Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Pyrénées-Atlantiques: Les conseillers généraux hésitent à continuer de financer la LGV Tours-Bordeaux

19/12/2011 |

mauvais temps sur la LGV

À l'heure où le Parlement de Navarre débattait du meilleur scénario possible pour une desserte Béarn-Bigorre, les conseillers généraux apprenaient que Nathalie Kosciusko-Morizet, la ministre de l'Écologie et des Transports, venait de demander en conclusion des assises nationales du ferroviaire une évaluation indépendante de « la pertinence économique » du prolongement de la LGV au sud de Bordeaux jusqu'en Espagne. Alors que le projet, pas assez rentable pour être envisagé sous la forme d'un partenariat public-privé, doit être financé à 100 % par l'argent public, l'annonce d'un gel éventuel de la ligne au delà de Bordeaux a mis trouble dans les esprits.

À l'issue des assises nationales du ferroviaire, le 16 décembre, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre des Transports, a confirmé lesprojets en cours de réalisation ( TGV Bretagne, TGV Est et LGV Tours-Bordeaux), mais veut évaluer « la pertinence économique » des projets à venir. Autant dire que le prolongement de la LGV au Sud de Bordeaux est en suspens. L'investissement du prolongement de la LGV au sud de Bordeaux jusqu'en Espagne est estimé à plus de 10 milliards d'euros. C'est un poids lourd dans le système ferroviaire français qui ne voit pas la fin du tunnel, déficitaire ( 1,5 milliard d'euros par an ) subventionné ( 13 milliards d'euros par an ) et endetté à hauteur de 30 milliards d'euros. « Je n'ai pas eu d'informations confirmant la position de la ministre. Si la LGV est remise en cause, entre Bordeaux, Bayonne et Toulouse, c'est grave », a répondu Georges Labazée, président du Conseil général. 

 Le Parlement de Navarre assomé par la nouvelle...
Le Conseil général des Pyrénées-atlantiques avait déjà montré sescraintes, lors de la session du 25 novembre 2011, en provisionnant 30% du montant de sa participation de 80 millions d'euros (valeur 2009) jusqu'audémarrage des travaux de la branche Bordeaux-Espagne. Mais cettefois-ci, à la veille du vote du budget, ( session du 2 et 3 février), ledébat sur les scénarios de la desserte Béarn-Bigorre a été plombé par la nouvelle de Paris.

Lors du débat sur les transports, le 16 décembre, les conseillersgénéraux des Pyrénées-atlantiques se sont montrés inquiets. Le chef de fil de l'opposition, Jean-JacquesLasserre a brandi le premier la menace d'un accord déséquilibré. « Ondemande un financement à 100 % public ? Il y a trop d'embûches, tropd'incertitudes... Quelques soit le scénario choisi, revoyons lesengagements financiers ! »

« Je continue de faire des chèques ou j'arrête ? » à demandé Philippe Garcia, vice-président chargé des finances, qui a déjà emprunté 50 millions d'euros pour le financement de la LGV Tours-Bordeaux. La corne d'abondance qui devait « irriguer l'Aquitaine », selon les mots de Bernard Uthurry, vice-président de la Région en charge des transports, est bien mal embouchée...

... Mais continue les débats sur la desserte Béarn-Bigorre
Quatre scénarios ont été de nouveau présentés aux conseillers générauxdes Pyrénées-atlantiques, mais seulement deux d'entre eux ont retenul'attention du débat. Le premier reliant directement Mont-de-Marsan àPau, fait gagner 50 minutes sur le trajet Pau-Bordeaux, plaçant lacapitale béarnaise à moins d'une heure de la capitale régionale.L'autre, contournant Dax avec un arrêt à Orthez, dans le Béarn desgaves, fait gagner aussi bien à Orthez qu'à Pau 35 minutes par rapportau trajet sur la ligne actuelle. Orthez ne serait plus qu'à 45 minutesde Bordeaux tandis que Pau serait à un peu plus d'une heure de Bordeaux.

Le Béarn des gaves - Sauveterre-de-Béarn, Navarrenx, Salies et Orthez - plaide pour une halte à Orthez. « Le développement du bassin Pau-Bigorren'est pas à 15 minutes près » ironise l'élu de Navarrenx, Jacques Pedehontaa qui soulève la question de la solidarité du territoire. Autre argument avancé, cette fois-ci par Jacques Cassiau-Haurie : la rentabilité de la ligne. « Sans passer par Orthez, les trains se rempliront moins et ce beau projet pourrait devenir un fiasco. »

Du côté des élus palois, on relativise cette guerre de clochers. Pour eux, le seul scénario possible pour une ligne dite à « Grande vitesse » est une ligne avec le moins d'arrêts possibles. André Duchâteau met en garde contre la division : «  Vus de Bordeaux et de Paris, nos débats sont dérisoires. On ne sera crédible qu'en étant unis. » Au Conseil général, sans conviction, ni défaitisme, on continue à croire à une liaison ferrée avec l'Espagne... mais pas à n'importe quelles conditions.

photo : Alain Stoll

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
465
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
jean paul damaggio | 20/12/2011

quand une collectivité territoriale a signé la convention de financement elle ne peut revenir en arrière sous peine de procès de la part du privé, Vinci, qui est l'exécutant du projet. quand la convention arrive à échéance on peut seulement revoir les clauses du contrat.
donc inutile d'enfumer les citoyens de la part du CG du 64.
cordialement jpd

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !