Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Plan Collèges Ambition 2024 en Gironde: "on ne peut qu'approuver"... ou presque

12/09/2017 | C'est une séance plénière exceptionnelle qui s'est tenue ce 11 septembre au Conseil départemental de Gironde. Elle avait pour vocation principale le vote du Plan Collèges Ambition 2024

Assemblée départementale Gironde

Ils l'avaient présenté à la presse à quelques jours de la rentrée scolaire. Jean-Luc Gleyze et son vice-président en charge des collèges Alain Marois, ont cette fois exposé et soumis au vote le Plan Collèges Ambition 2024 aux conseillers départementaux, qui en ont également voté les premières mises en oeuvre. Un plan salué par l'ensemble des élus, mais qui n'a pour autant pas remporté l'unanimité des voix : Jacques Mangon et Agnès Versepuy, conseillers départementaux Modem-Udi du Canton de Saint-Médard en Jalles et Grégoire de Fournas, élu front national du canton Nord Médoc ont en effet levé la main au titre des abstentions. Explications de votes pour un plan qui par ailleurs marquait les dernières prises de paroles d'Alain Marois, en tant que vice président. Celui-ci préférant quitter son siège occupé depuis 16 ans, pour retrouver ainsi une « simple » place de conseiller départemental. C'est Guy Moreno qui a alors pris sa succession.

Pour mémoire le plan Collèges Ambition 2024, lié aux perspectives démographiques du département de la Gironde en constante hausse, prévoit la construction de 12 nouveaux collèges et 10 réhabilitations lourdes d'ici 7 ans. Un plan de 350 millions d'euros qui vient plus que doubler le Programme pluriannuel d'investissement en cours offrant ainsi un montant total de 470 M€ d'investissements consacrés aux collèges. Comme l'ont souligné Jean-Luc Gleyze et Alain Marois, au delà de la question du quantitatif, la volonté de l’exécutif départemental est bien aussi d'assurer de meilleures conditions de vie et de travail au sein des établissements, via notamment des jauges maximales plus réduites de 600-700 élèves là où à l'heure actuelle, de nombreux collèges girondins peuvent accueillir jusqu'à 800 voire 900 élèves.

"Le Taillan a le sentiment d'avoir été oublié"
Si sur les bancs des élus, le degré d'enthousiasme était plus ou moins proportionnel au positionnement sur l'échiquier politique du département, chacun a volontiers reconnu a minima, à l'image de Jacques Breillat, chef de file de l'opposition pour Gironde Avenir, « la prise en compte sérieuse des évolutions structurelles du département par ce plan collège», et ce d'autant plus « dans une période de repli des dotations ». Accord de principe aussi pour le frontiste, Grégoire de Fournas. Si l'élu a reconnu « qu'on ne peut qu'approuver un tel plan », il a pourtant choisi de s'abstenir mettant notamment en exergue, le choix du Président du Département d'avoir présenté ce plan à la presse, avant sa mise en discussion au sein de l'assemblée départementale. « Ne sommes nous donc désormais qu'une chambre d'enregistrement ? » a-t-il ainsi interrogé.

Quant aux deux autres votes d'abstention venus du tandem des élus du canton de Saint-Médard en Jalles, il est l'expression d'une « incompréhension persistante ». En effet, si là encore les deux élus, Jacques Mangon et Agnès Versepuy, soulignent « à l'échelle de la Gironde, la pertinence du plan et du montant qui lui est alloué », ils contestent fortement la proposition du dispositif de construire un nouveau collège au Haillan, « qui bénéficie déjà d'un collège », plutôt qu'au Taillan-Médoc qui n'en n'a pas. D'autant que le Pian Médoc, lui aussi, se verra doté d'un nouvel établissement dans les années à venir. « Nous avons le sentiment d'avoir été oubliés. Nous sommes pourtant l'entonnoir du Médoc, et à cause de cela nous connaissons de graves problèmes de circulation. Ne pas avoir de collège au Taillan, ou à proximité immédiate rajoute des flux supplémentaires, et oblige les collégiens à avoir au minimum 25 minutes de trajets en voiture ou transport en commun chaque matin », proteste la conseillère départementale et maire du Taillan, Agnès Versepuy.

"Pas de clientélisme"
C'est une histoire de point de vue, a semblé répondre l'éxécutif, se défendant de tout choix clientéliste. « Avec ces 12 nouveaux établissements, nous posons un maillage de collèges, un véritable filet, à l'échelle du département. C'est le choix d'une vision stratégique globale sur la Gironde qui nous permettra de nous adapter aux évolutions démographiques futures, sans risquer d'arriver à la création de collèges XXL inconfortables pour les collégiens », argumente Alain Marois. De son côté, le Président Jean-Luc Gleyze, qui ne perd pas non plus de vue son objectif de collèges de petite taille affirme : « D'une part, la pression démographique est plus forte au Haillan, qu'au Taillan. Et d'autre part, si on avait décidé de construire un collège au Taillan, nous aurions été forcés de construire un établissement de 900 élèves, alors qu'en le positionnant au Pian-Médoc, on peut maintenir une jauge de 600 élèves". Et d'assurer également, en réponse à l'argument des bouchons automobiles, que « la déviation du Taillan reste pour moi un objectif prioritaire ». Des arguments qui n'ont visiblement pas convaincu les deux élus.

Mais sitôt voté dans son principe, sitôt le plan a été partiellement mis en œuvre. 6 des 12 nouveaux collèges ont en effet vu leur principe d'implantation géographique, voté, cette fois à l'unanimité par les élus girondins. Il faut dire qu'il n'était ni question du futur collège du Haillan, ni de celui du Pian Médoc. Ont ainsi été actés les futurs établissements de Marsas, du Barp, du quartier Ginko à Bordeaux, de deux collèges sur l'OIN Euratlantique quartier Bordeaux Saint-Jean Belcier, et Garonne Eiffel Rive Droite, et enfin la restructuration du collège Jacques Ellul, à la Benauge.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
30113
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !