Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Orientations budgétaires, alimentation, formation... Le CESER a rendu ses avis

19/10/2018 | C'est globalement un regard bienveillant que porte le CESER, émanation de la société civile, sur les grands dossiers qui seront soumis au vote des élus régionaux ces 22 et 23 octobre.

Le CESER Nouvelle-Aquitiane

Avant chaque séance plénière du Conseil régional, le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional de Nouvelle-Aquitaine, l'autre assemblée régionale, constituée par des membres et représentants de structures de la société civile organisée, est saisi par le Président du Conseil régional, afin d'émettre un avis consultatif sur les dossiers soumis au vote des élus régionaux. A l'occasion de la prochaine séance plénière des 22 et 23 octobre, le CESER, émanation de la société civile représentant entreprises à travers leur différents secteurs d'activité, syndicats, et associations s'est notamment prononcé sur 5 des grands dossiers à l'ordre du jour des conseillers régionaux : les orientations budgétaires, le logement des jeunes, les associations, la formation professionnelle et la feuille de route alimentation, agriculture territoires. Extraits des avis rendus lors de la réunion plénière du CESER ces 17 et 18 octobre.

Orientations Budgétaires 2019

Ce sera, à coup sûr, « le gros morceau » des débats de lundi et mardi à l'hôtel de région. Dans son avis revient sur le contexte national qui « ne facilite pas l’exercice », et de citer « la baisse des ressources (diminution des dotations et système de compensation insuffisant), la baisse des dépenses de fonctionnement (encadrées par un contrat financier passé avec l’Etat), les incertitudes sur le maintien de certaines compétences régionales, en particulier l’apprentissage que l’Etat veut reprendre en main… ». Sur ce point l'assemblée consultative exprime « des inquiétudes et des regrets », et estime que « les baisses de ressources financières de la Région, auxquelles s’ajoute un nouveau plan d’économies demandées aux collectivités territoriales, sont incompatibles avec l’exercice responsable des compétences dévolues aux Régions », rejoignant en cela l'analyse du Conseil régional lui-même en demande, de longue date, d'une fiscalité plus dynamique.
Concrètement sur les orientations politiques affichées, si le CESER soutient globalement les ambitions présentées par l'exécutif régional ( « amplifier la dynamique économique et de l'emploi », « encourager les dynamiques du grand territoire » et « soutenir la transition énergétique et écologique »), quelques regrets tout de même, mis sur le compte de l'absence de moyens, sont soulignés dans cet avis : «  l’absence de certaines thématiques clefs comme la fracture numérique, l’intermodalité, ou encore la transcription budgétaire du Schéma Régional du Développement Economique d'Innovation et d'Internationalisation » qui « risque de conforter un sentiments d'éloigenements de certains territoires ».

Logement pour les jeunes
Dans un contexte de « vétusté du parc de logements et d'une relative rareté de l’offre locative » à destination des jeunes en formation, étudiants et jeunes actifs,  le CESER estime que « la politique proposée par le Conseil régional mérite d’être soutenue et encouragée. », soulignant que celle-ci « devra d’une part s’inscrire dans la durée, et d’autre part mobiliser un partenariat élargi plus particulièrement avec l’État, les collectivités locales et les acteurs de la filière logement. A ce titre, cet enjeu mériterait une mobilisation spécifique et un suivi de la Commission Territoriale de l’Action Publique avec les collectivités concernées. », poursuit-il.
Au-delà des différents dispositifs présentés au vote des conseillers régionaux ces 22 et 23 octobre, et qu'il appelle parfois a élargir, le Ceser saisit ce thème du logement des jeunes pour rappeler ses inquiétudes (déjà exprimées en 2017 quant à la situation des « mineurs non accompagnés » : « Les conditions d’accueil et de prise en charge de ces jeunes par l’Etat et les services départementaux d’aide sociale à l’enfance restent problématiques. C’est pourquoi le CESER invite le Conseil régional, dans le prolongement de la motion qu’il a adopté en 2016, à accompagner des projets associatifs permettant d’assurer un primo-accueil temporaire de ces jeunes. »

« Agriculture, Alimentation, Territoires »

La feuille de route du Conseil régional « Agriculture, Alimentation et Territoires, pour une alimentation durable et locale en Nouvelle-Aquitaine » vise à développer les circuits alimentaires locaux et l’ancrage territorial des filières alimentaires. Un projet qui, selon la lecture du CESER, « repose essentiellement sur l’approvisionnement en produits de qualité dans la restauration collective publique régionale, notamment au sein des lycées. » Or, pour le CESER, « il est nécessaire d’augmenter les volumes permettant de répondre à la demande des marchés régionaux et de renforcer l’approvisionnement et la capacité de transformation des produits. Il s’agit bien d’une structuration globale de l’offre qui est à mettre en place. » Dans cet esprit, il propose donc plusieurs actions pour renforcer l'impact de ce plan.
Parmi elles : travailler avec certains acteurs de terrain, tels les grands chefs de la région, pour renforcer la formation, les savoir-faire autour de la cuisine des produits locaux et notamment auprès des cuisiniers des espaces de restauration collective, renforcer la professionnalisation des acteurs dans le cadre de la commande publique, apporter une attention particulière au développement et à la consolidation de l’emploi dans ce domaine, ou encore soutenir les besoins en investissement dans le cadre d’outils collectifs (transformation, acquisition de matériel dans la restauration collective,…).

Une charte d’engagements pour les associations
A l’ordre du jour, de la prochaine assemblée régionale, le projet d’une charte d’engagements réciproques entre l’État, le Conseil régional et le Mouvement associatif de Nouvelle-Aquitaine sur lequel le CESER a rendu un avis enthousiaste. En effet, cette charte répond à une préconisation émise en 2017, dans son rapport d'auto-saisine, « Panorama des dynamiques associatives en Nouvelle-Aquitaine », qui proposait la formalisation d’un cadre d’engagements réciproques entre l’Etat, les collectivités territoriales et les acteurs associatifs. L'assemblée consultative souligne dans son avis que « Cette initiative était attendue, elle fait suite aux profondes inquiétudes suscitées dans le monde associatif par la suppression d’emplois aidés, par les réductions des budgets publics accessibles aux associations ou encore par l’éventualité d’une disparition des services territoriaux dédiés à la vie associative. »
Pour autant pour le CESER, il s'agit là « d'une première étape qui doit tendre vers une consolidation des partenariats entre pouvoirs publics et associations, passant par une sécurisation de leur accompagnement, par exemple sous la forme de conventions pluriannuelles d’objectifs et de moyens. Le CESER invite maintenant l’Etat et le Conseil régional à ouvrir le champ de cette charte à d’autres collectivités infrarégionales (Conseils départementaux, communes ou groupements) et à inscrire la question du soutien aux associations au programme de la Conférence Territoriale de l’Action Publique. »

Formation professionnelle
Dans un contexte national que le CESER rappelle comme étant « non encore stabilisé en matière de répartition des compétences et des financements en matière de formation professionnelle », la nouvelle stratégie régionale sur la formation professionnelle continue vise « à répondre aux besoins de qualification récurrents des secteurs professionnels, aux besoins en compétences, à court terme, exprimés dans les territoires et enfin aux besoins individuels pour la réalisation de projets professionnels. Un public diversifié donc qui implique l’organisation d’une offre de proximité sur les territoires, réactive et innovante », note le CESER qui formule pour autant des observations et propositions.
Selon lui, « les nouvelles formes d’apprentissage proposées, « actions de formation en situation de travail » sont intéressantes mais ne concernent, pour l’instant que des salariés. Il semble prématuré, d’en faire un axe majeur de la politique régionale de formation, reléguant ainsi les dispositifs classiques de formation, pour les demandeurs d’emploi. » Par ailleurs, sur les difficultés de mises en relation entre employeurs et demandeurs d’emploi qui sont souvent évoquées, et considérant que « l’image des métiers est un élément important pour l’orientation et l’attractivité, tout autant que les conditions de travail, et / ou les niveaux de rémunération », le CESER préconise « une démarche d’accompagnement global des filières pouvant contribuer à travailler sur les causes. Des solutions telles que les groupements d’employeurs pourraient, à titre d’exemple, contribuer dans certains cas, à sécuriser des parcours professionnels, tout en répondant à des difficultés de recrutement. » Enfin, il propose également « qu’une attention particulière soit portée à l’intégration des personnes relevant des minima sociaux, mais aussi aux mineurs isolés, en particulier pour la formation par alternance », et « que la lutte contre l’illettrisme, mais aussi « l’illectronisme », ainsi que la validation des acquis de l’expérience doivent être des axes forts de la stratégie régionale ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4720
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !