aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Pierre Camani : « Je reste optimiste malgré le contexte économique difficile »

08/09/2016 | En ce jeudi 8 septembre au matin, Pierre Camani, président du département et sénateur de Lot-et-Garonne, a fait sa rentrée devant la presse locale.

Pierre Camani psdt et sénateur de Lot-et-Garonne

Un fonds national de péréquation de 20 millions d'€ pour aider financièrement le Lot-et-Garonne à mener à bien ses politiques de solidarité nationale, la mise en place d'un Schéma départemental d'amélioration de l'accès des services publics aux Lot-et-Garonnais et la création d'un campus numérique. Tels sont les thèmes principaux que Pierre Camani, président du département et sénateur de Lot-et-Garonne, a développé le 8 septembre au matin lors de sa rentrée politique. Interview...

@qui ! : Même si notre département a été classé comme le 12ème département le mieux géré de France, notre territoire a besoin de fonds publics pour mener à bien les politiques de solidarité nationale. Pour cette raison bien précise, vous demandez à l’État de débloquer pour le Lot-et-Garonne un fonds de péréquation. Présentez-nous ce fonds.
P.C :
La situation financière des départements ruraux est une situation extrêmement difficile. En effet, les départements sont amenés à assumer des dépenses de solidarité nationale comme l'allocation personnalisée à l'autonomie pour les personnes âgées et leur maintien à domicile, la prestation de compensation du handicap pour les handicapés et surtout le RSA, le revenu de solidarité active. Ce sont des dépenses de solidarité nationale assumées par les départements et que l’État compense de plus en plus mal. Aujourd'hui, le différentiel qui existe entre ce que le département dépense pour le compte de l’État et ce que l’État rembourse est extrêmement important. Mon combat est donc de demander un fonds de péréquation (juste répartition entre départements riches et départements pauvres) de 20 millions d'euros pour le département de Lot-et-Garonne pour continuer à mener à bien nos politiques de solidarité. Nous ne voulons pas augmenter les impôts, car c'est anormal que le Lot-et-Garonnais paye ce que le contribuable public, l’État donc, devrait nous donner.

@qui ! : Depuis la mise en place de la loi NOTRe, vous vous devez de « réinventer les services publics ». Que cela signifie-t-il concrètement sur le terrain ?
P.C : Une de nos priorités aujourd'hui est de travailler autour des services de proximité pour les Lot-et-Garonnais. Dans cet esprit-là, nous avons mis en place, il y a quelques années de cela maintenant, la CODDEM, une commission qui a pour vocation de réfléchir autour de la désertification médicale. Des Maisons de santé sont déjà sorties de terre et nous arrivons aujourd'hui à inverser la courbe et ainsi à créer une certaine dynamique dans ce secteur-là. Dans un autre registre, nous avons modernisé les casernes de pompiers et de gendarmeries, car lorsque nous avons pris les rênes du département, il y a une dizaine d'années, leur état était catastrophique. Faire un lifting de ces bâtiments donne une image attractive de notre territoire et cela peut donner envie de venir s'implanter en Lot-et-Garonne. Aussi, nous travaillons à favoriser les circuits courts dans la restauration collective au collège. Enfin, toujours dans cet esprit, nous allons mettre en place un schéma départemental d'amélioration de l'accès des services aux Lot-et-Garonnais.

@qui ! : Définissez-nous ce schéma départemental d'amélioration de l'accès des services aux Lot-et-Garonnais.
P.C :
En co-organisation avec le Préfet, l’État nous donne les moyens de réfléchir avec l'ensemble des élus et des acteurs de terrain, y compris les citoyens, à une organisation, à un schéma pour tenter de conforter ces services de proximité, que ce soit du médecin au garagiste en passant par le buraliste et l'épicier. Pour ce faire, nous allons établir, dans un premier temps, un diagnostic de la situation. En clair, voir les territoires dont les services sont suffisants et ceux dont leur implication est insuffisante de manière à inverser la tendance et éventuellement créer des initiatives permettant de développer certains services.

@qui ! : En septembre 2017, un campus numérique verra le jour dans les murs de l'ESPE. En quoi va-t-il consister ?
P.C :
Depuis quelque temps déjà, nous avons la volonté qu'Agen, situé entre Bordeaux et Toulouse, ne soit pas mis à l'écart de la révolution numérique que nous vivons. On voit bien qu'il y a une explosion des start-up numériques et des pépinières numériques dans les métropoles mais peu de structures en milieu rural. J'ai donc créé un Cluster numérique, Inoo, en regroupant les entreprises liées au numérique dans le département. Dans le même temps, l'ESPE (ancien IUFM) nous a confié qu'elle déménagerait à la rentrée prochaine pour s'implanter à l'INDL. L'ESPE est un bâtiment de 7000m2 qui appartient au département et dans lequel loge déjà Intech'Info, une école supérieure d'informatique. Donc, nous souhaitons en septembre prochain, y installer le Cluster Inoo, un incubateur d'entreprises (pépinières d'entreprises liées au numérique) un espace de coworking et peut-être un autre centre de formation. Bref un véritable campus du numérique érigé sous le label 'Rural Tech' verrait le jour en partenariat avec les entreprises, les banques, les chambres consulaires, les agglomérations afin qu'il soit porteur d'avenir, de création d'emploi et de développement pour le Lot-et-Garonne.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
4048
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !