15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

  • 11/10/17 | Bassin de Lacq: "Une occasion manquée" pour EELV

    Lire

    En 2040, la France devrait cesser l'extraction d'hydrocarbure, sauf sur le Bassin de Lacq. Une décision, généralement saluée ici mais que "déplorent" Françoise Coutant, V-P de la Région chargée du climat et de la transition énergétique (EELV) et J-François Blanco, élu régional écologiste qui accusent "le lobbying des députés béarnais" de "condamner le site à moyen terme, les industriels [n'ayant] plus d'intérêt à anticiper les conséquences du dérèglement climatique. Populations et environnement en pâtiront (et) les travailleurs des sites concernés risquent selon eux d’y perdre leur activité lorsque les gisements seront taris"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Pyrénées-Atlantiques : la vague Macron passe, deux îlots résistent

19/06/2017 | La République En marche remporte la mise dans le département. A deux exceptions près, et non des moindres. Les députés sortants Jean Lassalle et David Habib gardent leur siège.

Jean Lassalle, à la surprise générale, a remonté la pente et gagné la partie

« Ils sont tous partis à la plage. Mais après, si ça ne leur convient pas, on va voir les mêmes manifester à Paris». Ce commentaire lâché dimanche par une électrice béarnaise en disait long sur l’incompréhension, voire la colère, ressentie devant un taux d’abstention faramineux. Dans les Pyrénées-Atlantiques, un électeur sur deux n’a pas jugé bon de faire valoir son droit de citoyen. Ce n’est pas le seul enseignement du scrutin. Contrairement à ce que l’on pouvait penser, la vague présidentielle qui a déferlé sur le département n’a pas noyé tous les concurrents des candidats En Marche. Le député PS sortant David Habib a tenu bon dans la 3e, tandis que son collègue Jean Lassalle a littéralement renversé la vapeur dans la 4e. Preuve, comme le dit l’intéressé, que les Pyrénéens ont un tempérament bien à eux.

1re circonscription : l’ADN de Josy Poueyto

Josy Poueyto et son suppléant, Benoit Roullet

Sur un terrain où Martine Lignières-Cassou, députée socialiste sortante, avait décidé de ne pas se représenter, le phénomène Macron a tout emporté. Josy Poueyto, adjointe de François Bayrou à la mairie de Pau,  s’est imposée sans coup férir (62,7%) devant sa collègue LR Pauline Roy, qui siège également au conseil municipal.

En fait, le deuxième tour a presque pris l’allure d’une promenade de santé pour cette élue Modem qui sillonne depuis des lustres cette partie urbaine du Béarn. Ce qui ne l’a pas empêchée,  après l’annonce de sa victoire, d’avoir une pensée pour ceux qui lui ont montré la voie.

André Labarrère d’abord, l’ancien et emblématique maire socialiste de la capitale du Béarn. Celui-ci lui a appris  le métier  tout en lui enseignant à « être proche des gens ». François Bayrou aussi, qui l’a « incitée » à présenter sa candidature à une élection à laquelle elle ne songeait pas forcément.

Désormais parlementaire, Josy Poueyto envisage de rester conseillère municipale, et donc conseillère communautaire au sein de la vaste agglomération paloise. Car, explique-t-elle, la proximité fait partie de son ADN. Elle est comme ça. On ne la changera pas.

2: Jean-Paul Mattéi revient et gagne

Le centriste Jean-Paul Mattéï

Jean-Paul Mattéi,  notaire palois et maire de Ger, a lui aussi joué sur du velours.

François Bayrou, dont il était le suppléant, avait été battu il y a cinq ans par la socialiste Nathalie Chabanne. 2017 aura été l'année de la revanche. Ce dimanche, l'ex-suppléant centriste parti sous la bannière de La République En Marche a été crédité de 60,93% des suffrages devant la députée sortante.  

La déroute vécue par la gauche lors de l’élection présidentielle est passée par là. Un taux d’abstention de 52% a fait le reste. Jean-Paul Mattéi n’en demeure pas moins modeste. « Je mesure la tâche qui m’attend » confie le nouveau parlementaire, prudent et respectueux de l'adversaire.

3e : David Habib, le « boulot » face au « logo »

Le socialiste David Habib obtient un quatrième mandat

Un autre climat a régné ces dernières semaines sur la circonscription qui englobe le nord Béarn et le cœur industriel du département que constitue le bassin de Lacq.

 David Habib, député socialiste sortant et vice-président de l’Assemblée nationale briguait ici un quatrième mandat. Mais il avait fort à faire face à l’ampleur de la déferlante Macron. Au point que beaucoup se demandaient s’il tiendrait le choc.

La nette victoire qu’il vient de remporter avec 53,94% sur Michel Bernos, le maire « En marche » de Jurançon, tient à plusieurs éléments.

Tout d’abord le travail de longue haleine mené depuis belle lurette sur un terrain difficile, marqué aussi bien par la crise agricole que par la délicate reconversion du bassin de Lacq. Des dossiers qui demandent de la pugnacité et de la combativité.

Ensuite, il faut bien le dire, le tempérament de son adversaire. Souvent agressif, celui-ci a limité son discours à des généralités liées au programme du nouveau président de la République. Un comportement qui a amené le député sortant à estimer que face au « logo Macron », il convenait d’opposer le « boulot » réalisé au profit d’un territoire.

De toute évidence, le message est passé. D'autant plus que les électeurs de Mourenx, ville ouvrière  dont David Habib a jadis été le maire, paraissent avoir pardonné à l’intéressé de les avoir quittés pour présenter sa candidature en 2014 aux municipales sur Pau.

Une chose n'en est pas moins certaine.  Cet élu, qui a aussi été le président de la puissante communauté de communes de Lacq (devenue par la suite Lacq-Orthez), revient de loin.

 4e : Sacré Jean Lassalle !

 Comme on le dit souvent, il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Jean Lassalle, ex-Modem et député  fondateur du mouvement « Résistons ! », vient de le démontrer.

Parfois gaussé pour ses propos peu compréhensibles et sa façon très « vieille France » de passer de la pommade à tous ses interlocuteurs, l’ancien berger devenu maire de Lourdios-Ichère avait apparemment fort à faire avec le candidat de « La République En marche » : Loïc Corrégé, un militaire de carrière arrivant du 1er RPIMa de Bayonne.

Au premier tour des législatives, le nouveau venu a mis le parlementaire en ballotage défavorable. Puis, tout en prenant l’avantage dans les débats qui l’opposaient à Jean Lassalle, il a réussi le tour de force de faire trembler sur ses bases le « local de l’étape ». 

C’était compter sans la capacité du parlementaire béarnais à remonter les pentes les plus raides. Chose que Jean Lassalle avait déjà prouvée en 2012 en rattrapant les 3 000 voix de retard qu’il avait sur  le socialiste François Maïtia.

La fibre terroir du berger a de toute évidence perturbé  l’atterrissage du para. Rendant hommage à un adversaire qu’il « ne fallait pas sous-estimer », Jean Lassalle explique aujourd'hui le phénomène de manière fort simple. Les Basques de l’intérieur et les Béarnais qui peuplent la circonscription sont tout sauf « gouvernables », affirme-t-il. Autrement dit, Macron ou pas, ce n’est pas de Paris ou d'ailleurs qu’on leur tiendra la main.

5e :  Florence Lasserre largement en tête

Florence Lasserre s'impose avec 57,03% des suffrages (photo Félix Dufour)

 Dimanche, il suffisait de se rendre sur les plages de Biarritz, d'Anglet, Saint-Jean-de-Luz ou Hendaye inondées de soleil sous 34° pour comprendre le taux d'abstention qui aura accompagné cette consultation. Au point qu'un adjoint au maire biarrot, Guillaume Barrucq, proposait d'installer des bureaux de vote sur le promenoir.  Mais les urnes moins emplies encore qu'au premier tour ont délivré leur verdict. Sur la lancée de dimanche dernier sans « remontada » aucune.

Robe noire, très "tenue de soirée"; Florence Lasserre, accompagnée de son suppléant Philippe Jouvet, s'est rendue en début de soirée dans une mairie d'Anglet qu'elle connaît bien pour en être l'adjointe à l'Environnement après avoir assuré la présidence du bureau 18 du Centre Haitz Pean pendant la journée.

Les chiffres qui s'affichent sur le grand écran sous le regard du maire Claude Olive ont de quoi la rassurer. "Mais nous n'avons pas encore Bayonne", commente-t-elle en tapotant  le nerveusement sur les touches de son portable. Et elle se refuse à tout commentaire tant que les chiffres définitifs de sa circonscription ne seront pas tombés.

A 21 heures, dans un restaurant du marché de Quintaou, "L'avant-scène",-le bien nommé-; elle apprend en présence de son père, Jean-Jacques Lasserre le président du Conseil départemental des Pyrénées Atlantiques,  le score définitif: 57% contre 43% la députée sortante.

La « der » de Colette Capdevielle

Colette Capdevielle pour sa dernière cérémonie en tant que députée, à Anglet (photo Félix Dufour)

C'est au monument aux morts d'Anglet pour la commémoration de l'appel du 18 juin par le général de Gaulle que cette dernière a accompli  dimanche en fin de matinée, le dernier acte officiel de sa mandature.

Sous une forte chaleur, vêtue d'une veste blanche et d'un pantalon noir, visiblement très émue, elle a déposé une gerbe au pied de ce monument du souvenir. Comme le maire Claude Olive. En cette journée du deuxième tour des élections législative les deux élus se sont entretenus bien au-delà du protocole.

 Le maire n'a pas fait mystère de son soutien à Florence Lasserre, candidate LRM, son adjointe et binome au Conseil départemental tout en regrettant que la Républicaine Caroline Oustalet ait été privée des 3;5% de l'UDI. Yves Ygalde, l'adjoint à la culture de Bayonne avait choisi de marcher seul.

Mais en cette matinée, il  n'a pas caché l'estime et le respect qu'il avait pour cette adversaire politique. Quelques heures plus tard, en proclamant les résultats d'Anglet en présence de la vice-présidente socialiste du Conseil régional chargée du tourisme et conseillère municipale, il annoncera qu'elle n'aura pas pu réussir la remontada impossible.


6e :  Maïder Arosteguy, victime du tsunami


Comme dans la cinquième circonscription anglo-bayonnaise, on aura constaté un resserrement des scores dans la sixième biarrot-hendayo-luzienne et rurale, à Biarritz, épicentre des résultats sans reversement de table.

Avec 43,46% des voix; contre 56;54% à Vincent Bru, le maire de Cambo élu sous la bannière LRM avec l'onction de François Bayrou, Maïder Arosteguy, la Républicaine aura la consolation d'avoir les moyens de prendre date pour les prochaines élections municipales de la plage des Rois.

 "Nous sommes parvenus à résister à un Tsunami Macron", commentait-elle dans la soirée en présence de son ex suppléant Henri Levrero. Déçue mais pas désespérée après cette première.....

Entre cinquième et sixième, au_delà des résultats, une nouvelle génération s'est mise en marche.

 Jean-Jacques Nicomette et Félix Dufour

 

Les résultats par commune et dans le département :

http://elections.interieur.gouv.fr/legislatives-2017/064/index.html

Jean-Jacques Nicomette - Félix Dufour
Par Jean-Jacques Nicomette - Félix Dufour

Crédit Photo : Aqui et Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
4906
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !