08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Présidentielle : Olivier, jeune rural du Béarn, cherche la campagne dans la campagne

01/04/2022 | Dans le cadre de sa série "Présidentielle, mes attentes, mes espoirs," Aqui a rencontré Olivier Bazire, jeune habitant de la campagne béarnaise en parcours d'insertion professionnelle.

Olivier Bazire, jeune rural béarnais a intégré le dispositif garantie jeune de la Mission locale de Morlaas. Il ira voter à la présidentiel, pour lui c'est ''important''

Olivier vient tout juste de fêter ses 24 ans. Il habite en Béarn, à Arrosès, « entre Lembeye et Madiran ». Un petit village entre deux villages, dans une campagne qui l'a vu grandir, qu'il aime profondément et qu'il n'a pas l'intention de quitter. Une ruralité qui, à l'entendre, n'a pas vraiment l'air de passionner les prétendants à la Présidence de la République, quand lui en tant que jeune électeur, se perçoit tout au plus comme une audience à capter pour des candidats en mal de voix. De toute façon, pour Olivier, si aller voter est bien un acte citoyen « important », ces élections ont un air de « faux semblant ».

Affable, sociable, Olivier Bazire a semble-t-il du mal à tenir en place. C'est pour ça d'ailleurs qu'à 19 ans, il a laissé tombé son bac pro en aménagements paysagers à Tarbes, 3 mois avant la fin de l'année. Et l'équipe pédagogique n'a pas retenu l'élève qu'elle jugeait trop turbulent. A l'inverse même : « je suis parti aussi parce qu'on me l'a demandé », confie Olivier.

Et personne ne s'est trop inquiété de ce qu'il adviendrait après ; lui le premier d'ailleurs, même s'il émet quelques réserves sur le jugement de ses profs d'alors : « je n'étais pas vraiment ''turbulent'' », rectifie-t-il . « Mais rester assis toute la journée, c'est pas du tout une manière d'apprendre qui me correspond. Donc quand je suis parti du lycée, ce n'était pas un drame pour moi ». On lit même en creux, une forme de soulagement à ce qu'il faut bien appeler un décrochage.

"Sans voiture à la campagne, vous ne pouvez rien faire"

Et puis quitter le lycée, c'était aussi se passer de la lourde contrainte des trajets d'une heure de bus, chaque matin et chaque soir. « Ca faisait des journées qui duraient de 6h à 19h15... C'était dur. Mais, la campagne, c'est ça aussi : la route », glisse-t-il. A peine parti du lycée, ça a été sa priorité : passer son permis, avec un peu d'aide financière de ses parents mais surtout l'argent de ses premiers petits boulots.

Cette question des transports et surtout de la voiture pour les jeunes ruraux, c'est le premier thème qui lui vient à l'esprit quand on évoque ses attentes au regard de l'élection présidentielle. « Sans voiture à la campagne vous ne pouvez rien faire. Ici, vous n'avez pas tout sous la main, contrairement à la ville. Il faut vraiment pouvoir soutenir les jeunes dans leur accès au permis de conduire et même à une première voiture. Pour chercher un boulot ou une formation, on ne peut pas faire autrement ». Et s'il y a bien un réseau de transports en commun qu'il juge satisfaisant, « les bus ne sillonnent pas en permanence le fin fond de la campagne, ce n'est pas possible ».

A cette thématique de la mobilité, vient très vite la bouillonnante question du prix des carburants. « A plus de 2 € le litre d'essence, ce n'est plus possible de bouger pour les jeunes qui habitent à la campagne... Là aussi il faut vraiment réfléchir à faire quelque chose ! », s'agace-t-il. Lui qui a fait pas mal de petits boulots « à droite à gauche » depuis qu'il a quitté l'école, sait de quoi il parle.

 

Moniteur paysagiste en ESAT : une "vocation"

Actuellement, le jeune homme travaille en tant qu'ouvrier agricole saisonnier chez un agriculteur de Moncaup, à une dizaine de kilomètres de chez lui. « Je fais du bois de chauffage, je travaille dans les vignes. On me donne du travail quand il y en a, c'est variable ».

L'été dernier, une intervention chirurgicale l'a cloué au lit. Un moment de repos forcé qu'il a saisi pour se rapprocher de sa mission locale. « En réalité, je crois que cherchais surtout à m'occuper! », rigole-t-il. Aujourd'hui, il n'est pas peu fier de dire qu'il a trouvé là sa « vocation » : « moniteur d'atelier paysagiste en ESAT ! », lâche-t-il. Et le sourire redouble.

Sa conseillère de la mission locale dont il dépend à Morlaas, au Nord Est de Pau, et à une trentaine de kilomètres de chez lui, l'a bien aidé pour trouver sa voie, le « cadrer. Je partais un peu dans tous les sens sans trop savoir où aller » . Depuis octobre, il a intégré le dispositif de la Garantie jeune, lui ouvrant ainsi droit à une allocation financière et un accompagnement renforcé tout au long de sa démarche de réinsertion.


497 €/mois : "pas mal, mais un peu juste pour trouver un appart"

L'aide de 497 € est conditionnée à son engagement de s'investir activement dans cette démarche. En la matière il n'a pas fallu beaucoup insister : Olivier a été conquis dès le départ par l'accompagnement proposé. « Pendant un mois nous avons travaillé chaque jour en atelier de groupe pour apprendre à faire des CV et des lettres de motivation, nous avons participé à des entretiens d'embauches fictifs, il y a eu des ateliers sur la confiance en soi, du sport, des visites d'établissements comme l'AFPA.... c'était vraiment pas mal ! »

Et l'accompagnement se poursuit : Olivier a depuis réalisé un stage à Madiran, qui l'a conforté dans son projet professionnel. Il cherche désormais activement un ESAT, pour pouvoir intégrer en alternance une formation trouvée à Tarbes et qui correspond au métier de ses rêves. « A côté de mon petit boulot, ça prend beaucoup de temps ! Et je ne le lâcherai pas tant que je n'aurais pas trouvé de contrat en alternance ! », assure-t-il plus décidé que jamais, à tenir son objectif.

La garantie jeune s'adapte en effet chaque mois par rapport à ses revenus. « Si je touche plus que 497 € avec mon boulot, alors je n'aurai pas l'aide, si je touche moins, la garantie jeune viendra compléter mon revenu jusqu'à ces 497 € », détaille-t-il.   « 497 euros, c'est pas mal mais c'est sans doute un peu juste pour trouver un appart... Moi j'habite chez ma mère. Je m'occuperai de trouver un appartement quand j'aurai un contrat ! Pour l'instant je suis à fond sur ma formation. Je n'ai pas le temps de chercher une aide pour le logement, même si je crois que ça existe ». Chaque chose en son temps, et une chose à la fois pour Olivier, bien conscient de sa chance d'avoir déjà un toit sur la tête.

 

"Garder nos commerces !"

Toujours est-il que pour sa part, il ne retire de son parcours de "jeune en insertion" « que du positif ». A tel point d'ailleurs, qu'il n'aurait « vraiment pas » de demande particulière face à un ou une candidat(e) à la présidence de la République sur ce thème.

Sur la question de l'emploi en milieu rural, c'est selon lui « plus à voir avec les agriculteurs ; eux, ont sans doute des choses à dire », même s'il se soucie que sa campagne reste un minimum dynamique, avec en point d'orgue la présence de commerces de proximité : « il faut vraiment tout faire pour garder nos commerces, c'est ce qui fait la vie de nos villages », insiste-t-il.

De là à souhaiter une campagne véritablement attractive, c'est autre chose. Concernant ces néoruraux, dont il entend parler plus qu'il ne les voit d'ailleurs, il est partagé : « D'accord, s'ils font un effort d'intégration auprès de nous, locaux, et dans nos villages. Il peut y avoir des points positifs à leur présence. Mais c'est non si c'est pour uniquement avoir des résidences secondaires. Et il ne faut pas que ça devienne ici comme au Pays basque... ! ». Si Olivier n'est pas forcément très à l'aise pour en parler, c'est que le débat électoral, après tout ne l'aide pas trop. « Que ce soit les agriculteurs ou les jeunes ruraux, je n'ai pas l'impression que l'on en parle beaucoup, sauf pour essayer d'avoir des voix. Mais je ne crois pas qu'il y ait de projets ou d'idées proposées. »

"Certains débats, on dirait des cours de récréations..."

Globalement Olivier est heureux dans « sa » campagne, il en aime le mode de vie, le rapport à la nature, la tranquillité... Il veut, en fait, surtout la préserver. Pas trop de changements donc. S'il compte bien aller voter à l'élection présidentielle, « parce que voter c'est important », il n'a en réalité « absolument pas confiance » dans les candidats qu'il voit gesticuler à la télé. « Certains débats, on dirait des cours de récréation, c'est pas très pro. Et puis il y a autre chose que je ne comprends pas : tout le monde devrait disposer du même temps de parole, c'est ça la démocratie non ? Parfois vous n'avez que 8 candidats sur 12 qui participent à ces émissions. Ce n'est pas normal de ne pas pouvoir entendre tout le monde ! »

En réalité, quelle qu'en soit la qualité, il considère que ce spectacle électoral est quand même un peu vain... « Je ne crois pas que les élections sont truquées, mais je crois quand même que c'est un faux semblant: pour moi, ce n'est pas vraiment le président français élu qui décidera. C'est au niveau européen que les décisions sont prises. C'est un problème selon moi, le peuple n'a plus vraiment son mot à dire. Et c'est pour un candidat qui est contre ça que je vais voter » lâche-t-il entre conviction et inquiétude, réelle ou supposée, d'une dépossession.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
10673
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Alain Rousset, Président du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine Politique | 25/07/2022

Le Grand Entretien - Alain Rousset : "Il faut être sobre, frugal. C'est une autre croissance"

Image d'illustration : train grande vitesse Politique | 20/07/2022

LGV Bordeaux-Dax - Bordeaux-Toulouse : Le GPSO n'a pas peur des ZAD

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine Politique | 19/07/2022

Alain Rousset : "Décentraliser davantage pour devenir éco-responsable"

Sylvie Marcilly aux côtés de Catherine Desprez, maire de Surgères et première vice-présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime Politique | 05/07/2022

Contournement de Marans : enfin un coup d’accélérateur déterminant

La fidèle de François Bayrou, Geneviève Darrieussecq et la tombeuse du PS, Bérangère Couillard sont désormais membres du gouvernement. Politique | 04/07/2022

Deux députées de Nouvelle-Aquitaine rejoignent le gouvernement Borne 2

TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean Politique | 01/07/2022

Au moment de financer la LGV vers Toulouse et Dax, l’Europe hésite à payer

En séance plénière du Conseil départemental, les élus se sont prononcés sur 38 dossiers soumis au vote Politique | 24/06/2022

Haute-Vienne :un nouveau schéma autonomie pour personnes âgées ou en situation de handicap

Réunion de bilan du SRDEII le 3 mars 2022 à la Maison de la Région à Poitiers. © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch Politique | 20/06/2022

Développement économique : un schéma régional en guise de leçon au gouvernement

Urne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES dans les Pyrénées-Atlantiques : Avantage à la majorité présidentielle et une conquête de la gauche

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Ensemble! remporte quatre sièges sur cinq en Charente-Maritime

Les candidats élus dans la métropole bordelaise Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES: la métropole obtient trois députés Nupes et trois députés Ensemble!

législatives Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Gironde (hors Métropole): Le RN décroche deux circonscriptions

Genevieve Darrieussecq, Lionel Causse et Boris Vallaud, les 3 députés des Landes Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES : Le département des Landes esquive le séisme électoral du 2nd tour

Les 4 candidats élus en Haute-Vienne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Trois candidats de la Nupes élus en Haute-Vienne

Les 2 candidats élus de la Corrèze Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES En Corrèze, les deux candidats LR Frédérique Meunier et Francis Dubois élus