Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/07/20 | Université de Poitiers : des paniers alimentaires pour les étudiants

    Lire

    L'Université de Poitiers, le Crous et l’Afev organisent la distribution de denrées alimentaires pour les étudiants présents en résidence universitaire et/ou étant inscrits à l’épicerie sociale, et aussi à ceux et celles ayant bénéficié du dispositif d’urgence mis en place par l’université de Poitiers pendant le confinement. Une inscription sur le site de l'université permet de réserver un créneau. Au total, ce sont près de 350 étudiants, qui recevront chaque semaine des colis durant tout l'été de juin à fin août.

  • 10/07/20 | Bordeaux Métropole : un fonds "zéro salarié"

    Lire

    La métropole de Bordeaux et la CCI Bordeaux Gironde ont ouvert ce mercredi 8 juillet, un "fonds Covid Bordeaux Métropole zéro salarié" à destination des commerçants, artisans et entreprises qui ne rentrent pas dans les cases d'un précédent fonds d'urgence de 15 millions d'euros (7,6 millions versés) destiné aux entreprises de un à cinq salariés. Cette aide de 1000 euros sera versée aux "travailleurs indépendants, micro-entrepreneurs ou société commerciale n’employant aucun salarié" justifiant d'une perte de chiffre d'affaires de 40% entre le 1er et le 30 avril.

  • 10/07/20 | En juillet, les littoraux à la fête

    Lire

    Les 17, 18 et 19 juillet prochain se déroulera la seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux sur l'ensemble des côtes françaises, y compris en Outre-Mer. L'occasion de découvrir les sports nautiques, "le patrimoine maritime local" et de décliner une programmation locale (expositions, conférences, rencontres, ect). La députée LREM du Bassin d'Arcachon, à l'initiative de l'évènement, a annoncé que le navigateur Yvan Bourgnon (également fondateur de Sea Cleaners), serait le parrain de cette édition.

  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

  • 09/07/20 | Airbus : Mérignac manifeste

    Lire

    La CGT a appelé les salariés de la filière aéronautique à la mobilisation, ce jeudi matin au rond-point de Dassault à Mérignac, en Gironde. La raison ? Manifester contre les 5000 suppressions de postes annoncées chez Airbus. Parmi ses filiales, l'un des sites de Stélia est basé sur la commune, employant 203 postes dont environ 80 sont menacés en plus des 95 autres sur le site de Rochefort en Charente-Maritime. Les négociations entre Airbus et les syndicats, qui viennent de commencer, doivent s'achever en octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Préfecture de Nouvelle-Aquitaine : des voeux de "transition"

15/01/2020 | La préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, a profité de voeux à la presse pour faire le point sur les prochains grands chantiers prévus en 2020 en région.

Buccio voeux 2020

"Responsabilité et débat", tels ont été les voeux prononcés ce mercredi 15 janvier par la préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio pour qui le sujet de l'environnement doit être déployé "sur chacune de nos politiques publiques. Nous devons penser à l'aune de ces nouvelles exigences, mesurer les conséquences de nos actions et ce que l'on peut éviter de créer comme ressort négatif". L'emploi, la cohésion des territoires et la transition écologique et énergétique figuraient donc au rang des priorités de la responsable locale. Ce dernier figurera d'ailleurs comme l'une des trois priorités du prochain Contrat de Plan État-Région, le premier à être signé sous le sceau de la Nouvelle-Aquitaine.

"Nous accompagnons déjà la rénovation énergétique, la réduction des produits phytosanitaires dans l'agriculture et le développement des mobilités alternatives, mais j'ai insisté pour que ce thème figure dans le prochain CPER", a ainsi affirmé ce matin la préfète, avant de confirmer les deux thèmes suivants, à savoir l'enseignement supérieur et la recherche et la cohésion des territoires. Sur ce dernier point, Fabienne Buccio s'est dite "très satisfaite qu'Alain Rousset ait accepté de l'inscrire. On ne peut pas dire que la page gilets jaunes est tournée, c'était un avertissement et un mouvement respectable à ces débuts. Si on ne fait rien pour les territoires ruraux dans le prochain contrat, on risque de nous le reprocher". 

Coordination territoriale

Concrètement, que compte proposer ce prochain CPER, qui devrait être signé avant la fin de l'année 2020 (après délibération d'ici la fin du premier semestre) ? Par exemple, il pourrait acter l'amplification de l'action "cœur de ville qui a eu un bon écho au niveau des communes" et des dispositifs "territoires d'industries qui semble avoir du sens". Le dispositif "petites villes de demain" prévu pour 2020 devrait encore renforcer cette logique. Pour le reste, c'est surtout la logique et la philosophie d'un tel contrat passé avec la collectivité régionale qui ont constitué l'essentiel du discours et des réponses de la préfète, qui a affirmé organiser des rencontres avec les "associations des maires pour qu'ils soient force de proposition". Interrogée par ailleurs sur la sous-utilisation des crédits de l'État pour ce qui était du volet mobilité des précédents CPER. "Nous n'avons pas dû dépasser 50% de ce qui était prévu. L'État s'est donné deux ans de plus avant de repartir sur de nouvelles mesures pour la mobilité. L'Association des Régions de France voulait que la mobilité fasse partie du prochain contrat, nous ferons ça par avenant pour terminer les opérations déjà prévues. La raison de ce retard, c'est aussi un certain nombre de procédures qui ne nous ont pas permis d'avancer comme nous le voulions sur les dossiers". Le volet transport devrait donc intervenir plus tard dans les débats.

Insistant brièvement sur la Gironde (sans évoquer ses relations avec le Conseil départemental qui, d'après certains, se sont apaisées), elle a évoqué son "attractivité dont il faut faire un atout. Il y a un équilibre à trouver et un impact à maîtriser, notamment celui de l'urbanisation qui, dans certaines communes, se poursuit encore dans les formes du siècle dernier. Cette logique d'étalement urbain ne peut plus durer. Nos outils sont insuffisants, nous manquons de SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) parce qu'ils sont obsolètes, absents ou qu'il n'y a pas de Plan Local d'Urbanisme". Dans ce sens, des travaux semblent être en cours. "Sur le Bassin d'Arcachon, les élus sont prêts à évoluer, on ne peut plus se contenter de s'étendre. Nous refusons régulièrement des permis de construire, les projets sont refaits avec davantage de mixité sociale et une consommation moindre de l'espace. La réflexion sur un nouveau SCOT redémarre, nous serons attentifs, notamment pour ce qui est de la déforestation". La même réflexion semble être en cours dans le Médoc avec un SCOT qui, selon l'un des responsables préfectoraux, "n'est plus adapté à la réalité de ce territoire et en décalage avec la loi littoral". Il devrait donc être révisé après des réunions en groupes de travail et de nouveaux engagements pris par les maires après les municipales. De manière générale, le ton autour de la loi littorale et l'urbanisation galopante s'est voulu très ferme de la part de Fabienne Buccio, qui a parlé de "rigueur d'application" de la loi littoral. "Nous serons très regardants sur la qualité et l'aspect environnemental des projets que nous recevrons. Il ne s'agit pas simplement d'être censeur". 

Agriculture et érosion

L'autre dossier complexe du moment, c'est le cas de l'immeuble Le Signal. En décembre 2018, l'Assemblée Nationale a voté un amendement assurant l'indemnisation (pour un montant de sept millions d'euros) des 75 copropriétaires de cet immeuble à l'abandon situé à Soulac-sur-Mer, menacé par l'érosion. Un an plus tard, les fonds ne sont toujours pas arrivés dans les mains des principaux concernés. "Nous en sommes au stade final, il ne reste plus qu'à signer le protocole d'accord", a affirmé ce mercredi la préfète de Nouvelle-Aquitaine. "Ça n'avait jamais été fait auparavant. C'est un cas particulier et ça doit le rester. Pour débloquer les fonds, nous devons passer par la communauté de communes Médoc Atlantique qui viendra les chercher au fur et à mesure de la signature des différents protocoles avec les copropriétaires". Aucune date n'a en revanche été clairement fixée par la responsable, mais l'accord en question, s'il a passé l'aval du ministère de la transition écologique, doit encore être approuvé par Bercy et Matignon. Derrière ce discours, on note surtout la volonté nationale de ne pas faire du Signal une jurisprudence pour tous les futurs bâtiments qui pourraient être menacés par l'érosion du trait de côte.

Enfin, interrogée sur la récente mise en place de l'Observatoire de lutte contre l'Agribashing et ses fonctions réelles, Fabienne Buccio a indiqué que la justice, par l'intermédiaire du procureur de Libourne, était un élément clé de cette nouvelle instance. "Il est à nos côtés lorsque nous rencontrons les agriculteurs. Derrière cet observatoire, il y a la sanction, encore faut-il qu'il y ait dépôt de plainte, ce qui n'est pas toujours fait parce que les agriculteurs considèrent que ça ne sert à rien et que ce n'est pas suivi, il faut qu'on les fasse évoluer là-dessus. C'est aussi une forme d'aide que nous leur apportons sur cette communication, parfois à charge, sur les réseaux sociaux qui montrent des choses légalement permises mais jouent sur l'affectivité et la sensibilité des gens. Nous les encourageons à porter eux-mêmes des actions de communication de leur côté. Enfin, pour ce qui est des infractions dans des exploitations de la part de militants pour avoir des images, nous sommes à la disposition des agriculteurs pour réaliser des audits de sécurité, nous l'avons déjà fait pour certains d'entre eux et on sait comment protéger les exploitations agricoles. On sait ce qui se passe et on est à leurs côtés". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3690
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !