Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Présidentielle : Un Palois propose de comparer les programmes sur le Net

26/01/2017 | Les idées comptent plus que la cravate. Sébastien Taris cherche à le démontrer en lançant le site YesWeSign.

Sébastien Taris : ni encarté, ni militant mais soucieux de combattre la "paresse d'esprit"

Quand on signe un contrat pour acheter une voiture ou souscrire une assurance, on ne s’intéresse pas à la cravate du vendeur mais plutôt à ce qui est écrit dans le document. Il devrait en aller de même avec les hommes et les femmes politiques. « Pourquoi se fier à leur allure ou bien à ce qu’ils semblent véhiculer, sans regarder ce qui se cache derrière les apparences ? » demande Sébastien Taris, un Palois de 35 ans. Celui-ci vient de mettre au point un site Internet original : « YesWeSign ». Il propose de comparer de façon ludique les programmes des différents candidats à l’élection présidentielle, sans dévoiler dans un premier temps l’identité de leurs auteurs. Chaque internaute fait ensuite son choix et découvre pour qui il a voté. Une façon d’intéresser ceux qui ne croient plus en la politique ou qui sont trop sûrs de leurs opinions, estime le créateur du site. Gare aux surprises !

Après avoir suivi les cours de la faculté de droit de Pau, puis ceux de l’Ecole supérieure de commerce, Sébastien Taris a commencé à travailler chez des notaires. Mais ce qui intéresse surtout ce jeune Béarnais, c’est de créer son entreprise et de se lancer dans le numérique.

Pour se faire la main, et un peu aussi pour disposer d’un marchepied, celui-ci vient de mettre en ligne le site « YesWeSign ». Une démarche qui se veut à la fois amusante, instructive et citoyenne.

A chacun sa pilule

Ce comparateur de programmes électoraux a été conçu avec l’aide de l’agence de communication paloise Spiral. Il permet depuis le mois d’octobre de découvrir les propositions formulées par les différents candidats à l’élection présidentielle. A la différence près que les candidats en question y apparaissent d’abord sous la forme de pilules (un clin d’œil à celles qu’il faut avaler en politique) affublées de noms fantaisistes : Moustachion, Votion, Globion, Bigmalion etc.

Les propositions sont déclinées dans 15 thématiques différentes : travail et emploi, économie et finances, énergie et environnement, défense et justice etc. Tout le prisme de l’action gouvernementale y passe.

L’Internaute qui se prête au jeu valide thème par thème les propositions qui lui semblent les meilleures. Puis il vote et il découvre le vrai nom du candidat qui lui convient le mieux. Sachant que l’on ne peut voter qu’une seule fois et, assure Sébastien Taris, qu’aucun usage commercial ou autre ne sera fait des données ainsi recueillies. « La loi existe. La CNIL est là pour y veiller ».

Un feuilleton à suivre jusqu’en mai

Jusqu’à présent, la primaire de la droite et du centre, et actuellement celle de la gauche, ont été passées au crible de « YesWeSign ». Le CV de chaque candidat est aussi présenté sur le site, avec éventuellement le lien Internet permettant de consulter son programme lorsque celui-ci est, bien entendu, établi. Ce qui n’est pas encore le cas de tous.

Par contre, il faudra attendre la mi-mars et la date limite de dépôt des 500 parrainages avoir sous les yeux la totalité des candidats au premier tour de la présidentielle. Ce qui expliquait notamment ces jours derniers l’absence d’un certain … Jean Lassalle. Sans parler de l’inconnue Bayrou dont le prochain livre-programme, « Résolution française », doit paraitre le 1er février aux éditions de l’Observatoire.

Des idées plutôt que des préjugés

Ni encarté, ni militant, Sébastien Taris passe une grande partie de son temps à suivre l’actualité et à s’informer sur la campagne. « J’ai essayé d’être le plus objectif possible en présentant les propositions des candidats » dit-il.  Ce qui l’a amené, même s’il n’est pas exhaustif, à retenir celles qui lui semblent le mieux correspondre à « l’intérêt général ».

Quant à la formule adoptée par le site, elle répond à un principe simple. « J’ai voulu que les gens adhèrent plus à des idées qu’à une personne ou à des préjugés ».

« Pas mal de mes proches et amis, de la même génération que moi, ne se reconnaissent plus dans le clivage politique traditionnel droite-gauche » poursuit-il. « On sait également qu’une fois élu, un président n’applique que 20 ou 30 % de son programme. Ce qui génère des déceptions et des envies de changement, avec des « têtes d’affiche » qui  se retrouvent exclues de la course. Cela a par exemple été le cas de Nicolas Sarkozy ou encore de François Hollande, qui a décidé de se retirer »

Le piège de l’affect

Un autre constat laisse le jeune Béarnais sceptique : « On a aujourd’hui plus tendance à voter pour quelqu’un que pour des idées ».  Le phénomène a été cerné il y a belle lurette par l’économiste Joseph Schumpeter.

 « Il a expliqué que, pour toucher la conscience des gens, les politiques se livrent une lutte concurrentielle sur le marché des idées. Malheureusement, pour arriver à leurs fins, l’effet de levier est l’inconscient, l’affect. » Une méthode dans laquelle certains candidats sont apparemment passés maitres.

« Moi, ce que je voudrais, c’est secouer les programmes, combattre la paresse d’esprit ».

Le site YesWeSign : http://yeswesign.fr

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
8687
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !