aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Pays basque: un imbroglio véritablement désarmant!

20/12/2016 | 16 000 signatures de soutien, manifestations, l'amalgame entre ETA et soutiens de la paix a causé un profond malaise avant que ces cinq interpellés ne soient remis en liberté ce mardi mardi soir

Apparemment l'État français aura été plus prompt au Pays basque à créer une entité sous forme d'intercommunalité unique que de régler avec le gouvernement espagnol une paix définitive dans deux pays basques (français et espagnols ou du nord et du sud, c'est selon) qui ont vécu des décennies de tragédies et d'attentats sanglants. En interpellant et en mettant en garde à vue cinq figuras de la société civile, désireuses, affirmaient-elles de détruire une partie de l'arsenal des armes d'ETA le ministre de l'Intérieur a causé un profond malaise en annonçant derechef un "coup fatal porté à l'ETA" sans connaître les tenants et les aboutissants de l'affaire

L'épilogue d'un feuilleton entrepris vendredi au Pays basque a pris fin ce mardi avec la remise en liberté des cinq personnes qui avaient été transférées lundi; elles ont été mises en examen pour port et détention d'armes en relation avec une entreprise terroriste". A des lieux de ce que pensait le parquet antiterroriste qui pensait avoir arrêté "des terroristes qui se préparaient à commettre un attentat". Un doute que relayait avec zèle -et précipitation- Bruno Le Roux, le nouveau ministre de l'Intérieur.

Cette interpellation avait été effectuée dans une maison basque de Louhossoa, 890 habitants, située entre Itxassou, célèbre pour ses cerises, et Bidarray, près de  l'intersection des vallées de Baigorri (Saint-Etienne-de-Baigorry) et de Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port). Opération conjointement menée par Madrid et Paris qui les soupçonnaient d'association de malfaiteurs terroristes et infraction sur les armes et les explosifs en relation avec une entreprise terroriste. Le commentaire de Bruno Le Roux va aussitôt exaspérer d'une certaine manière élus et population du Pays basque qui ne digère pas le terme -déjà employé au Pays basque-  "rude porté à l'ETA", c’est-à-dire qu'il associait d'entrée ces cinq personnes au groupe terroriste qui a déposé les armes.

De l'Irouléguy à Bizi! en passant par Médiabask

Qui étaient donc ces cinq personnes? Des militants qui se sont lancés dans une entreprise à haut risque en se substituant à des états indifférents, selon eux, pour faire aboutir le processus de paix avec ETA. Jean-Noël Etcheverry, 52 ans, de Saint-Jean-Pied-de-Port, cofondateur du mouvement altermondialiste Bizi! dont la cible préférée est la BNP de Bayonne qui illustre pour le mouvement l'évasion fiscale; Michel Berhocoirigoin, un paysan de Gamarthe, chroniqueur d'"Enbata", qui demeure l'hebdo de référence des indépendantistes basques. Militant, il fut aussi le président d'Euskal Herriko laborantza ganbara, la  Chambre d'agriculture alternative du Pays basque. En visite à Garazi, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, ne peut l'avoir oublié; notre consoeur d'Hendaye Béatrice Haran-Molle, chez laquelle ont été effectuées perquisitions et interpellations qui après avoir travaillé au groupe média basque du sud EITB a rejoint "Le journal du Pays basque" devenu depuis "Mediabask"; Michel Bergouignan, qui fut membre du mouvement Abertzalen Batasuna, et s'engagea en 1997 pour la création d'une institution spécifique au Pays basque. Son nom est aussi associé à la fameuse coopérative des Caves d'Irouleguy, dont il fut le président et enfin Stéphane Etchegaray, journaliste dans l'audiovisuel, qui devait filmer la "destruction" des armes d'ETA dont le stock découvert représenterait 15% de son arsenal. Cinq personnes que bien des Basques baptiseront avant leur transfert à Paris "d"artisans de la paix".

Assurément une leçon pour que les Etats prennent leurs responsabilités


Dès le lendemain samedi, 28 élus, de la sénatrice Espagnac (PS), et Sandrine Derville, vice-présidente du Conseil régional, aux maires de Biarritz, Anglet et Bayonne (Veunac, Olive et Etchegaray) en passant par les députés Alaux et Capdevielle et le vice président du Conseil départemental Max Brisson signent une déclaration commune  "à l'attention des Etats Français et espagnol, des institutions publiques et citoyennes de l'ensemble du Pays basque". Ils estiment  qu'au-delà des personnalités aujourd'hui interpellées, d'autres acteurs de la société civile prendront le relais, tant est grand le désir de paix dans la société basque....Nous demandons aux États de s'impliquer dans le processus de désarmement et la résolution globale du conflit."
Dans les rues de Bayonne plus de trois mille personnes défilent pour s'opposer à cette méthode. Derrière une banderole sur laquelle est inscrite: "Bakearen Alde" ("Liberté pour les artisans de la paix"). Le mouvement se propageait ensuite à Saint-Jean-Pied de Port et à Louhossoa où hier soir 500 personnes se sont rassemblées.

On connait donc l'épilogue de cet imbroglio désarmant. Chacun devra en tirer la leçon. Au plus haut niveau. Particulièrement de cette mobilisation de l'ensemble des élus, toutes étiquettes politiques confondues, qui ont ressenti une profonde incohérence dans la précipitation qui a suivi. Mal venue quand se dessine, non sans difficulté, la future intercommunalité unique du Pays Basque (EPCI). Il n'y avait pas franchement matière à en rajouter vendredi soir.


 

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
5580
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !