Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

05/08/20 : L'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, organise un dépistage COVID-19 à Biarritz, ce jeudi 6 août, de 9h à 13h sur l’Esplanade du Casino Municipal; un acte gratuit. Se présenter avec sa pièce d’identité, et carte vitale

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : Le maire d'Anglet Claude Olive, après entretien avec le préfet, a pris la même décision que Maïder Arosteguy et fermera ses 4,5km de plage de 22 h à 6 h à partir du 4 août. Une décision logique en raison de la proximité des deux stations balnéaires.

30/07/20 : En Dordogne, aucun record de température n'est tombé ce jeudi 30 juillet. Météo France a enregistré un maximal de 39 degrés aux Eyzies, dans la vallée de la Vézère. Le département est placé en vigilance jaune jusqu’au samedi 1er août à 12 heures.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

30/07/20 : Albin Chalandon,l'une des figures de la V° république et du gaullisme, qui occupa plusieurs postes ministériels dont celui de Garde des Sceaux mais fut aussi PDG du groupe Elf-Aquitaine est décédé à l'âge de cent ans.

30/07/20 : A Pau, le départ de la course cycliste féminine « Donnons des ailes au vélo » sera donné le 6 août à 8 heures au Tour des Géant Stade Tissié. Cette course reprend les 21 étapes du Tour de France parcourues par les cyclistes masculins.

30/07/20 : Ce jeudi, sur la Côte basque, Biarritz devrait battre ses records de chaleur avec 41°, soyons fous, selon les spécialistes, ressenti 47°. Bref la Côte basque flirtera avec sa concurrente d'Azur, voire en matière de culture assumée, sa cousine, la Corse.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/20 | La LPO Aquitaine cherche des "rapatrieurs"

    Lire

    Face au grand nombre d'animaux retrouvés en détresse par des particuliers, la Ligue de protection des oiseaux vient de lancer un appel à bénévoles pour transporter ceux-ci dans leur véhicule personnel. Leur mission : aller du lieu où a été trouvé l'animal jusqu'au centre de soins d'Audenge. La LPO cherche des volontaires en particulier sur les secteurs du Médoc, de Blaye, Libourne ainsi qu'en Dordogne. Contact : benevolot.cds33@lpo.fr.

  • 08/08/20 | Incendie d'Anglet: un adolescent mis en examen

    Lire

    C'est le procureur de la République qui l'a annoncé: un jeune apprenti de 16 ans, apprenti menuisier et vivant dans un foyer de Bayonne dans le cadre d'une assistance a été mis en examen. Il se serait vanté de son "exploit" à des camarades. Il avait déjà tenté de mettre le feu à sa chambre. S'il n'a pas reconnu les faits, le Procureur l'a ms en examen en raison d'indices graves concordants", mais Jérome Bourrier insiste: "La présomption d'innocence doit être respectée". La peine maximale pour cet acte de destruction volontaire est de vingt ans de prison.

  • 08/08/20 | L’Open de France Espoirs et 100% filles de Surf annulés et reportés à Lacanau

    Lire

    Initialement prévu du 12 au 16 août, l’Open de France Espoirs et l’Open de France 100 % filles ont été annulés et reportés par les services de l’État, la ville de Lacanau et le Lacanau Surf Club. Cette décision a été prise suite aux conditions sanitaires actuelles, du pic de fréquentation touristique et du brassage géographique des compétiteurs. La Fédération et ses partenaires travaillent actuellement pour trouver une nouvelle date pour l’Open de France 100 % filles.

  • 07/08/20 | Bordeaux Métropole soutient le Liban

    Lire

    Suite aux évènements qui viennent de se dérouler à Beyrouth, le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, propose d’allouer une aide exceptionnelle à Médecins Sans Frontières, qui est actuellement dans la capitale libanaise pour assurer l’aide médicale d’urgence, de 50 000€. MSF depuis 25 ans a sa plus grande base logistique à Mérignac. Fin septembre lors du prochain Conseil de Bordeaux Métropole, une délibération formalisera ce soutien.

  • 07/08/20 | Lauak supprimerait 156 emplois au Pays basque

    Lire

    La sous-traitant aéronautique Lauak, de la famille Charritton, victime de la crise post-Covid, supprimerait 156 postes -sur 528- dans ses usines d'Ayherre-Hasparren. Le groupe qui possède également une usine à L'Isle Jourdain (Gers) verra cette dernière amputée de 60 salariés. La baisse d'activité des compagnies aériennes impacte sérieusement le carnet de commande du groupe basque en pleine expansion auparavant. La direction n'a pas commenté ce plan de sauvegarde de l'emploi et de l'entreprise par la même occasion.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pierre Hurmic élu maire de Bordeaux

03/07/2020 | Ce vendredi 3 juillet, Pierre Hurmic a été officiellement élu maire de Bordeaux à 48 voix sur 65. On vous raconte l'ambiance sur place.

Pierre Hurmic Bordeaux

Ça y est, c'est officiel. Ce vendredi 3 juillet, après un premier conseil d'installation d'environ deux heures, l'écologiste Pierre Hurmic, juriste et figure de l'opposition bordelaise pendant 25 ans, a été officiellement élu maire de Bordeaux à 48 voix pour, 14 votes blancs (en fait ceux de la liste Union Pour Bordeaux) et 3 votes pour Philippe Poutou. Dans un discours moins enflammé que résolu, il a énoncé son intention de "réparer la table" plutôt que de la renverser. Nous étions dans la salle de cet auditorium de Bordeaux, pour les applaudissements comme pour les huées. On vous raconte.

La salle est fébrile. Plus tôt, lors du vote solennel, quelques huées sont venues des tribunes au moment ou Nicolas Florian, Thomas Cazenave ou Alexandra Siarri sont venus déposer leur bulletin dans l'urne. Affublé d'une écharge rouge aux couleurs de sa liste Bordeaux en Luttes, Philippe Poutou, qui fait sa première entrée dans une assemblée d'élus, a ses propres supporters. Certains ont un gilet jaune sur le dos mais tous applaudissent plus fort que les autres et repassent quelques restes de slogans des manifs'. 

Au moment du dépouillement, l'auditorium de Bordeaux est traversé par un long moment un peu suspendu. Limités à 180 personnes, les gradins sont quasiment tous remplis, certains ayant attendu plus d'une heure avant le début de la séance pour pouvoir s'asseoir dans leur siège, en hauteur. On repère un ou deux t-shirt EELV, un masque vert. En bas, devant les gradins, la nouvelle équipe municipale est dispersée. Certains n'en reviennent toujours pas. D'autres, comme Nicolas Florian, le maire sortant, sont assaillis par les caméras et les flashs des appareils photos (une cinquantaine de journalistes accrédités, fait rare pour un conseil municipal) dès leur entrée dans cet "hémicycle" singulier. Le résultat final s'annonce : 48 voix pour, 14 bulletins blancs et trois votes pour Philippe Poutou. Le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, s'avance à la tribune, sous des applaudissements nourris.

Hurmic le réparateur

Le discours est sobre, conciliant, teinté de quelques discrets reliefs. "Je ne laisserai jamais personne caricaturer l'écologie que nous avons choisie pour transformer Bordeaux. Non, elle n'est pas punitive, seule l'inaction est punitive. En repoussant à demain des décisions urgentes, on aggrave de fait la situation, hypothéquant les capacités de résistance de notre territoire. Notre écologie est pragmatique. Elle est aussi sociale et soucieuse de faire respirer la démocratie à Bordeaux. Tout ce que nous ferons pour les habitants, nous le ferons aussi et surtout avec eux", énonce-t-il.

Pierre Hurmic Bordeaux

Au rayon des images et des symboles, un seul moment notable, que nous nommerons "la séquence de la table". "Je veux aussi rassurer les acteurs économiques locaux que je sais inquiets", souligne Pierre Hurmic. "Nous n'allons pas renverser la table, nous allons la réparer". Quelques sourires, mais surtout des déclarations entrecoupées d'applaudissements. Tout au long de ces dernières, quelques rappels de promesses de campagne : un audit financier de la municipalité, des assises du pouvoir partagé, une équipe "en permanence soucieuse des deniers publics, de la sobriété, de la mesure", le défi climatique en porte-étendard (un état d'urgence climatique et un/e adjoint/e chargé/e de la question).

Enfin, un dernier mot à destination des électeurs et des habitants. "Je serai un maire attentif à vos problèmes, comme à vos attentes mais aussi à vos joies et à vos enthousiasmes, car il y en aura. Vous pourrez compter sur moi et sur la bienveillance que je vous dois pour ouvrir dès aujourd'hui le champ des possibles. C'est avec vous que je veux écrire ce nouveau chapitre de l'histoire bordelaise. Je le ferai avec enthousiasme, dévouement mais aussi avec une très grande détermination". Une citation marine plus tard ("Oser toujours, céder parfois, renoncer jamais !"), voilà donc l'affaire faite. 

Une opposition vigilante, une majorité qui prend le vent

Nicolas Florian, de son côté, aura donc choisi de ne pas présenter sa candidature, à l'inverse de Philippe Poutou. Il attendra, comme ce dernier, Thomas Cazenave et la socialiste Emmanuelle Ajon, la parole des élus le souhaitant, en fin de conseil, pour s'exprimer. Ses mots ne dépasseront pas le stade entendu de la vigilance, cordiale mais farouche.  "Vous vivez un moment particulier, l'ambiance y participe. Je vis moi-même un moment particulier (...) Je mesure le poids de votre responsabilité. Sachez que la transition entre un candidat et un maire est essentielle. Vous devez vous adresser à l'ensemble des habitants, il ne s'agit plus de défendre un camp, il s'agit de défendre Bordeaux. Je serai toujours attentif, pour la première fois en tant que membre de l'opposition, à ce que les politiques publiques qui ont été engagées depuis un an soient poursuivies".

Les quelques mots de Thomas Cazenave continuent de dérouler le même fil. "On a besoin d'unité dans un contexte difficile. Nous serons attentifs à ce que l'on aggrave pas les clivages et les différences territoriales. Nous avons besoin d'une feuille de route précise réalisée avec des méthodes respectant les principes de l'incitation, de l'accompagnement et qui se fasse sans brutalité. Renouveau Bordeaux défendra toujours ici les valeurs progressistes qui n'opposent pas l'économie, le social et l'écologie", termine l'ex-candidat En Marche sans huées mais avec des "claps" qui manquent un peu de panache. 

Philippe Poutou Bordeaux

Philippe Poutou, lui aussi, restera dans son rôle, après une brève manifestation avant le début de la séance, à l'extérieur. "On a fait une petite manifestation parce qu'on ne sait faire que ça pour l'instant", raillera-t-il. "On est pas des super élus, on essaiera de jouer le rôle qu'on peut jouer, de se battre pour ce programme en rupture. On essaiera aussi de discuter de la démocratie, il faut que la population puisse discuter et voir ce qui la concerne directement, ce n'est pas juste 65 élus qui peuvent décider de la vie des autres (...) On pense qu'après 73 ans de droite, il y a bien une table à renverser. Un bordelais sur cinq vit en dessous de seuil de pauvreté, des gens n'arrivent pas à se loger ou à se soigner. Il faut des engagements très concrets. On essaiera de mettre toute la pression possible pour que cette table soit renversée".

Côté socialistes, évidemment, on se réjouit. "L'espoir nourri par la conviction que seul un large rassemblement autour des valeurs communes, est aujourd'hui devenu une réalité. Notre diversité est à l'image de notre ville. : ouverte, tolérante, respectueuse et généreuse. Un vent s'est levé, il nous appartient de l'entretenir", disserte Emmanuelle Ajon. Le tout aura duré deux heures, mais il reste encore beaucoup de questions en suspens. L'une des plus pressantes, c'est celle des adjoints. À l'image de l'exercice opéré par Alain Juppé en 2014, ils seront annoncés un peu plus tard. L'ensemble des colistiers élus participeront ce dimanche à Bazas à un séminaire qui sera chargé de composer l'équipe qui entourera Pierre Hurmic pour les six ans à venir. Écologistes, partis de gauche et société civile pourraient y être représentés égalitairement. Les adjoints et leurs délégations, tout comme les maires de quartiers, seront officiellement désignés le 10 juillet. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3048
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !