Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pierre Camani : « Etre sénateur est un atout pour le Lot-et-Garonne »

09/03/2012 |

Pierre Camani et Nathalie Maubaret attachee parlementaire

Le mercredi 7 mars, Pierre Camani, sénateur et président du Conseil général de Lot-et-Garonne, a invité la presse locale au Sénat afin de parler de sa fonction de législateur et des retombées de ses missions parlementaires pour son département. Plusieurs journalistes de la presse régionale et locale étaient du voyage. Nous avons pu dialoguer, échanger et débattre avec un sénateur disponible, à l'écoute et volontiers pédagogue. Au coeur de notre rencontre : le frelon asiatique, la fibre optique, l'industrie, l'agriculture, mais aussi son rôle de sénateur et la question du cumul des mandats...

Une poignée de main chaleureuse et un sourire au coin des lèvres, c'est un sénateur heureux de son « nouveau métier » de parlementaire qui nous accueille dans son bureau parisien. Un bureau situé rue Bonaparte, à quelques pas du Sénat. Ce mercredi 7 mars, Pierre Camani a décidé de convier la presse lot-et-garonnaise à Paris afin de parler de ses nouvelles fonctions de législateur qu'il occupe depuis septembre. « Etre sénateur, précise-t-il d'entrée de jeu, c'est participer à l'élaboration des lois, mener des études, échanger. C'est un travail passionnant et très enrichissant intellectuellement ». Le décor est posé. Pierre Camani est passionné par ses nouvelles missions.

Fibre optique, frelon asiatique, industrie, vigne, économie agricole...
Pierre Camani et Nathalie Maubaret attachee parlementaireAu Sénat, il est membre de la Commission du Développement durable, des Infrastructures, de l'Equipement et de l'Aménagement du territoire, mise en place le 21 février dernier. « J'ai choisi cette commission car elle traite des problématiques lot-et-garonnaises ». En effet, Pierre Camani a toujours le souci de défendre au mieux les intérêts de son département. D'où le choix aussi de ses groupes d'études. Il a rejoint les groupes « Vigne et vin », « Communications électroniques et Poste », « Gestion des déchets », « Energie », « Economie agricole alimentaire », « Chasse et Pêche » et « Industrie ». Pour preuve aussi, le 8 février dernier, il est intervenu dans le cadre d'une question orale avec débat, face à Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'environnement, sur la question de la prolifération du frelon asiatique. Le Lot-et-Garonne étant le département à l'origine de cette invasion en France...

« Etre sénateur, ça ouvre beaucoup de portes »
Pour Pierre Camani, « être sénateur est un véritable atout pour le Lot-et-Garonne ». Cela fait avancer les dossiers. Prenons par exemple celui de la fibre optique. Un sujet qui est une des priorités du sénateur. Il y a quelques semaines de cela, ce dernier a eu l'occasion de suivre, en tant que chef de file pour son groupe, la proposition de loi Maurey-Leroy relative à l'aménagement numérique du territoire. « Ce déploiement de la fibre optique est comparable au déploiement de l'électricité, il y a 50 ans. Les Lot-et-Garonnais n'en ont pas encore conscience », précise-t-il. Aussi, grâce à ses fonctions, il a pu, lors d'auditions, rencontrer les acteurs majeurs de ce dossier tels que les grands patrons des opérateurs privés et des membres du gouvernement. « A Paris, tout est concentré. Ca va plus vite. Ils viennent à moi au Sénat et ça me permet d'être à la pointe de l'information. » Sur ce sujet, en l'occurrence, l'Etat va débloquer une enveloppe financière de 900 millions d'euros, l'Europe va également mettre la main à la poche. Là encore, « le fait d'être sénateur va permettre de réaliser un dossier d'aide de financement et de le déposer rapidement afin d'en faire bénéficier le Lot-et-Garonne », espère-t-il.

« Je crois que les Lot-et-Garonnais me voient tout autant sur le terrain »
Pierre Camani et son attachee parlementaireEn étant deux jours par semaine au Sénat et parfois même deux jours et demi, lorsque ses rendez-vous débordent sur le jeudi matin, forcément, Pierre Camani est moins présent en terre lot-et-garonnaise. Toutefois, « le travail y est tout aussi bien mené », car il possède une équipe de vice-présidents « très efficace ». Il la retrouve d'ailleurs tous les vendredis pour faire le point, harmoniser les dossiers, fédérer et rassembler. « C'est très agréable de travailler dans une si bonne ambiance », assure-t-il. Le reste du temps, il est en Marmandais et le week-end « je vais où on m'invite, car même si je suis un homme de dossier, je suis avant tout un homme de terrain ! » Il tient à parler avec les élus, les acteurs locaux et les Lot-et-Garonnais. « Et malgré mes nouvelles fonctions, je pense qu'on me voit tout autant. »

« Je suis contre le cumul d'un mandat de parlementaire avec celui d'un exécutif local »
Cet emploi du temps, géré à la seconde près, entre deux trains ou deux avions, est la conséquence d'un cumul de mandats. En effet, Pierre Camani est sénateur et président du Conseil général de Lot-et-Garonne. Deux fonctions aux hautes responsabilités. Mais aussi premier vice-président de Val de Garonne Agglomération et conseiller municipal de Puymiclan, où il ne manquerait pour rien au monde un conseil municipal ! Et pourtant, il se dit contre le cumul d'un mandat de parlementaire avec celui d'un exécutif local, car ces deux mandats demandent de forts investissements personnels et professionnels. Malgré cela, il ne se sent pas en contradiction avec ce qu'il dit, parce que si François Hollande est élu président de la République, et si un projet de loi sur le non cumul des mandats venait à être proposé, il voterait « pour » cette loi. « Mais je ne veux pas être le seul à l'appliquer, car je le répète, être sénateur est un véritable atout pour le Lot-et-Garonne. » Enfin, il se dit opposé à un mandant unique car « un parlementaire doit avoir un ancrage local pour connaître les problématiques de terrain. »

Crédit photo : SR

Sybille Rousseau

Partager sur Facebook
Vu par vous
1890
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 12/03/2012

"« un parlementaire doit avoir un ancrage local pour connaître les problématiques de terrain. »
M. Camani a acquis cet ancrage par sa carrière passée en Lot-et-Garonne, et le fait d'abandonner son siège de président du CG pour se consacrer pleinement à son activité de sénateur ne lui aurait pas fait perdre sa connaissance du terrain.
Une question terre à terre : cumule-t-il les indemnités de ses deux postes ?
Par ailleurs, s'il faut que le président du CG soit sénateur, réformons la loi pour que tous les présidents de CG soient sénateurs ! ce sera plus simple et plus clair, et on pourra repenser le contenu et la rémunération de ces postes.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !