Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

13/02/18 : Un numéro inédit de "Des racines et des ailes" consacré au Lot et la Dordogne, tourné cet été, sera diffusé sur France 3 mercredi 14 février à 20 h 55.

08/02/18 : Charente-Maritime : le conseiller départemental du canton de Tonnay-Charente et maire de Soubise, Robert Chatelier, est mort ce matin d'une crise cardiaque.Dominique Bussereau salue un "ardent défenseur de la ruralité et de l'agriculture charentaise"

08/02/18 : Bordeaux - La Maison du Vélo devient la Maison Métropolitaine des Mobilités Alternatives avec un rayon d’action élargi aux 28 communes de la Métropole et une ouverture à la promotion de tous les modes de déplacements doux et non plus seulement du vélo

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

  • 16/02/18 | Internet: 16 collectivités de la région récompensées

    Lire

    Le 8 février dernier, dans le cadre de la 19ème Cérémonie de remise du label national Territoire, Villes et villages internet, la Nouvelle-Aquitaine a vu 16 de ces collectivités récompensées pour leur action dans des politiques publiques numériques engagées. Six d'entre elles se sont particulièrement illustrées en matière de production de services publics numériques locaux, décrochant les 5 @, la plus haute des récompenses. Il s'agit d'Agen (47), de la communauté de communes de Parthenay-Gâtine (79), de Bassens (33), Bayonne (64), Boé (47) et Mérignac (33).

  • 15/02/18 | La justice manifeste à Bordeaux

    Lire

    Ils étaient plusieurs dizaines à se réunir ce jeudi sur les marches du Palais de Justice : les avocats bordelais ont répondu à l'appel national de mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle. Principaux sujets d'inquiétude : la refonte de la carte judiciaire, une suppression des tribunaux d'instance et une numérisation accélérée des procédures, trois priorités semblant se dessiner dans le projet de réforme de la justice du gouvernement Macron. Plusieurs audiences ont été renvoyées en signe de protestation. Un mouvement similaire a eu lieu dans la journée devant les marches du tribunal de Libourne.

  • 15/02/18 | Les agriculteurs soutenus à l'unanimité par les élus du 64

    Lire

    Ce 15 février, les élus départementaux des Pyrénées-Atlantiques ont voté à l'unanimité une motion sur la réforme des zones défavorisées adressant ainsi 3 demandes fortes au Ministère de l'Agriculture. D'abord, la prise en compte "des anomalies de la carte établie le 20 décembre". Ensuite "que le zonage final réponde à l'objectif de conforter et pérenniser les exploitations d'élevage et de polyculture-élevage". Enfin, que les communes actuellement reconnues en piémont "préservent, à l'issue de ce chantier de révision, une reconnaissance de leurs handicaps particuliers, avec un niveau de soutien distinct".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pyrénées-Atlantiques : cet électorat FN qu'il faut convaincre

08/12/2015 | L’appel lancé dimanche par Virginie Calmels à une partie de l’électorat FN a été jugé maladroit, sans pour autant être incompris. En Béarn, des élues Modem réagissent

Dans les Pyrénées-Atlantiques,  le Front National a totalisé 18,5% des voix

Dès que les résultats des régionales ont été connus, Virginie Calmels, la candidate de la droite et du centre, a lancé un appel aux abstentionnistes. Tout en demandant aux électeurs du FN de ne pas apporter leur voix au second tour à Jacques Colombier. Ce dernier n’a en effet aucune chance de l’emporter et un tel vote reviendrait à donner la victoire aux socialistes, a-t-elle expliqué. La petite phrase a fait jaser. « C’était une réaction à chaud. Je m’adresse à tous les électeurs» tempère aujourd’hui la candidate. Une explication que ses alliés Modem admettent dans les Pyrénées-Atlantiques. Même si la formule était mal venue.

Maire de Mazères-Lezons et tête de liste départementale, Monique Semavoine n’a pas entendu Virginie Calmels ce soir-là. «Je ne pense pas qu’elle ait voulu récupérer les gens du FN » dit-elle. « Par contre, on ne va pas s’empêcher de parler aux électeurs qui ont apporté leur voix à ce parti ».

« Par colère ou par rejet »La formation d'extrême droite comprend son lot « de xénophobes et de racistes » , reconnait Monique Sémavoine. Mais le Front  National a également attiré à lui des personnes vivant pour certaines d'entre elles dans des situations très précaires. 

Monique Semavoine, maire Modem de Mazères-Lezons :

« Elles ont voté FN par colère, par  rejet. Loin de les juger, leurs difficultés me font mal au cœur » explique l’élue locale, bien placée pour mesurer dans ses permanences les galères dans lesquelles se retrouvent certains de ses administrés.
« Il nous faut essayer de convaincre les abstentionnistes, tout comme ceux qui ont fait un vote de refus » poursuit-elle. «  Car une chose est sûre, ce n’est pas au FN qu’ils vont trouver la solution à leurs problèmes. Nous devons mieux expliquer pour mieux être entendus ».

Les fins de mois qui ressemblent aux débuts de moisImplantée de longue date dans les quartiers palois, Josy Poueyto, première adjointe de François Bayrou, estime pour sa part que les propos tenus par la candidate girondine ont été « maladroits ». Mais elle comprend elle aussi l’intention.

 « Il y a ceux qui votent FN par conviction, et les autres qui vivent parfois au quotidien des situations désespérées. Des personnes pour lesquelles les fins de mois ressemblent aux débuts de mois ».

« Je peux comprendre qu’à un moment, on ne fasse plus confiance aux partis traditionnels et que l'on exprime son désespoir. Même s’il  est étonnant de voir que ces électeurs ne trouvent plus refuge dans des partis de gauche ou même d’extrême-gauche. Toute la question est là : une partie de ceux qui ont voté FN est allée vers la seule formation qu’elle n’a jamais essayée. La seule qui lui apparaisse sortir des logiques d’appareils et des magouilles politiciennes ».

« Il faut leur dire que le FN n’est pas la solution »« Ces gens-là ne sont pas ancrés dans le Front National. Il faut leur tendre la main. Il faut leur dire que le FN n’est pas la solution. Car au passage, je trouve effrayant que l’on puisse confier à Marion Maréchal-Le Pen, âgée de 26 ans, une région de la taille de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il faut vraiment avoir écoeuré les gens pour en arriver là ».

Josy Poueyto :

Que ce soit avec Virginie Calmels ou Alain Rousset, l’Aquitaine possède des candidats « responsables », qui ont fait leurs preuves, poursuit Josy Poueyto. Sans pour autant afficher de tendresse particulière pour le sortant  socialiste qui, tout en défendant la LGV, vient de passer un accord avec les écologistes, adversaires du projet. « Comment voulez-vous que les gens s’y retrouvent ? Virginie Calmels, elle, est claire dans son propos et ne cherche pas à raccrocher les wagons ».

« On voit bien le ras-le-bol »Selon elle, ce type de confusion vient s’ajouter à d’autres incompréhensions, plus générales (« Pourquoi a-t-on laissé la jungle de Calais se développer autant ? »). Sans rien régler au mal être ambiant.

« A Pau, François Bayrou a institué des rendez-vous avec les habitants. On voit que certaines personnes sont en attente, qu’elles en ont ras-le-bol ou qu'elles ont envie d’être violentes. Il faut bien qu’à un moment donné, on les prenne en compte. Le problème, c’est que l’Etat n’y arrive plus et qu’en raison de la baisse des dotations, les collectivités sont financièrement à bout de souffle. Au Conseil départemental, on a  8,5 millions d’euros de RSA en plus cette année ! ».

Un même constat de carence est établi pour le monde associatif. « Autrefois, il était le creuset de la démocratie, l’endroit où l’on refaisait le monde tout en gardant les pieds sur terre. Aujourd’hui, les bénévoles n’ont plus le temps d'être bénévoles et les jeunes ne viennent plus dans les associations. Ils discutent sur leurs tchats, leurs blogs ou sur Facebook et ne sont plus obligés de sortir pour aller au contact des autres. Ils restent enfermés avec eux-mêmes et avec leurs problèmes ».

« Ce jeune qui cherche du boulot partout »Dans le quartier populaire de Saragosse, Josy Poueyto prend ainsi l’exemple de plusieurs habitants qui  lui ont confié avoir opté pour le FN. « Ce sont des personnes qui vivent petitement, à qui on a par exemple refusé un dossier pour un problème de handicap. Il y a aussi ce jeune qui cherche du boulot partout, sans parvenir à en trouver, et qui en a marre. Sa mère est encore plus en galère. Elle passe au centre communal d’action sociale pour avoir de l’aide. Mais elle se sent complètement bafouée. Ces gens-là votaient habituellement à gauche ».

Un espoir : « Ils m’ont dit que, dimanche prochain, ils ne renouvelleraient pas leur vote au FN ». Iront-ils pour autant déposer un bulletin dans l’urne ?  « Je n’en suis pas certaine ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Elections régionales - 2015Cet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7532
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !