Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pays basque: un imbroglio véritablement désarmant!

20/12/2016 | 16 000 signatures de soutien, manifestations, l'amalgame entre ETA et soutiens de la paix a causé un profond malaise avant que ces cinq interpellés ne soient remis en liberté ce mardi mardi soir

Apparemment l'État français aura été plus prompt au Pays basque à créer une entité sous forme d'intercommunalité unique que de régler avec le gouvernement espagnol une paix définitive dans deux pays basques (français et espagnols ou du nord et du sud, c'est selon) qui ont vécu des décennies de tragédies et d'attentats sanglants. En interpellant et en mettant en garde à vue cinq figuras de la société civile, désireuses, affirmaient-elles de détruire une partie de l'arsenal des armes d'ETA le ministre de l'Intérieur a causé un profond malaise en annonçant derechef un "coup fatal porté à l'ETA" sans connaître les tenants et les aboutissants de l'affaire

L'épilogue d'un feuilleton entrepris vendredi au Pays basque a pris fin ce mardi avec la remise en liberté des cinq personnes qui avaient été transférées lundi; elles ont été mises en examen pour port et détention d'armes en relation avec une entreprise terroriste". A des lieux de ce que pensait le parquet antiterroriste qui pensait avoir arrêté "des terroristes qui se préparaient à commettre un attentat". Un doute que relayait avec zèle -et précipitation- Bruno Le Roux, le nouveau ministre de l'Intérieur.

Cette interpellation avait été effectuée dans une maison basque de Louhossoa, 890 habitants, située entre Itxassou, célèbre pour ses cerises, et Bidarray, près de  l'intersection des vallées de Baigorri (Saint-Etienne-de-Baigorry) et de Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port). Opération conjointement menée par Madrid et Paris qui les soupçonnaient d'association de malfaiteurs terroristes et infraction sur les armes et les explosifs en relation avec une entreprise terroriste. Le commentaire de Bruno Le Roux va aussitôt exaspérer d'une certaine manière élus et population du Pays basque qui ne digère pas le terme -déjà employé au Pays basque-  "rude porté à l'ETA", c’est-à-dire qu'il associait d'entrée ces cinq personnes au groupe terroriste qui a déposé les armes.

De l'Irouléguy à Bizi! en passant par Médiabask

Qui étaient donc ces cinq personnes? Des militants qui se sont lancés dans une entreprise à haut risque en se substituant à des états indifférents, selon eux, pour faire aboutir le processus de paix avec ETA. Jean-Noël Etcheverry, 52 ans, de Saint-Jean-Pied-de-Port, cofondateur du mouvement altermondialiste Bizi! dont la cible préférée est la BNP de Bayonne qui illustre pour le mouvement l'évasion fiscale; Michel Berhocoirigoin, un paysan de Gamarthe, chroniqueur d'"Enbata", qui demeure l'hebdo de référence des indépendantistes basques. Militant, il fut aussi le président d'Euskal Herriko laborantza ganbara, la  Chambre d'agriculture alternative du Pays basque. En visite à Garazi, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, ne peut l'avoir oublié; notre consoeur d'Hendaye Béatrice Haran-Molle, chez laquelle ont été effectuées perquisitions et interpellations qui après avoir travaillé au groupe média basque du sud EITB a rejoint "Le journal du Pays basque" devenu depuis "Mediabask"; Michel Bergouignan, qui fut membre du mouvement Abertzalen Batasuna, et s'engagea en 1997 pour la création d'une institution spécifique au Pays basque. Son nom est aussi associé à la fameuse coopérative des Caves d'Irouleguy, dont il fut le président et enfin Stéphane Etchegaray, journaliste dans l'audiovisuel, qui devait filmer la "destruction" des armes d'ETA dont le stock découvert représenterait 15% de son arsenal. Cinq personnes que bien des Basques baptiseront avant leur transfert à Paris "d"artisans de la paix".

Assurément une leçon pour que les Etats prennent leurs responsabilités


Dès le lendemain samedi, 28 élus, de la sénatrice Espagnac (PS), et Sandrine Derville, vice-présidente du Conseil régional, aux maires de Biarritz, Anglet et Bayonne (Veunac, Olive et Etchegaray) en passant par les députés Alaux et Capdevielle et le vice président du Conseil départemental Max Brisson signent une déclaration commune  "à l'attention des Etats Français et espagnol, des institutions publiques et citoyennes de l'ensemble du Pays basque". Ils estiment  qu'au-delà des personnalités aujourd'hui interpellées, d'autres acteurs de la société civile prendront le relais, tant est grand le désir de paix dans la société basque....Nous demandons aux États de s'impliquer dans le processus de désarmement et la résolution globale du conflit."
Dans les rues de Bayonne plus de trois mille personnes défilent pour s'opposer à cette méthode. Derrière une banderole sur laquelle est inscrite: "Bakearen Alde" ("Liberté pour les artisans de la paix"). Le mouvement se propageait ensuite à Saint-Jean-Pied de Port et à Louhossoa où hier soir 500 personnes se sont rassemblées.

On connait donc l'épilogue de cet imbroglio désarmant. Chacun devra en tirer la leçon. Au plus haut niveau. Particulièrement de cette mobilisation de l'ensemble des élus, toutes étiquettes politiques confondues, qui ont ressenti une profonde incohérence dans la précipitation qui a suivi. Mal venue quand se dessine, non sans difficulté, la future intercommunalité unique du Pays Basque (EPCI). Il n'y avait pas franchement matière à en rajouter vendredi soir.


 

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
7688
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !