Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Poitiers et Grand Poitiers signent une convention avec l'État pour maîtriser leurs dépenses

02/07/2018 | La convention financière entre l'État et Poitiers et Grand Poitiers court jusqu'en 2020. Durant cette période, les dépenses de la ville et de la communauté urbaines devront être maîtrisées.

Ce vendredi 29 juin 2018, Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers (à d.), a signé une convention financière avec l'État. C'était Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics (à g.)

Poitiers et Grand Poitiers viennent de signer, ce vendredi 29 juin, une convention financière avec l’État. Jusqu’en 2020, les dépenses publiques de la ville et également de la communauté urbaine doivent être maîtrisées sinon l’État les sanctionnera. Le maire de Poitiers, qui est également président de Grand Poitiers, Alain Claeys, a accueilli dans le salon de l’hôtel de ville, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics pour signer cette convention. Au total, en France, 322 collectivités sont éligibles à cette convention, elles avaient jusqu’au 30 juin pour la signer.

Maires des communes de Grand Poitiers, adjoints, conseilleurs municipaux, que de monde dans le salon de l’hôtel de ville de Poitiers pour assister à la signature de la convention financière entre l’État et Poitiers ainsi que Grand Poitiers. Pendant trois ans, ces collectivités ne doivent pas augmenter leurs dépenses. Au-delà de 1,2% pour Poitiers et 1,1% pour Grand Poitiers. Sinon la ville et la communauté urbaine seront pénalisées. Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers, rappelle la nécessité pour l’État de travailler avec les collectivités territoriales. « L’État doit renouer avec les collectivités locales et la signature de ce genre de contrat rentre dans une stratégie communautaire. »La convention financière engage Poitiers et Grand Poitiers avec l'État jusqu'en 2020

Une stratégie qui intervient après la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (la loi NOTRe). « Étant favorable à la loi NOTRe, je maintiens que c’était une bonne loi. Elle a permis de modifier le paysage intercommunal dans le département rapprochant urbains et ruraux », explique le maire de Poitiers. Mais il met quand même un bémol « J’ai un regret sur la loi de finances. Le gouvernement n’a pas tenu compte des modifications de la loi, il n’y a pas eu d’études d’impact suffisantes. » Car dans la communauté urbaine, il y aurait une perte de la dotation à hauteur d’un million d’euros, précise Alain Claeys.

Renouer des relations de confiance 

Dans son discours d’avant signature de la convention. Alain Claeys s’est voulu prévenant « Je veux faire passer un message. Je pense qu'il faut mettre en place un pacte girondin entre l’État et les collectivités avec des droits et des devoirs. Car l’État doit renouer des relations plus contractuelles avec les collectivités locales. L’enjeu est de retrouver confiance en l’État. »

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a saisi le message. « Certaines collectivités ont le sentiment d’être considérées comme une variable d’ajustement. Ce n’est pas le cas. Le gouvernement est convaincu qu’il faut redresser les finances publiques. Cet engagement est réciproque. Les remarques seront prises en compte », promet-il. 

Sur les 322 collectivités concernées par cette convention, il y en aurait plus de 200 qui auraient signé. Car certaines émettent des doutes et critiques sur une trop grande dépendance vis-à-vis de l’État et sur le fait de devoir rendre des comptes. Sur ce sujet, Olivier Dussopt se veut rassurant. « Les élus locaux savent maîtriser les dépenses. Nous ne demandons par de baisser les dépenses, mais de les maintenir. Ce pacte financier est un engagement réciproque. Il respectera les choix faits par les élus. Les collectivités vont conserver la libre administration de leur budget. L’État n’a pas d’avis à donner, à porter. »

Le point dans un an 

Quoiqu’il arrive, dans un an, la préfète de la Vienne viendra faire le point avec le maire de Poitiers et président de Grand Poitiers pour voir si tout se déroule correctement « Cette convention va mettre quelques années à s’installer et les mécanismes à s’affiner ou s’ajuster. C’est une nouvelle grammaire à apprendre. Cette première période sera évolutive. Il y aura un chantier de concertation », confie le secrétaire d’État.  

Poitiers et Grand Poitiers ont voté en grande majorité favorable pour cette convention financière avec l’État. Même si plusieurs élus ont émis des doutes et ont voté contre. « Si on signe ce ne doit pas être une sanction rude.» Certaines communes, qui ont rejoint la communauté urbaine, ont vu leur dotation de l’État diminuer ; Grand Poitiers a décidé de créer un mécanisme de solidarité qui compensera ces pertes. « Mais la communauté urbaine le fera pour cette année seulement. Pas pour 2019, avertit Alain Claeys. Cela fera partie des négociations et des réajustements que l’État devra prendre en compte. »

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7246
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !