Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | Irrigation : les interdictions de prélèvement se prolongent avec l'automne

    Lire

    C'est presque exceptionnel pour la saison. La ressource en eau et notamment les nappes souterraines étant à la baisse, le préfet de Charente-Maritime a interdit jusqu'au 15 janvier 2021 les prélèvements d’eau en vue du remplissage ou du maintien à niveau des retenues à usage d’irrigation sur le bassin versant de l’Antenne Rouzille, qu'ils soient à partir de forages en nappe souterraine, de cours d’eau, les plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau.

  • 01/12/20 | Gironde : neuf rencontres pour imaginer la société du futur

    Lire

    Le Conseil départemental de la Gironde organise, jusqu'au 18 décembre, la dixième édition des conseils de territoire. Ce cycle de rencontres met la résilience territoriale au cœur des échanges, dont le prochain se déroulera le jeudi 3 décembre à Bordeaux dès 9h. Crise sanitaire oblige, ce conseil de territoire se déroulera en visioconférence en présence de Jean-Luc Gleyze, Président du Département, Christine Bost, 1ère vice-présidente en charge du développement des territoires et Jacques Respaud, conseiller départemental du canton de Bordeaux 5.

  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Rapport Spinetta: les silences de la Ministre ne rassurent pas la Région

20/02/2018 | Mardi 20 février les présidents et/ou vice-présidents des Régions ont rencontré Elisabeth Borne à Paris, suite à la publication du rapport Spinetta la semaine dernière.

TER Régiolis en gare de Bordeaux Saint-Jean

Renaud Lagrave Vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge des transports, a participé à la rencontre organisée ce mardi entre la Ministre des transports et la délégation d'élus représentant les Régions de France, suite à la publication du rapport Spinetta. Mais, à l'image de ses collègues des autres régions françaises, il semble être resté sur sa faim ce mardi matin. « Nous avons exprimé de nombreuses attentes sur l'avenir des mobilités sur nos territoires » pour, au final, « peu de réponses » obtenues, regrette-t-il. Celles-ci devraient arriver lundi prochain, en même temps que la présentation du calendrier, de la méthode, et du contenu d'une future loi sur la mobilité, examinée au mois avril. « Un délai pour le moins rapide », note Renaud Lagrave qui ne semble pas, bien au contraire, s'en rassurer.

Si la Ministre a tenté de rassurer les élus régionaux en indiquant que le rapport Spinetta « n'engage que son auteur », et que l'engagement de l'Etat sera tenu dans le cadre des contrats de plan, ceux-ci ont pour autant fait part de leurs inquiétudes en la matière. Renaud Lagrave pointe en effet, que « même avec le scénario 2 du rapport Duron, il n'y a pas assez de financement de l'Etat par rapport à ses engagements dans les CPER 2015. A cela elle nous répond qu'elle est encore en cours d'arbitrage... donc on n'en sait pas plus. »
Si les représentants des régions ont bien évidemment insisté sur leur souhait de ne pas voir disparaître les lignes 7 à 9, la Ministre en a « bien pris note », rapporte le vice président Néo-Aquitain. Pour autant, les propos d'Elisabeth Borne évoquant « une réponse au cas par cas » n'ont pas dissipé les craintes du vice-président de la Région, qui rappelle, comme il l'a fait auprès d'elle, que « ces ''petites lignes'', comme ils disent, représentent 55% du réseau ferré de Nouvelle-Aquitaine. Si demain on doit procéder à leurs fermetures, c'est la moitié du réseau de la Nouvelle-Aquitaine qui serait par terre. »

Déception et inquiétude
Autre sujet « évidemment » abordé par Renaud Lagrave ce mardi matin: le dossier GPSO. Mais là encore : « Je n'ai pas eu de réponse, ce qui en dit long sur la suite de ce dossier... Partant de là, nous avons été plusieurs à également interpeller la Ministre sur les lignes capillaires, les lignes de fret, car ça n'a pas vraiment l'air d'être dans les radars de la loi mobilité, ni dans les différents rapports présentés ces dernières semaines. » Pas vraiment de réponse non plus en la matière, « ce qui est globalement inquiétant pour la région », note Renaud Lagrave.
Au total l'élu, à l'image des autres représentants des régions qui ont assisté à cette réunion, marque une certaine déception. « J'attendais plus de retour sur ces questions qui sont complètement liées aux Régions aujourd'hui, puisqu'elles sont chefs de file sur les infrastructures et les transports ; de même que sur les méthodes de travail qui vont être mises en place. Sans doute, il y aura des réunions de travail qui vont se tenir, en vue de la préparation du projet de loi sur les mobilités. Mais comme celui-ci doit être présenté en avril, j'ai tendance à penser que ça va être un peu court... On participera évidemment mais ça me paraît quand même assez réduit comme délai ».
Enfin, dernier point qui n'est pas, non plus, pour rassurer l'élu, « aujourd'hui, il n'y a aucun nouveau financement qui est annoncé de la part de la Ministre sur l'entretien du réseau, ou encore sur la reprise de la dette de la SNCF... C'est quand même relativement inquiétant. Sauf évidemment à ce qu'elle n'ait pas encore les arbitrages qui seront rendus lundi. ». Attendre donc.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
19216
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
hyppolite canasson | 21/02/2018

Il serait judicieux de ne plus exploiter les lignes désertées par les usagers genre Libos > Belvès qui sont un scandale économique à la charge du contribuable

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !