Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Fonds Européens : la région prend la main

03/07/2015 | Le président de la région Aquitaine a réuni ce vendredi les partenaires aquitains à l'occasion du deuxième comité régional de programmation des fonds européens

En tout, plus d'un milliard de fonds européens gérés par la région Aquitaine

C'est ce vendredi que le Conseil régional d'Aquitaine et les partenaires régionaux se sont réunis pour statuer le second comité régional de programmation des fonds européens. En tout, 70 projets ont été retenus et devraient bénéficier de près de 25 millions d'euros de financement européen. Répartis entre le programme opérationnel (FEDER, FSE, IEJ) et le programme de développement rural (FEADER), l'ensemble des projets sont définis autour d'axes principaux comme la formation, l'apprentissage, la recherche dans le domaine médical et l'installation des jeunes agriculteurs. Ce programme d'aide court jusqu'en 2020.

L’Union européenne a décidé de renouveler l’octroi de fonds européens à la région Aquitaine pour la période 2014-2020, dans le but de développer une véritable « politique régionale européenne ». Principale différence notable : sur le précédent plan, l’État répartissait les aides entre les différents comités techniques infra-régionaux, qui décidaient de la politique mise en place. Pour le plan 2014-2020, ce sera désormais la région à elle seule, autour d’une équipe spécialisée d’environ 80 personnes, qui pilotera la répartition de ces fonds validés par la Commission européenne. Pour cela, les aides sont divisées autour de cinq fonds : le fonds européen pour le développement régional (FEDER), le fonds social européen (FSE), l’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ), le fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) et le fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) en lien avec la PAC. 

En tout, c’est 70 nouveaux projets qui ont été retenus, qui devraient bénéficier de 24,6 millions d’euros de financement européen, répartis entre le programme opérationnel et le programme de développement rural. Ainsi, sur la période 2014, 2020, ces fonds dotés de 1,065 milliards d’euros sont octroyés à la région Aquitaine, et certaines actions, notamment sur l’emploi, sont également partagées avec l’État. Enjeu primordial pour la région : atteindre un objectif précis d’ici 2018 pour un octroi de 60 millions d’euros supplémentaires, la « réserve de performance ». 

Des idées prioritairesNeuf thèmes prioritaires ont été définis par la région pour répartir ces différentes aides. En premier lieu, l’innovation et la compétitivité des entreprises, notamment la création d’activités, l’innovation ou la croissance des PME, à hauteur de 157 millions d’euros et l’agriculture durable via l’appui aux différentes exploitations (de loin le budget le plus important : 545 millions d’euros). Viennent ensuite la transition énergétique (122 millions), l’insertion professionnelle et la formation (91 millions), le développement du très haut débit et le numérique (57 millions), le développement « urbain des quartiers en difficulté » (19 millions), le développement rural (50M), la pêche et l’aquaculture (11,7M) et la coopération territoriale européenne qui se voit renforcées et dans laquelle l’Aquitaine intervient autour de quatre axes : la recherche, la protection de l’environnement, le développement des territoires et l’inclusion sociale. 

Des orientations politiquesAutour des projets retenus ce vendredi 3 juillet, là aussi, 3 orientations principales : la formation/apprentissage/retour à l’emploi pour les jeunes en décrochage, le numérique et la recherche et l’installation des jeunes agriculteurs et des Coopératives régionales. Comme le précise Bernard Lange, directeur général adjoint du pôle des affaires européennes et internationales de la région Aquitaine, « Aujourd’hui, nous avons statué sur un important volet autour de la recherche et de l’innovation et les aides aux entreprises. Nous avons par exemple un dossier autour de l’amélioration de la génétique bovine ». « Il s’agit en fait du deuxième comité de programmation, puisque 58 dossiers sont déjà passés auparavant par les comités techniques infrarégionaux », poursuit Alain Rousset. En effet, au cours des six premiers mois de la mise en œuvre du programme, plus de 55 millions d’euros de subventions européennes ont déjà été attribués par le Conseil régional en faveur de 86 projets (environ 120 millions d’euros de dépenses prévues au total sur ces projets). 

Des applications concrètesConcrètement, on retrouve certaines volontés politiques dans les neuf axes prioritaires comme une volonté d’accroître la qualité du système d’orientation et de formation régional, faute à un taux de contrat signé en baisse constante depuis 2010 et des contrats qui n’aboutissent pas toujours à une embauche (30 % des contrats d’apprentissage sont rompus). Côté transformation des services par le numérique, on trouve un projet de mobilité facilitée en environnement 3D proposé par Keolis dans le futur quartier Euratlantique (coût total : 630 800 euros dont 157 700 financés par l’UE). Au niveau de l’innovation, la société Adam (que nous avions rencontrée il y a quelques mois) se lance dans un projet pour faire évoluer et grandir l’entreprise : le FEDER intervient à hauteur de 585 000 euros. Et si la première chance vers l’emploi échoue, il y a toujours l’École de la deuxième chance de Bordeaux Métropole, qui prévoit d’accueillir une centaine de jeunes par an entre 18 et 25 ans en situation précaire, qui devrait coûter près de 2 millions d’euros. 

Une dynamique qui vise essentiellement à abonder les principaux axes définis par la politique régionale, et une aide européenne qui semble bienvenue à l’heure de la baisse drastique des dotations de l’État. A titre de comparaison, pour le plan 2007-2013, c’est 754 millions d’euros de fonds européens qui avaient participé au financement de 23 660 projets régionaux.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2415
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !