Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Réactions de politiques aquitains à la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy

18/02/2012 |

Nicolas Sarkozy, candidat à sa succession

C'était un secret de polichinelle. A droite, comme à gauche, depuis bien longtemps, chacun savait que Nicolas Sarkozy serait candidat à sa succession. La question était plus de savoir : quand, comment et sur quels axes forts ? Sans surprise, le président de la République a annoncé sa candidature mercredi soir sur le plateau du JT de TF1, «parce que la situation de la France, de l'Europe et du monde qui connaissent une succession de crises sans précédent, fait que ne pas solliciter à nouveau la confiance des Français, ce serait comme un abandon de poste». Ses objectifs, a-t-il énuméré, seront la réhabilitation de la valeur «travail», mais aussi «redonner la parole au peuple français par le référendum». Il a aussi dévoilé son slogan de campagne : «La France forte!». Les journalistes d'Aqui ont recueilli les réactions politiques de plusieurs politiques locaux.

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et maire UMP de Bordeaux : Nicolas Sarkozy est "habité par le sens de sa mission et par sa volonté de parler aux Français". Il a défendu "les valeurs de la Ve République et le référendum, qui donne (aux Français) le pouvoir de s'exprimer, est une valeur fondamentale à laquelle nous tenons et Nicolas Sarkozy a raison de la remettre à l'honneur". L'éducation "occupera une grande place" dans le projet présidentiel. "Ce que nous avons fait pour révolutionner l'enseignement supérieur, il faut le faire pour l'école le collège et le lycée, a-t-il dit car ce n'est que justice de donner à nos enfants toutes les chances de réussite". "C'est un président courageux qui sait prendre des décisions parfois impopulaires parce qu'il a la conviction que c'est l'intérêt général, l'intérêt du pays. Enfin, il est très réactif face à la crise". "Si je voulais faire le portrait de son concurrent socialiste, je pourrais prendre ces qualités en creux". (Réunion publique de l'UMP à Bischheim, au nord de Strasbourg)

François Bayrou, candidat centriste : "Ce qui était frappant à écouter Nicolas Sarkozy, c'est que c'était exactement les mêmes mots, les mêmes phrases, les mêmes exemples que depuis des mois et des mois. Et ce qu'on voyait quand on était de l'autre côté de l'écran, c'est qu'en réalité le bilan est tellement écrasant". Le leader du MoDem avait auparavant expliqué sur Canal+ que les Français se trouvaient maintenant devant une question essentielle : "Est-ce qu'on continue cinq ans avec la même équipe ou est-ce qu'on change ?". "Et je suis persuadé que le pays a un immense besoin de changement parce qu'il coule avec un chômage qui explose, les difficultés de fin de mois, l'accumulation des déficits et de la dette". "Toute la zone euro, avec le Portugal, l'Espagne, la Grèce... a eu, en une année, un déficit de 7 milliards et nous la France, toute seule, 70 milliards. Nous perdons en un mois ce que l'Europe perd en un an. Quand le capitaine a mené le bateau sur un récif, on dit qu'il faut un changement". (Déclaration sur TF1 et Canal+).

Le candidat du Nouveau Parti anti-capitaliste (NPA), Philippe Poutou, a estimé jeudi qu'il fallait "dégager toute l'équipe" en place à l'Elysée, et "jeter le capitaine par-dessus bord". "Il faut dégager toute l'équipe", a lancé le candidat du NPA sur Vivre FM. Reprenant l'allégorie utilisée mercredi par Nicolas Sarkozy du "capitaine" qui ne "peut imaginer" quitter un navire "en pleine tempête", Philippe Poutou a estimé qu'il fallait "le jeter par-dessus bord". "Sa politique est au service des plus riches et il va continuer comme ça (...). C'est le discours impitoyable d'un gars au service des patrons et des plus riches", a encore déclaré Philippe Poutou.

Jean Dionis du Séjour, député NC de Lot-et-Garonne

Je retiens de l'intervention du Président désormais candidat, l'idée principale qu'un quinquénat peut être effectivement trop court pour réformer un pays tel que le notre. Lorsque le Président affirme qu'il lui faut un second mandat pour poursuivre son action, il a raison. La crise sans précédent que nous subissons a considérablement perturbé l'action gouvernementale ce qui renforce cette idée. Sur la question du recours aux référendums en cas de blocages, pourquoi pas ? Mais leurs recours doivent être limités.

Daniel Garrigue, député de la Dordogne, ex-Villepiniste, rallié à François Bayrou

« Cette déclaration de candidature a au moins le mérite de clarifier la situation. Nous avons un président en campagne, candidat à sa réélection. Cela va permettre d'aborder le débat politique de manière plus sereine. Sur la forme de l'intervention d'hier, on a assisté à un double langage. D'un côté, nous avons eu un discours enclin à séduire un électorat modéré, alors que deux jours auparavant, Nicolas Sarkozy a tenu des propos durs, plus enclins à séduire les électeurs proches du front national. Je retiens également la faiblesse de son bilan. Sur les éléments positifs de son bilan, il ne retient deux choses : la loi sur les universités votée en début de mandat et la réforme des retraites, qui selon moi, ne résout pas les problèmes de fond. Sur les cinq dernières années, le déficit a terriblement progressé et beaucoup de nos concitoyens considèrent que l'on a assisté à un déni de justice sociale et fiscale. Concernant la crise financière européenne, ma perception est que la France a davantage été à la remorque des autres états, notamment l'Allemagne.

Michel Moyrand, PS, maire de Périgueux, conseiller régional
"La candidature de M. Sarkozy à la présidence de la République n'est en rien surprenante tant il était en action pré-électorale depuis trois mois.
Désormais officielle sa candidature ouvre le vrai débat dont le pays a besoin, tant sur son bilan qui est calamiteux, que sur ses projets qui sont fidèles à ce qu'il a fait durant son mandat, à savoir affaiblir la France et une large majorité de nos concitoyens et accroître les injustices."

Eurydice Bled, EELV, conseillère municipale de Pau
Ses thèmes de campagne et solutions pour remédier à la crise sont scandaleusement proches de la méthode d'extrême droite en mille neuf cent vingt neuf: stigmatiser et fragiliser certains types de populations (immigrés, chômeurs...) pour remplir les caisses et créer de l'emploi. Comme en mille neuf cent vingt neuf, l'ultralibéralisme en échec ne trouve de solution que dans le nationalisme et l'histoire nous a prouvé les conséquences inqualifiables de ce tandem sordide.

Partager sur Facebook
Vu par vous
464
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !