Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

09/07/20 : L'inauguration de la Flow vélo, itinéraire cyclable de 294 kilomètres entre Thiviers en Dordogne et L'île d'Aix en Charente- Maritime a eu lieu ce jeudi après midi à Salignac sur-Charente, au Pont du Né, kilomètre zéro de la Charente Maritime.

09/07/20 : Xavier Bonnefont, maire LR d'Angoulême, devient président de l'agglomération de Grand Angoulême en étant élu à la majorité absolue dès le premier tour. Il détrône le socialiste Jean-François Dauré de sept voix.

08/07/20 : Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de Gironde, a été élu ce 8 juillet, à l’unanimité de ses membres, Président du groupe des présidentes et présidents de gauche de l’Assemblée des Départements de France.

08/07/20 : Guillaume Guérin (Les Républicains) est élu président de la communauté urbaine de Limoges avec 47 voix face au socialiste Gaston Chassain.

08/07/20 : Le nouveau ministre délégué chargé des transports Jean-Baptiste Djebarri s'est rendu ce soir à la société Chronoplus de Bayonne où était employé le chauffeur Philippe Monguillot. Deux des agresseurs sont poursuivis pour tentative d'homicide volontaire.

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/07/20 | Cognac : un nouveau directeur du développement à la tête du BNiC

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de nommer Raphaël Delpech à la direction générale de l’interprofession en charge du développement, de la protection et de la valorisation de l’appellation Cognac. Sa mission, à compter du 7/09 : piloter le BNiC et mettre en œuvre les orientations stratégiques de la filière. Docteur en droit public, diplômé de l'IEP de Paris et du Kedge de Bordeaux, il a plus de 20 ans d’expérience dans les affaires publiques et la communication.

  • 09/07/20 | Airbus : Mérignac manifeste

    Lire

    La CGT a appelé les salariés de la filière aéronautique à la mobilisation, ce jeudi matin au rond-point de Dassault à Mérignac, en Gironde. La raison ? Manifester contre les 5000 suppressions de postes annoncées chez Airbus. Parmi ses filiales, l'un des sites de Stélia est basé sur la commune, employant 203 postes dont environ 80 sont menacés en plus des 95 autres sur le site de Rochefort en Charente-Maritime. Les négociations entre Airbus et les syndicats, qui viennent de commencer, doivent s'achever en octobre.

  • 09/07/20 | Le phare de Cordouan rouvre ses portes

    Lire

    Les visites reprennent à partir du 11 juillet au phare de Cordouan. Les travaux, qui avaient été suspendus durant le confinement, ont repris de mi-mai au 10 juillet. Le nombre de visiteurs au départ de Royan et du Verdon sera réduit, et chacun devra respecter les gestes barrières. Une nouvelle "offre de visite" est prévue par le syndicat gestionnaire (le Smiddest), avec une exposition de photos de Clément Chambaud. Les visiteurs pourront également observer le travail des compagnons sculpteurs.

  • 09/07/20 | 330 lieux incontournables en Nouvelle-Aquitaine pour un été gourmand

    Lire

    Selon une récente étude réalisée par le cabinet BVA, plus d’un Français sur deux envisage de partir cet été et 92 % d’entre eux prévoient de rester en France. Pour aiguiller les voyageurs friands de bonne nourriture, le Collège Culinaire de France a compilé, toutes les initiatives de producteurs, artisans et restaurateurs qui partagent les mêmes valeurs. Ces endroits sont géolocalisés sur une cartographie en ligne. Ils sont 330 en Nouvelle-Aquitaine!

  • 09/07/20 | Le Festival Biarritz Amérique latine fin septembre

    Lire

    La 29ème édition du Festival Biarritz Amérique Latine aura bien lieu du lundi 28 septembre au dimanche 4 octobre dans le cadre des mesures sanitaires qui auront cours et solidaire des festivals dont l'édition 2020 n'a pu avoir lieu insistent les organisateurs. Un thème particulièrement d'actualité a été retenu : la relation complexe et ambivalente qu’entretiennent les Etats-Unis d’Amérique avec cette Amérique latine. Les latino-américains aux USA constituent aujourd’hui la première minorité démographique, doit, 18% de la population totale.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Oral de passation pour Alain Juppé

14/02/2019 | Le maire de Bordeaux a convié la presse ce jeudi pour s'expliquer sur sa décision après avoir été nommé pour intégrer le Conseil Constitutionnel.

Alain Juppé

L'annonce a été confirmée mercredi après-midi, sans vraiment de signe avant-coureur. Le départ d'Alain Juppé de son mandat de maire de Bordeaux et de Président de Bordeaux Métropole ont suscité de nombreuses réactions depuis. Le principal intéressé, lui, a organisé une conférence de presse ce jeudi matin pour justifier un choix auquel, visiblement, il ne s'attendait pas vraiment. Voici les éléments principaux de son discours, à la veille de sa nouvelle prise de fonction en mars prochain, 24 ans après son arrivée au Conseil municipal.

L'annonce a surpris beaucoup de monde, y compris dans ses rangs, et c'est non sans une certaine émotion qu'Alain Juppé s'est exprimé plus longuement ce jeudi sur l'annonce de son départ de la mairie de Bordeaux suite à sa nomination par le président de l'Assemblée Nationale, Richard Ferrand, au Conseil constitutionnel. La page entamée en 1995 était visiblement difficile à tourner, comme l'a été celle de la dernière présidentielle qui avaient vu le maire de Bordeaux entamer peu à peu un retrait de la vie politique nationale (y compris lorsqu'il a annoncé ne plus être encarté chez Les Républicains. De nombreux élus étaient présents (dont beaucoup avaient déjà à coeur de resserer les rangs au travers du collectif "Esprit Bordeaux" lancé en juin dernier) à l'Hôtel de Ville pour ce qui ressemblait étrangement, entre deux flottements, à une cérémonie officielle de "passation de pouvoir". 

"Depuis plusieurs semaines, j’ai pris en moi-même la décision de ne pas me représenter en mars 2020 à l’élection municipale. J’avais prévu d’annoncer cette décision après la fin des élections européennes à la fin du mois de mai prochain. Deux raisons ont conduit à cette décision : d’abord l’idée de ne pas faire le mandat de trop", a ainsi débuté le maire de Bordeaux dans un discours qui a duré une dizaine de minutes dans lequel il a notamment avoué avoir pris sa décision en 24 heures. "Je suis fier du travail que j’ai accompli pour notre ville depuis près de 25 ans. Je suis heureux de l’attachement réciproque qui me lie aux bordelaises et aux bordelais. Bien sûr, il y a encore tant de choses à faire et j’avais tant de projets en tête. Mais je sens aussi le besoin de renouvellement qui monte ici et là. Le temps est venu pour de nouveaux visages et de nouvelles équipes. J’ai aussi une raison plus personnelle. La vie politique, c’est, comme toujours, un combat. J’ai aimé mener ce combat et je l’ai fait pendant plus de quarante ans avec des bonheurs divers mais toujours avec passion. Aujourd’hui, l’envie me quitte tant le contexte change. L’esprit public est devenu délétère", a dénoncé l'ancien Premier ministre, évoquant pêle-mèle "la montée de la violence sous toutes ses formes, le discrédit des hommes et des femmes politiques réputés tous pourris, la stigmatisation des élites dont tout pays a pourtant besoin pourvu qu’elles ne se reproduisent pas par cooptation mais qu’elles soient ouvertes à la société toute entière. Dans ce climat général infecté par les mensonges de haine que véhiculent les réseaux sociaux, l’esprit et la vie publique sont difficiles à vivre et lourds à porter. Je souhaite continuer à servir notre pays et notre République dans un environnement de travail plus serein. Le Conseil constitutionnel m’en donne la chance".

"Avec Bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple", a poursuivi Alain Juppé, les larmes aux yeux, avant d'affirmer qu'il y garderait résidence et y reviendrait régulièrement. La question qui était sur toutes les lèvres ce jeudi était bien entendu celle de sa succession, à la ville comme à la métropole dont il était aussi le Président, au moment de sa nouvelle prise de fonction qui devrait intervenir au début du mois de mars prochain. Poussé plusieurs fois à s'exprimer sur le sujet, le maire de Bordeaux laisse, pour l'heure, un flou relatif. "Je ne jouerai pas à la statue du commandeur, place maintenant à la relève. Nous ne sommes pas en monarchie et il ne me revient donc pas de désigner un dauphin. Je réunirai cette semaine la majorité municipale et métropolitaine et c’est collectivement que nous choisirons celui ou celle qui se présentera à ma suite au suffrage universel municipal et au conseil de métropole. J’ai pleine confiance dans le sens des responsabilité de mes équipiers". Quelques noms ont bien sûr été évoqués ici et là, dont son délégué au budget à la mairie, Nicolas Florian. Le nom du Premier Ministre Edouard Philippe est également ressorti des rangs. Ses visites sucessives à celui qu'il considère comme son "mentor" (dont la dernière en date, marquée par le contexte social national), laissent planer le doute. Interrogé, Alain Juppé a botté en touche mais sans vraiment exprimer un refus catégorique. Le principal intéressé, interrogé lors de l'émission La Grande Explication organisée par LCI et RTL, a précisé qu'il "savait très bien" ce qu'il ferait après Matignon "et ça n’aura pas grand-chose à faire avec la politique et ça m'ira très bien". Les réactions suite à cette nomination ont évidemment été nombreuses  et de tous bords. Tous ont souligné l'ouverture d'une "nouvelle page". Reste à savoir qui va prendre la plume pour la remplir.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4626
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !