14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Quand le projet de nouvelle route Pau-Oloron sème le doute chez les élus

19/12/2011 |

La E7 en vallée d'Aspe vers le fort du Portalet

En juin 2008, suite au Grenelle de l'environnement, l'Etat a abandonné le vieux projet d'autoroute entre Pau et Oloron qui devait remplacer la nationale RN 134, hautement accidentogène. Une nouvelle route à 2x1 voie entre Pau et Oloron, cette fois sous maîtrise d'ouvrage du département, était débattue au Parlement de Navarre, vendredi 16 décembre. Une discussion qui a mis en lumière des alternatives et une division nette entre les élus de l'agglomération paloise et les élus du piémont pyrénéen qui souhaitent se brancher à l'aéroport comme aux deux autoroutes (Bayonne-Toulouse et Pau-Bordeaux). Ainsi, désenclaver leur territoire, sous-entendu leurs entreprises, et désengorger la RN 134.

En cinq ans, sur le tronçon de la nationale 134, de Pau au tunnel du Somport, en passant par Oloron, 16 personnes sont mortes et une cinquantaine ont été blessées. Ce qui a fait dire à David Habib, député PS des Pyrénées-atlantiques, devant l'Assemblée, qu'il est « l'un des tronçons les plus accidentogènes des routes nationales que compte l'hexagone. »  

Selon les services du Conseil général et le cabinet Lavalin, 18000véhicules prennent la nationale 134 chaque jour. Un flux qui devraitpasser la barre des 20000 véhicules par jour en 2017, ce qui serait sonseuil de saturation. La solution serait de construire à travers le Béarnune nouvelle route qui coûterait entre 350 et 400 millions d'euros,mais absorberait 85 % du trafic actuel. Une route dont on ignore si elleest imaginée pour le confort des usagers ou pour camionner desmarchandises, ni comment elle sera financée.

Jean-Jacques Lasserre, président du groupe Modem, a joué la mouche du coche en interrogeant les défenseurs du projet. « L'État nous a versé 60 millions d'euros pour réaliser le contournement d'Oloron, premier maillon de la Oloron-Pau, en échange d'un engagement du Conseil général sur la LGV Tours-Bordeaux. Mais c'est une mystification ! La nationale 134, comme son nom l'indique, est sous la compétence de l'État. Je répète que le contournement d'Oloron n'est pas à notre charge ! »  

Les alternatives au projet de la Oloron-Pau
Jean-Marc Grussaute, conseiller général de Lasseube, qui porte l'idée de réaménager les routes existantes entre Lacq et Oloron plutôt que de se lancer dans des travaux pharaoniques entre Oloron et pau, demande avec David Habib, député-maire de Mourenx, des études comparatives. Il ne croit pas qu'une nouvelle liaison soit dans l'intérêt des usagers. « Les contraintes budgétaires obligent à privatiser au moins une partie de la route et un péage n'est pas compatible avec les migrations pendulaires. Un Palois employé par une entreprise oloronnaise dépenserait-il 1000 euros à 1200 euros par an pour aller travailler ? » Argument auquel Jean-Pierre Domecq, élu PS oloronnais, répond qu'une route Lacq-Oloron serait pour le coup un véritable couloir à camions.

Autre alternative, portée cette-fois par André Duchateau, l'élu PS palois chantre du ferroviaire. Sans se déclarer contre la nouvelle voie Pau-Oloron, il a rappelé devant le Parlement de Navarre qu'il y avait d'autres priorités plus urgentes en temps de crise, avant de mettre en doute les estimations du bureau d'étude qui prévoit le report d'à peine 1% du trafic, soit 200 véhicules par jour, sur le chemin de fer. « Peut-être qu'aujourd'hui seulement 1% du trafic est reporté sur le rail, mais il ne faut pas sous estimer le potentiel de la ligne Pau-Oloron. Je mise sur l'avenir du cadencement pour permettre aux usagers de faire leur trajet quotidien et sur le fret pour transporter les marchandises. » 

Georges Labazée, président du Conseil général, en a conclu que la seule activité économique ne pouvait déterminer la pertinence du projet. Un projet viable devant être imaginé pour l'avenir. « On va mener une enquête sur le budget des ménages avec la problématique de la mobilité », a-t-il déclaré. Le vice-président au transport, Michel Chantre, a aussi assuré que tous les projets seraient étudiés.

Division territoriale au sein du Parlement de Navarre
L'élue socialiste de Lescar, Christiane Mariette, est en première ligne de la contestation paloise. Et pour cause : la nouvelle route traverserait son canton, à Arbus, par un tunnel qui déverserait le flux de véhicules au péage autoroutier de Lescar, au niveau de l'A 64 et de l'A 65. Un tunnel qui cristallise les doutes et les craintes, tant par son coût très élevé ( entre 200 et 300 millions d'euros) que par son impact sur le paysage et l'environnement. Lors de la session du conseil général, elle a appelé à lever l'incertitude pour dégeler les 200 hectares de terrains réservés sur son canton. « Il n'y a aucun argument contre le simple réaménagement de la nationale 134 ! au lieu d'une nouvelle voie " a-t-elle conclu, suivie par Nathalie Franck, élue paloise, dans la certitude que ce n'est pas le flux de véhicules qui rend la route dangereuse, mais la vétusté de l'installation.

De l'autre côté, les élus du piémont pyrénéen, Jean-Pierre Domecq, élu d'Oloron, Francis Courouau, de la vallée d'Ossau, et Jean Lassalle, de la vallée d'Aspe, défendent le projet d'une nouvelle voie pour désenclaver leur territoire. « Il ne peut pas y avoir deux Béarn, l'un désenclavé, avec un aéroport et des autoroutes vers Bordeaux, Bayonne et Toulouse, et l'autre douloureusement coupé du monde » , a proclamé Jean Lassalle, député-maire modem deLourdios-Ichère. Le tracé traverse 40 % de terres agricoles. Un mal de notre temps pour Jean Lassalle, fils d'agriculteur, qui assiste à la disparition inexorable des terres agricoles. «  Le monde change » a-t-il martelé dans son discours.

Et Jean-Jacques Lasserre d'interpeller André Duchateau, élu à l'agglomération paloise. « Est-ce que l'agglomération paloise est dans l'état d'esprit de réaliser la Pau-Oloron ? » Rappelons que Martine Lignières- Cassou, député-maire socialiste de Pau, a choisi comme suppléant pour les prochaines élections législatives, Didier Larrieu, maire d'Arbus, commune qui est le centre de la contestation citoyenne dans le Béarn.  

photo :  France 64160

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
772
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
DUDULE | 05/12/2014

-Le site de la Préfecture des PA donne les lieux et dates des victimes de la route: 1 tué tous les deux ans entre Pau et Oloron ces quatre dernières années, soit 1.5% des victimes du département.
La raison impose de traiter les zones prioritaires du département, quant à elle, la situation de la RN134 a été déjà bien améliorée par l'Etat.
-S'il y avait 20 000 véhicules par jour entre Pau et Gan , il n'y en avait que 8500 entre Pau et Oloron il y a quelques années, le trafic a depuis diminué.
Pour résoudre une saturation passagère (matin et soir)sur 8 km, faudrait-il construire 25 km de route nouvelle , à un coût prévisionnel largement supérieur au coût moyen kilométrique d'une autoroute.
-la nouvelle route Pau Oloron ne diminuerait pas le temps de trajet entre Pau et Oloron, elle n'est pas d'intérêt local.
-On attend d'un média un minimum de vérification et non d'être le porte-parole des groupes de pression locaux.

Hotochtone | 06/12/2014

Pour compléter ceci :"Le site de la Préfecture des PA donne les lieux et dates des victimes de la route: 1 tué tous les deux ans entre Pau et Oloron ces quatre dernières années, soit 1.5% des victimes du département",

...les chiffres donnés par la préfecture montrent que sur la RN134 et la même période, il y a 4 fois moins de morts que dans l'Agglo paloise (14 communes), surtout des piétons et cyclistes.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !