Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/07/20 | La Rochelle : Les Francos, ça continue quand même

    Lire

    Les Francofolies étant annulées pour cette année, ses organisateurs proposent un concert exceptionnel le 14 juillet au jardin Bobinec, avenue Général de Gaulle, à partir de 18h. Au programme : les artistes du Chantier des Francos 2020. Ce concert est gratuit sur réservation dans la limite des places disponibles. Billets à retirer au bureau des Francofolies, 2 rue de la Désirée à La Rochelle, du 6 juillet jusqu'au 9 juillet (de 9h30 à 18h00). Nombre de places limité à 2 entrées par personne.

  • 06/07/20 | Deux-Sèvres : une enquête publique sur le foncier de l'accès au CH Nord

    Lire

    Le projet d'aménagement foncier concernant l'accès au centre hospitalier Nord Deux-Sèvres sur les communes de Bressuire (Noirterre), Geay et Faye-L'Abbesse fait l'objet d'une enquête publique jusqu'au 24 juillet, 17h, portant sur le périmètre et les prescriptions particulières du nouveau plan parcellaire et travaux connexes. Les agriculteurs et propriétaires concernés peuvent se rendre sur le site du Département 79 pour examiner le dossier de l'enquête. Contact: Magali Prévost 05 49 77 15 15.

  • 06/07/20 | Charente-Maritime : pas de parapente sur la Côte Sauvage

    Lire

    En août dernier, la maire de La Tremblade avait émis un arrêté interdisant la pratique du parapente sur toutes les plages de la Côte Sauvage. Pour Laurence Osta-Amigo, il s'agit aussi bien de préserver le cordon dunaire, déjà fragilisé par l'érosion et les submersions, que d'éviter un éventuel accident avec des promeneurs ou des baigneurs. Le parapentiste Claude de Monti avait saisi le tribunal administratif de Poitiers pour invalider l'arrêté. La justice vient de donner raison à l'élue.

  • 04/07/20 | Charente-Maritime :une enquête sur les circuits courts

    Lire

    Soutenant la démarche de développement des circuits courts engagée par le Département 17 en 2016, la Chambre d’agriculture 17 réalise une enquête afin de mieux connaitre les besoins et les attentes des producteurs locaux en circuits courts et l’intérêt de chacun concernant les outils développés par la collectivité. Dans le but de mieux valoriser l’offre, elle recense également les activités (produits, lieux de vente, agrotourisme…) des entreprises en circuits courts. Contact: 05 46 50 45 00.

  • 04/07/20 | Dax : à la découverte du patrimoine Belle époque de la cité thermale

    Lire

    Avec Dax Architecture (Ed. Kilika), l'historien landais Kévin Laussu offre une riche étude de fond sur ce patrimoine méconnu de la cité thermale. Une première publication qui salue près de 15 ans d'inventaire, et un outil pour mieux connaître l'identité et l'histoire récente de cette ville labellisée Art et Histoire par le ministère de la Culture cet hiver. De quoi prendre conscience aussi des richesses locales à protéger, des belles demeures jusqu'aux portes en bois sculpté et ferronneries.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nouvelle-Aquitaine : la droite cherche son nouveau souffle digital

12/04/2019 | L'association des Élus Locaux pour l'Aquitaine (RELPA) a présenté ce jeudi à l'occasion de son assemblée générale annuelle un nouveau site internet participatif.

RELPA

Si les regards sont en ce moment braqués sur les résultats (déjà sujets à caution) d'un grand débat qui a cristallisé bien des attentes, ce dernier apparaît de plus en plus comme le symptôme d'un besoin de dialogue. Y compris chez les élus locaux. Ce jeudi, le Rassemblement des Elus Locaux pour l'Aquitaine (rentré dans le giron de la grande région) a présenté un site internet dont l'objectif central sera de tenter de répondre à cette demande, faisant de cette petite association le nouvel instrument politique d'une opposition qui souhaite reprendre les armes. La sauce va-t-elle prendre ? En tout cas, l'initiative est symptomatique du contexte dans lequel elle survient...

Jouer avec le feu

C'est l'histoire (et elle est loin d'être unique) d'une petite association d'élus de la Nouvelle-Aquitaine qui décide de sortir un peu de sa torpeur pour des raisons justifiées, en partie, par un contexte politique que l'on qualifiera poliment de "fluctuant". En avril 2018, le Rassemblement des Elus Locaux pour l’Aquitaine reprend ses activités, après trois ans d'inactivité. Les municipales et la refondation des régions sont passées par là, de même que, plus récemment, les gilets jaunes et les "approximations" désormais apparentes des restitutions du grand débat national. Le président du RELPA n'est, localement du moins, pas inconnu. Yves d'Amécourt, élu à la région et maire de la commune de Sauveterre-de-Guyenne, a également été président du groupe Gironde Avenir entre 2008 et 2015 et ancien candidat à la tête de la fédération LR régionale. Au moment de présenter cette association, qui revendique depuis sa reprise une petite cinquantaine d'adhérents, nous ne résistons pas à lui faire dire quelques mots de la période dans laquelle le RELPA a choisi d'annoncer, ce jeudi 11 avril, l'ouverture d'un nouveau site internet à l'allure plus participative qu'à l'ordinaire, au moment où de nombreuses mairies de la métropole bordelaise et d'ailleurs se sont emparées du mot avec des ambitions diverses.

"Ce n'est pas très clair. On est dans une République inversée. Du temps de Chirac, de Mitterrand ou de De Gaulle, le Président aurait donné les grands principes et chargé son premier ministre de faire des propositions concrètes. Ici, c'est le contraire qui se produit. Ils jouent avec le feu. Pour pouvoir redistribuer, il faut engranger. Rien n'est fait pour réduire les dépenses, je ne vois pas ce que le Président va pouvoir proposer en termes de réduction d'impôts. La colère qui s'était un peu éteinte risque donc d'exploser de nouveau. De notre côté, on a anticipé ce qui s'est passé avec le besoin de débat dans les territoires. Les élus sont perdus parce que les cantons ont changé, les communautés de communes ont grandi, ils ont des propositions à faire mais elles ne sont pas forcément entendues. On n'a jamais eu autant de moyens de communication qu'aujourd'hui mais il n'y a jamais eu autant de besoin d'avoir des liens. Depuis un an, on travaille là-dessus pour permettre aux gens d'échanger un peu différemment". 

Campagne participative

Là-dessus donc : le site du RELPA Nouvelle-Aquitaine, qui donne le ton dès qu'on arrive sur la page : "élus, partageons nos expériences et nos compétences". Il a été monté par la toute jeune société Copernic, qui fournit aux collectivités et aux candidats (sans distinction partisane) un moyen de construire un programme participatif, avec un système de vote sur des propositions directement intégré sur le site internet qui achète cette solution digitale (faisant évidemment partie d'un bien plus vaste marché). Derrière l'idée, un fondateur pas tout à fait inconnu des rangs de la droite locale : Gautier Guignard a en effet été responsable de la campagne digitale de François Fillon lors de la dernière élection présidentielle. On ne lui a pas demandé s'il avait été content du résultat, mais son idée de "campagne participative et instantanée", en revanche, on a voulu qu'il nous l'explique.

"Ce n'est pas juste des contributions dont on va faire la synthèse, ce sont des idées dont la pertinence est mesurée publiquement par le nombre d'adhésions et de votes favorables qu'elles auront obtenu. La limite du participatif, c'est qu'on vous demande de vous intégrer dans un autre univers, autrement dit de télécharger une application. Le taux d'engagement est très bas. Ici, les modules sont directement agrégés sur le site du candidat ou de la collectivité à laquelle on s'adresse". L'outil ne remplacera donc jamais une bonne stratégie digitale des élus ou des collectivités qui l'utilisent : si personne ne vient voter, le "test de popularité" d'une proposition aura autant d'impact qu'un sondage à trois participants. "La maison commune d'une association politique dans cette région est nécessairement digitale, même s'il faut aussi y allier le réseau physique", continue Gautier Guignard. On peut trouver les preuves un peu partout : dernièrement, le candidat le plus populaire en Ukraine dans les sondages assume une campagne presque entièrement digitale (rassurez-vous, le parallèle ne va pas plus loin)). 

Démonstration par l'exemple

Tout l'intérêt de l'association réside donc dans le besoin de fédérer davantage d'élus autour d'elle et de faire connaître le dispositif. Lancé tout récemment, le site internet ouvre aussi des tribunes à des élus (autour du giron divers droite, c'est sa limite apparente et assumée), des projets menés par ces derniers dont d'autres pourraient s'inspirer, des tribunes libres et enfin ces fameuses propositions en débat. "Pendant la campagne (présidentielle), j'entendais souvent ce terme de "bonnes pratiques", sans trop savoir comment rendre ça concret ni ce que ça voulait vraiment dire. Par ce système, on essaie de lui donner du sens", précise Gautier Guignard. Pour l'instant, bien sûr, elles sont peu nombreuses, mais elles ont en revanche un point commun, comme nous le confirme Yves d'Amécourt: "Le besoin de relations entre les élus locaux grandit parce que les modèles dans lesquels les gens se retrouvaient ont explosé. Les communes restent, mais les cantons ont changé et la région est devenue énorme, on a donc besoin de retrouver des liens entre les élus pour faire des propositions et les porter par le biais de cette association. Des parlementaires pourraient aussi s'en saisir pour faire des propositions de loi. On tient à ce que ce clivage politique que le Président essaye de gommer existe. Les propositions de simplification de l'administration, c'est une façon de reprendre une certaine légitimité de l'opposition, de marquer notre différence". Autrement dit : une manière plus participative de porter les propositions et idées d'une opposition largement mise à mal par le dernier scrutin (et, annonce-t-on déjà, par ceux à venir).

Parmi les quelques propositions déjà en ligne, le discours en faveur d'une décentralisation des décisions politiques est à peine masqué : proposer aux départements de fixer eux-mêmes les limitations de vitesse sur les routes départementales (en réponse à la limitation des 80 km/h), autoriser la célébration des mariages civils dans toutes les communes sans distinction du lieu de résidence, permettre aux mairies de choisir elles-mêmes leur possibilités de financement ou de bilan comptable... Elles sont pour l'instant peu nombreuses, mais le RELPA promet que d'autres vont bientôt venir s'y ajouter. Philippe Goujon, candidat du 15ème arrondissement de Paris a transformé l'outil Copernic en véritable programme interactif, avec plusieurs propositions par thématique, il teste ainsi la popularité de ces dernières. Pas question pour autant, le RELPA l'assure, de se servir de cet outil pour faire campagne lors des prochaines municipales ou européennes : l'association ayant acheté ce service (dont le prix va de quelques centaines à plusieurs milliers d'euros en fonction de la taille de la collectivité publique et du type de service dont elle veut bénéficier "à la carte") affirme qu'elle restera seule en contrôle des contenus publiés sur son site mais qu'elle ne sera pas un moyen de prendre des positions électoralistes. Copernic l'assure, d'autres collectivités ou élus sont déjà en contact pour bénéficier de ce service, né officiellement il y a trois semaines. Le grand débat n'était-il que l'amorce d'une réelle ouverture de dialogue à échelle locale entre élus et citoyens ? La droite régionale n'a en tout cas pas hésité à s'engouffrer dans la brèche. La prochaine étape (gonfler les troupes) n'en sera que plus nécessaire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3450
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !