Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Grand Poitiers subventionne l'activité économique

24/09/2020 | Grand Poitiers a mis en place deux nouvelles aides directes, sous forme de subvention, aux entreprises du territoire. La première aidera la trésorerie, la seconde soutiendra les projets de rebond.

Poitiers

Ce 25 septembre, la communauté urbaine de Grand Poitiers tient un nouveau conseil communautaire. Il sera notamment l'occasion de voter deux nouvelles aides, sous formes de subventions directes, aux acteurs économiques du territoire. Trésorerie et rebond seront fléchés vers les acteurs économiques, tous secteurs confondus, et les premières aides seront votées dès ce vendredi. On vous détaille ces nouveaux dispositifs, qui viennent s'ajouter au prêt à taux zéro et aux avances remboursables, prolongées jusqu'en fin d'année.

Voilà un Conseil communautaire que beaucoup, sans forcément le savoir (encore ?) risquent d'attendre de pied ferme. Ce vendredi, la communauté urbaine de Grand Poitiers vote deux nouvelles aides pour soutenir l'économie locale. "Elles sont complémentaires à celles que proposent déjà les autres collectivités, comme la Région ou l'État", a précisé ce jeudi 24 septembre Florence Jardin, présidente de la collectivité, lors d'un point presse détaillant ces deux aides subventionnées.

Aides directes

"Nous sommes dans l'urgence. On n'est pas heureux de la situation mais on montre que les communautés urbaines sont encore au contact de l'économie réelle et dans l'immédiateté. On est en train de subir la seconde vague, ça permet de prendre conscience que la crise ne s'arrête pas au confinement. On est dans les conséquences et ça risque de durer. Il faut toujours que Grand Poitiers remplisse sa mission de service public à la hauteur de ses moyens et dans les délais impartis", a ajouté Bastien Bernela l'un des trois vice-présidents au développement économique aux côtés de Michel François et Jean-Charles Auzanneau.

À quoi ressemblent donc ces deux nouvelles "aides Covid" ? La première est baptisée "aide tréso", c'est une subvention, allant de 1000 à 5000 euros, attribuée selon des critères de viabilité financière, de prévisionnel et en fonction du montant des aides déjà perçues et des charges à payer. Elle est adressée aux TPE, microentreprises, associations employeuses (payant la TVA et l'impôt sur les sociétés, structures d'insertion par l'activité économique, structures coopératives ou entreprises adaptées) créées avant le 16 mars dernier. Pour, selon la communauté urbaine, "aller au plus près des besoins", cette aide sera adressée à des structures ayant un effectif 0 à cinq équivalents temps plein permanents dont le siège d'activité se situe sur le territoire et dont le chiffre d'affaires affiche une perte d'au moins 50% entre le début du confinement (le 17 mars) et le 30 juin.

La seconde aide est baptisée aide rebond. C'est aussi une subvention, mais elle accompagne l'investissement pour "favoriser le développement la diversification, la transition numérique ou écologique". Son plafond est de 5000 euros et à l'inverse de la première, elle sera versée en deux fois sur les mêmes critères. Un bonus de 2000 euros supplémentaires pourra être versé si le projet présenté est compatible avec une logique de "sortie de crise" ou de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Elle sera réservée aux TPE et acteurs de l'ESS (économie sociale et solidaire) comme les associations, structures coopératives, entreprises agréées ou structures d'insertion créées avant le 1er février 2020 ayant un effectif un peu plus large : jusqu'à 25 ETP. Leur chiffre d'affaires ne devra pas dépasser deux millions d'euros.

Des aides prolongées

Ces aides ne sont pas les premières à être proposées par l'agglomération, en plus des aides régionales et nationales déjà existantes. "Nous avions déjà mis en place un dispositif d'avances remboursables et un fonds de solidarité. Le premier a eu son utilité mais n'a pas forcément rencontré son public, le monde économique local était plutôt en attente d'aides directes. Ces deux dispositifs sont prolongés parce que même si on ne constate pas de recours en masse, ils sont toujours réguliers. Ils sont venus en deuxième ou troisième rideau après les aides de l'État et de la Région", a rajouté Michel François en précisant que sur une enveloppe totale d'un million d'euros, environ la moitié avait à ce jour été mobilisée et qu'une quinzaine d'entreprises avaient bénéficié d'une demande d'avance remboursable.

L'avance remboursable (avec un différé de 24 mois), d'un montant de 5 000 ou 10 000 euros et le fonds de solidarité (prêt à taux zéro de 5 000 à 15 000 euros remboursable sur 24 mois avec différé d'un an) sont tous deux prolongés jusqu'au 31 décembre prochain, sachant que la première est réservée aux PME de 0 à 50 salariés et le deuxième aux entreprises du commerce, de l'artisanat et des services de proximité (0 à 10 salariés), des associations exerçant une activité économique (moins de 50 salariés) et aux entreprises de métiers d'arts. 

Répondre à l'urgence

Une aide directe à la trésorerie jugée "indispensable" par Béatrice Guilloux, gérante de l'entreprise DVAM 86 spécialisée dans les examens de vue en EHPAD et en conseil d'équipement en lunettes. "La situation de notre trésorerie est critique, nous avons bénéficié d'une exonération URSAFF entre mars à juin, reportée de septembre à décembre. Aujourd'hui, on sait que les salaires ne pourront pas être réglés au 30 du mois. On a constaté un ralentissement des achats de lunettes pour les familles qui savaient qu'elles pourraient être moins chères à partir de janvier", a ajouté la gérante de cette société entrant dans le giron de la "silver économie" qui emploie aujourd'hui quatre salariés. "Les équipes de soin étant en sous-effectif dans les EHPAD, on a différé notre intervention de septembre. Beaucoup d'établissements ferment leur porte en vue d'appliquer des mesures de protection. On réfléchit à plusieurs axes pour diversifier notre activité, comme l'intervention à domicile ou l'idée de proposer un service audio en EHPAD et commercialiser des prothèses auditives".

La structure Solidarité Environnement Insertion (ou SEI), située à Saint-Sauvant, espère aussi une aide subventionnée importante : 15 000 euros. Elle gère actuellement trois chantiers d'insertion dans le bâtiment, les espaces verts et l'hôtellerie/restauration, qui ont bénéficié à 41 personnes en 2019. Elle est la seule structure d'insertion du sud de l'agglomération et elle a, comme beaucoup d'autres, subi de plein fouet les effets de la crise sanitaire. "Entre mars et début juin, on a fermé le restaurant d'insertion ("Ô Poirion !") et le gîte de groupe ("l'Aigail"). En juillet-août, on accueille majoritairement des groupes de personnes handicapées. Cette année, toutes les associations ont annulé au dernier moment leur séjour pour protéger leurs résidents, ce qui nous a très fortement précarisé étant donné que ce pôle hôtellerie/restauration est la locomotive de notre structure", a précisé la gérante, Amélie Closse. "Un prêt de trésorerie aurait resserré encore un peu plus la corde, c'est pour ça que nous demandons cette aide de subvention. Ça nous permettra de sécuriser la structure mais aussi de nous projeter sur des projets de développement engagés en début d'année et qui ont pris un coup d'arrêt, notamment la création d'une nouvelle structure d'insertion : une micro-conciergerie rurale".

Grand Poitiers a également donné l'exemple d'une épicerie fine du centre-ville de Poitiers, le Moulin à Café, qui devrait bénéficier d'une aide de 10 000 euros, avant tout pour souligner la diversité des acteurs économiques pouvant prétendre à ces aides subventionnées. Si vous entrez dans les critères d'éligibilité et que vous vous demandez comment vous pourriez en bénéficier, sachez que vous devez déposer un dossier avant le 13 novembre sur le site internet grandpoitiers.fr sur lequel vous trouvez tous les détails des aides en question. Vous pouvez également contacter la direction générale du pôle "attractivité et développement économique" de la communauté urbaine par mail (entreprendre-covid19@grandpoitiers.fr) ou par téléphone au 05 49 30 21 64.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2532
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !