Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nous citoyens: Jean-Marie Cavada et les trois ruptures

22/11/2014 | Jean-Marie Cavada et des citoyens qui plaident pour des ruptures...

Jean Marie Cavada et la délégation régionale de Nous! Citoyens

En avant permière au meeting qu'il tenait ce 20 novembre à Bordeaux entouré de la délégation régionale de "Nous Citoyens" Jean-Marie Cavada a confié à Aqui.fr les raisons qui expliquent l'intérêt grandissant de ce mouvement qui naît au coeur de la société civile avec une exigence: défendre l'idée que la politique doit rester un engagement et non un métier... Fondé en septembre 2013 par Denis Payre un créateur d'entreprises, fondateur de Business Objects,le mouvement qui annonce quelques 13.000 membres un an après, est présidé par un homme qui ne se résout pas à l'abaissement du politique et qui poursuivait par Bordeaux, ce 20 novembre, un Tour de France entrepris voilà deux mois, entre les sessions au Parlement européen, dont il est un des députés les plus actifs.

Le propos du journaliste qui de bonne heure a connu sur le terrain, dans les locales, les gens tels qu'ils sont est marqué du sceau d'un besoin de vérité. « Partout en Europe le même désarroi s'exprime ; la participation électorale s'effondre et la considération des citoyens aussi, en premier lieu pour les partis politiques dont la vie est émaillée de scandales et d'insuffisance qui nourrissent les réactions protestataires. Ce n'est pas un bon signe. Chez nous la V° République, telle qu'on l'a « bidouillée », récemment, fonctionne de plus en plus mal ; le Parlement qui n'avait pas de pouvoirs a perdu tout crédit. Il n'y a plus de débats politiques de fond mais des débats de cuisine. La fronde à propos du budget, ce n'est pas l'expression d'un débat, c'est une scission et la menace atomique. Nous avons un morceau de V° et des gros morceaux de IV° du temps où les présidents s'appelaient Vincent Auriol ou René Coty. »

Voilà qui n'est pas dans la nuance mais qu'on ne demande pas à Cavada de choisir entre les présidents de ces années de quinquennat, il ne choisira pas. Le constat qui paraîtra sévère à certains fait écho à d'autres débats sur la nécessité de proposer une VI° République...Mais le président de "Nous Citoyens" élargit son analyse à l'Europe, notant que le cas de la France n'est pas isolé, à observer ce qui se passe en Espagne ou des citoyens prennent la parole, créent des mouvements politiques (Podemos) ou en Tchéquie où « Ano » vient d'envoyer trois députés au parlement européen.

A la source de « Nous Citoyens » apparaissait une volonté de redressement économique et social : telle était l'ambition de Denis Payre et des premiers venus. Jean-Marie Cavada la fait sienne : ils rappelaient que 80 à 85 % de l'emploi français émanait des PME et des ETI, les entreprises de taille moyenne, « les frères jumeaux des classes moyennes selon le mot de notre ex-confrère qui ajoute :" nous voulons secouer ce pays pour l'amener en face de son époque, alléger les contraintes adminstratives, modifier l'organisation du contrat social, non pas à l'américaine mais à la suédoise. Un seul contrat et si on l'arrête on paie une indemnité forte et on met en route un contrat de formation. Sur ces bases "Nous Citoyens » remet en question non pas le cadre des règles sociales mais renvoie l'Etat à des misssions de sauvegarde , d'encadrement du droit, de garant des conditions de travail négociées dans les branches professionnelles. Et de pousser cette logique jusqu'à instaurer la fameuse TVA sociale, par paliers successifs; elle est née en 2003 en Allemagne sous Schroeder. Et d'ajouter :"si le gouvernement estime qu'elle représente un risque de précarisation pour les ménages pauvres, rien ne lui interdit d'avoir une politique sociale du logement, par exemple. Cette approche à la 'Rhénane doit s'accompagner d'une rupture dans l'organisation des pouvoirs publics : aux six niveaux d'administration, dont l'Europe, le président du mouvement propose de diminuer par trois le nombre de communes pour aboutir à 9.000 intercommunalités, conservant toutefois le rôle de proximité sociale de la commune qui est la gardienne de l'état civil. Les départements disparaissent aussi, mais il va bien falloir assurer un niveau de présence des services dans les territoires
Quant à la grande rupture, elle s'appelle réforme de l'Etat dont Cavada remarque qu 'il a plus que doublé le nombre de ses fonctionnaires en trente ans . La troisième rupture et Jean-Marie Cavada boucle ainsi la boucle : il faut que la Cosntitiution remodelée restaure les pouvoirs du parlement et donc la parole du peuple; qu'elle prévoit de décaler l'élection légsilative de la présidentielle avec, comme aux Etat-Unis, des élections de mi-mandat et qu'enfin ce n'est pas la moindre des suggestions de ce prgogramme que soit instaurée une charte d'éthique pour les parlementaires, les titulaires des grandes administrations, et que le cumul d'un mandat politique et d'une fonction administrative soit impossible . En un mot « que le direction de ce pays soit aux mains de gens qui représentent la société française. » Un vrai chantier qui passe, comme l'ensemble des ruptures, par la voie du réferendum puis des ordonnances.

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3765
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !