Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, annoncera ce mardi, s'il repart pour un nouveau mandat municipal. Probable malgré une agglomération dévoreuse d'énergie.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

14/01/20 : Thomas Cazenave, candidat LREM aux élections municipales de mars prochain à Bordeaux, recevra Stanislas Guerini délégué général du parti, le jeudi 16 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/20 | Les amphis du savoir : des conférences sur l'actualité scientifique à Poitiers

    Lire

    La fac des Sciences fondamentales et appliquées de l'université de Poitiers et L'Espace Mendès-France organisent les amphis du savoir. Des conférences sur l’actualité des sciences, des techniques et la vulgarisation scientifique. La conférence inaugurale "Normalité, pathologie, handicap, santé mentale, neurodiversité et inclusion à l’université" animée par Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS, se déroule ce 22 janvier à 14h bât. A1, UFR Droit du campus de Poitiers. Programme à découvrir ici.

  • 20/01/20 | Immobilier : Bordeaux "assagi"

    Lire

    Dans une note récente, le réseau immobilier Orpi donne quelques tendances de l'immobilier à Bordeaux en 2019. Le dévissage se confirme : 4196 euros au mètre carré en moyenne, soit une baisse de -1,5%, malgré un prix moyen des loyers qui se maintient (740 euros). Selon Lionel Klotz, président du GIE Orpi Gironde, "cette régulation naturelle du marché pourrait permettre à des primo-accédants de profiter de taux bas et ainsi désengorger le marché locatif". Ce recul, selon la note, est "trop relatif pour observer un impact immédiat sur le marché mais laisse présager une stabilisation en 2020".

  • 20/01/20 | Le président des Deux-Sèvres défend les éducateurs de l'aide sociale à l'enfance (ASE)

    Lire

    Gilbert Favreau, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres, a tenu à rappeler le professionnalisme des personnels de l'ASE sur son territoire. La réaction fait suite au reportage de Zone Interdite « Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l'ASE », diffusé sur M6, montrant la maltraitance des jeunes dans ces centres de l’État. Gilbert Favreau rappelle que « le Département a procédé à des recrutements et à l'engagement de moyens supplémentaires afin de soutenir les équipes. »

  • 20/01/20 | Poitiers, première grande ville française "où il fait bon étudier"

    Lire

    Lors du 30e Salon des lycéens et des étudiants, des 17 et 18 janvier, la ville de Poitiers a reçu le prix de la première grande ville de France "où il fait bon étudier" pour l'année 2019-2020. Un classement réalisé, chaque année, par le magazine L'Étudiant. Ce palmarès se base sur des critères tels que l'attractivité, la formation, le cadre de vie, la vie étudiante et l'emploi. Pour rappel, l'université de Poitiers compte 27 000 étudiants pour 128 000 habitants (soit 22% de la population).

  • 20/01/20 | Charente : Deux produits à l’honneur à l’Elysée

    Lire

    Les 18 et 19 janvier, le Palais de l’Elysée a organisé une exposition ouverte au public « Fabriqué en France » qui a réuni 120 produits d’entreprises françaises considérés comme emblématiques des territoires locaux. La Charente y était représentée par la tuile galbée la Romane Canal produite par Terreal et le cognac Antique XO produit par Thomas Hine & Co.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Poitiers : les élections européennes en débat pour ouvrir la campagne

09/04/2019 | Plus de 150 Poitevins sont venus assister à un débat sur les élections européennes. Quatre candidats et un représentant de parti ont débattu sur trois thématiques

Quatre candidats aux élections européennes et un représentant de parti se sont prêtés au jeu du débat à la salle des Castors de Buxerolles (86)

Le premier débat sur les élections européennes dans la Vienne s’est tenu ce lundi 8 avril à 18h30 dans la salle des Castors de la commune de Buxerolles. Quatre candidats et un représentant de parti ont débattu pendant deux heures et demie autour de trois thématiques : la politique environnementale, l’Europe sociale et la réforme des institutions européennes. Une discussion riche et constructive animée par un journaliste de Ouest France, spécialiste de l’Europe. Ces échanges ont permis au public de plus de cent cinquante personnes de se faire un avis sur le programme des cinq partis représentés. Ambiance. 

Cela fait quelques semaines qu’ils y travaillent. Les Jeunes Européens de Poitiers et le Mouvement européen de la Vienne ont organisé un débat avec quatre candidats aux élections européennes (Parti communiste français, La République En Marche, Parti Socialiste/Place Publique, Rassemblement National) et un représentant local du parti Génération.s (Roxane Lundy, ancienne présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes, quatorzième sur la liste de Benoît Hamon, initialement invitée étant bloquée dans un TGV, près de Tours). Une formule qui change des traditionnels meeting d’avant-élections ou encore des débats télévisés souvent ennuyeux. La soirée est animée par Fabien Cazenave, un journaliste de Ouest France, spécialiste de l’Europe. Ce débat est le premier organisé dans la communauté urbaine de Poitiers. « Nous sommes pro-européens, explique Damien Gendron, président des Jeunes Européens de Poitiers. Nous défendons le transpartisanisme. Nous avons organisé ce débat ce soir pour informer les Poitevins sur l’Europe, les inciter à aller voter le 26 mai prochain. » D’ailleurs l’association, qui compte une vingtaine d’adhérents sur Poitiers, a déjà organisé des événements autour des élections européennes, notamment au mois de mars, une conférence participative auprès des étudiants du campus.

À 18h00, la salle commence peu à peu à se remplir. « La moitié de la salle est réservée, soit une centaine de personnes », se rassure Damien Gendron. Finalement ils seront plus de cent cinquante personnes à venir. 18h30, coup d’envoi du débat. L’animateur est aussi le maître du temps. Puisque qui dit débat, dit temps de parole minutieusement chronométré et comptabilisé. « Vous aurez trente seconde en moins » martèle-t-il à un candidat parti dans ses explications. 

Parmi les questions abordées dans ce débat de deux heures : la politique environnementale de l’Europe. Les candidats ont donné beaucoup d’importance au climat et à l’écologie. « Les jeunes se mobilisent aujourd’hui pour le climat », explique Antoine Sureaud, référent départemental pour la Vienne de Génération.s, le mouvement de Benoît Hamon. Il a remplacé au pied levé Roxane Lundy bloquée dans un TGV. Christophe Clergeau, conseiller régional des Pays de la Loire, candidat éligible sur la liste de Raphaël Glucksmann, le rejoint sur ce point. « L’Europe est confrontée à une urgence sociale et climatique. Les politiques d’actions sociales et écologiques doivent être au coeur des discussions de l’Europe », résume-t-il. Arthur Hay, livreur Deliveroo, à l’initiative du premier syndicat de France de coursier à vélo et candidat du Parti communiste Français, partage le même avis. Quant à Jacques Colombier, candidat Rassemblement National, conseiller régional de Nouvelle Aquitaine et eurodéputé sortant, il considère que « l’Europe est aujourd’hui un échec. Les États ont perdu leur souveraineté au profit de la technocratie européenne. Au Rassemblement National nous défendons une Europe des nations ». La Politique Agricole Commune a également été abordée. À gauche, on est plus favorable à une agriculture raisonnée et « propre ». Tous ont d’ailleurs attaqué le trentième candidat sur la liste LREM, Mao Peninou, notamment sur le glyphosate. « La politique environnementale est au coeur des débats. Nous voulons être le premier continent zéro carbone. C’est vrai que la France a négocié le délai sur l’interdiction du glyphosate pour qu’on s’aligne avec tous les pays européens. Nous avons d’ailleurs réduit de trois ans la date butoir de son interdiction », rappelle-t-il. 

Europe sociale : quelles harmonisations ?

L’Europe sociale est l’autre vaste sujet de ce débat. Antoine Sureaud se dit « favorable à un SMIC (Salaire Minimum de Croissance) européen. » Les communistes prônent en faveur d’une harmonisation sociale « en arrêtant la concurrence perpétuelle ». Jacques Colombier du Rassemblement National souhaite que l’on donne la priorité à l’échelle nationale. Il a évoqué le sujet de l’immigration : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Une réflexion qui a suscité de vives réactions dans la salle et quelques échanges de mots entre ses sympathisants et d’autres qui ne partageaient pas la même vision. Mais ce qui ressort également, c’est un côté rassembleur. « Il faut rassembler la gauche, explique Christophe Clergeau, pour qu’elle pèse dans les décisions ». Ce qui lui a valu un tacle de la part de l’ancien socialiste, Mao Peninou : « Comment voulez-vous rassembler la gauche européenne quand elle n’est même pas capable de le faire à l’échelle nationale. ». Les candidats ont aussi abordé la problématique des travailleurs détachés. « Il y a eu une progression à ce sujet, mais nous ne sommes pas encore arrivés au bout », reconnaît Mao Peninou. Il y a donc encore du travail sur planche pour les futurs eurodéputés. « Ils doivent aller au bout de l’égalité salariale », ajoute Christophe Clergeau.

Le troisième et dernier sujet est celui de la réforme institutionnelle de l’Europe. « Il faut avoir envie de faire l’Europe et d’arrêter de la rêver », résume d’entrée Mao Peninou. Du côté de Génération.s, on souhaite la mise en place d’une « Assemblée Constituante européenne », en essayant de développer le sentiment d’appartenance à l’Europe. Pour Christophe Clergeau, « il faut que les règles soient toutes respectées, par tous les États membres ». Mais comme le résume le communiste Arthur Hay, « il y a un manque de confiance dans le Conseil Européen, il faut faire quelque chose contre ça ». Problème qu’on ne se sent pas assez européens mis en avant. Enfin Jacques Colombier résume sa vision de l’Europe : « Je suis pour une Europe des libertés. Elle ne doit pas imposer les sujets aux peuples nationaux et elle doit respecter les votes démocratiques. En revanche, je suis contre l’espace Schengen. » Une question qui serait au coeur de la réforme de l’Europe pour le RN.

Rendez-vous le 26 mai pour les élections

Chaque candidat a ensuite conclu sur sa vision de l’Europe. Génération.s veut « une Europe écologique, égalitaire, pas influencée par les lobbys ». Jacques Colombier (Rassemblement National) a tenté de séduire les agriculteurs avec la PAC et a prôné en faveur d’une « Europe souveraine ». Christophe Clergeau (Parti socialiste et Place Publique) souhaite une « Europe écologique et sociale qui pourrait rassembler la gauche ». Arthur Hay (PCF) promet de poursuivre « le combat contre la domination du capital et pour une société plus juste ». Mao Peninou (LREM) s’est montré favorable à une « civilisation européenne en demande de confiance. » 

En tout cas dans la salle, les cent cinquante personnes ont pu avoir un panorama diversifié sur la vision de l’Europe de chacun des partis présents. A la différence d’un meeting, le public était très hétéroclite. Chacun a pu se forger une propre opinion après ces deux heures et demi de débat. Les organisateurs ont rappelé que les élections européennes ont lieu le dimanche 26 mai. Elles permettront aux Français de désigner leurs représentants au Parlement européen. Jusqu’alors la France disposait de 74 sièges. À la suite du Brexit, elle devrait en avoir cinq de plus, soit 79 eurodéputés. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3076
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !