12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pays basque: un imbroglio véritablement désarmant!

20/12/2016 | 16 000 signatures de soutien, manifestations, l'amalgame entre ETA et soutiens de la paix a causé un profond malaise avant que ces cinq interpellés ne soient remis en liberté ce mardi mardi soir

Apparemment l'État français aura été plus prompt au Pays basque à créer une entité sous forme d'intercommunalité unique que de régler avec le gouvernement espagnol une paix définitive dans deux pays basques (français et espagnols ou du nord et du sud, c'est selon) qui ont vécu des décennies de tragédies et d'attentats sanglants. En interpellant et en mettant en garde à vue cinq figuras de la société civile, désireuses, affirmaient-elles de détruire une partie de l'arsenal des armes d'ETA le ministre de l'Intérieur a causé un profond malaise en annonçant derechef un "coup fatal porté à l'ETA" sans connaître les tenants et les aboutissants de l'affaire

L'épilogue d'un feuilleton entrepris vendredi au Pays basque a pris fin ce mardi avec la remise en liberté des cinq personnes qui avaient été transférées lundi; elles ont été mises en examen pour port et détention d'armes en relation avec une entreprise terroriste". A des lieux de ce que pensait le parquet antiterroriste qui pensait avoir arrêté "des terroristes qui se préparaient à commettre un attentat". Un doute que relayait avec zèle -et précipitation- Bruno Le Roux, le nouveau ministre de l'Intérieur.

Cette interpellation avait été effectuée dans une maison basque de Louhossoa, 890 habitants, située entre Itxassou, célèbre pour ses cerises, et Bidarray, près de  l'intersection des vallées de Baigorri (Saint-Etienne-de-Baigorry) et de Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port). Opération conjointement menée par Madrid et Paris qui les soupçonnaient d'association de malfaiteurs terroristes et infraction sur les armes et les explosifs en relation avec une entreprise terroriste. Le commentaire de Bruno Le Roux va aussitôt exaspérer d'une certaine manière élus et population du Pays basque qui ne digère pas le terme -déjà employé au Pays basque-  "rude porté à l'ETA", c’est-à-dire qu'il associait d'entrée ces cinq personnes au groupe terroriste qui a déposé les armes.

De l'Irouléguy à Bizi! en passant par Médiabask

Qui étaient donc ces cinq personnes? Des militants qui se sont lancés dans une entreprise à haut risque en se substituant à des états indifférents, selon eux, pour faire aboutir le processus de paix avec ETA. Jean-Noël Etcheverry, 52 ans, de Saint-Jean-Pied-de-Port, cofondateur du mouvement altermondialiste Bizi! dont la cible préférée est la BNP de Bayonne qui illustre pour le mouvement l'évasion fiscale; Michel Berhocoirigoin, un paysan de Gamarthe, chroniqueur d'"Enbata", qui demeure l'hebdo de référence des indépendantistes basques. Militant, il fut aussi le président d'Euskal Herriko laborantza ganbara, la  Chambre d'agriculture alternative du Pays basque. En visite à Garazi, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, ne peut l'avoir oublié; notre consoeur d'Hendaye Béatrice Haran-Molle, chez laquelle ont été effectuées perquisitions et interpellations qui après avoir travaillé au groupe média basque du sud EITB a rejoint "Le journal du Pays basque" devenu depuis "Mediabask"; Michel Bergouignan, qui fut membre du mouvement Abertzalen Batasuna, et s'engagea en 1997 pour la création d'une institution spécifique au Pays basque. Son nom est aussi associé à la fameuse coopérative des Caves d'Irouleguy, dont il fut le président et enfin Stéphane Etchegaray, journaliste dans l'audiovisuel, qui devait filmer la "destruction" des armes d'ETA dont le stock découvert représenterait 15% de son arsenal. Cinq personnes que bien des Basques baptiseront avant leur transfert à Paris "d"artisans de la paix".

Assurément une leçon pour que les Etats prennent leurs responsabilités


Dès le lendemain samedi, 28 élus, de la sénatrice Espagnac (PS), et Sandrine Derville, vice-présidente du Conseil régional, aux maires de Biarritz, Anglet et Bayonne (Veunac, Olive et Etchegaray) en passant par les députés Alaux et Capdevielle et le vice président du Conseil départemental Max Brisson signent une déclaration commune  "à l'attention des Etats Français et espagnol, des institutions publiques et citoyennes de l'ensemble du Pays basque". Ils estiment  qu'au-delà des personnalités aujourd'hui interpellées, d'autres acteurs de la société civile prendront le relais, tant est grand le désir de paix dans la société basque....Nous demandons aux États de s'impliquer dans le processus de désarmement et la résolution globale du conflit."
Dans les rues de Bayonne plus de trois mille personnes défilent pour s'opposer à cette méthode. Derrière une banderole sur laquelle est inscrite: "Bakearen Alde" ("Liberté pour les artisans de la paix"). Le mouvement se propageait ensuite à Saint-Jean-Pied de Port et à Louhossoa où hier soir 500 personnes se sont rassemblées.

On connait donc l'épilogue de cet imbroglio désarmant. Chacun devra en tirer la leçon. Au plus haut niveau. Particulièrement de cette mobilisation de l'ensemble des élus, toutes étiquettes politiques confondues, qui ont ressenti une profonde incohérence dans la précipitation qui a suivi. Mal venue quand se dessine, non sans difficulté, la future intercommunalité unique du Pays Basque (EPCI). Il n'y avait pas franchement matière à en rajouter vendredi soir.


 

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo :

Partager sur Facebook
Vu par vous
6333
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !