Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Gironde : des confirmations et une première pour EELV

    Lire

    Le résultat des élections sénatoriales en Gironde vient de tomber. Cinq des six sortants ont été élus. Ainsi Nathalie Delattre(MR), Laurence Harribey(PS), Florance Lassarade (LR), Alain Cazabonne (MoDem), Hervé Gillé (PS) retrouveront donc la chambre haute. C'est Monique De Marco, l'écologiste ex Vice-Présidente du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine qui hérite du sixième siège. C'est la première fois qu'un sénateur écologiste est élu en Gironde.

  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Préfecture de Nouvelle-Aquitaine : des voeux de "transition"

15/01/2020 | La préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, a profité de voeux à la presse pour faire le point sur les prochains grands chantiers prévus en 2020 en région.

Buccio voeux 2020

"Responsabilité et débat", tels ont été les voeux prononcés ce mercredi 15 janvier par la préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio pour qui le sujet de l'environnement doit être déployé "sur chacune de nos politiques publiques. Nous devons penser à l'aune de ces nouvelles exigences, mesurer les conséquences de nos actions et ce que l'on peut éviter de créer comme ressort négatif". L'emploi, la cohésion des territoires et la transition écologique et énergétique figuraient donc au rang des priorités de la responsable locale. Ce dernier figurera d'ailleurs comme l'une des trois priorités du prochain Contrat de Plan État-Région, le premier à être signé sous le sceau de la Nouvelle-Aquitaine.

"Nous accompagnons déjà la rénovation énergétique, la réduction des produits phytosanitaires dans l'agriculture et le développement des mobilités alternatives, mais j'ai insisté pour que ce thème figure dans le prochain CPER", a ainsi affirmé ce matin la préfète, avant de confirmer les deux thèmes suivants, à savoir l'enseignement supérieur et la recherche et la cohésion des territoires. Sur ce dernier point, Fabienne Buccio s'est dite "très satisfaite qu'Alain Rousset ait accepté de l'inscrire. On ne peut pas dire que la page gilets jaunes est tournée, c'était un avertissement et un mouvement respectable à ces débuts. Si on ne fait rien pour les territoires ruraux dans le prochain contrat, on risque de nous le reprocher". 

Coordination territoriale

Concrètement, que compte proposer ce prochain CPER, qui devrait être signé avant la fin de l'année 2020 (après délibération d'ici la fin du premier semestre) ? Par exemple, il pourrait acter l'amplification de l'action "cœur de ville qui a eu un bon écho au niveau des communes" et des dispositifs "territoires d'industries qui semble avoir du sens". Le dispositif "petites villes de demain" prévu pour 2020 devrait encore renforcer cette logique. Pour le reste, c'est surtout la logique et la philosophie d'un tel contrat passé avec la collectivité régionale qui ont constitué l'essentiel du discours et des réponses de la préfète, qui a affirmé organiser des rencontres avec les "associations des maires pour qu'ils soient force de proposition". Interrogée par ailleurs sur la sous-utilisation des crédits de l'État pour ce qui était du volet mobilité des précédents CPER. "Nous n'avons pas dû dépasser 50% de ce qui était prévu. L'État s'est donné deux ans de plus avant de repartir sur de nouvelles mesures pour la mobilité. L'Association des Régions de France voulait que la mobilité fasse partie du prochain contrat, nous ferons ça par avenant pour terminer les opérations déjà prévues. La raison de ce retard, c'est aussi un certain nombre de procédures qui ne nous ont pas permis d'avancer comme nous le voulions sur les dossiers". Le volet transport devrait donc intervenir plus tard dans les débats.

Insistant brièvement sur la Gironde (sans évoquer ses relations avec le Conseil départemental qui, d'après certains, se sont apaisées), elle a évoqué son "attractivité dont il faut faire un atout. Il y a un équilibre à trouver et un impact à maîtriser, notamment celui de l'urbanisation qui, dans certaines communes, se poursuit encore dans les formes du siècle dernier. Cette logique d'étalement urbain ne peut plus durer. Nos outils sont insuffisants, nous manquons de SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) parce qu'ils sont obsolètes, absents ou qu'il n'y a pas de Plan Local d'Urbanisme". Dans ce sens, des travaux semblent être en cours. "Sur le Bassin d'Arcachon, les élus sont prêts à évoluer, on ne peut plus se contenter de s'étendre. Nous refusons régulièrement des permis de construire, les projets sont refaits avec davantage de mixité sociale et une consommation moindre de l'espace. La réflexion sur un nouveau SCOT redémarre, nous serons attentifs, notamment pour ce qui est de la déforestation". La même réflexion semble être en cours dans le Médoc avec un SCOT qui, selon l'un des responsables préfectoraux, "n'est plus adapté à la réalité de ce territoire et en décalage avec la loi littoral". Il devrait donc être révisé après des réunions en groupes de travail et de nouveaux engagements pris par les maires après les municipales. De manière générale, le ton autour de la loi littorale et l'urbanisation galopante s'est voulu très ferme de la part de Fabienne Buccio, qui a parlé de "rigueur d'application" de la loi littoral. "Nous serons très regardants sur la qualité et l'aspect environnemental des projets que nous recevrons. Il ne s'agit pas simplement d'être censeur". 

Agriculture et érosion

L'autre dossier complexe du moment, c'est le cas de l'immeuble Le Signal. En décembre 2018, l'Assemblée Nationale a voté un amendement assurant l'indemnisation (pour un montant de sept millions d'euros) des 75 copropriétaires de cet immeuble à l'abandon situé à Soulac-sur-Mer, menacé par l'érosion. Un an plus tard, les fonds ne sont toujours pas arrivés dans les mains des principaux concernés. "Nous en sommes au stade final, il ne reste plus qu'à signer le protocole d'accord", a affirmé ce mercredi la préfète de Nouvelle-Aquitaine. "Ça n'avait jamais été fait auparavant. C'est un cas particulier et ça doit le rester. Pour débloquer les fonds, nous devons passer par la communauté de communes Médoc Atlantique qui viendra les chercher au fur et à mesure de la signature des différents protocoles avec les copropriétaires". Aucune date n'a en revanche été clairement fixée par la responsable, mais l'accord en question, s'il a passé l'aval du ministère de la transition écologique, doit encore être approuvé par Bercy et Matignon. Derrière ce discours, on note surtout la volonté nationale de ne pas faire du Signal une jurisprudence pour tous les futurs bâtiments qui pourraient être menacés par l'érosion du trait de côte.

Enfin, interrogée sur la récente mise en place de l'Observatoire de lutte contre l'Agribashing et ses fonctions réelles, Fabienne Buccio a indiqué que la justice, par l'intermédiaire du procureur de Libourne, était un élément clé de cette nouvelle instance. "Il est à nos côtés lorsque nous rencontrons les agriculteurs. Derrière cet observatoire, il y a la sanction, encore faut-il qu'il y ait dépôt de plainte, ce qui n'est pas toujours fait parce que les agriculteurs considèrent que ça ne sert à rien et que ce n'est pas suivi, il faut qu'on les fasse évoluer là-dessus. C'est aussi une forme d'aide que nous leur apportons sur cette communication, parfois à charge, sur les réseaux sociaux qui montrent des choses légalement permises mais jouent sur l'affectivité et la sensibilité des gens. Nous les encourageons à porter eux-mêmes des actions de communication de leur côté. Enfin, pour ce qui est des infractions dans des exploitations de la part de militants pour avoir des images, nous sommes à la disposition des agriculteurs pour réaliser des audits de sécurité, nous l'avons déjà fait pour certains d'entre eux et on sait comment protéger les exploitations agricoles. On sait ce qui se passe et on est à leurs côtés". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4069
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !