17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Conseil régional d'Aquitaine: des ambitions budgétaires ressérées pour 2014

22/10/2013 | Sans visibilité claire sur ses ressources à venir, le Conseil régional n'a guère d'autre choix que de "se recentrer sur son coeur de compétences": le développement économique

Débat sur les orientations budgétaires 2014 au Conseil régional d'Aquitaine

Comme le veut la coutume institutionnelle, la séance plénière d'octobre du Conseil régional, tenue ce lundi 21, s'est en grande partie consacrée au débat sur les orientations budgétaires de la Région pour 2014. Un préalable obligatoire au vote du budget prévu en décembre. L'occasion pour l'exécutif régional d'avertir des difficultés à venir pour le prochain exercice. En cause notamment, des ressources en baisse à commencer par les dotations de l'Etat, au nom de la participation des Régions au redressement des comptes publics. Un retrait de l'Etat estimé, mais non confirmé, à environ 10M€, auquel s'ajoute le risque de repli du produit de la CVAE, et la stagnation de la fiscalité automobile.

Le constat d'Alain Rousset est sans appel: «les recettes de fonctionnement vont diminuer de dizaine de millions d'euros jusqu'en 2015. Sur la CVAE (ancienne taxe professionnelle, ndlr), les régions reçoivent la part la plus faible, et depuis l'arrêt de la prime à la casse, la baisse sur les cartes grises est sensible, moins 11% environ». Conséquence sur le budget 2014 à venir: «Sur certaines actions nous allons devoir étaler les investissements, voire renoncer à certaines grandes opérations, en attendant un retour à bonne fortune», prévient le Président du Conseil régional. Un retrait de l'Etat, «regretté» par un Alain Rousset moins vindicatif à l'égard du gouvernement actuel qu'il n'avait pu l'être dans les mêmes circonstances sous le gouvernement précédent. Un constat que n'aura pu s'empêcher de noter le banc de l'opposition UMP.
Avec cette baisse des moyens financiers, la Région choisit de «se recentrer sur son cœur de compétences», posant comme priorité «l'emploi, et donc les entreprises». Convaincu que la compétitivité passe et passera par la modernisation des outils industriels, Alain Rousset annonce d'ores et déjà qu'en 2014 le Conseil Régional va ré-abonder les crédits TPE et PME contribuant à cette modernisation des outils. Dans le même sens, «la formation professionnelle va être renforcée par 1500 parcours supplémentaires».
Il y aura également «une poursuite des efforts sur la recherche et le monde universitaire», ainsi que «sur le logement des jeunes». Maintien aussi des efforts en direction des lycées «tant sur l'investissement que sur leur fonctionnement». Enfin, un effort supplémentaire sera fait sur l'économie sociale et solidaire, et sur le numérique en soutenant plusieurs initiatives dans ce domaine, «dont une douzaine de projets autour du télétravail, en Dordogne et Lot-et-Garonne notamment», précise le Président.

Les recettes 2014: "la grande inconnue"En outre, Alain Rousset, «propose que le Conseil régional continue de participer au financement de la LGV», précisant qu'il a eu «des assurances de la part du Gouvernement que le côté Bordeaux-Toulouse se fera concomitamment avec la poursuite de la ligne de Bordeaux jusqu'à Dax», avant 2030 donc. Et dans le même temps, «un programme d'intérêt général poursuivrait les études jusqu'à Hendaye». Des assurances gouvernementales qui l'amènent à considérer que, pour lui, «le dossier est sauvé».
Pour autant, dans un contexte d'absence de visibilité des ressources, il souligne que la collectivité régionale devra être prudente sur l'emprunt, même s'il s'empresse de rappeller que l'Aquitaine reste «la région la moins endettée avec un encours de la dette de 146€ par habitant, un des plus faibles de France».
Des orientations budgétaires accueillies sans heurts par les élus de l'opposition. L'UMP, par la voix de Michel Diefenbacher, a salué le choix de l'exécutif «d'abandonner certaines politiques, et de réorienter les politiques d'intervention» comme un écho à ce que le groupe «dit depuis des années». Mais il interroge tout de même sur les critères, et la méthodologie des choix de ces réorientations.
Sur les bancs de Forces Aquitaine, la priorité sur l'emploi et la compétitivité est approuvée par Geneviève Darrieussecq, qui reconnaît quant à elle «la difficulté d'établir un Budget dans le contexte actuel de grande inconnue sur les ressources». «L'Etat, ne nous donne pas de cap», ajoute-t-elle. Elle souligne également «le renouveau de la politique contractuelle notamment en direction notamment du croissant de déprise aquitain» annoncé par les Orientations Budgétaires 2014. Une intention dans laquelle elle reconnaît à son tour, une suggestion plusieurs fois renouvelée par son groupe lors de vote de budgets précédents.

"Un bon signe" pour Bordeaux-DaxMais cette séance plénière a également été marqué par le vote d'une Décision Modificative du Budget 2013 prévoyant 53M€ de dépenses nouvelles dont 31,1 M€ seront versés à RFF au 31 décembre 2013 pour la LGV Tours-Bordeaux. Un versement en avance de l'échéance, initialement prévue pour 2014, qui se veut du même coup, «un bon signe» à l'intention du gouvernement. D'ailleurs dans cet esprit de bonne volonté, Alain Rousset a appelé «à la reprise des versements des collectivités» pour la LGV Bordeaux-Tours, au regard des ces précédentes annonces concernant la LGV «Bordeaux-Dax».

Concernant toujours les infrastructures de transports, deux motions concernant l'A65 ont été déposées l'une par le Groupe Ecologie les Verts, l'autre par le groupe Aquitaine Ecologie et Front de gauche. Elles ont toutes deux été rejetées par l'Assemblée régionale. Au nombre des considérations justifiant le vote négatif de ces motions, est notamment ressortie, «la déchéance hautement improbable et juridiquement très compliquée» de la société A'lienor, en raison de l'existence de différentes options envisageables pour la société autoroutière avant une éventuelle déchéance. Parmi elles sa recapitalisation par ses actionnaires, un compte de réserve de 83 M€ (cela dit déjà en partie déjà bien entamé) ou encore la renégociation de sa dette en 2017. Il a également été rappelé que le choix de l'A65 s'était justifié par l'impossibilité de sécuriser la Nationale entre Langon et Pau sans y laisser des sommes considérables sur un temps de réalisation de 50 ans au regard des capacités de financement de l'époque des collectivités.


Sur l'A65 lire aussi l'édito de Joël Aubert : L'A65 cette autoroute Langon-Pau qui ne décolle pas

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
775
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !