Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Qui a peur de la représentation? Ce Liban mutilé au TnBA

23/11/2007 |

Rabih Mroué - Qui a peur de la représentation

Le cycle « Si loin si proche » a débuté ce mardi 20 novembre au TnBA avec la présentation du spectacle de Rabih Mroué Qui a peur de la représentation ? Comme pressenti, ce qui s'est joué sur le plateau ce soir là a permis de rompre avec l'espace théâtral occidental habituel, en proposant une thématique pour le moins inédite.

Qui a peur de la représentation? Une réflexion brute, menée par deux activistes de la scène libanaise, sur la vacuité et les conséquences de la guerre civile au Liban, mise en parallèle avec des performances menées par des body artistes entre les années 1960 et 1970. Lorsque le théâtre redevient un enjeu politique...

Du groupe à l’individu : un véritable chemin de croix

« Ca va, tu es prêt ? » demande Linah Saneh à son compagnon de scène avant de débuter. Une question rituelle, prononcée avant chaque ouverture du livre « Body Art », ouvrage contenant les anecdotes des "performers" auxquels elle fera allusion pendant la représentation. Dissimulée derrière un écran vidéo, elle raconte, décrit avec le temps qui lui est imparti, 45 secondes de l’œuvre de Gina Pane,une minutes et deux secondes de celle d’Orlan. Elle dit avec lucidité et une distance calculée, quels types de violence ces artistes ont exercé contre leur corps, allant crescendo dans le physiquement insoutenable. Pourquoi ils ont fait ça, on ne le saura pas. Juste des faits et des dates, des mises en perspective de leurs œuvres avec des moments clés de l’histoire du Liban de ces années 1970. Et, avant tout l’affirmation d’individualités fortes et libres, délivrées du joug de la censure et de la bien pensance. . De l’autre côté de l’écran, Hassan Mamoun (Rabih Mroué) raconte son crime. Comment il a tué huit de ses collègues par déshonneur d’abord, pour défendre l’islam ensuite, et, finalement par folie meurtrière. Douze ans engagé dans l’armée aux côtés du Amal et un souvenir tenace des opérations militaires barbares menées derrière sa maison auront eu raison de son humanité. Hassan Mamoun, c’est la figure paradoxale et ambigüe d’un personnage qui cristallise la situation actuelle au Liban ; un pays où règnent le communautarisme, le confessionnalisme, les contradictions sociales, idéologiques, économiques. Un véritable brasier selon les metteurs en scène qui redoutent une nouvelle guerre civile. « C’est une accalmie, pas une paix » nous dit Lina Saneh « et si nous ne discutons pas nous courrons vers une nouvelle guerre. » C’est donc un théâtre de mots qu’ils nous proposent, avec la force d’un discours cru et politique qui défie toute censure et interroge le public européen ou maghrebin. Une façon également de repousser leurs propres limites, innées ou acquises et de porter sur scène leurs inhibitions : « On ne cherche pas le grand public, nous menons un travail de réflexion et de provocation pour nous. Ce qui est dangereux c’est l’autocensure; donc pour la combattre il faut éliminer la censure » confie Rabih Mroué à la fin de la représentation. Même s’il faut en payer le prix et devenir "personna non grata" des circuits officiels…

Ecouter puis digérer

Qui a peur de la représentation ? est une pièce qui s’écoute et qui se digère après coup, en reconstituant le puzzle des évènements et en y associant un contexte culturel difficile, étranger à notre système de référence européen. C’est un acte de résistance au Liban et une leçon de vie et de courage en France. C’est un rappel de nos droits fondamentaux et un étourdissant constat de scission entre deux frontières pourtant proches, mais où pour l’une d’ elles, il est interdit de prononcer les mots Hezbollah ou sexe. C’est une vision dichotomique de l’artiste dans le monde arabe, à l’image de cet écran sur lequel ils tentent d’imprimer leur double identité, cette « peau » qui sépare les deux personnages et les lie en même temps. On aimerait posséder toutes les clés du discours mais on ne distinguera que les grandes lignes de ce spectacle aux mille anecdotes. Mais qu’importe ? Elles suffiront, ici, à nous faire sentir le malaise toujours présent au Liban, insidieusement disséminé dans chaque pan de la société et qui semble empêcher pour l’heure (et pour combien de temps) d’exercer en toute impunité le simple métier de metteur en scène.

Hélène Fiszpan



Partager sur Facebook
Vu par vous
427
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !