Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Recherche : priorités communes pour la région et le CNRS

21/03/2019 | La région Nouvelle-Aquitaine et le Centre National de la Recherche Scientifique ont signé un protocole de coopération, le premier passé avec une collectivité territoriale.

région CNRS

Ce mercredi 20 mars, la région Nouvelle-Aquitaine et le CNRS ont signé un protocole de coopération en vue de renforcer la coopération scientifique dans l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) au niveau régional sur onze domaines prédéfinis pour les cinq années à venir. Malgré l'impact de la loi NOTRe sur les volumes d'investissements dans l'ESR, les régions prennent une place de plus en plus importante dans l'organisation de cet écosystème, et l'issue d'une entraide renforcée est clairement favorable pour les deux partis. Que contient cet accord ? Quels sont ces objectifs ? On vous dit tout.

Les onze commandements

C'est une première pour le Centre National de la Recherche Scientifique national, et c'est à Bordeaux qu'elle a eu lieu. Ce mercredi 20 mars, il a signé avec la région Nouvelle-Aquitaine un protocole de coopération visant à renforcer les liens avec le monde de l'enseignement supérieur et de la recherche régional et renforcer les capacités dans la recherche scientifique. Le protocole en lui-même est "sans incidence financière directe", c'est-à-dire qu'il n'a pas de financement spécifique dédié. Il a été établi pour une durée de cinq ans et aura un parcours soumis à une évaluation ainsi que plusieurs feuilles de routes et un état des lieux pour chaque domaine scientifique engageant cette coopération déjà active mais dont les deux partis souhaitent le renforcement. Les objectifs concrets et les moyens à donnés seront alors définis dans ces feuilles de route. Onze domaines de recherche ont été retenus par les deux structures : efficacité énergétique (stockage et usages), performance des matériaux et procédés avancés, lasers/photonique et opto-électronique, immunologie, sciences archéologiques, réseau et traitement de la donnée, chimie pour la santé et les agro-ressources et mathématiques et modélisation. 

Trio prioritaire

Les trois domaines manquants ont été définis comme des priorités pour cette première année de coopération : elles devraient voir arriver leur feuille de route dès cette année. Il s'agit des domaines des neurosciences et de la bio-imagerie, des questions du littoral, de la biodiversité et de l'écotoxicologie aquatique et enfin des études africaines. Comme le souligne Antoine Petit, le président directeur général du CNRS, "nous avons répertorié les sujets sur lesquels on travaille depuis longtemps mais on a aussi décidé de mettre l'accent sur ces trois là en particuliers, pas forcément pour mettre tous nos moyens dessus mais pour cibler. Elles ne sont pas là pour cinquante ans, on aura l'occasion de les faire évoluer au cours des années, mais elles sont importantes. On sait très bien que Bordeaux est une place forte des neurosciences et leur impact est très fort pour soigner les maladies de demain, grâce notamment au centre Broca". Inauguré en septembre 2017, ce centre, coeur central d'un plius vaste "Neurocampus", est notamment dédié à l'étude des mécanismes des neurones et des synapes du cerveau, de l'addiction et des maladies neuro-dégénéranives comme Alzheimer ou Parkinson). Les chercheurs y officiant ont notamment trouvé un mécanisme complexe pour soigner la dépendance au cannabis, qui concerne en France un million de personnes.

Pour ce qui est de ce premier partenariat avec une collectivité territoriale, l'organisme public ne s'interdit pas des "infidélités" et confirme qu'il devrait être le premier d'une plus vaste série. Les régions prennent en effet de plus en plus de place dans l'enseignement supérieur et la recherche en général. Selon les données fournies par le ministère de l'Enseignement supérieur, les collectivités territoriales ont flêché 1,6 milliard d'euros en direction de l'ESR en 2016 et 67% de ces collectivités étaient des régions. Si les région Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes représentaient à eux seuls quasiment le tiers de cette somme,, pour ce qui est du "transfer de technologie", la Nouvelle-Aquitaine complète le podium, suivie par l'Occitanie. L'intérêt d'un dialogue renforcé avec le CNRS est donc facile à comprendre, mais pas questions pour ce dernier de trop changer d'échelle. "Nous ne définissons pas de priorités par région mais les priorités nationales doivent être instanciées en fonction des territoires, c'est notamment le cas pour le sujet de la biodiversité intégrant notamment la question du littoral de la Nouvelle-Aquitaine", poursuit Antoine Petit. Pour ce qui est des "études africaines", le président de la région, Alain Rousset, prévient d'avance : "notre démarche n'est pas néo-coloniale. La force d'une région, c'est qu'elle ne porte pas la Françafrique. Elle porte une démarche d'égal à égal et elle a un besoin de connaissances considérables, c'est aussi pour ça que l'appui du CNRS est bienvenu. On ne peut pas détacher notre réflexion de l'Afrique, c'est le continent qui va exploser sur le plan démographique". "Nous avons un devoir collectif vis-à-vis de l'Afrique qui est un continent en pleine émergence. Même si les critères de masse critique utilisés d'habitude pour la politique internationale par le CNRS ne sont pas toujours là, il y a des individualités assez exceptionnelles et un fort potentiel", confirme le directeur du CNRS.

Nouvelles pistes

Le CNRS, qui dénombre pas moins 1300 permanents en Nouvelle-Aquitaine (et représente un volume financier d'environ 200 millions d'euros par an), compte en tout cas sur ce "protocole" pour "avoir un effet de levier sur l'ensemble des acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche régionaux. Nous partageons l'ambition que la science puisse avoir un impact important dans le domaine socio-économique, son rôle étant de faire avancer le fond des connaissances dans tous les domaines en mobilisant plusieurs disciplines sur un thème donné". La région, de son côté, a voté l'an dernier à l'élaboration d'un Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (SRESRI) qui poursuit plusieurs ambitions importantes  : améliorer le potentiel régional en termes d'ESR (son volume de dépenses intérieures restant inférieur à la moyenne nationale selon les données de l'INSEE) en la structurant encore davantage (objectif auquel le protocole compte répondre, notamment via le grand chantier de nouveaux partenariats avec les universités dont celles de Bordeaux ayant acté son autonomie financière).

Il vise aussi à "lutter contre les inégalités territoriales et les très fortes disparités" (le protocole avec le CNRS souhaitant aussi être actif à La Rochelle, Poitiers, Limoges ou Pau) et enfin  assurer la promotion de "toutes les démarches de diffusion de la culture scientifique". Quant aux applications tangibles derrière cette collaboration, elles ne devraient pas voir le jour avant plusieurs années, à une exception près : "Ce matin, nous avons participé à une réunion pour lancer un premier réseau régional de recherche sur la biodiversité", a précisé Gérard Blanchard, vice-président du Conseil régional en charge de l'ESR. Il fera l'objet d'une délibération à venir pour acter sa création et le début de son financement et de sa coordination, avec l'objectif d'animer un travail d'émergence de projets de recherche autour de la question". Le rapport Acclimaterra rédigé par Hervé Le Treut et le récent comité régional des acteurs de la transition énergétique prouvent que les constats ne sont pas nouveaux. Tout l'enjeu est de savoir quelles connaissances concrètes ce nouveau partenariat compte en tirer.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3723
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !