Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Quand les habitants de la "Porte des Pyrénées" sortent de leurs gonds, la maire de Pau explique le cadre de son programme.

15/11/2010 |

Martine Lignières-Cassou, à droite, et Claudy Lagrèze, à gauche, face aux habitants du quartier Pau Nord

Face à des palois en colère, Martine Lignères-Cassou fait preuve d'un calme angélique. Pendant un mois et jusqu'au 22 novembre, la maire de Pau répète son crédo dans les écoles et les maisons de quartier de la ville : « Tous ensemble, faisons peau neuve ! » Pénalisée par un manque de communication, la politique de travaux enclenchée par la place Royale ne fait pas l'unanimité dans la population. Le programme de "modernisation urbaine" sur quatre ans, évalué à 220 millions d'euros, vise à ressusciter le centre-ville et à faire de Pau, à l'échelle nationale et européenne, "la Porte des Pyrénées".

Lorsque Madame Lignières-Cassou évoque le sort de la voirie, un grondement sourd monte dans la salle. « Entre 7 et 10 millions d'euros chaque année, c'est l'investissement maximum » souligne-t-elle, avant de concéder que la ville de Pau a du retard dans ce domaine. Mais ce n'est pas tout. Car si la nouvelle équipe municipale a hérité de finances saines, l'ancien maire, André Labarrère, a laissé des infrastructures de qualité, mais couteuses, et une situation préjudiciable pour l'avenir de la ville.

la migration pendulaire des "palois à temps partiel".
Rendre le centre-ville agréable à vivre et séduire de nouveaux palois afin d'équilibrer l'assiette fiscale globale et ainsi attirer de nouveaux habitants : telle est l'équation vertueuse proposée par l'équipe municipale. Car c'est l'assiette élévée de la taxe d'habitation et de la taxe foncière qui a poussé les familles à préférer la tranquillité de la périphérie. Des " palois à temps partiel " qui habitent à 20-25 km de Pau et se déplacent en voiture pour travailler en ville et profiter des équipements. Une migration pendulaire qui engorge le centre-ville d'un ballet incessant de voitures. Résultat, la ville a perdu 6000 habitants entre 1990 et 1999 et la taxe d'habitation est restée prohibitive. Entraînant la désaffection du centre-ville qui compte aujourd'hui 1/4 de logements vacants. Pour répondre à cette situation préjudiciable pour l'avenir de la ville, la Mairie de Pau a lancé un programme de modernisation urbaine qui selon Madame Lignières-Cassou est la condition sine qua non du développement.

« Entre Biarritz et Lourdes»
Tous les palois ont déjà été confrontés à l'inévitable question : « Pau, c'est où ? » Au delà de la Garonne, dans l'esprit des Français, « Poh » c'est comme « glouglou » ou « cocorico », une onomatopée. La préfecture des Pyrénées-Atlantique qui se voit déjà être la « Porte des Pyrénées » manque de visibilité à l'échelle du territoire et restera enclavée jusqu'à l'arrivée des lignes routières et ferroviaires. De plus, le contexte de concurrence initié par la réforme territoriale menace de la marginaliser, coincée entre Bordeaux et Toulouse.« Cette situation de risque nécessite une coopération à l'échelle du Piémont et un franchissement de la barrière que sont les Pyrénées pour rejoindre Saragosse.» Malgré la grogne de l'opinion, c'est en grand que Madame Lignières-Cassou voit les « horizons palois ».

Olivier Darrioumerle

Partager sur Facebook
Vu par vous
573
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 15/11/2010

"Rendre le centre-ville agréable à vivre et séduire de nouveaux palois afin d'équilibrer l'assiette fiscale globale et ainsi attirer de nouveaux habitants"

La direction est bonne, à mon avis : le centre ville a perdu à cause du "tout automobile" : il a les inconvénients de l'automobile sans en avoir les avantages.
Il faut refonder son attractivité sur un mode de vie dégagé de l'automobile et axé sur les mobilités douces.
J'ai initié un débat sur ce sujet sur le site des Patous palois :
http://forum.lespatouspalois.fr/viewtopic.php?f=33&t=1168&sid=e6593a49628f6cd365d288f44f5d35e6
Le scepticisme des palois est grand.
Certains commerçants sont menacés à court terme par les travaux.
Ils redoutent aussi de perdre leurs derniers clients.
Comment concilier un projet de long terme qui est bon et une sauvegarde à court terme d'intérêts économiques qui sont légitimes et concourent à l'animation du centre ville ?

sylvie gibergues | 15/11/2010

Bravo pour cet article qui exprime clairement les choses : Pau se dépeuple, la taxe d'habitation reste exessive...
Je vis et je travaille en centre ville depuis 10 ans, et j'ai vu le centre ville se dégrader progressivement : la ville est sale, la présence de nombreux marginaux m'oblige à faire un détour à pieds pour éviter certains quartiers, la circulation est difficile, les commmerces ferment les uns après les autres...
Il y a du travail pour notre municipalité !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !