30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nouvelle-Aquitaine : la préfète dessine les enjeux de la rentrée

01/10/2020 | "Les efforts demandés commencent à porter leurs fruits", a précisé ce mercredi la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio concernant la crise sanitaire.

1

Ce mercredi 30 septembre lors de sa "conférence de rentrée politique", la préfète régionale et départementale, Fabienne Buccio, a fait le point sur la crise sanitaire, la situation économique et les aides de l'État aux collectivités qui ponctueront les prochains mois. Elle a dessiné "une décrue, encore fragile" de la situation face au coronavirus en Gironde, en fermant cependant la porte à une éventuelle "clause de revoyure" de son dernier arrêté préfectoral. On s'attarde, en trois axes, sur l'essentiel à retenir de son intervention.

Elle est probablement la dernière à s'y coller, mais la rentrée médiatique de la préfète de Nouvelle-Aquitaine et de Gironde, Fabienne Buccio, aura au moins permis de discerner un discours plus encourageant que ces dernières semaines. Comme à l'habitude, le "point sanitaire" a inauguré le bal.

Crise sanitaire : "les girondins ont fait ce qu'il fallait faire"

Après les mesures supplémentaires récemment prises, la porte-parole de l'État a affirmé que "tous ces efforts demandés commencent, semble-t-il, à porter leurs fruits, notamment en Gironde. Nous avons un recul de plusieurs jours et une décrue, encore fragile, s'amorce". Elle a évoqué une "situation contenue dans les hôpitaux du département, avec un nombre de patients COVID stable en réanimation (31) et en hospitalisation (102) et un taux d'incidence en baisse (140 cas pour 100 000 habitants contre 170 il y a quinze jours) y compris sur la métropole bordelaise (160 contre 210 sur la même période de comparaison). "Les girondins ont fait ce qu’il fallait faire. Ils ont fait preuve de discipline et de discernement. Ce combat, si nous parvenons à le gagner, ce sera grâce à eux. Les résultats semblent être là mais restons prudents et ne baissons pas la garde trop vite".

Les responsables préfectoraux ont également annoncé que les tests antigéniques seront déployés dans les prochains jours à Bordeaux, après le feu vert donné par le ministère de la Santé. Permettant d'obtenir des résultats en une demi-heure, ces tests seront utilisés dans quatre situations distinctes, comme l'a souligné Hélène Junqua, directrice générale adjointe de l'ARS. "Cela concernera les personnes qui arrivent aux urgences hospitalières du CHU de Bordeaux, les patients requérant une opération chirurgicale d'urgence, les étudiants du collège santé et de la faculté de médecine pour connaître leurs statuts avant le début de leurs stages (entre 8 et 10 000 étudiants) et enfin les personnes asymptomatiques qui souhaiteraient se faire tester dans les deux centres de dépistage bordelais (place des Quinconces et Aréna de Floirac).

Revoyure et ajustements

Hélène Junqua confirme que pour autant, "on n'en a pas fini avec la covid-19. Les mesures prises depuis deux semaines contribuent à contenir la propagation de la contamination au sein de la population mais elle reste très forte particulièrement chez les jeunes de moins de 30 ans et sont en augmentation chez les plus âgés". Largement débattue lors du conseil municipalbordelais ce mardi, la gestion locale de la crise sanitaire avait fait espérer au maire Pierre Hurmic l'idée d'une "clause de revoyure" de l'arrêté préfectoral à l'instar de la région PACA après une semaine d'application. "Je lui ai dit que nous n'étions pas dans la même situation qu'à Marseille : les restaurants fonctionnent, seuls les bars sont fermés à 22h. On constate que ça va mieux mais il ne faut pas de précipitation. J'ai maintenu la nécessité d'un point en fin de semaine prochaine, il ne me semblait pas judicieux de faire une clause intermédiaire".

La seule "exception" qui semble sur les rails, c'est celle des forains qui doivent investir la place des Quinconces à Bordeaux entre le 9 octobre et le 1er novembre. Les forains avaient manifesté le 25 septembre dernier contre l'annulation de l'évènement qu'ils considéraient "injuste". L'évènement pourrait finalement avoir lieu alors que les rendez-vous se multiplient avec la directrice de cabinet de la préfète ces derniers jours. "On leur a proposé de devenir un établissement de plein air : clos tout autour (avec barrières de chantier) et avec un ou deux portiques d'entrées qui permettent de comptabiliser les personnes qui entrent en même temps que celles qui sortent. La discussion est en cours, ils nous ont présenté un aménagement intérieur qui nous semble convenir". Pour les besoins matériels, ce sera à la mairie de trancher.

Économie et contrôles

Bien que la situation sanitaire occupe (logiquement) une grande place dans les discours préfectoraux, elle n'a pas été la seule à être évoquée par Fabienne Buccio. En effet, le volet économique à lui aussi occupé une place importante. Le tout a été abreuvé de chiffres : baisse de -1,8% du volume d'emploi en Nouvelle-Aquitaine (-40 000 emplois), -1,6% en Gironde contre -2% au niveau national, +4,1% de demandeurs d'emplois sur un an (contre +4,2 en national) mais une enquête de conjoncture de la Banque de France qui affirme que les entreprises de Nouvelle-Aquitaine se portent un peu mieux qu'ailleurs : 93% des entreprises industrielles ont eu un niveau d'activité normal en août (89% en national) et certains secteurs (comme le bois, le BTP ou l'alimentation) s'en sortent mieux que d'autres. 

Pour autant, au 3 septembre dernier, neuf Plans de Sauvegarde de l'Emploi ont été homologués ou validés depuis le mois de mars, concernant moins de 150 salariés. L'aéronautique, l'automobile, l'industrie et la construction navale (c'est le cas, par exemple, pour Construction Navale Bordeaux qui a annoncé 65 à 75 suppressions de postes) sont les quatre secteurs les plus représentés. Pour autant, Pascal Apréderisse, directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi auprès de la préfète de région souligne "une vingtaine de PSE en cours d'instruction. À ce stade, on est à peu près au niveau de l'an dernier en nombre de PSE et d'emplois supprimés mais on craint de ne pas en rester là parce que l'aéronautique représente environ 30 000 emplois dans cette région contre 12 à 13 000 dans l'automobile et on s'attend à des conséquences dans les prochains mois. Un PSE déstabilise un bassin d'emploi mais si on regarde l'impact sur l'évolution de la demande d'emploi, on voit que seulement 10% des nouveaux inscrits le sont suite à un licenciement économique. En août, on a constaté que les demandeurs d'emploi de catégorie A grimpaient de +7% contre +12% en juillet. Ça veut dire que les contrats redémarrent, même si des secteurs comme les bars et discothèques, le tourisme ou le transport de voyageurs restent en difficulté". Le plan d'aide de 17 milliards pour l'aéronautique est "déjà mis en œuvre", a affirmé Fabienne Buccio : deux entreprises régionales (Aunis à Rochefort et Venta à Nascaret) sont lauréates du premier appel à projet du fonds de modernisation du secteur (7,5 milliards d'euros).

Côté chiffres bruts, les mesures de soutien économique ont représenté 1,3 milliards d'euros versés sur le chômage partiel (dont 450 millions d'euros en Gironde), 1,6 milliards de reports de charges sociales et fiscales, 500 millions de fonds de solidarité et 8 milliards de prêts garantis par l'État. Concernant plus particulièrement le chômage partiel, "5500 contrôles ont été effectués depuis juillet sur un total de 115 000. On a échantillonné", a repris Pascal Apréderisse. L'échantillonnage en question a été effectué sur les entreprises présentant les taux horaires les plus élevés, celles étant le plus en capacité de télétravailler (notamment dans le tertiaire), souvent de plus de dix salariés et en fonction des jours fériés payés ou non et des signalements extérieurs reçus. "40% de ces contrôles sont clos. Dans les deux tiers des cas, l'entreprise a fait ce qu'il fallait et il n'y a pas eu de redressement constaté. Dans 20% des cas, il y a effectivement eu redressement, la plupart des cas en défaveur. 10% des dossiers sont des fraudes : des entreprises installées qui ont travaillé et ont fait une demande de chômage partiel et de la cybercriminalité au niveau national avec des gens qui ont monté des dossiers fictifs sur des entreprises qui n'avaient pas fait de demandes".  

Négociations de contrats

Si une grande partie de l'intervention de la préfète a été dédié aux déclinaisons régionales du plan de relance gouvernemental (avec notamment 58 millions d'euros supplémentaires versés au conseil régional pour la formation des jeunes ou 90 millions de plus pour les aides aux collectivités, un montant qui passe de 9 à 18 millions en Gironde), c'est bien le CPER (Contrat de Plan État-Région) qui reste au cœur des débats puisqu'il est en cours de négociation prolongée. En début de semaine, un "accord de méthode" a été signé entre l'État et les régions pour cadrer cette dernière autour d'un "effort de relance de 40 milliards d'euros sur les prochains mois". Les rencontres vont se poursuivre : dès ce vendredi, Fabienne Buccio s'entretiendra avec Alain Rousset pour évoquer le "suivi des investissements".

On peut par exemple se demander ce qu'il en sera pour un volet âprement discuté au sein des CPER : celui des transports, et plus particulièrement du ferroviaire. 4,7 milliards d'euros y sont consacrés dans le plan de relance national, dont 300 millions d'euros pour la rénovation des "petites lignes", soit la majorité du réseau régional. Une somme insuffisante pour Renaud Lagrave, vice-président du conseil régional délégué aux transports, interrogé la semaine dernière à l'occasion de la reprise des comités de lignes TER. En février dernier, un rapport sur l'avenir du transport ferroviaire chiffrait à 6,4 milliards d'euros les besoins nationaux à engager entre 2020 et 2028 pour "gommer le retard d'investissement" sur ces 9000 kilomètres d'un réseau national vieillissant. Interrogés sur la question, les responsables préfectoraux disent ne pas encore connaître l'articulation entre les financements qui seront dédiés au CPER et ceux annoncés par le plan de relance, tout en ayant identifié les besoins régionaux à 1,3 milliards d'euros pour la régénération du réseau d'ici 2025. "On sait que des travaux sont prêts, notamment le focus sur l'étoile de Saintes, et c'est ceux-là qu'on commence à financer d'ici la fin de l'année. On a comme cible des besoins de financements plus importants sur les petites lignes, mais le temps de négociation est prolongé jusqu'en juin". Le temps pour une nouvelle présidence de région de se profiler...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
15906
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Fabienne Buccio, Préfète de la Gironde et de Nouvelle-Aquitaine Politique | 30/09/2022

Après les incendies, la préfète éteint les polémiques

Alain Rousset lors de sa conférence de presse de rentrée septembre 2022 Politique | 27/09/2022

"Bientôt" un cluster autour de l'économie circulaire en Nouvelle-Aquitaine

Le préfet de la Dordogne, Jean Sébastien Lamontagne Politique | 09/09/2022

En Dordogne, les services de l'Etat sur tous les fronts

Alain Rousset, Président du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine Politique | 25/07/2022

Le Grand Entretien - Alain Rousset : "Il faut être sobre, frugal. C'est une autre croissance"

Image d'illustration : train grande vitesse Politique | 20/07/2022

LGV Bordeaux-Dax - Bordeaux-Toulouse : Le GPSO n'a pas peur des ZAD

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine Politique | 19/07/2022

Alain Rousset : "Décentraliser davantage pour devenir éco-responsable"

Sylvie Marcilly aux côtés de Catherine Desprez, maire de Surgères et première vice-présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime Politique | 05/07/2022

Contournement de Marans : enfin un coup d’accélérateur déterminant

La fidèle de François Bayrou, Geneviève Darrieussecq et la tombeuse du PS, Bérangère Couillard sont désormais membres du gouvernement. Politique | 04/07/2022

Deux députées de Nouvelle-Aquitaine rejoignent le gouvernement Borne 2

TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean Politique | 01/07/2022

Au moment de financer la LGV vers Toulouse et Dax, l’Europe hésite à payer

En séance plénière du Conseil départemental, les élus se sont prononcés sur 38 dossiers soumis au vote Politique | 24/06/2022

Haute-Vienne :un nouveau schéma autonomie pour personnes âgées ou en situation de handicap

Réunion de bilan du SRDEII le 3 mars 2022 à la Maison de la Région à Poitiers. © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch Politique | 20/06/2022

Développement économique : un schéma régional en guise de leçon au gouvernement

Urne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES dans les Pyrénées-Atlantiques : Avantage à la majorité présidentielle et une conquête de la gauche

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Ensemble! remporte quatre sièges sur cinq en Charente-Maritime

Les candidats élus dans la métropole bordelaise Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES: la métropole obtient trois députés Nupes et trois députés Ensemble!

législatives Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Gironde (hors Métropole): Le RN décroche deux circonscriptions