Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

18/10/21 : Mardi 19 octobre a lieu la 15ème édition du Forum Emploi de Cenon, de 9h à 14h au Rocher de Palmer. Sécurité, commerces, restauration, logistique, sanitaire & social, hygiène, BTP, Industrie, de nombreux postes et formations seront proposées à tous

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

07/10/21 : Du 1er au 10 octobre, partout en Nouvelle-Aquitaine, la Fête de la science permet à toutes et tous de découvrir la science et les scientifiques avec des rencontres, conférences, cafés-sciences, expositions, ateliers, etc.+ d'info

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

01/10/21 : Randonnées découverte en journée ou en soirée de la faune, de la flore, de la géologie, balades contées, expositions, jeux de piste… Ces 2 et 3 octobre, la Région Nouvelle-Aquitaine organise les "48h Nature". Tout le programme sut 48hnature.fr+ d'info

30/09/21 : Jusqu'au 13 octobre, l’asso SOLINUM organise une expo photo à la Halle des Douves à Bordeaux “Clichés d’une hébergée” consacrée au dispositif d’hébergement solidaire Merci pour l’invit destiné aux femmes sans-abri, à travers le parcours de 2 d'entre elles+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/10/21 | 2022 : 129ème édition du Concours Général Agricole

    Lire

    Après avoir été annulé en 2021, le Concours Général Agricole fait son retour ! Sa finale se tiendra du 26 février au 6 mars 2022 dans le cadre du Salon de l'Agriculture de Paris. Le Concours des Produits est ouvert pour distinguer le meilleur de la production française : eaux de vie, huîtres, produits laitiers, charcuteries, confitures, jus de fruits, bières… A partir du 2 novembre, les inscriptions seront aussi ouvertes pour le Concours Vins et se clôtureront le 13 décembre. Des phases amont du CGA organisée en région par les Chambres d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine.

  • 20/10/21 | Un jardin en automne à Mont-de-Marsan

    Lire

    Le 23 octobre, la Ville de Mont-de-Marsan organise la 3ème édition d'"Un jardin en automne" sur le thème du zéro déchet. Au cours de cette journée, les habitants pourront se retrouver pour échanger sur le jardinage, sur leurs expériences et leur savoir-faire. Les Montois assisteront également à des animations, des démonstrations de greffes et des ateliers ludiques pour les petits et les grands. Le programme complet de cette journée est à découvrir sur le site de la Ville

  • 20/10/21 | « L'Europe commence ici » à Grand Angoulême

    Lire

    Grand Angoulême vient de lancer un appel à propositions « L'Europe commence ici ». Cet appel à proposition a pour objectif de contribuer au dynamisme et à l'ouverture à l'Europe des acteurs et habitants, d'accompagner les acteurs dans l'émergence d'initiatives européennes nouvelles mais aussi de participer à la valorisation des savoirs et savoir-faire. Les dossiers doivent être déposés avant le 7 novembre. Toutes les informations sont disponibles sur le site de Grand Angoulême

  • 19/10/21 | La sûreté de tous au cœur de Kéolis Bordeaux Métropole

    Lire

    Début octobre, Kéolis Bordeaux Métropole et la direction départementale de la sécurité publique de la Gironde (DDSP 33) ont signé une convention de partenariat destinée à faire de TBM un réseau sûr. Au travers de cela, elles vont mettre en place des actions communes pour agir contre la fraude et les incivilités sur le réseau et ainsi rassurer voyageurs et salariés de TBM. Des actions de prévention dans les établissements scolaires et associations seront également menées.

  • 19/10/21 | Entreprises: Oser Reso en Vienne

    Lire

    Le 20 octobre, la CCI de la Vienne organise au Futuroscope, en partenariat avec les Clubs d'Entreprises de la Vienne, la 10ème éditions des Rencontres Economiques des dirigeants de la Vienne. 110 entreprises seront présentes au cours de cette journée qui s'inscrit dans le Plan de Relance des entreprises. Pour la 1ère fois les services Achats seront présents et notamment ceux du CHU, de Sorégies ou de Grand Poitiers.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Plus de 30 millions d’euros pour moderniser la station d’épuration de Limoges

17/12/2020 |

1

Trois ans et demi de travaux, plus de 30 millions d’euros financés par la Communauté urbaine Limoges Métropole et l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, la station d’épuration de Limoges construite dans les années 1970 va se refaire une beauté avec une modernisation et une optimisation de ses équipements qui propulsera l’agglo dans les villes très performantes en matière de traitement des eaux pour les trente prochaines années.

Située Rue de Nexon, la station d’épuration de Limoges va connaître une phase importante de travaux avec un chantier de 44 mois qui va permettre de renforcer les capacités de traitement des eaux usées de dix communes soit 285 000 habitants concernés. Après travaux, le volume d’eau traité atteindra jusqu’à 90 000 m³ par jour. En prime, la station va produire deux fois plus de biogaz qui sera injecté dans le réseau GrDF après traitement, soit plus de 1,1 million de m³ par an, l’équivalent de la consommation de 3 760 logements basse consommation.


L'eau: un axe essentiel du projet de territoire

La pose symbolique de la première a eu lieu, le 15 décembre, par Guillaume Guérin, président de Limoges Métropole accompagné d’élus communautaires et du délégué de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, co-financeur du projet. S’il a rappelé que ces prédécesseurs avaient oeuvré ardemment pour sa réalisation, il a insisté sur la nécessité de mener de tels travaux afin d’assurer un service performant dans les décennies à venir. « La station assure le traitement de 90 % des effluents générés sur le territoire dont la communes de Bosmie-L’Aiguille qui ne fait pas partie de la Communauté urbaine précise Guillaume Guérin, une partie des ouvrages en génie civil qui la constituent atteindra bientôt cinquante ans et certains équipements électromagnétiques arriveront prochainement en limite d’âge, nécessitant de prévoir leurs prochains renouvellements. La nouvelle station devra s’adapter à la croissance démographique de notre territoire et aux enjeux environnementaux et énergétiques dans l’optique de rendre effective en 2023 la STEP dont la consommation sera faible et la valorisation importante. Avec ce projet, une nouvelle fois, notre territoire se montre exemplaire en matière environnementale dans le but d’améliorer le cadre de vie au quotidien.»

Au-delà de ce chantier, la thématique de l’eau sera l’un des axes essentiels du projet de territoire que porte l’exécutif communautaire, un enjeu en terme de développement économique et d’attractivité territoriale comme il l’a mentionné. « L’enjeu économique est important avec la volonté de créer un écosystème favorable autour de cette ressource avec les entreprises, des fabricants de presses hydrauliques par exemple, et les start-up qui travaillent sur le traitement de l’eau ajoute le président. Nous avons l’une des eaux les moins chères de France et l’une des plus pures, mais aussi une formation universitaire et l’Office international de l’eau. Avec cette filière, nous pouvons créer des emplois ». Le second enjeu est lié à la ressource importante dont dispose aujourd’hui le territoire, un atout précieux dans un avenir incertain où la pression sur l’eau sera forte. « Nous devons arriver, avec un packaging territorial, à vendre Limoges et son aire urbaine comme étant l’un des piliers du traitement de l’eau à l’échelle nationale ambitionne-t-il, je suis sûr que les populations que nous cherchons à attirer seront sensibles à cela .» 

 

La station d'épuration de Limoges Métropole

De nouveaux équipements plus performants

Lors de sa construction en 1969 la STEP, toujours gérée en régie directe, était dimensionnée pour traiter les effluents de 80 000 habitants, capacité doublée en 1976 pour atteindre 285 000 en 2000. L’objectif de ses travaux vise à sécuriser le site et à rendre la station plus performante, tout en veillant au bien-être des riverains. Cet équipement a maintenu sa qualité de service au fil des décennies et des aménagements réalisés mais elle doit faire face aujourd’hui à de nouveaux enjeux pour préparer l’avenir. De nouvelles technologies seront installées afin de repenser totalement le fonctionnement de la station et son optimisation énergétique et de réaliser des économies importantes estimées à deux millions de kilowatt heure par an, soit une baisse de 17 %.

Ainsi, tous les équipements d’origine seront détruits. « Un certain nombre d’innovations vont apporter un double avantage, améliorer le traitement épuratoire et optimiser les consommations d’énergie et produire du biométhane qui va bénéficier au réseau public de gaz donc à des utilisateurs extérieurs » précise Marie Crouzoulon, directrice du pôle qualité de vie à Limoges Métropole. La démolition des ouvrages anciens commencera en avril, la pose des réseaux électriques et hydrauliques ayant commencé en septembre.

Pour compléter les ouvrages les plus récents, un nouveau bâtiment accueillera un décanteur primaire, une étape nouvelle dans le traitement des eaux usées. « Il va piéger dès le départ la pollution particulaire, plus fermentescible que les boues que nous produisons aujourd’hui dans les grands bassins biologiques. La captation de la pollution sera ainsi plus performante. » La station d’épuration produit du biogaz dans ces deux digesteurs où sont stockées les boues durant plusieurs jours, les bactéries digérant la matière organique pour produire du biogaz. Le nouveau décanteur primaire permettra de diminuer la quantité de pollution à traiter par voie biologique durant la seconde phase du traitement qui nécessite une injection d’air dans les bassins, phase la plus énergivore de la station. La matière extraite de ce décanteur rejoindra les boues dans le digesteur. Comme elle fermente davantage que les boues biologiques, la production de biogaz sera doublée à l’issue des travaux prévue fin 2023. Ce biogaz sera valorisé en étant injecté, en totalité, dans le réseau public de distribution géré par GrDF au niveau de la rue de Nexon. La première injection est programmée pour mai 2023.

Un nouveau digesteur de 2000 m³ et 15 m de haut, dédié à la stabilisation des boues par fermentation et à la production du biogaz, sera construit de même qu’un clarificateur, ouvrage séparant les boues de l’eau épurée afin de garantir la qualité optimale des rejets sur le long terme. Un procédé de déshydratation innovant et moins énergivore va être mis en place. Les boues produites à la STEP étant très liquides, elles sont d’abord déshydratées pour réduire le coût de transport vers le compostage et l’épandage agricole qui permet de valoriser 12 740 tonnes par an. Les technologies actuelles pour déshydrater étant énergivores, des travaux seront réalisés afin de repenser cette filière en privilégiant des centrifugations de dernières générations plus économes. Des économies d’énergie supplémentaires seront réalisées en récupérant la chaleur des eaux usées pour maintenir la température des digesteurs, au lieu de les chauffer au biogaz comme dans le process actuel. Pour se faire, les deux grands bassins biologiques construits en 2000 seront équipés de systèmes de brassage et d’aération de dernière génération plus économes en électricité.

Une station performante pour les trente ans à venir

Pour financer ce chantier chiffré à 30,15 millions d’euros TTC, Limoges Métropole a investi 11,6 millions HT, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne cofinançant à plus de 50 % apportant 13,5 millions HT, un investissement qui faisait partie des villes prioritaires. « Pour la station de Limoges, l’Agence de l’eau avait prévu un fléchage prioritaire en terme d’impact et d’enjeux pour les rejets d’effluents commente Olivier Raynard, de la délégation Limousin-Poitou de l’Agence, cet investissement va ainsi propulser Limoges dans l’avenir, elle sera prête pour les trente prochaines années. » D’autres financements pourront également être fléchés de manière prioritaire sur d’autres projets comme le traitement des eaux pluviales lors d’importants épisodes de pluie. « L’enjeu sera de traiter les eaux pluviales mélangées aux eaux usées lors de fortes d’intempéries et qui sont rejetées sans traitement assure-t-il, on pourra alors en traiter une partie en développant la surveillance des réseaux et en isolant les parties les plus polluantes pour les traiter avant rejet. » Enfin, ce chantier s’inscrit également dans le cadre des clauses sociales des marchés publics avec 6 000 heures d’insertion réservées à des personnes éloignées de l’emploi, soit trois équivalents temps plein sur les métiers gros œuvre, électricité, peinture, carrelage, voirie et aménagement des espaces verts.

 

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
11437
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !