Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

  • 10/08/18 | Le Verdon a son relais touristique

    Lire

    L’inauguration du relais touristique au Verdon-sur-Mer a lieu ce 10 août par Sandrine Derville, vice-présidente de la région en charge du tourisme. Ce relais permet à la région Nouvelle-Aquitaine de conforter ce territoire en tant que destination touristique d’excellence qui conjugue richesses touristiques, infrastructures et activités. La région a contribué au financement de la mise en accessibilité handicapés ainsi que les travaux de réhabilitation à proximité de la capitainerie de Port-Médoc pour y installer un relais d’information touristique.

  • 08/08/18 | Alain Rousset réagit à la reprise des Menuiseries Grégoire (24)

    Lire

    Alain Rousset prend acte du choix du Tribunal de commerce de Paris de retenir l'offre de reprise des Menuiseries Grégoire à Saint-Martial d'Artenset par le Fonds Prudentia Capital. Il souhaite qu'un plan social pour l'emploi digne de ce nom accompagne cette restructuration. 157 licenciements sont prévus. Alain Rousset indique que "la Région est au travail pour aider le repreneur dans son projet et demande à l'actuel actionnaire, le Fonds Parquest Capital, de contribuer au financement du PSE.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Poitiers et Grand Poitiers signent une convention avec l'État pour maîtriser leurs dépenses

02/07/2018 | La convention financière entre l'État et Poitiers et Grand Poitiers court jusqu'en 2020. Durant cette période, les dépenses de la ville et de la communauté urbaines devront être maîtrisées.

Ce vendredi 29 juin 2018, Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers (à d.), a signé une convention financière avec l'État. C'était Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics (à g.)

Poitiers et Grand Poitiers viennent de signer, ce vendredi 29 juin, une convention financière avec l’État. Jusqu’en 2020, les dépenses publiques de la ville et également de la communauté urbaine doivent être maîtrisées sinon l’État les sanctionnera. Le maire de Poitiers, qui est également président de Grand Poitiers, Alain Claeys, a accueilli dans le salon de l’hôtel de ville, Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics pour signer cette convention. Au total, en France, 322 collectivités sont éligibles à cette convention, elles avaient jusqu’au 30 juin pour la signer.

Maires des communes de Grand Poitiers, adjoints, conseilleurs municipaux, que de monde dans le salon de l’hôtel de ville de Poitiers pour assister à la signature de la convention financière entre l’État et Poitiers ainsi que Grand Poitiers. Pendant trois ans, ces collectivités ne doivent pas augmenter leurs dépenses. Au-delà de 1,2% pour Poitiers et 1,1% pour Grand Poitiers. Sinon la ville et la communauté urbaine seront pénalisées. Alain Claeys, maire de Poitiers et président de Grand Poitiers, rappelle la nécessité pour l’État de travailler avec les collectivités territoriales. « L’État doit renouer avec les collectivités locales et la signature de ce genre de contrat rentre dans une stratégie communautaire. »La convention financière engage Poitiers et Grand Poitiers avec l'État jusqu'en 2020

Une stratégie qui intervient après la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (la loi NOTRe). « Étant favorable à la loi NOTRe, je maintiens que c’était une bonne loi. Elle a permis de modifier le paysage intercommunal dans le département rapprochant urbains et ruraux », explique le maire de Poitiers. Mais il met quand même un bémol « J’ai un regret sur la loi de finances. Le gouvernement n’a pas tenu compte des modifications de la loi, il n’y a pas eu d’études d’impact suffisantes. » Car dans la communauté urbaine, il y aurait une perte de la dotation à hauteur d’un million d’euros, précise Alain Claeys.

Renouer des relations de confiance 

Dans son discours d’avant signature de la convention. Alain Claeys s’est voulu prévenant « Je veux faire passer un message. Je pense qu'il faut mettre en place un pacte girondin entre l’État et les collectivités avec des droits et des devoirs. Car l’État doit renouer des relations plus contractuelles avec les collectivités locales. L’enjeu est de retrouver confiance en l’État. »

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, a saisi le message. « Certaines collectivités ont le sentiment d’être considérées comme une variable d’ajustement. Ce n’est pas le cas. Le gouvernement est convaincu qu’il faut redresser les finances publiques. Cet engagement est réciproque. Les remarques seront prises en compte », promet-il. 

Sur les 322 collectivités concernées par cette convention, il y en aurait plus de 200 qui auraient signé. Car certaines émettent des doutes et critiques sur une trop grande dépendance vis-à-vis de l’État et sur le fait de devoir rendre des comptes. Sur ce sujet, Olivier Dussopt se veut rassurant. « Les élus locaux savent maîtriser les dépenses. Nous ne demandons par de baisser les dépenses, mais de les maintenir. Ce pacte financier est un engagement réciproque. Il respectera les choix faits par les élus. Les collectivités vont conserver la libre administration de leur budget. L’État n’a pas d’avis à donner, à porter. »

Le point dans un an 

Quoiqu’il arrive, dans un an, la préfète de la Vienne viendra faire le point avec le maire de Poitiers et président de Grand Poitiers pour voir si tout se déroule correctement « Cette convention va mettre quelques années à s’installer et les mécanismes à s’affiner ou s’ajuster. C’est une nouvelle grammaire à apprendre. Cette première période sera évolutive. Il y aura un chantier de concertation », confie le secrétaire d’État.  

Poitiers et Grand Poitiers ont voté en grande majorité favorable pour cette convention financière avec l’État. Même si plusieurs élus ont émis des doutes et ont voté contre. « Si on signe ce ne doit pas être une sanction rude.» Certaines communes, qui ont rejoint la communauté urbaine, ont vu leur dotation de l’État diminuer ; Grand Poitiers a décidé de créer un mécanisme de solidarité qui compensera ces pertes. « Mais la communauté urbaine le fera pour cette année seulement. Pas pour 2019, avertit Alain Claeys. Cela fera partie des négociations et des réajustements que l’État devra prendre en compte. »

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3849
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !