Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

  • 16/04/21 | Revatec favorise le réemploi

    Lire

    L’association Revatec à Guéret avec une vingtaine d’acteurs issus des secteurs de l’économie sociale et solidaire porte le projet Remise En Valeur des Aides Techniques. Ce projet consiste en la création d’un centre de récupération, de remise en état et de redistribution des aides techniques « occasionnelles » à destination des personnes en perte d’autonomie. Associé à cette démarche, le pôle domotique de Guéret permet à l’association de présenter les différents matériels via un showroom.

  • 16/04/21 | E-sport: Rebound Capital Games saisit la balle au bond!

    Lire

    A Angoulême, Rebound Capital Games, studio de développement et d’édition de jeux vidéos de sport, va construire un catalogue de jeux vidéos sous licences sportives afin de sortir un jeu tous les 18 à 24 mois. Le studio va également développer un de ses jeux sur PC, Tennis Manager, qui est le 1er jeu de simulation de tennis réaliste permettant de gérer toutes les tactiques et stratégies mises en œuvre lors d’un match.

  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nouvelle-Aquitaine : éloge de la stabilité et inquiétude pour l'apprentissage

19/09/2019 | Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, a effectué sa rentrée politique et médiatique ce jeudi 19 septembre. Elle s'est déroulée dans une ambiance... remontée.

Alain Rousset rentrée 2019

Formation, écologie, Europe. Voilà, en substance, le triptyque formé par la rentrée politique du président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, qui s'est déroulée ce jeudi 19 septembre à Bordeaux. À moins de quinze jours d'un Congrès des Régions qui devrait, à minima, être révélateur sur les relations entre les 13 collectivités et le gouvernement, l'ancien chef de file de l'ARF n'a pas vraiment été tendre avec ce dernier, notamment concernant la réforme de la formation professionnelle. Tout en s'en servant pour évoquer une candidature à sa propre succession en 2021, il a souligné le souhait clair d'une "stabilité" qui tarde à venir...

Après avoir annoncé un virage vert en janvier (qui a donné naissance au vaste plan NéoTerra), la rentrée politique d'Alain Rousset, qui s'est effectuée ce jeudi 19 septembre à Bordeaux, était moins apaisée. Une grosse dizaine de jours avant le prochain Congrès des Régions de France, qui se tiendra les 30 septembre et 1er octobre prochain à Bordeaux (et devrait inviter quelques têtes d'affiches gouvernementales dont Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer), le président de la Nouvelle-Aquitaine n'a pas vraiment été tendre avec certaines réformes phares. "Il y a une instabilité dans la définition du rôle des uns et des autres". Le plus gros coup de gueule est aussi le plus prévisible : c'est celui contre la loi "choisir mon avenir professionnel", pour laquelle la rapporteur et députée Catherine Fabre est en ce moment même en train d'assurer un service après-vente sous la forme d'un "Tour de France" de l'apprentissage. Visiblement, Alain Rousset ne digère pas vraiment le fait que les Régions aient perdu le monopole sur la gestion des Centres de Formation des Apprentis.

Formation professionnelle : l'œil dans les tuyaux

"L'action publique, c'est le temps long. C'est assez piquant de voir le Premier Ministre et Muriel Pénicaud aller inaugurer des CFA tous neufs qui ont des succès extraordinaires et n'ont rien à voir avec la dernière loi puisque c'était l'ancienne et nos compétences qui s'appliquaient", a ainsi tenu à rappeler l'élu socialiste Nous ne connaissons pas la tuyauterie, qui ne s'est pas encore mise en place, sur le financement de l'apprentissage. Or elle est essentielle pour tenir un CFA dans un milieu rural. Je suis très inquiet pour l'avenir de nos CFA si le gouvernement n'arbitre pas pour confier aux régions les moyens, tant en investissement qu'en fonctionnement, pour les préserver. La volonté du ministère du travail, ça a été de mettre de la concurrence partout et de payer au "coût-contrat". Autrement dit, si vous ouvrez une section de formation à 12 places et que vous n'en avez que six, vous ne serez payés que sur six et vous pouvez avoir des cycles économiques rendant très difficiles vos moyens de fonctionnement. Ça risque d'être dramatique, surtout pour les territoires ruraux. Si on y supprime les possibilités de formation et les usines, ce sera pire que la désertification médicale des médecins. Je suis stupéfait de l'incompétence de ces réformes, je ne sais pas si c'est de gauche ou de droite, mais c'est incroyable. La tuyauterie ne peut pas se mettre en marche avant trois ou quatre ans. Les grands groupes vont se financer leurs propres dispositifs, ce sera dans les grandes villes. Mais les apprentis ont des problèmes de mobilité : quid des transports, de l'hébergement ? Cette centralisation de certains organismes professionnels comme l'IUMM est contraire au développement de nos territoires".

Un rappel d'autant plus remonté que la région s'est engagée en janvier dans un Pacte régional d'investissement dans les compétences (2019-2022) d'un montant de 502,45 millions d'euros visant l'augmentation du nombre de parcours de formation pour atteindre le chiffre de 60 000 en 2020. La rentrée 2019 est d'ailleurs l'occasion pour la collectivité de mettre en place des "plateformes d'amorces de parcours de formation" (5000). Le Fonds régional d'innovation dans la formation s'est vu confier le rôle de "se préparer aux évolutions de la nouvelle loi" et de s'adapter aux "mutations technologiques". Il a retenu, pour sa deuxième année, 27 dossiers jugés "innovants" qui seront présentés au sein d'une commission permanente en octobre. "Ce sont les régions qui ont fait bondir le nombre d'apprentis depuis 2015", justifie ainsi l'élu pour illustrer les récents chiffres assez positifs mis en avant par le Ministère du Travail. Le Congrès des Régions, qui sera notamment dédié à une séance sur la décentralisation, devrait à coup sûr être un moment privilégié pour vérifier si les violons ont des chances de s'accorder, alors qu'une application du Compte Personnel de Formation doit arriver en novembre.

Fonds européens : nouveau plaidoyer

Pas question non plus de décolérer sur la recentralisation des fonds européens dits FEADER de soutien à l'agriculture souhaitée par le gouvernement (représentant 1,4 milliards sur les 2,5 milliards d'euros accordés entre 2014 et 2020 aux régions qui faisaient jusqu'à présent office d'autorités de gestion. Et le fait que la dotation "jeunes agriculteurs" resterait à priori de la compétence des conseils régionaux (30% du total FEADER) ne rassure pas vraiment le chef de file de la Nouvelle-Aquitaine. "Nous sommes la première région agricole d'Europe et pourtant l'emploi dans l'agriculture est en baisse. Nous n'avons pas d'explication précise, mais il faut bien sûr pouvoir réanimer l'installation en y ajoutant une véritable quête de sens, comme nous l'avons fait avec le programme Usine du futur que nous souhaitons démultiplier pour arriver à en labelliser 1500 (il y en a actuellement plus de 600). Nous avons doublé les aides à l'agriculture en Limousin et en Poitou-Charentes. Les Crédits Européens correspondent aux compétences des régions. Il ne faut pas que les fonds structurels des crédits européens deviennent un camouflage des régulations budgétaires de Bercy. Ma dernière discussion avec Édouard Philippe sur ce sujet me laisse un peu d'espoir, la gestion régionale du FEADER pourrait être expérimentée dans plusieurs régions". À charge pour elles de monter le dossier des demandes de soutien financier, échéance sur laquelle la France, à entendre la vice-présidente du Conseil Régional en charge de l'Europe et de l'International Isabelle Boudineau, n'est pas vraiment en avance... 

Poursuivre l'élan

Enfin, le dernier volet politique majeur de cette rentrée aura sans aucun doute été celui de l'environnement. Alors que les travaux du comité scientifique Écobiose doivent être officiellement restitués le 4 octobre et que les ambitions en termes de transition écologique se multiplient dans le rapport NéoTerra voté en juillet (la réduction de 35% de la consommation d'eau et l'objectif de 30% de gaz vert dans les réseaux en 2030 n'en sont que deux exemples parmi de nombreux autres), la Nouvelle-Aquitaine a récemment été lauréate de l'appel à projets "Territoires d'innovation" au travers du projet VitiREV dont l'ambition est d'accompagner la sortie des pesticides dans la viticulture. Une enveloppe de 73,6 millions d'euros que Lydia Héraud, conseillère régionale déléguée à la viticulture, a détaillé. "Le programme se fonde sur une cinquantaine d'actions précises, par exemple développer des outils de formation spécifique virtuels dédiés aux viticulteurs pour qu'ils puissent identifier via des simulateurs les solutions alternatives à apporter en matière de traitement de la vigne. On veut aussi développer des escape game et jeux vidéo pour transformer la vision qu'ont les jeunes de la viticulture". "On ne réussira que si on embarque tout le monde dans cette barque ambitieuse mais indispensable", a abondé Alain Rousset. 130 "partenaires" s'y sont déjà engagés.

La satisfaction ne cache pas l'inquiétude sur un autre dossier : celui de la sécheresse "que connaissent actuellement beaucoup de nos territoires. Que ce soit en Corrèze, dans la Creuse ou la Vienne, la situation est très préoccupante. À Guéret, ils vont être obligés de prélever et de traiter l'eau du lac de loisir qui se situe juste à côté pour approvisionner le réseau. Ce n'est pas forcément à l'échelle de la région que l'on va régler le problème de la résilience, mais je vais réunir un séminaire de travail associant des chercheurs et des spécialistes concernés par ce problème. Faudra-t-il un plan de réactions, de solidarités ? Une régulation du ruissellement ?", questionne le président de Région en annonçant qu'un vaste plan de lutte et de gestion des ressources en eau devrait être établi dans les prochains mois. "Il faut des retenues d'eau, reste à se mettre d'accord sur le où et le comment". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6883
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !