Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

  • 10/08/18 | Le Verdon a son relais touristique

    Lire

    L’inauguration du relais touristique au Verdon-sur-Mer a lieu ce 10 août par Sandrine Derville, vice-présidente de la région en charge du tourisme. Ce relais permet à la région Nouvelle-Aquitaine de conforter ce territoire en tant que destination touristique d’excellence qui conjugue richesses touristiques, infrastructures et activités. La région a contribué au financement de la mise en accessibilité handicapés ainsi que les travaux de réhabilitation à proximité de la capitainerie de Port-Médoc pour y installer un relais d’information touristique.

  • 08/08/18 | Alain Rousset réagit à la reprise des Menuiseries Grégoire (24)

    Lire

    Alain Rousset prend acte du choix du Tribunal de commerce de Paris de retenir l'offre de reprise des Menuiseries Grégoire à Saint-Martial d'Artenset par le Fonds Prudentia Capital. Il souhaite qu'un plan social pour l'emploi digne de ce nom accompagne cette restructuration. 157 licenciements sont prévus. Alain Rousset indique que "la Région est au travail pour aider le repreneur dans son projet et demande à l'actuel actionnaire, le Fonds Parquest Capital, de contribuer au financement du PSE.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Présidentielles : les réactions nationales

24/04/2017 |

Présidentielles 2017

L'incertitude s'est un peu dissipée. Dans un contexte inédit après l'attaque commise jeudi soir aux Champs Élysées, les français se sont tout de même déplacé en masse pour voter ce dimanche 23 avril. L'abstention, elle, se situait tout de même entre 20 et 22% à 21h30, légèrement au dessus du niveau de 2012. Selon les premières estimations, Emmanuel Macron est en tête avec 23,42,% des voix devant Marine Le Pen (22,58%). Jean-Luc Mélenchon (18,87%) tient la bride avec François Fillon (19,85%). Le candidat socialiste Benoît Hamon, lui, traîne la patte avec 6,15% des voix seulement.

Pendant toute la soirée, les déclarations se sont multipliées. Si le soutien de certains candidats (comme Manuel Valls ou benoît Hamon) à Emmanuel Macron n'est pas surprenante, le soutien franc reçu par François Fillon peut lui étonner, tandis que Nicolas Dupont-Aignan a précisé qu'il donnerait sa décision en début de semaine prochaine. Marine Le Pen parle d'une "responsabilité de la défense de la Nation Française". Résumé des principales déclarations de la soirée. 

Benoît Hamon : "J'assumes la pleine responsabilité de cette défaite sans me défausser. C'est,plus qu'un échec, une profonde meurtrissure dont je mesure la sanction historique, légitime. Cette élimination n'est pas uniquement une lourde défaite électorale, elle souligne aussi une défaite morale pour la gauche. Doit entendre votre message : assez. Je suis fier d'avoir mené une campagne fondatrice qui a redonné sa place à la magnifique jeunesse de notre pays, aux intellectuels et aux idées nouvelles; Démocratique, sociale, écologique, européenne, décriée comme l'est parfois ce qui est inconnu. Vous attendez une renaissance, ce soir elle sera douloureuse, demain, elle sera féconde. Avant cela, il nous faut être à la hauteur du moment. Appelle donc à battre le plus fortement possible le FN en votant pour Emmanuel Macron même si celui ci n'appartient pas à la gauche et n'a pas vocation à le représenter demain, je fais la distinction entre un adversaire politique et un ennemi de la République".  

Manuel Valls (Twitter) : "Comme au 1er tour je voterai @EmmanuelMacron le 7 mai.Chacun doit mesurer la gravité du moment et tout faire pour rassembler. Pour la France".  

François Fillon : "Il nous faut choisir ce qu'il y a de préférable pour notre pays. L'abstention n'est pas dans mes gênes, surtout quand un parti extrémiste s'approche du pouvoir. Son programme économique et social mènerait à la faillite a laquelle il faudrait ajouter le chaos européen. Il n'y a pas d'autre choix, je voterai donc en faveur d'Emmanuel Macron. J'estime de mon devoir de vous le dire avec franchise, il vous revient maintenant en conscience de choisir. Mon rêve, c'est un pays débarrassé de la hantise du déclin. C'était mon ambition, mon projet, mon rêve. Il est en chacun d'entre vous, l'avenir de la France est dans vos mains". Voici l'essentiel du reste des réactions nationales.

Jean-Luc Mélenchon : "Le résultat annoncé n'est pas celui que nous espérions. Je ne saurais dire ni faire d'avantage à cette heure. Chacun et chacune d'entre vous sait, en conscience, quel est son devoir. Je n'ai reçu aucun mandat des 450 000 personnes qui ont décidé de présenter ma candidature pour m'exprimer à leur place sur la suite. Nous pouvons être fiers de ce que nous avons entrepris et réalisé. Nous sommes une force consciente et enthousiaste. Je vous appelle à rester grouper et en mouvement car les défis que nous avons nommés sans en cacher aucune des difficultés, reste à relever". 

Alain Juppé : "Sans hésiter, j'apporte mon soutien à Emmanuel Macron dans son duel avec l'extrême droite. J'attends qu'Emmanuel Macron restaure le crédit de la France aux niveaux européen et mondial".  

François Bayrou (Twitter) : "Ma certitude, c'est que la candidature d'@EmmanuelMacron veut tourner la page sur les deux partis qui gouvernent le pays depuis 40 ans". 

Emmanuel Macron (AFP) : "On tourne clairement aujourd'hui une page de la vie politique française. Les Français ont exprimé leur désir de renouvellement. Notre logique est désormais celle du rassemblement que nous poursuivrons jusqu'aux élections législatives. Nous considérons qu'il est déterminant d’œuvrer à obtenir la majorité la plus large possible pour procéder au rassemblement de tous les progressistes. De manière plus solennelle, il s'agit d'une journée grave, un moment historique pour la France".

Discours : "Alors que notre pays traverse un moment inédit de son histoire, le peuple français a répondu de la plus belle manière. Je remercies Benoît Hamon et François Fillon à voter en ma faveur au second tour. Nous avons changé le visage de la politique française. Vous avez su montrer que l'espoir de notre pays n'était pas un rêve, une lubie mais bien une volonté acharnée et bienveillante. N'oubliez jamais ces mois où vous avez fait mentir les assis. Dès ce soir, je me dois d'aller au delà et de rassembler tous les français. En votre nom, je porterai l'exigence de l'optimisme". 

Marine Le Pen : "Je mesure l'honneur de ce choix avec humilité et reconnaissance et je tiens à exprimer ma plus profonde gratitude. Ce résultat est historique, il fait reposer sur moi la responsabilité immense de la défense de la nation française. Il s'interprète également comme un acte de fierté française, celui d'un peuple qui relève la tête. Le grand enjeu de cette élection est la mondialisation sauvage qui met en danger notre civilisation. Vous avez le choix de l'alternance, la vraie, la fondamentale, qui mettra en place d'autres visages au pouvoir. Je suis la candidate du changement. J'appelle à l'unité nationale : derrière notre projet de redressement, nous les accueillerons fraternellement". 

Nathalie Arthaud : "Les travailleurs conscients doivent rejeter le vote pour Marine Le Pen. Nous ne participerons à aucun front républicain, réunissant de la droite fillonniste jusqu’au parti socialiste. Au deuxième tour, j'appellerai à voter blanc". 

Nicolas Dupont-Aignan : "Tout a été fait pour dégoûter les français de la politique. Nous assistons aujourd'hui à l'échec mérité des partis qui nous ont fait tant de mal. L'idéal d'une france forte, juste. A la veille du second tour, je mesure le poids de votre confiance et la responsabilité qui me pèse. Ce vote m'oblige à tout faire pour reconstruire une vie politique en morceaux, à poursuivre le combat pour un humanisme républicain dont la France a tant besoin. Je réunirai en début de semaine les instances de mon parti pour faire un choix". 

Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), n'appelle lui pas à voter pour Emmanuel Macron. Dans un communiqué publié en soirée, il ajoute que "pour faire reculer durablement ce péril, il n'y a pas d'autre solution que de reprendre la rue, contre l'extrême droite, mais aussi contre toutes celles et ceux qui, comme Macron, ont mis en place ou veulent imposer des mesures antisociales". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3211
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !