Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Présidentielles à Bordeaux : deux salles, deux ambiances

08/05/2017 | On est allé faire le tour des Q.G des deux candidats, au moment fatidique de l'annonce des résultats du second tour. Ambiance et discours.

Présidentielles 2017

Joie et déception timides en ce soir de second tour des présidentielles pour Bordeaux. En faisant le tour des Q.G, on remarque que les résultats sont parfois meilleurs qu'espérés. Il faut dire que dans la capitale girondine, le plébiscite est incontesté pour le candidat d'En Marche, avec 85,92% des suffrages contre 14,08% pour son adversaire Front National. Les militants et élus des deux mouvements auront en revanche eu un mot en commun : l'espoir. Les uns pour la future politique du nouveau Président de la République, élu en national avec 66,06% des voix; les autres pour le scrutin à venir.

Peu avant 20 heures, quelques militants se pressent à l'intérieur du 143 rue Georges Bonnac. A l'entrée, pas mal de forces de sécurité affichent leur brassard orange, mais le tout se passe dans un calme relatif. La salle du Q.G petite, on compte environ une quarantaine de militants à l'intérieur, massés devant le petit écran. A l'annonce des résultats, le dégoût est visible chez beaucoup, quelques pleurs pour les plus sensibles, de l'indignation dans les quelques voix qui s'élèvent. C'est que leur championne vient de subir une défaite : avec 35,72% en première estimation, Marine Le Pen est la grande perdante de ce second tour de l'élection présidentielle. Sur sa chaise, Catherine a l'oeil hagard, quelque part entre la télé et le vide. "C'est très décevant, mais ce n'est que partie remise", dit-elle, tout en reprochant à la candidate du Front National quelques errances. "Je trouve qu'elle aurait dû insister davantage sur l'emploi des jeunes et l'accès au logement et à la santé pour tous, ces sujets n'ont pas suffisamment été abordés dans la campagne". Cette bordelaise vote FN depuis 1990, elle n'hésite d'ailleurs pas à critiquer ceux qui n'auraient pas été glisser leur bulletin dans l'urne (ils sont entre 25 et 27% à s'être abstenus). "On ne doit pas se décourager et dire que tout le monde est pourri, je trouve que ce n'est pas très courageux", glisse-t-elle.

Regard vers le futur

Bière, chips et espoir sont au menu. Sur les murs, une rose bleu tranche avec le reste des affiches, plus classiques, de la candidate. Les élus sont au premier rang. Jacques Colombier, représentant du FN à Bordeaux, essaye de donner un coup de fouet à des militants un peu défaits. "La prochaine fois sera peut-être la bonne. On s'implante de manière majeure dans le paysage politique français, nous allons devenir la première force d'opposition à la politique de Mr Macron. J'espère que les français sont cocus parce qu'on leur a présenté un rêve, un politicien qui, soi disant, était neuf, et ils ont voté pour la continuité de la politique de François Hollande : 9 millions de pauvres et six millions et demi de chômeurs. Dans trois jours, on va redémarrer, le Front National va continuer à grandir et à avoir son programme de bon sens", déclare-t-il. "Et la France va continuer à pourrir", rajoute une dame, amère.

Présidentielles 2017

Edwige Diaz, elle, est secrétaire départementale du parti et conseillère régionale. Pour elle, cette défaite n'en est pas vraiment une, d'autant qu'elle pense déjà au coup d'après. "Ce qui vient de se produire est un évènement historique, c'est très prometteur pour l'avenir. Ca nous place comme la première force politique d'opposition du pays. Les deux vieux partis sont en train de mourir, ça nous laisse de bonnes perspectives pour l'avenir. On est très confiants pour les futures législatives, on sait très bien qu'il y a de grandes disparités dans l'électorat du Front National entre la ruralité et les métropoles. Ça nous permet d'espérer conquérir beaucoup de circonscriptions rurales. En Gironde, je pense notamment au Blayais, au Médoc, au Libournais ou pourquoi pas au Réolais. C'est une demi-victoire, Macron a bénéficié d'un vote de rejet et pas d'adhésion contrairement à nous. Ce vote d'adhésion a vocation à s'agrandir". La soirée se finira tôt. 

Entre soulagement et étonnement

De l'autre côté, on savoure la victoire d'Emmanuel Macron autour d'un bon verre où d'un plat concocté par les cuisiniers du bar Le Plana, place de la Victoire. La victoire du candidat est bien sûr le sujet de discussion principal. Pas mal d'autocollants sur les t-shirts et de ballons aux couleurs du mouvement "En Marche" traînent encore entre les allées. L'euphorie des résultats passés, c'est avant tout un soulagement pour Françoise, retraitée bordelaise qui exerce toujours en tant que consultante. "Je soutiens Emmanuel Macron depuis un moment, je pense qu'il a la capacité pour faire évoluer la France, je suis plutôt fière qu'on fasse ce choix là. Je suis une ancienne militante socialiste, mais je trouve que Macron est le seul à donner un peu d'optimisme, je trouve son programme crédible. Concernant le FN, il est un peu plus bas que ce qu'on craignait, mais c'est inquiétant quand même parce qu'il représente une partie importante des français". Pas besoin de lui demander ce qu'elle pense du débat, même si elle répondra "lamentable", haut et fort, comme une majorité des militants interrogés d'ailleurs. 

Croisé entre une caméra et deux poignées de main, le socialiste Vincent Feltesse (seul présent) ne manque pas l'occasion d'afficher sa joie, mesurée cela dit. "C'est une victoire qui me fait plaisir pour le pays, l'espoir qu'incarne Emmanuel Macron et le renouvellement que cela signifie. Ce n'était pas mon scénario, ce n'est pas ma ligne politique, mais c'est aussi une espèce de bon passage de témoin. C'est leur victoire, pas la mienne. Il faudra être vigilant sur la suite", glisse l'ancien conseiller de François Hollande, qui a prévu de se consacrer à des enjeux politiques plus locaux. Avec sa tripotée de ballons et son téléphone, Pascal fait le show en terrasse. Ce bordelais est venu avec toute sa famille : belle-soeur, belle-mère et enfants l'accompagnent. "Je suis content d'être là pour mes enfants. C'est surtout pour eux que j'espère que ça va changer. Le jour où Macron a lancé son mouvement, je leur ai dit que cet homme serait Président. Ça n'était pas gagné mais j'espérais qu'il le serait un jour. Pour moi, il vient de la société civile, quoi qu'en disent les critiques sur son parcours. Je l'attends particulièrement sur un développement au niveau de l'Europe, l'international. L'inconnu fait toujours peur, mais ce soir je suis rassuré". Chez d'autres, on est surpris, "on pensait qu'il serait en dessous des 60%". On note, là encore quelques absents, "la ruralité l'aménagement du territoire" notamment. 

"La victoire des valeurs républicaines"

Présidentielles 2017

Au son du "Vive la République, vive la France" prononcé par un Macron plus solennel qu'à l'accoutumée, on se fait plaisir avec une petite Marseillaise. En même temps, à la mairie de Bordeaux, Alain Juppé attend la fin de l'allocution pour faire la sienne, moins timide qu'au soir du premier tour. "C’est une très belle victoire, celle des valeurs républicaines. Le FN n’a pas atteint son objectif mais son score est élevé. Il faudra donc rester attentifs à ce que ces français ont voulu nous dire", a-t-il brièvement déclaré. Juste à côté du bar, des CRS surveillent le petit attroupement qui commence à se former sur la place, juste en face. Au moins une dizaine de camions sont garés sur le côté, attendant un quelconque mouvement. En s'approchant, on trouve quelques dissidents : les fameux "ni-ni", dont certains étaient dans le cortège de la manifestation anti-Le Pen et anti-Macron du 23 avril dernier. Léa, étudiante à Bordeaux, confirme que leur lutte n'est pas terminée. "Même si Macron a été élu ce soir, on est contre la politique qu'il va mener. "On s'oppose à la politique qu'il a mené pendant cinq ans et on sera dans la rue pour toutes les mesures qu'il va mettre en place". A 22 heures, ils étaient environ 150, dont quelques uns à scander un "Macron démission" timide. Les victoires, comme les défaites, l'auront ce soir été tout-autant. 

Réactions second tour des présidentielles from Aquipresse on Vimeo.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4617
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !