aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/04/17 : A 16h45, dans les Pyrénées Atlantiques, le taux de participation atteignait 70,49% contre 74;59% en 2007 et 67,61% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à 17h00 dans le département de la Gironde est de 66,82% (contre 77,85% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 77,91% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à 17h n'est que de 65,79% soit près de 11 points de moins qu'au premier tour de la présidentielle en 2012.

23/04/17 : En Dordogne, le taux de participation estimé à 17 h est de 69,43 %, contre 78,06 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 81,67 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007. La participation est identique au niveau national (69,42 %).

23/04/17 : Charente-Maritime : le taux de participation aux élections étaient de 28,22% à midi ce dimanche, soit près de 2% de moins qu'en 2012.

23/04/17 : Si au niveau national le taux de participation est de 28,54%, il est, selon les chiffres fournis par la préfecture, de 31,71% dans les Pyrénées Atlantiques. En 2007, il était de 32,97% et de 28,94% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à midi dans le département de la Gironde est de 25,90% (contre 35,08 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 37,46 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : En Dordogne, ce dimanche, à 12 h, le taux de participation au 1er tour de l’élection présidentielle est de 30,41 %. C’est mieux qu’au niveau national (28,54 %). La mobilisation était de 34,55 % au premier tour de l’élection présidentielle en 2012.

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à midi est en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 : 32,62% (contre 34,14%).

23/04/17 : Il se confirme que la viticulture girondine sera affectée par le gel en particulier de la nuit du 20 au 21 avril: le sauternais dans les secteurs bas mais aussi l'entre deux mers le libournais et certaines communes en Haute Gironde.

22/04/17 : En Dordogne, les 693 bureaux de vote seront ouverts dimanche de 8 h à 19 heures pour le premier tour des élections présidentielles. 314 954 électeurs périgourdins sont appelés aux urnes.

21/04/17 : Important risque de feux de forêt en Lot-et-Garonne! Depuis quelques jours, les sapeurs-pompiers interviennent sur des départs de feux. La préfecture du Département appelle à la plus grande prudence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/04/17 | Incendie de Cissac: la RD 1215 rouverte

    Lire

    A 14h30 ce dimanche l’incendie de Cissac-Médoc était considéré comme maîtrisé grâce à l’action soutenue des pompiers du Service départemental d’incendie et de secours de la Gironde et de ceux venus en renfort des départements voisins (17-24-40-19-87-79-64) : les routes départementales 1215 et 4 étaient à nouveau ouvertes A 14h30,(17-24-40-19-87-79-64).Les habitants et automobilistes sont invités à rester vigilants sur la zone.

  • 21/04/17 | Cissac-Médoc : incendie et perturbations routières

    Lire

    L'incendie déclaré ce jeudi à Cissac qui a dévasté 1100ha de forêt est «stabilisé mais pas encore fixé» selon la Préfecture. Il mobilise 300 pompiers, 143 véhicules et 2 canadairs. La RD1215 est fermée dès St-Laurent-Médoc avec une déviation vers St-Sauveur, puis vers Cissac, Vertheuil, et par la RD204 pour rejoindre Lesparre. Les RD 4, 205 et 3E2 sont barrées entre la RD1215 et Hourtin. La RD101 est fermée au niveau de la sortie de St-Laurent, en direction du lieu dit Lagunan. Une déviation est proposée par la RD 3 par Hourtin, Carcans, Brach et Castelnau

  • 13/04/17 | Lla FNSEA se démarque d'un éleveur qui reçoit Marine Le Pen

    Lire

    La FNSEA Nouvelle-Aquitaine tient à souligner qu’elle n’est le support d’aucun meeting, ni le porte-parole d’aucun des partis politiques dans la campagne présidentielle. C’est en son nom propre et sur la base d’une initiative personnelle, qu’un éleveur de bovins viande de la commune de PAGEAS (87) accueillera Mme Le Pen pour son prochain meeting. La FNSEA indique que ses statuts mentionnent que pour être éligibles dans ses instances, les administrateurs doivent satisfaire à plusieurs conditions dont « ne pas être investi d’un mandat parlementaire ou de conseiller régional ».

  • 09/04/17 | Le CESER veut plus d'équité territoriale

    Lire

    En avant première au Conseil régional, le Ceser a adopté une dizaine d’avis sur la mobilité, la transition énergétique, le développement culturel, la jeunesse, le tourisme et l’aménagement des territoires et mis l’accent sur l’emploi et l'amélioration des conditions de travail et d’accueil des saisonniers. La Région invitée à s’engager pour le tourisme solidaire et le départ en vacances des publics fragiles. Le Ceser estime que les enjeux définis dans le Schéma de développement des territoires ne traduisent pas l'ambition d'équité et de maîtrise des "dynamiques inégalitaires"

  • 09/04/17 | Région: Les" Républicains" saisissent le tribunal administratif

    Lire

    Les élus LR de la Région avec à leur tête, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt et Olivier Chartier annoncent qu'ils ont saisi le tribunal administratif de Bordeaux, après avoir remis un mémoire au Président Rousset, le 23 mars, consacré à la gestion de l'ex-région Poitou-Charentes suite au rapport de la Chambre régionale des comptes et pour lui demander d’inscrire ce mémoire à l’ordre du jour de la séance plénière de ce 10 avril, ce qui n'a pas été possible car intervenant après le bouclage de cet ordre du jour. N'ayant pu obtenir "un complément" à celui-ci ils ont décidé d'ester en justice.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Plénière: La grande région débat de ses territoires

11/04/2017 | L'aménagement du territoire a occupé une bonne partie de la trentaine de dossiers présentés aux élus régionaux ces 10 et 11 avril.

Séance plénière du 10 avril 2016 - Conseil régional Nouvelle-Aquitaine

La séance du Conseil régional de ces deux jours, qu'Alain Rousset a ouvert par une minute de silence en hommage à Henri Emmanuelli et Jean-Charles Paris, a connu quelques moments de tension lors de sa première matinée autour des finances de l'ex-Poitou-Charentes, mais c'est dans une ambiance plutôt apaisée que s'est déroulé le reste des débats. Aménagement du territoire, agriculture, transport, environnement mais également développement économique et plus particulièrement accompagnement à l'internationalisation des entreprises ont notamment été à l'ordre du jour. Focus sur les mesures liées à l'aménagement du territoire de la plus vaste des régions française.

Les territoires de la Nouvelle-Aquitaine ont été au cœur des débats de la première journée de plénière du Conseil régional. Et pour cause, outre la présentation des modalités d'élaboration du nouveau Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Egalité des Territoires (SRADDET) a également été soumis au vote des élus, la nouvelle politique contractuelle territoriale de la Nouvelle-Aquitaine.
Le SRADETT, issu de la Loi Notre, de part son caractère transversal, se veut « le schéma des schémas », explique Gérard Vandenbroucke, vice-président en charge de l'Aménagement du territoire, de la Politique contractuelle et du Très-haut débit. Ce schéma, qui aura valeur prescriptive sur l'ensemble des documents d'urbanisme des collectivités de la grande région, sera en toute logique, réalisé en cohérance avec les autres schémas régionaux (SRDEII, SRESRI, CPRDFOP). Il pose des règles générales et objectifs « dans 11 domaines fixés par la loi et un 12ème ajouté par la Région qu'est l'aménagement et les services numériques, à travers lesquels six enjeux sont à relever. Parmi eux « le développement économique et la formation adaptées au besoin des entreprises et territoire, l'accès tous à la santé, la mobilité et l'accessibilité, un maillage urbain de qualité et enfin faire la transition écologique et énergétique », liste le vice président. Quant à la méthode, ce sera celle d'une large concertation sur les territoires, avec les acteurs des territoires, et le grand public promet-il, soutenu en cela par Alain Rousset.
Jean Dionis: "le nouveau moteur de coopération Région-territoires doit être un partenariat fort entre Région et EPCI!"
Un engagement qui ne semble pour autant vraiment convaincre les élus de l'opposition, dont l'enthousiasme sur ce nouveau Schéma est largement douché par son fondement législatif obligatoire. Les élus du Front national, à travers la voix de Jacques Colombier dénoncent notamment « un xième schéma régional d'aménagement en concordance avec la règle socialiste de l'empilement », ou encore la concrétisation « d'une France détricotée qui confie aux régions des enjeux qu'elles ne peuvent financièrement pas assurer ».
Du côté des élus LR, la prise de parole d'Yves d'Ameycourt vise à alerter quant à elle sur la méthode de concertation mise en place :«  Ce vaste plan ne doit pas être la traduction des desiderata des territoires, ni un mega SCOT. L'addition des subjectivités ne permet pas de construire une objectivité », prévient-il avant de mettre en exergue le risque parallèle, que « sous couvert de volonté de cohérence globale, on amène la complexification. Le pragmatisme vient du terrain, ne l'oublions pas. »
Prudence aussi pour Jean Dionis du Séjour et l'UDI qui souligne du fait de « l'encadrement législatif qui s'impose à la Région, l'immense déficit de démocratie » autour de ce schéma (si tant est que la loi est pas un processus démocratique....) . Un schéma pour lequel il considère, qu'« il manque une vision quant au moteur central de la coopération entre la région et les territoires. Avant, ce moteur c'était le lien entre Région et Départements, désormais il faut un nouveau moteur de coopération Région-Territoires, qui doit se faire dans un partenariat fort entre entre Région et EPCI ! » Une thématique qu'il reprendra à plusieurs reprise lors de ces deux jours de débats à commencer lors du vote suivant sur la nouvelle politique contractuelle territoriale de la région.

Politique contractuelle: "une maille territoriale trop large" pour le Modem

Une politique qui, choisissant de redécouper la région en 51 territoires, vise à contractualiser avec chacun d'entre eux, avec en outre « des accompagnements spécifiques à la mesure des territoires les plus vulnérables », a expliqué Gérard Vanderbroucke. Une vulnérabilité établie au regard d'une série de critères de fragilité, et de la prise en compte des spécificités de chacun. Une phase de coconstruction de ces contrats avec les unités territoriales retenues qui devraient durer 6 à 8 mois, pour une approbation de ces contrats en séance plénière à compter de décembre 2017.
Une politique de contrats dans laquelle, à l'inverse des arguments de l’exécutif régional, les élus FN voient la confirmation d' « un empilement qui continue » et « éloigne le niveau de décision de nos concitoyens ». Pour Denise Saint-Pé et le Modem, qui expriment « la crainte d'un rendez-vous manqué et d'un manque d'ambition », sur la revitalisation des centre-bourgs par exemple ou sur l'accès à la santé, au sujet de la faible attractivité médicale de certains territoires. Plus globalement, « la maille territoriale, qui peut réunir plusieurs EPCI sera trop large pour répondre aux besoins. Ces contrats ne seront qu'un outil de gestion des subventions régionales », pointe-elle face à un Président de Région qui s'en défend, faisant par ailleurs valoir un nécessaire périmètre de "zone de développement économique, de zone de santé, de construction de lycée", que la taille d'une seule EPCI ne permet pas le plus souvent  d'atteindre.
Suivant la même logique, Nathalie Fontaliran, UDI, est restée dans le droit fil de son Président de groupe, Jean Dionis du Séjour, considérant que « la contractualisation doit se faire avec les 152 EPCI de Nouvelle-Aquitaine pour être au plus près de leurs attentes. » L'hypothèse inverse étant rien de moins, selon l'élue « qu'un déni de territoire et un abandon de notre ruralité ». Et la défense d'Alain Rousset expliquant qu'à chaque contrat de territoire, des contrats opérationnels seraient déclinés directement avec les EPCI, n'a pas motivé le groupe à ne pas voter contre la délibération.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1838
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !