchise qu'elle montrera à plusieurs reprises lors de questions sur l'écologie et de son précédent mandat. « C'était un poste rude et passionnant », mais elle déplore que la campagne présidentielle se soit aussi peu préoccupée de l'environnement. Et surtout pas les Verts.

 Eva Joly décriait qu'on ne « pouvait pas être écologique et de droite », auquel NKM réplique farouchement qu'elle n'a aucune leçon à recevoir d'un parti, qui ne traite plus depuis longtemps d'écologie. « Le problème dans ce parti est que les représentants ne sont pas issus du milieu écologique ».  Nicolas Hulot était plus légitime selon elle. « Mais bon, lui il s'en fichait des marchandages électoraux pour quelques circonscriptions, il voulait parler d'écologie et c'est tout. »

En juillet dernier, elle choisit de lancer son mouvement : La France droite . Pour elle, c'est un positionnement politique et une rectitude face à une gauche "plus que jamais conservatrice". Elle se démarque de la ligne Patrick Buisson, ajoutant que l'UMP avait été victime pendant la campagne de "caricature" relayée par les médias, notamment sur sa droitisation.

Si la "France droite" ne lui a pas permis d'accéder à l'investiture pour la présidence de l'UMP, NKM assure avoir encore pleins de projets en tête. Présidentielle 2017? Elle ne l'a jamais confirmé. Elle répète que la politique française s'inscrit dans la durée.

 

Elise Lambert
Par Elise Lambert

Crédit Photo : Pierre Metivier

Partager sur Facebook
Vu par vous
1288
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !