Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Quand Bordeaux Ecole de Management donne la parole aux jeunes pour parler Présidentielles 2012.

01/03/2012 |

Quand Bordeaux Ecole de Management donne la parole aux jeunes pour parler Présidentielles 2012.

Mardi 14 février, J-68 aux élections présidentielles. En pleine campagne pour la conquête de l'électeur indécis, l'association Forum Events de la BEM, l'école de commerce bordelaise, a décidé d'offrir une arène aux principaux partis en lice. "Présidentielles 2012: Le Grand Débat". A cette occasion six représentants d'âge compris entre 22 et 33 ans - Benjamin Lancar, président des Jeunes Populaires, Rama Sall, secrétaire générale du Mouvement des Jeunes Socialistes, Adrien Debever, vice-président des Jeunes Démocrates, Julien Rochedy, président des Jeunes avec Marine et porte-parole du Front National de la Jeunesse, Wandrille Jumeaux, secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes et Maxime Verner, président de l'association des Jeunes de France et candidat à l'élection présidentielle - ont exposé les positions de leurs partis autour de trois grands axes: l'économie, la société et l'Europe. Le fil rouge, la jeunesse.

Quoi de mieux que la Saint Valentin pour un coup de foudre? Mardi 14 février, dans un amphithéâtre bondé, les jeunes représentants des principaux partis français tentent de séduire un aussi jeune public de potentiels électeurs. Sur scène six fauteuils aux trois couleurs primaires histoire de mieux trancher les orientations politiques. Bien qu'ils se présentent comme porteurs d'idées nouvelles et jeunes, ils se font en fait porte-paroles des programmes de leurs partis respectifs ( exception faite pour Maxime Verner qui, on le rappelle, est l'un des candidats aux présidentielles).

La finance, la bête noire et le vrai grand adversaire des politiques aujourd'hui, est la première question économique abordée. Les avis sont concordants et tant pis pour Friedman & Co. : il faut réglementer les marchés financiers pour limiter la spéculation, déstabilisante et donc nuisible. Selon des différents degrés d'ingérence, les jeunes représentants prêchent pour un engagement étatique plus important. Entre le retour au protectionnisme soutenu par M. Rochedy du FN et la nécessité d'une croissance plus soutenable, appuyée par M. Jumeaux des Verts, ce sont les taxes sur les transactions financières - entre autres la taxe "Robin des Bois" de 7% proposée par M. Verner - les plus en vogue.

A propos de désendettement, l'urgence de rééquilibrer les comptes publics est unanimement reconnue. Le Front National, par la voix de son représentant, se dit pour une dévaluation monétaire (qui comporterait une sortie de l'euro) pour relancer la compétitivité des industries françaises et la croissance. Les autres voix, différentes de celle-ci, sont plutôt synchrones. Pour réduire la dette, l'augmentation du prélèvement fiscal semble nécessaire. Que ce soit de façon juste, solidaire, pour l'innovation ou pour la croissance, le mot clé reste la hausse des impôts.

Les avis se font beaucoup plus parcellisés lorsqu'on touche la corde sensible de l'emploi. Chacun attaque le problème sous un angle différent, chacun apporte sa solution. Lorsque l'on considère le chômage comme un problème d'offre et de demande, la meilleure approche serait une augmentation des postes en baissant le coût du travail (UMP). Si l'on présentela question comme liée au côté non-soutenable de l'actuelle forme de croissance,la transition écologique de l'économie et le partage du temps de travail sembleraient préférables (EELV). Il veulentréindustrialiser (FN), créer 50 000 emplois (PS), faciliter les liens entre jeunes et PME (MoDem), investir dans la formation ( Maxime Verner). Beaucoup de solutions. Trop de solutions. Pas de solutions?

Jusque là, les piques ne manquent pas, dans une atmosphère cependant très relax. Vient le temps des thèmes sociaux et de la question de l'immigration notamment; les esprits s'enflamment alors, les clivages ressortent alors fortement et les couleurs des fauteuils retrouvent leur sens. Les bleus (UMP, FN) avancent des argument qui se veulent pragmatiques, liés à la mauvaise conjoncture économique, pour légitimer le choix d'une immigration maîtrisée et d'une plus rigide fermeture des frontières, "des fenêtres qu'il faut fermer lorsqu'il fait froid" selon le président des Jeunes avec Marine. Pour les sièges rouges (PS, EELV) l'immigration est une richesse, une opportunité et une nécessité pour la France, qui doit plutôt gérer le problème de l'intégration. Les jaunes, au milieu, se répartissent: ils tournent l'un en orange (M. Verner), l'autre en vert (A. Debever).

L'harmonie est retrouvée lors du seconde sujet du bloc "Société". Sur le thème de l'éducation, tout le monde est d'accord à l'exception bien sûr du représentant PS: la volonté de créer 50 000 emplois dans ce secteur n'est pas considérée crédible d'un point de vue financier.

Et, enfin, l'Europe fut. Les représentants se disent tous pour l'Europe, mais laquelle? Une Europe qui est une culture et qui n'a rien à voir avec celle "institutionnalisée par les technocrates de Bruxelles" pour le FN. Une Europe des peuples, pour les Verts et les MoDem, avec une Constitution, un Président directement élu par les citoyens européens et avec des vrais moyens propres. Une Europe des régions, pour le président de l'association des Jeunes de France, qui serait la meilleure échelle pour en faire ressortir la culture. Une Europe des Nations, qui fonctionne très bien telle qu'elle est maintenant pour l'UMP, qui devrait être plus solidaire et avoir des normes sociales partagées pour le PS. Déclarations, promesses, récriminations. Au bout de deux heures l'opération de séduction s'achève. Au bénéfice de qui? l'interrogation demeure.

Giada Affaticati

Partager sur Facebook
Vu par vous
613
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !