aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Présidentielle : Un Palois propose de comparer les programmes sur le Net

26/01/2017 | Les idées comptent plus que la cravate. Sébastien Taris cherche à le démontrer en lançant le site YesWeSign.

Sébastien Taris : ni encarté, ni militant mais soucieux de combattre la "paresse d'esprit"

Quand on signe un contrat pour acheter une voiture ou souscrire une assurance, on ne s’intéresse pas à la cravate du vendeur mais plutôt à ce qui est écrit dans le document. Il devrait en aller de même avec les hommes et les femmes politiques. « Pourquoi se fier à leur allure ou bien à ce qu’ils semblent véhiculer, sans regarder ce qui se cache derrière les apparences ? » demande Sébastien Taris, un Palois de 35 ans. Celui-ci vient de mettre au point un site Internet original : « YesWeSign ». Il propose de comparer de façon ludique les programmes des différents candidats à l’élection présidentielle, sans dévoiler dans un premier temps l’identité de leurs auteurs. Chaque internaute fait ensuite son choix et découvre pour qui il a voté. Une façon d’intéresser ceux qui ne croient plus en la politique ou qui sont trop sûrs de leurs opinions, estime le créateur du site. Gare aux surprises !

Après avoir suivi les cours de la faculté de droit de Pau, puis ceux de l’Ecole supérieure de commerce, Sébastien Taris a commencé à travailler chez des notaires. Mais ce qui intéresse surtout ce jeune Béarnais, c’est de créer son entreprise et de se lancer dans le numérique.

Pour se faire la main, et un peu aussi pour disposer d’un marchepied, celui-ci vient de mettre en ligne le site « YesWeSign ». Une démarche qui se veut à la fois amusante, instructive et citoyenne.

A chacun sa pilule

Ce comparateur de programmes électoraux a été conçu avec l’aide de l’agence de communication paloise Spiral. Il permet depuis le mois d’octobre de découvrir les propositions formulées par les différents candidats à l’élection présidentielle. A la différence près que les candidats en question y apparaissent d’abord sous la forme de pilules (un clin d’œil à celles qu’il faut avaler en politique) affublées de noms fantaisistes : Moustachion, Votion, Globion, Bigmalion etc.

Les propositions sont déclinées dans 15 thématiques différentes : travail et emploi, économie et finances, énergie et environnement, défense et justice etc. Tout le prisme de l’action gouvernementale y passe.

L’Internaute qui se prête au jeu valide thème par thème les propositions qui lui semblent les meilleures. Puis il vote et il découvre le vrai nom du candidat qui lui convient le mieux. Sachant que l’on ne peut voter qu’une seule fois et, assure Sébastien Taris, qu’aucun usage commercial ou autre ne sera fait des données ainsi recueillies. « La loi existe. La CNIL est là pour y veiller ».

Un feuilleton à suivre jusqu’en mai

Jusqu’à présent, la primaire de la droite et du centre, et actuellement celle de la gauche, ont été passées au crible de « YesWeSign ». Le CV de chaque candidat est aussi présenté sur le site, avec éventuellement le lien Internet permettant de consulter son programme lorsque celui-ci est, bien entendu, établi. Ce qui n’est pas encore le cas de tous.

Par contre, il faudra attendre la mi-mars et la date limite de dépôt des 500 parrainages avoir sous les yeux la totalité des candidats au premier tour de la présidentielle. Ce qui expliquait notamment ces jours derniers l’absence d’un certain … Jean Lassalle. Sans parler de l’inconnue Bayrou dont le prochain livre-programme, « Résolution française », doit paraitre le 1er février aux éditions de l’Observatoire.

Des idées plutôt que des préjugés

Ni encarté, ni militant, Sébastien Taris passe une grande partie de son temps à suivre l’actualité et à s’informer sur la campagne. « J’ai essayé d’être le plus objectif possible en présentant les propositions des candidats » dit-il.  Ce qui l’a amené, même s’il n’est pas exhaustif, à retenir celles qui lui semblent le mieux correspondre à « l’intérêt général ».

Quant à la formule adoptée par le site, elle répond à un principe simple. « J’ai voulu que les gens adhèrent plus à des idées qu’à une personne ou à des préjugés ».

« Pas mal de mes proches et amis, de la même génération que moi, ne se reconnaissent plus dans le clivage politique traditionnel droite-gauche » poursuit-il. « On sait également qu’une fois élu, un président n’applique que 20 ou 30 % de son programme. Ce qui génère des déceptions et des envies de changement, avec des « têtes d’affiche » qui  se retrouvent exclues de la course. Cela a par exemple été le cas de Nicolas Sarkozy ou encore de François Hollande, qui a décidé de se retirer »

Le piège de l’affect

Un autre constat laisse le jeune Béarnais sceptique : « On a aujourd’hui plus tendance à voter pour quelqu’un que pour des idées ».  Le phénomène a été cerné il y a belle lurette par l’économiste Joseph Schumpeter.

 « Il a expliqué que, pour toucher la conscience des gens, les politiques se livrent une lutte concurrentielle sur le marché des idées. Malheureusement, pour arriver à leurs fins, l’effet de levier est l’inconscient, l’affect. » Une méthode dans laquelle certains candidats sont apparemment passés maitres.

« Moi, ce que je voudrais, c’est secouer les programmes, combattre la paresse d’esprit ».

Le site YesWeSign : http://yeswesign.fr

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
6031
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !