Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pau : pourquoi l’UMP s’allie à Bayrou

19/01/2014 | La décision prise par François Bayrou et Eric Saubatte de faire liste commune constitue un tournant de la campagne à Pau. Elle pèsera dans les urnes. Le candidat UMP en explique les raisons.

Eric Saubatte indique qu’un accord est « quasiment acquis sur le programme »

L’idée d’un accord ne date en fait pas d’hier. Après avoir pris le relais de Nicolas Patriarche, parti mener campagne sur Lons, Eric Saubatte estimait déjà que « l’intérêt général était de gagner la ville de Pau ». « J’ai volontairement fait preuve de modération, explique le candidat UMP. Car je savais qu’à un moment donné, il aurait fallu se contacter. D’autant plus que les adversaires étaient clairement identifiés : le PS et David Habib."

Plusieurs ténors de l’UMP, et non des moindres, s’étaient d’ailleurs exprimés en faveur d’un rapprochement avec le chef de file du Modem. « J’avais vu Alain Juppé à Bordeaux, et François Fillon quand il est venu à Anglet. Selon ce dernier, il valait mieux un bon accord au premier tour qu’un mauvais, conclu dans la précipitation, avant le second. » Au cours de ces entretiens, Eric Saubatte, qui est âgé de 43 ans et travaille comme cadre dans un groupe mutualiste, avait également souligné la montée  « d’une nouvelle génération UMP capable de s’investir, de faire preuve d’efficacité », et soucieuse de « montrer ce qu’elle a dans les tripes. » Une génération « plus ouverte », ajoute le candidat qui s’est notamment exprimé en faveur du non cumul des mandats.

"On avait des objectifs communs"Au sein de l’UMP locale, une priorité a d’abord été donnée au programme. Mais une évidence s’est imposée. « Au fur et à mesure que l’on abordait des dossiers comme celui des halles, du stade du Hameau, de la sécurité, de l’attractivité nécessaire à la ville pour créer des emplois, on s’est aperçu que l’on avait des objectifs communs avec François Bayrou. »

Cela n’a pas empêché un débat de s’engager. Une discussion où la tactique à adopter a plus pesé que la rancœur susceptible d’être éprouvée par certains militants vis-à-vis d’un candidat Modem ayant déclaré qu’il voterait Hollande à la présidentielle. « Deux points de vue s’opposaient. D’une part, compter nos voix au premier tour et négocier ensuite. Car à aucun moment il n’a été envisagé d’être jusqu’au-boutiste. L’intérêt de la ville passait avant tout. Ou bien, comme nos programmes se rejoignent, et que des membres des deux listes se connaissent et se respectent, créer une véritable dynamique pour arriver en tête au premier tour. »

Le souvenir des législatives de 2012, où François Bayrou avait été battu par une socialiste dans une triangulaire où Eric Saubatte s’était maintenu, relevait du passé. « Il m’a dit qu’il ne m’en voulait en aucune manière. Selon lui, c’était à la candidate socialiste de se retirer. »

" Un débat viril mais correct "Un élément nouveau a également joué, poursuit le candidat UMP, qui avait rendu visite à la fin de l’année, à titre personnel, au patron du Modem, hospitalisé après sa blessure à la main. «Nous avons vu Yves Urieta (NDLR : l’ancien maire sans étiquette qui se présente, lui aussi)  pencher à gauche, et se rapprocher d’une union à plus ou moins long terme avec David Habib. Cela m’a amené à dire que les électeurs de droite et du centre qui voteraient pour lui étaient des cocus en puissance. Et j’ai fait savoir qu’une réflexion était en cours au sein de mon groupe sur la conduite à tenir. » Jugeant cette attitude courageuse, Jean Gougy, l’ancien secrétaire départemental de l’UMP, est monté au créneau. « Il a décidé de m’aider en affirmant que la meilleure solution était une alliance au premier tour. François Bayrou m’a appelé dès le lendemain. »

Ce changement de cap a fait l’objet d’un nouveau débat, « viril mais correct », organisé par Eric Saubatte au sein de sa liste. « Je n’ai pas demandé de vote. Mais à l’unanimité, ses membres ont levé la main afin de me donner un blanc-seing pour négocier. Pour moi, c’était un honneur. » Un contact pris au téléphone avec Jean-François Copé, le président de l’UMP,  a également été positif. « J’ai trouvé un homme à l’écoute. Je lui ai dit que ma priorité était de faire basculer la ville. Il m’a répondu qu’il ne voulait pas créer de heurts dans notre parti, qu’il y en avait trop eu. Et il m’a assuré de sa confiance. »

Aujourd’hui, Eric Saubatte indique qu’un accord est « quasiment acquis sur le programme ». Quant à la liste, qui devrait être présentée le 14 février,  jour de la Saint Valentin, elle tiendra d’abord compte des compétences des gens, assure-t-il. Sans vouloir dire quelle place il y occupera. « Je ne serai pas loin, et mes amis seront bien traités.» Quant aux réactions des personnes qu’il croise dans la rue… « Avant, on nous disait : s’il vous plaît, parlez-vous. Maintenant, on nous dit : merci de ne pas avoir pris le national en considération et de penser à la ville de Pau. Les sourires sont là. »

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : aqui.fr

Elections municipales - 2014Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
2157
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !