12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/22 | Les vignerons du Jurançon ont leur Vinothèque

    Lire

    Pour se rapprocher des consommateurs et de relancer une dynamique autour du collectif des vignerons et de leurs vins, l'association des Vignerons du Jurançon lance cet été sa "Vinothèque" située ZAC du Vert Galan à la sortie de Pau. Après 2 années de boutique "éphémère", ce nouveau site de dégustation et de vente aux 120 références, s'ajoute à la Maison des vins de Lacommande, berceau de l’association, et permet de créer deux portes d’entrées sur le vignoble. Une plus grande visibilité pour les vignerons indépendants de l'appellation béarnaise reconnue pour ses vins uniquement blancs, moelleux ou secs. www.vins-jurancon.fr

  • 16/08/22 | Balade insolite, gourmande et cycliste dans le Saint-Emilion

    Lire

    Vélotour, l'événement vélo-loisir, propose une balade gourmande à travers les domaines du grand Saint-Emilionnais le 10 septembre. Au programme une balade gourmande sur un parcours cyclo-ludiques, au milieu des vignes. Le départ se fera depuis le Château Dassault, qui sera également le lieu d'arrivée de la balade gourmande. Ce château de près de 1 000 m² date du XIXe siècle. De style Second Empire, il est associé à un domaine viticole de 28 ha. Infos & Billetterie Velotour.fr/saint-emilion

  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nouvelle-Aquitaine: des réactions entre soulagement et déceptions

27/05/2019 |

1

Les premières réactions enregistrées auprès des élus de la région font écho naturellement à ce qui est considéré comme une bonne nouvelle : un vote plus important que prévu et parfois au-delà des 50%, notamment dans certains départements ruraux de Nouvelle-Aquitaine, où comme ce fût le cas lors des dernières élections présidentielles et législatives, le score du RN a atteint des niveaux élevés. Mais si surprise il y a c'est aussi la tendance générale à ce vote EELV supérieur à celui attendu par les sondages, tandis que Les Républicains, eux, ne confirment pas le réveil espéré avec leur jeune candidat François-Xavier Bellamy hormis dans quelques fiefs. Quant au PS qui concourait dans les pas de Glucksmann il n'a pas retrouvé son électorat désormais dispersé dans ceux qui se réclament de la gauche

 Isabelle Boudineau : Vice-Présidente de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’Europe et de l’international: "Au niveau européen, même si la majorité PPE/socio-démocrates est fragilisée, il va falloir compter aussi sur l’ADLE [libéraux], et les Verts pour ce mandat. Pour la France, c’est une bonne surprise de voir les verts en troisième position. Les questions environnementales, il est grand temps que l’Europe s’y mette. Autre bonne nouvelle : la participation est en hausse. Ça fait plaisir, c’est peut-être ce qui a favorisé les Verts, les jeunes ont davantage voté.

"Le Rassemblement National cherche à faire exploser l’Europe de l’intérieur. Ce sont des élus totalement inutiles au niveau européen, ils ne travaillent pas. Ils ne s’investissent pas sur des dossiers pour lesquels ils se sont engagés dans leur campagne. Le groupe de l’extrême droite en Europe est un groupe minoritaire qui n’arrivera pas à faire passer des textes. Je fais partie de ceux qui sont très en colère par rapport à la stratégie de Macron face au RN. Dualiser cette campagne, se présenter en seul rempart face à l’extrême droite est une mauvaise idée. Le Président de la République a fait la campagne du RN. La démocratie c’est le pluralisme. J’en veux beaucoup à Emmanuel Macron d’avoir nationalisé le scrutin. L’explosion du nombre de listes ne se serait pas produite si le scrutin avait été régional. 34 listes, c’est ridicule. Les listes avec des thématiques sans aucun rapport avec l’Europe, c’est du folklore, jamais elles auraient été représentées sur un scrutin régional ».

Sacha Houlié, député LREM de la Vienne. « C’est une défaite honorable. On a fait compagne sur deux thèmes dès la présidentielle et on continue. Ces deux thèmes c’était l’Europe : l’importance de la régulation européenne (d’un point de vue économique, sociale, environnementale, régalien). Tout le monde l’a compris parce que quand on a dix points de participation en plus sur la question européenne pour nous conforter ou nous sanctionner. Ça veut dire que tout le monde a compris l’enjeu européen et tout le monde a choisi de participer. On avait aussi choisi de faire campagne sur la transition écologique et solidaire. De ce point de vue-là, les électeurs nous font passer un message : tout ce qu’on faisait été insuffisant sur le phytosanitaire, sur l’isolation des bâtiments, sur la transition du modèle. Ils ne nous ont pas dit que c’était mal, ils nous ont dit que c’était insuffisant. En tout cas c’est comme ça que je le reçois. On a certainement beaucoup de chose à faire pour amplifier le message et pour que les politiques publiques qui soient portées, elles soient autrement plus efficaces que ce qu’elles l’ont été. Ce qu’on a fait économiquement est incomplet ou insuffisant ce à quoi on va s’attacher dans les prochains mois. »

Elisabeth Morin Chartier, ex député européenne (PPE): "Il y a un vrai message passé par les électeurs français. Ils se sont mobilisés. On a une excellente participation par rapport au taux habituel. Ça veut dire que l’Europe mobilise. Il y a une vraie prise de conscience de ce que l’Europe peut apporter à chacun de nous.
Le message est très clair sur la scission entre les anti-européens et les pro-européens. On voit bien que le groupe La République En Marche, le groupe Agir, le MoDem ont extrêmement bien résisté et que le Rassemblement National est à périmètre constant. Et vont faire un siège de moins que dans la précédente mandature. Et puis il y a un vrai groupe de délégation française de la République En Marche avec vraisemblablement 22 élus d’après les résultats. Après, c’est l’effondrement des partis politiques traditionnels que ce soit Les Républicains et c’est l’invalidation totale de la ligne choisie par Laurent Wauquiez, c’est-à-dire exactement la raison pour laquelle j’ai quitté Les Républicains en février 2018. Même chose sur le PS qui n’a pas su se renouveler, redonner un projet qui soit innovant.
"Moi qui suis une européenne convaincue je suis très contente ce soir que les Verts soient forts en France. Ils avaient de très bons candidats sur cette liste. Je les connais bien. Ce sont mes collègues. J’ai travaillé avec eux en particulier sur la directive travailleurs détachés. Chez eux pas une voix ne m’a manquée. Là on voit bien le périmètre des pro-européens se dessiner en France. Au niveau européen, ma famille politique le PPE résiste très très bien. Elle sera encore la famille majoritaire. Les socialistes ne seront pas loin. Il faudra faire avec l’ALDE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe) mais comme par le passé c’est ce que nous avons toujours fait. Et, vous savez, au parlement européen personne n’est jamais sûr que la famille soit complètement unie. Il faut toujours parler et aller chercher des votes dans d’autres familles politiques. C’est ce qu’on appelle le consensus, c’est la négociation, c’est le travail de parlementaire européen."

Laurent Delage : élu girondin du Nouveau Parti Anticapitaliste: « Le RN arrive en tête et c’est un gros problème. Ce n’est sûrement pas eux qui vont incarner la possibilité d’une bonne politique au niveau européen, ils ne savent qu’attiser et instrumentaliser la colère. La campagne était une cacophonie sans véritable intérêt : la fin de campagne a sombré sur les questions identitaires. Macron s’est fait prendre à son propre jeu en désignant le RN comme adversaire principal. L’abstention est en légère baisse mais elle est encore trop élevée. Sur le score d’Europe Écologie les Verts, les mobilisations pour le climat aident. Ce n’est pas la première fois que les écologistes font un bon score au niveau européen et c’est tant mieux. En revanche, si on veut mener une politique écologiste, il va falloir s’attaquer aux capitalistes et attaquer les grosses industries sur leur fonctionnement. Le Nouveau Parti Anticapitaliste appelait à voter Lutte Ouvrière. Nous faisons un petit score, mais nous nous y attendions. »

Yves d’Amécourt : Maire (LR) de Sauveterre de Guyenne et conseiller régional: « Je ne suis pas surpris du résultat de la liste LR, je suis déçu. Je suis triste sur plusieurs points : nous avions une tête de liste pleine de talents, je pensais que François-Xavier Bellamy mobiliserait plus que ça. Laurent Wauquiez s’est entouré de ses proches uniquement, je le regrette. Il récolte la vendange d’une refonte approximative des Républicains. Ils ont baissé de 12 points dans l’opinion, depuis la Présidentielle de 2017. Wauquiez doit reconstituer un bureau politique compétent, il faut reconstruire la droite sur des bases plus larges et plus inclusives. Sur le scrutin, on arrive à ce résultat-là à cause de Macron. C’est un échec pour lui. Chirac disait ‘on ne parle jamais de son concurrent sinon on lui fait de la publicité gratuite’. LREM a fait la campagne du RN.

Je suis un européen convaincu : on envoie très peu de députés dans la majorité européenne (PPE et socio-démocrates), une bonne part d’entre eux n’est même pas europhile. C’est la responsabilité du Président, qui a nationalisé le scrutin. Sur les 34 listes, seules 6 enverront des députés au Parlement Européen. Dommage que ces Européennes aient été un tel imbroglio politique. 20% des voix ont été portées sur des listes qui ne seront pas représentées. La hausse du taux de participation en devient vaine. »

Andréa Kiss : Maire (Génération.s) du Haillan(gde): « Je ne comprends pas les français. Je suis consternée qu’un quart d’entre eux ait pu voter en faveur d’un parti qui rejette l’Europe et la vole, à l’image de quelques affaires judiciaires. Pour ce qui est de Génération.s, on aurait préféré faire mieux. Les sondages nous mettaient dans la fourchette des 3-4%, c’est vrai, mais nous espérions plus. Au moins les frais de campagne seront remboursés. Nous devons maintenant reconstruire la gauche. Je suis contente de la présence des écologistes si hauts. On rebat les cartes différemment. Pour ce qui est de l’après-européennes, au niveau local on est déjà en ordre de marche pour les prochaines municipales. Nous nous efforçons de pouvoir présenter uniquement des listes de la gauche réunifiée. C’était le cas sur ce mandat, et ce sera le cas sur le prochain mandat ».

Geneviève Barat, vice-présidente PS de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de la ruralité, du vivre ensemble, de la vie associative et de la citoyenneté : « Cela fait près de 30% ici, chez moi à Saint Germain petit bourg creusois; sur 188 votants 50 voix ont été données au RN ! Il arrive ce à quoi on s’attendait… Le score du RN ne m’étonne pas, et nous attendions des résultats plus bas pour LREM. Le parti du Président de la République obtient un score qui n’est pas admirable pour un parti gouvernemental contrairement à Merkel dont les résultats affirment sa place au gouvernement et qui est pourtant depuis longtemps à la tête du pays. Les Allemands confirment la crédibilité du parti qui gouverne tandis que chez nous, l’inquiétude se ressent vraiment. Mais je pense qu’Emmanuel Macron continue à récolter les votes de beaucoup de Républicains car Bellamy était donné à 13% dans les sondages d’intention de vote, la répartition s’est certainement faite là. Quant à nous ce n’est pas brillant d’être passés de 14 à 6% il faut l’avouer... Étonnement donc devant le score LR, et déception, aussi, devant le choix des Verts de ne pas avoir été rassembleurs ; Geneviève Barat constate tout de même « une très bonne élection pour le parti de Jadot. Il va falloir faire attention à ne pas mener de combat seul, cela serait préjudiciable et on ne peut pas prendre le pouvoir sans rassemblement. »

Répondre à un parti, entendre l’inquiétude des français et continuer à partager l’exécutif avec les écologistes, c’est le souhait que la Vice-Présidente de la Région Nouvelle-Aquitaine lance à une gauche éclatée. « Ce n’est pas brillant pour la gauche, c’est certain, mais loin d’être désespéré ! On ne peut que regretter que Jadot n’ait pas accepté une liste commune car il aurait pu en prendre la tête et représenter l’alternatif. » Et de se féliciter de l’élection d’Eric Andrieu sans oublier de fustiger une Europe qui a donné l’impression de ne pas suffisamment protéger le milieu agricole et le monde rural. « La mondialisation est dure à vivre, la montée du populisme résulte de cette mondialisation qui se veut libérale. Les résultats chez moi à Saint-Germain le démontre et le clivage est fort. » La Vice-Présidente de la Région appelle à un rapprochement de la gauche, le plus rapidement possible, en vue des municipales.

Sophie Borderie, présidente PS du Conseil départemental de Lot-et-Garonne." « En Lot-et-Garonne, les résultats enregistrés sont conformes aux résultats nationaux avec néanmoins une accentuation du vote d’extrême droite, comme cela était malheureusement déjà le cas en 2014. Localement, il est plus que jamais nécessaire de poursuivre notre combat pour la ruralité et pour l’équité territoriale. Bien souvent, celles et ceux qui subissent des injustices et vivent un sentiment de relégation trouvent refuge dans le vote extrême. Acteurs de la vie publique, nous avons tous un rôle à jouer dans ce combat. J’y prendrai toute ma part. »

Michel Lauzzana, député LREM: « En talonnant la liste arrivée en tête, la liste Renaissance et La République en Marche ont porté de vraies ambitions pour l’Europe. Jamais, un parti au pouvoir n'a eu un score aux européennes aussi élevé comparé aux élections présidentielles précédentes. Le Rassemblement National fait un score plus faible qu’à la précédente élection européenne. Je ne peux que regretter le nombre de suffrages lot-et-garonnais pour ce dernier, parce que je sais que le repli nationaliste qu’ils proposent n’est pas la bonne réponse aux enjeux de demain. Je remercie les partisans du projet européen de Renaissance pour leur mobilisation. Le pourcentage de voix obtenues nous permet d’avoir un nombre conséquent de députés afin de mobiliser à nos côtés les partis progressistes qui seront les artisans de l’Europe de demain. »

Alexandre Freschi, député LREM : « Les partis extrémistes faisaient plus de 40% en 2017 aux élections présidentielles donc pas de surprise de voir le RN en tête. La responsabilité de ceux qui refusent de voir que l’enjeu se trouve entre progressistes et populistes est grande. »

Olivier Damaisin, député LREM du Lot-et-Garonne: « Le score de liste d’union conduite par LREM en Lot-et-Garonne traduit une forte défiance vis-à-vis de l’Europe. Pourtant, les nationalismes et l’extrême-droite n’ont jamais apporté aucune solution. Il est, plus que jamais, temps de porter au-devant des français, des européens, les valeurs de progrès, de justice sociale et d’écologie. Le message est clair au niveau national. Au global, les partis démocratiques, progressistes, écologistes, sont largement représentés face aux extrêmes. L’érosion traditionnelle des partis au pouvoir n’a pas eu lieu. »

Edwige Diaz (RN), conseillère régionale et déléguée départementale de la Gironde : « Il s’agit évidemment d’une grande satisfaction pour le Rassemblement National. Ces résultats sont le fruit d’une campagne incroyable de Jordan Bardella, mais aussi, en Gironde, des actions de terrain que les militants ont menées tous les jours sans relâche depuis le mois de janvier. Par la voie démocratique, les Français disent « stop » à Macron et à sa majorité arrogante. Je demande maintenant aux Girondins de s’engager, de monter des listes dans leur commune, pour les élections municipales à venir. Dans notre département réputé à gauche, il s’agit à présent de transformer l’essai ! »

Nicolas Thierry (EELV), vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine en charge de l’environnement et de la biodiversité : « Nous ne nous attendions pas à atteindre ce niveau-là, surtout auprès des jeunes qui se sont beaucoup mobilisés pour EELV. La vague verte se confirme en Europe, ce qui va nous permettre de former un groupe puissant au Parlement européen. Au niveau national, nous avons une immense responsabilité, en tant que premier parti de gauche. Nous devons proposer une alternative puissante à l’extrême-droite. Deux projets de société s’affrontent entre le repli sur soi, qu’ils représentent, et le projet de reconnexion avec le vivant, que nous défendons. Nous allons nous mettre rapidement en capacité de conquête du pouvoir à tous les niveaux, pour qu’émergent des présidents de l’exécutif écologistes. »

Christine Bost (PS), maire d’Eysines et vice-présidente du Conseil Départemental de la Gironde : « Les résultats montrent que la gauche reste bien ancrée à Eysines. Si l’on rassemble tous les votes à gauche, pour le PS, les Verts, LFI et Génération.s, cela fait 2840 électeurs sur 7280. Ce n’est pas négligeable. Je regrette que les acteurs politiques de gauche n’aient pas été capables de s’unir. LREM arrive donc en tête dans ma commune, suivi du RN. 1300 personnes ont voté pour le RN aux Européennes, contre 1700 au premier tour de la présidentielle 2017. Cela montre que leur électorat se stabilise dangereusement. Je suis tout de même heureuse de constater que l’écologie reste une grande préoccupation : les Verts ont obtenu 16,71% des voix à Eysines. »

Pierre Hurmic, président du groupe écologiste au conseil municipal de Bordeaux : "Avec 21.54% des suffrages exprimés, nous représentons aujourd’hui la 2ème force politique à Bordeaux. La liste Europe Ecologie figure même en tête des votes dans 2 cantons sur 5 (le 1er et le 5ème).Ce score légitime nos combats et nos propositions pour présenter une alternative politique crédible autour de la question écologique, indissociable de la justice sociale. A nous de prendre nos responsabilités et de porter ce rassemblement ouvert à toutes celles et ceux qui veulent placer, enfin, l’écologie au cœur des enjeux politiques bordelais."

Jean-François Egron (PS), maire de Cenon et vice-président de Bordeaux Métropole : « Malheureusement, nous ne pouvons que constater la hausse du vote RN. Les électeurs se désinhibent et votent ouvertement pour eux. Le RN arrive en tête à Cenon avec 20,52% des voix. Le mouvement des gilets jaunes et les cahiers de doléances nous laissaient supposer que ce parti prospérerait. Dans les quartiers, l’absence de moyens a aussi fait durcir le ton, notamment avec la baisse des effectifs policiers. »

Alain David (PS), conseiller municipal de Cenon et député de la 4e circonscription de la Gironde : « Voir le RN en tête, c’est désolant. Voir LREM le suivre, c’est encore plus inquiétant pour nous. Le parti socialiste a toujours été en tête dans les élections précédentes à Cenon : c’est donc un phénomène nouveau. Je voudrais rester persuadé que c’est ponctuel et que cela ne s’inscrit pas dans les pratiques politiques de nos électeurs. Il y a clairement un effet de ras-le-bol, les gens ne croient plus en rien. Il ne faudrait pas que cela perdure et qu’ils aient la même attitude lors des prochaines échéances électorales. Il va falloir se mettre à reparler aux électeurs pour qu’ils reprennent confiance. »

Loïc Prudhomme (LFI), député de la 3e circonscription de la Gironde : « En Gironde, nous sommes un peu au-dessus du niveau national, mais c’est tout de même bien en dessous de ce que nous imaginions. Cela confirme que notre électorat est bien loin des préoccupations européennes. A Lormont, nous avons eu 10% des voix, mais il y a eu un très fort taux d’abstention à 57%. Nous avons aussi perdu le vote de quelques jeunes électeurs urbains qui ont préféré voter pour EELV. Notre mission est donc de mobiliser les abstentionnistes et de leur montrer que nous sommes la seule alternative au duo LREM-RN, lors des prochains scrutins. »

Mathieu Bergé, Conseiller régional Génération.s: "Déçu de n'envoyer aucun député à Bruxelles, même si le seuil des 3% est dépassé et nous installe dans le paysage politique. Il devient urgent de travailler au rassemblement de la gauche écologiste et sociale et de rompre définitivement avec le social libéralisme qui a mis la Gauche en échec dans toute l'Europe. Dès demain, nous travaillerons à ce rassemblement sincère pour offrir une alternative au libéralisme et au nationalisme."

Jean-Luc Gleyze, président (PS) du conseil départemental de Gironde: "Aujourd’hui, les Françaises et les Français se sont exprimés pour élire leurs représentants au Parlement européen. La participation est en hausse de 10 points par rapport à 2014, un signal positif pour la vie démocratique, même si on ne peut pour autant se satisfaire d’une participation à 51%.
Ce soir, il faut voir la réalité en face, le Rassemblement national arrive en tête de ce scrutin. C’est un échec pour la France, et c’est un échec pour l’Europe. Pour ma part, je ne me résoudrai jamais à voir l’extrême-droite à un tel niveau. Ces résultats traduisent un revers collectif, dont il va falloir tirer toutes les leçons.
C’est également une défaite pour la Gauche qui, une nouvelle fois, n’a pas su se rassembler malgré l’importance des enjeux. Alors que la campagne a démontré la proximité qui existe entre les partis de gauche, alors que l’urgence climatique se fait chaque jour plus pressante, alors que les besoins de justice sociale sont de plus en plus impératifs, la division et l’éparpillement des voix de gauche livrent l’Europe à un affrontement entre libéraux et nationalistes.
Pourtant, le rassemblement est possible. Nous le démontrons localement, dans les communes et intercommunalités, au Département et à la Région. Alors pourquoi n’y parviendrions-nous pas au niveau national et au niveau européen ?"

David Habib, député PS 3ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques: "Les résultats de ces élections font apparaître de bonnes et de mauvaises nouvelles. Parmi les bonnes : la participation, en hausse ; le score du Parti Socialiste supérieur à ce que les sondages annonçaient. Inversement, le score du Rassemblement National est une source évidente d'inquiétude. C'est surtout un échec pour Emmanuel Macron qui s'était engagé au-delà de la normale, apparaissant même sur des affiches. De fait, il a cristallisé par sa politique et son comportement un vote anti-Macron. Si l'on continue comme ça, Marine Le Pen l'emportera en 2022. C'est d'abord à Emmanuel Macron de changer, d'attitude et d'orientation, notamment en matière sociale. Non, tous les Français ne sont pas des premiers de cordée ! Beaucoup d'entre eux souffrent et sont oubliés par ce pouvoir. Le Parti Socialiste doit lui aussi changer. La période du deuil est finie. Nous devons retrouver notre enthousiasme et parler plus fort, plus clairement aux Français. Nous devons entendre l'appel qui a été lancé ce dimanche, notamment par les jeunes, sur le plan environnemental, sans courir après les dirigeants écologistes."

 

Dominique Bussereau, président du conseil départemental de Charente-Maritime: " Triste de voir de RN en tête, mais c'est hélas la suite logique de la crise des Gilets Jaunes. Maintenant après l’échec des Republicains, il faut refaire l’UMP, c’est à dire la vraie alliance de la Droite et du Centre et  vraisemblablement ouvrir un dialogue démocratique avec EmmanuelMacron, Edouard Philippe et Jean Pierre Raffarin. [...] C’est le moment de se rapprocher du terrain et d’entamer enfin une vraie politique de décentralisation".

Michel Delpon, LREM, député du Bergeracois: "J'observe une forte progression de la participation. Elle est meilleure que prévue et c'est une bonne chose pour la démocratie. Bien sûr, nous aurions préféré être devant, ce n'est pas le cas. Mais pour un parti qui n'existait il y a trois ans, nous envoyons 22 députés  au parlement européen.  Le FN était en tête la dernière fois. La montée des verts n'était pas attendue, c'est un signal fort sur la transition énergétique. C'est un signal qui me va bien puisque je travaille sur l'hydrogène. Il y a sans doute une orientation à donner sur le social et l'écologie à notre politique."

Jean Pierre Cubertafon, député modem de la 3e circonscription de Dordogne: « Je suis déçu. On ne peut pas se voiler la face. Mais le parti de Marine Le Pen fait moins bien qu’il y a 5 ans, il était à 25 % au niveau national. Cette élection pour la République en Marche et ses alliés fut très difficile dans le contexte de ces six derniers mois avec la crise des gilets jaunes.  Nous n’avons pas réussi suffisamment à convaincre. Ce vote s'est transformé en référendum . On assiste à l’effondrement de la droite républicaine, qui a perdu beaucoup de voix. Je suis agréablement surpris par le score de Yannick Jadot, tant en plan national qu’au niveau de la Dordogne. Les écologistes sont 3e.

Claude Olive, maire LR d'Anglet et vice président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques : "Quand on regarde les résultats sur Anglet, on voit effectivement qu’on reste toujours une ville modérée avec un Rassemblement national à 14% des voix. On est sur un vote donc très politique et où l'on voit comme sur toutes les élections européennes un vote ou tout le monde se défoule un peu.avec 3 listes ce ui ne veut pas dire grand chose. La grande satisfaction est qu’on a une participation de 54,82% des voix Je ne sais trop dire à proprement parler sur les transfuges de voix ui se sont effectués, notamment la République en marche pour empêcher le Front national d'être très haut ici, des déperditions, notamment sur les Républicains et des écologistes assez haut. Mais pour ce  qui nous concerne il y aura des enseignements à tirer assez rapidement"

Florence Lasserre-David, députée Modem de la 5ème circonscription associée à la République en marche: "La participation est une bonne surprise et veut dire que les gens s'intéressent au sujet européen en comprenant que ça les touchait directement et se sont mobilisés alors que l'on attendait une absence plus importante. Certes, elle arrive devant d'une très très courte avance mais le chiffre de ses suffrages n'augmentent pas. Pour ce ui nous concerne, Emmanuel Macron confirme avec cette élection, une base forte et solide et ui ne s'est pas effondrée comme certains le pensaient et l'espéraient. C'est extrêmement important pour nous. Il ne faut pas oublier qu’on en est qu’à deux ans de mandat. Malgré les apparences on a ressenti cela pendant la campagne et sur les marchés. Son implication dans la campagne,  considérée comme un risque par certains, n'était que son devoir en tant que président de la République. Pour ce qui me concerne j'en retire deux termes: humilité, parce u'il faut être lucide, on a pas réussi à passer devant même si on est très proche, et une détermination qui ne peut être que renforcée pour agir au service du pays. Détermination que nous avions il y a deux ans et, on le voit qu'il faut poursuivre aujourd'hui."

Max Brisson, sénateur LR du Pays basque: "Le résultat de la liste LR ne correspond pas à nos attentes. La droite n'a pas réussi à s'extraire du piège tendu par Emmanuel Macron qui a tout fait pour réduire à la réédition du choc l'opposant à Marine Le Pen.En cela, c'est aussi un échec pour le président.
Triste résultat et déception donc, d'autant plus que FX Bellamy avait créé un espoir collectif. Je pense donc ce matin à tous nos candidats, nos élus et nos militants qui se sont tant engagés sans compter.
Il faut maintenant analyser ce résultat et se préparer à rassembler nos concitoyens de la droite et du centreafin d'incarner une véritable alternative. Nous devons entendre le message des Français et y répondre par un projet d'alternance entièrement réinventé et tourné vers les préoccupations réelles de nos concitoyens.
Nous devons réagir aussi en nous réunissant. Ce projet, nous devons le construire dans un large rassemblement de tutes les forces de la droite et du centre. C'est pour cela que je serai aux côtés de toutes celles et ceux ui voudront porter et incarner cet élan."

la rédaction
Par la rédaction

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6807
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Alain Rousset, Président du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine Politique | 25/07/2022

Le Grand Entretien - Alain Rousset : "Il faut être sobre, frugal. C'est une autre croissance"

Image d'illustration : train grande vitesse Politique | 20/07/2022

LGV Bordeaux-Dax - Bordeaux-Toulouse : Le GPSO n'a pas peur des ZAD

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine Politique | 19/07/2022

Alain Rousset : "Décentraliser davantage pour devenir éco-responsable"

Sylvie Marcilly aux côtés de Catherine Desprez, maire de Surgères et première vice-présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime Politique | 05/07/2022

Contournement de Marans : enfin un coup d’accélérateur déterminant

La fidèle de François Bayrou, Geneviève Darrieussecq et la tombeuse du PS, Bérangère Couillard sont désormais membres du gouvernement. Politique | 04/07/2022

Deux députées de Nouvelle-Aquitaine rejoignent le gouvernement Borne 2

TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean Politique | 01/07/2022

Au moment de financer la LGV vers Toulouse et Dax, l’Europe hésite à payer

En séance plénière du Conseil départemental, les élus se sont prononcés sur 38 dossiers soumis au vote Politique | 24/06/2022

Haute-Vienne :un nouveau schéma autonomie pour personnes âgées ou en situation de handicap

Réunion de bilan du SRDEII le 3 mars 2022 à la Maison de la Région à Poitiers. © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch Politique | 20/06/2022

Développement économique : un schéma régional en guise de leçon au gouvernement

Urne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES dans les Pyrénées-Atlantiques : Avantage à la majorité présidentielle et une conquête de la gauche

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Ensemble! remporte quatre sièges sur cinq en Charente-Maritime

Les candidats élus dans la métropole bordelaise Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES: la métropole obtient trois députés Nupes et trois députés Ensemble!

législatives Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Gironde (hors Métropole): Le RN décroche deux circonscriptions

Genevieve Darrieussecq, Lionel Causse et Boris Vallaud, les 3 députés des Landes Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES : Le département des Landes esquive le séisme électoral du 2nd tour

Les 4 candidats élus en Haute-Vienne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Trois candidats de la Nupes élus en Haute-Vienne

Les 2 candidats élus de la Corrèze Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES En Corrèze, les deux candidats LR Frédérique Meunier et Francis Dubois élus