Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pau : Bayrou sur un nuage, Habib au charbon

24/03/2014 | François Bayrou a le sourire. David Habib va devoir mobiliser à gauche. Pau est sur le point de basculer

François Bayrou avec son équipe, avant le premier tour

Pour François Bayrou, les choses sont évidentes. Le score de près de 42% de voix obtenu dès le premier tour est une réponse « claire est forte » apportée à ceux qui affirmaient que le lien qui le relie à la ville de Pau est rompu. La gorge nouée par l’émotion, le candidat Modem l’a redit dimanche soir. « Cela traduit aussi la volonté irrésistible de la ville d’imposer un changement dont elle a le plus grand besoin » a-t-il ajouté. Avant de donner un coup de chapeau à son équipe. « Des gens qui n’auraient jamais imaginé qu’ils figureraient ensemble sur une même liste ».

 Parmi eux, l’UMP Eric Saubatte, qui a décidé de le rejoindre après avoir été l’un de ses concurrents, dit aujourd’hui sa « fierté » de participer à un tel rassemblement. Ce qui n’empêche pas un appel d’être lancé à la mobilisation pour le second tour. Car la « vague » doit arriver à bon port. Au vu des résultats obtenus dimanche, peu d’obstacles semblent s’y opposer. Car l’addition des 25,77% de voix obtenus par le député socialiste David Habib , des 5,32% du candidat Front de gauche Olivier Dartigolles et des 5,35 % de voix écologistes ne suffisent pas pour le moment à constituer une menace pour la tête de liste Modem.

 

Le parcours du combattant

David Habib va chercher à rassembler à gauche

Ces derniers mois, deux hommes au style très différent se sont affrontés. D’un côté, François Bayrou, qui s’est glissé tranquillement dans le rôle du père de famille rassembleur, et n’a pas manqué de stigmatiser tout dogmatisme. Cela, en ayant l’habileté d’écarter les médias nationaux afin ne pas passer pour le Palois parisien que ses adversaires lui reprochent d’être. De l’autre, David Habib, tonique, fort de sa réussite économique sur le bassin de Lacq, de son parcours incontesté d’élu local, mais au parler plus tranché, et à l’image sans doute moins « repérée ».

Autre constat : en 2008, la liste conduite par la maire PS Martine Lignières-Cassou avait joué l’union dès le premier tour. La gauche de 2014 paie-t-elle le prix d’un départ en ordre dispersé ? Un éparpillement qui a également été marqué dans un premier temps – entre autres péripéties -  par les difficultés que David Habib a éprouvé à faire accepter sa candidature au sein d’un PS palois tiraillé entre deux noms : le sien et celui d’André Duchateau.

Le poids de l'abstentionDimanche soir,  le député béarnais a surtout évoqué l’importance de l’abstention. Un refus de voter qui l’a amené à insister sur la nécessité de « plus parler avec les Palois », de leur faire mesurer l’importance des enjeux locaux, et de les inciter à prendre cette élection « à bras le corps ». Ce qui ne l’a pas empêché de voir dans cette absence une « volonté de l’électorat d’appeler le gouvernement à effectuer des corrections » dans sa politique sociale.

La droite a fait le plein de ses voix, en s’appuyant sur un « rassemblement anachronique » a-t-il ajouté. « Entre 42% et 50%, il y a une marge. Sauf si le Front national constitue un soutien naturel de François Bayrou, elle ne dispose pas de réserve ». Dimanche soir, le mot d’ordre pour les jours à venir était donc clair : convaincre les absents, et réaliser l’union entre les formations de gauche. Au-delà des positions critiques ou divergentes de chacun (les écologistes sur la LGV, par exemple). Ce qui n'a rien d'évident. "Notre campagne est close. Nous n'avons pas trouvé d'accord avec l'équipe PS" a annoncé Eurydice Bled cet après-midi. Sans donner de consigne de vote.

Yves Urieta a la possibilité de se maintenir au second tour

L'inconnue Urieta Que devient Yves Urieta dans tout cela ? L’ancien maire de Pau, aujourd’hui sans étiquette après avoir été socialiste, puis soutenu en 2008 par l’UMP, est bien sur déçu par son score de 13, 21%. Mais il demeure en position de provoquer une triangulaire.  « Nous cherchons le meilleur moyen de continuer à porter nos projets. Journée de travail », a-t-il confié ce matin sur tweeter. Affaire à suivre. Une chose est certaine : à gauche, tout le monde n’apprécierait pas de faire  une alliance de circonstance avec lui. André Duchateau, le colistier de David Habib l’a dit dimanche soir sur les ondes de France Bleu Béarn. Quant au communiste Olivier Dartigolles, c’est hors de question. Yves Urieta a appelé à voter Sarkozy en 2012. Il a choisi son camp.

Mehdi Jabrane, le candidat sans étiquette… et citoyen, crédité de 535 voix, reste pour sa part sur ses positions. Il n’appellera pas à voter pour un candidat ou un autre. Reste le candidat Front National Georges de Pachtère et son score de 6,74% . Celui-ci ne lui permettra pas d’atteindre son objectif : avoir au moins un élu au sein du conseil municipal. Aucune consigne de vote n’est donnée à ses électeurs. Pour le FN, qui continue à creuser son sillon, même s’il reste modeste à Pau, l’essentiel est ailleurs.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
1465
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !