15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pau: des municipales entre imbroglio et renouveau

16/11/2007 |

Martine Lignières-Cassou

Depuis la rentrée scolaire, Pau est le théâtre d'une agitation politique inédite. La visite, d'abord niée, ensuite avouée du maire socialiste, Yves Urieta, au Président de la République a suscité une polémique. Josy Poueyto, adjointe au maire et figure locale a quitté le parti socialiste, après vingt-sept ans d'engagement militant et se serait rapprochée de François Bayrou. Les lignes politiques sont mouvantes et, par voie de conséquence, les critiques parfois dures. Pourtant, les différents acteurs s'accordent sur une chose : Pau, à un tournant de son histoire, semble être au coeur d'enjeux qui dépassent le cadre local.

Pour la deuxième ville d’Aquitaine, l’échéance de mars 2008 marquera, quoiqu'il advienne, la fin d’une ère. Pau a été dirigée pendant trente cinq ans par André Labarrère, un socialiste certes mais d'abord un maire exceptionnel. A sa mort, en mai 2006, Yves Urieta, élu par le conseil municipal, prend sa suite. Le combat à venir pour le fauteuil de maire sera influencé par le poids de cet héritage. Ainsi, les deux seuls candidats officiellement déclarés, à ce jour, étaient des proches d’André Labarrère : Yves Urieta, son successeur, d’un côté, et Martine Lignières-Cassou, sa première adjointe pendant près de 11 ans, de l’autre ( notre photo) Après la visite du maire à l’Elysée, celle-ci a obtenu le soutien du parti socialiste pour les municipales. Un troisième homme devrait se déclarer très prochainement, François Bayrou, actuellement député des Pyrénées Atlantiques. Hormis Yves Urieta, tout le monde s'accorde pour considérer que le temps est venu de tourner la page " Labarrère". Mais l’altermondialiste élu en 2001 sur la liste « Verte et Ouverte », Eric Schartz, n’y croit pas. « D'ailleurs, en conseil municipal nous devons voter pour que la place Clemenceau devienne la place André Labarrère, soupire-t-il, non sans quelque ironie. Chacun, ajoute-t-il, essaie de s’arroger un héritage pour se renforcer. »

Un "plat un peu indigeste"...

Yves UrietaPour ou contre un passé qui pèse lourd dans le jeu politique actuel, les prétendants à l’Hôtel de Ville partagent le même mot d’ordre : proximité avec les citoyens. « Les Palois ont besoin d’un pôle de stabilité et de savoir à qui ils peuvent faire confiance, affirme Martine Lignières-Cassou. Ils ont le sentiment que l’on se moque d’eux. » La députée de la première circonscription des Pyrénées Atlantiques entend, ainsi, rassembler toutes les personnes partageant les valeurs de" clarté et de transparence". Critiquant la stratégie d’Yves Urieta (photo ci-contre), qui s' apprête à ouvrir sa liste à la droite et au centre, elle n’hésite pas à la comparer à un plat « un peu indigeste » à base de farine de maïs et restes de nourriture, « qui a sauvé le Béarn de la famine dans le passé. » L’actuel maire, lui, met en avant sa particularité et critique un éventuel cumul de mandats de ses adversaires. « Je ne fais pas de liste politique. Comme dans l’association Convergence, que j’ai créée il y a 22 ans, j’invite toutes les personnes compétentes à travailler dans l’intérêt de la ville, explique-t-il. »Jean-Louis Peres, conseiller municipal depuis 1989 et proche de François Bayrou, aspire, lui aussi, à une « liste qui ne soit pas politicienne mais de rassemblement autour d’un projet pour la ville. » « Pau a besoin d’un nouvel élan, constate-t-il. Le maire appelle au rassemblement mais n’est même pas capable de le faire dans son propre camp.»

Déchirements

En effet, outre les deux listes déjà annoncées, une troisième pourrait se constituer autour des courants anti-libéraux. Eric Schartz et ses camarades y réfléchissent. L’altermondialiste déplore qu’aucun des leaders de gauche – Martine Lignières-Cassou, Yves Urieta et Josy Poueyto – ne défende, selon lui, des idées de gauche. Il voit dans François Bayrou un "imposteur". « Il existe une différence entre la gauche et la droite, affirme-t-il. Le problème est de savoir ce qu’est devenue la gauche. » Martine Lignières-Cassou s'emploie à réaliser l'union notamment en se rapprochant du communiste Olivier Dartigolles et des représentants des divers courants de gauche. « Je ne passerai pas à côté de cette étape important à la fois pour la construction du projet pour Pau et pour la stratégie politique, commente-t-elle. »
Malgré cet appel à l’union, le climat reste tendu. Interrogée par téléphone, Josy Poueyto affirme être heureuse d’avoir claqué la porte du PS. « Je me dis tous les jours que j’ai eu raison, répète-t-elle. » Quant à son engagement politique, elle avoue ne pas savoir elle-même ce qu’elle va faire. Certains ont quasiment fait leur choix, non sans déchirements. C’est ce qu’explique Jean-Michel de Proyart, seul élu Vert de l’actuel conseil municipal. Ce proche d’Yves Urieta a été déçu par ses « cachotteries » sur sa visite présidentielle. Il trouve Martine Lignières-Cassou trop « dogmatique ». Son discours laisse entendre qu’il soutiendra François Bayrou en lui apportant ses compétences dans le domaine environnemental. « Aujourd’hui je suis vert mais demain je ne sais pas. Je me sens comme exclu de ma famille, grimace-t-il. C’est un choix, je ne sais pas si c’est le bon. »

Enjeux nationaux

François BayrouAu-delà des enjeux locaux, c’est le devenir de la deuxième ville d’Aquitaine, actuellement à gauche, qui est en suspens. « Les municipales sont évidemment un rendez-vous politique national, calcule Olivier Dartigolles, secrétaire départemental du PCF (Parti communiste français). Doit-on compter sur un vote sanction contre Nicolas Sarkozy ? La gauche va-t-elle laisser Pau tomber entre les mains de Bayrou ? s’interroge le porte-parole du PCF dont on dit qu'il pourrait être un possible successeur de Marie-Georges Buffet. » La présence du leader du Modem ( photo ci-contre) va mettre les élections municipales paloises au cœur du débat national. « François Bayrou risque beaucoup dans ces élections, constate Michel de Proyart. »Mais nombre de ses adversaires savent qu’il doit montrer l’exemple s’il veut construire un parti et avoir un destin national. Ces prochains jours devraient éclaircir les positions sans pour autant garantir l’émergence d’un débat de fond sur un projet palois. Un projet qui prenne en compte une cité béarnaise en pleine mutation.

Estelle Maussion




Partager sur Facebook
Vu par vous
460
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !