Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/21 : L'Agglo de Pau vient de se voir remettre par l'ADEME et le Ministère de la transition énergétique le Label, encore expérimental, Economie circulaire. Attribué pour 4 ans, il mesure les avancées et orientations des actions de la collectivité en la matière

14/09/21 : Bègles - Soirée festive le 24 septembre au Musée de la Création Franche pour le lancement d'une campagne de dons pour restaurer l'oeuvre totem du Musée, la sculpture Au crépuscule d’un automne, de Louis Chabaud installée en 1993 dans le parc.+ d'info

10/09/21 : A Bordeaux, l'I-Boat fête (déjà!) ses 10 ans les 1er ,2 et 3 octobre avec une programmation internationale pour 3 jours de fête en plein air. Un mini festival avec le DJ Ricardo Villalobos,le producteur Palms Trax ou encore Voilaaa Sound System+ d'info

09/09/21 : Vaccins - Du 13 au 17 septembre, de 8h à 18h, le centre de vaccination de Cenon situé 88 cours Victor Hugo, accueille les personnes (dès 12 ans) sans RDV. Des doses du vaccin Pfizer sont administrées.

03/09/21 : A partir du 6 septembre, et pour le mois, le Département de la Gironde aménage la piste cyclable de la RD 806, qui traverse Bernos-Beaulac, afin de créer un rampe pour les cyclistes et les cavaliers.

03/09/21 : La 11ème édition des Tribunes de la presse se tient du 14 au 16 octobre à Bordeaux, sur le thème "Que peut le politique?", et en présence de Cédric Villani, Asma Mahlla, Jean-Claude Mailly, Lucile Schmid, de Flore Vasseur, Elie Barnavi, Manuel Valls.

01/09/21 : Charente-Maritime : Madame Anne WINKOPP-TOCH, nouvelle sous-préfète de Saint-Jean-d’Angély, prendra ses fonctions officiellement lors d’une cérémonie lundi 06 septembre à 11h30, aux Monuments aux Morts, à Saint Jean d’Angély.

01/09/21 : La piscine municipale de Billère (64) met en place une nouvelle activité à destination des enfants de 4 et 5 ans, le Jardin aquatique. Objectif: initier, découvrir et sensibiliser au milieu aquatique. Renseignements: 05 59 77 48 05

01/09/21 : Au regard d'une situation hospitalière qui ne s'améliore pas, le préfet des Pyrénées-Atlantiques prolonge jusqu'au 5 septembre les mesures de "freinage" dont celle du pass sanitaire obligatoire dans les 5 centres commerciaux de plus de 20 000 m².

30/08/21 : Samedi 18 Septembre, la Ligue contre le cancer 33 et la Fédération Française de Randonnée 33 organisent des marches de 6 et 10km au départ du Moulin de Lansac pour sensibiliser sur la prévention et promouvoir les dépistages. Inscription: 05 40 05 01 00+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/09/21 | Journées du patrimoine: 1666 sites néo-aquitains à découvrir !

    Lire

    Les Journées européennes du patrimoine, c'est ce week-end ! Des balades et visites libres ou guidées, des expositions, des conférences, des ateliers ou encore des démonstrations rythmeront ces 2 jours dans 1 666 sites et lieux d’exception ouverts dans la région. Cette année, 107 d’entre eux ouvriront leurs portes pour la première fois et 100 de manière exceptionnelle dans le cadre de la manifestation. Châteaux, manoirs, musées, édifices religieux ou militaires, lieux de pouvoirs, sites archéologiques, espaces naturels… Programme complet : www.culture.gouv.fr/Regions/DRAC-Nouvelle-Aquitaine

  • 17/09/21 | La race limousine s’expose

    Lire

    Du 17 septembre au 13 novembre, la Bfm de Limoges propose l’exposition « La race bovine limousine : patrimoine vivant d’excellence ». Réalisée avec le pôle de Lanaud, des éleveurs, d’archives et des ressources numérisées des institutions culturelles notamment, elle retrace d’histoire de la race, qui est intimement liée à l’histoire de Limoges et de ses environs. Elle est également visible sur le site de la bibliothèque numérique du Limousin

  • 17/09/21 | La Foire au Jambon de Bayonne revient cet automne

    Lire

    Reportée d'avril à octobre 2020, annulée en raison de la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, puis reportée à nouveau au printemps 2021, la 558e édition de la Foire au jambon de Bayonne devrait se tenir du vendredi 15 au dimanche 17 octobre prochain. Une édition 2021 qui s'organiserait selon un format adapté au contexte sanitaire actuel, sur 3 jour et sur un lieu unique, tout en conservant l’esprit général de cette manifestation gastronomique et traditionnelle. dans son communiqué, la Ville de Bayonne dit souhaiter "réamorcer la spirale positive de la vie qui reprend…" tout en soutenant la filière du Jambon de Bayonne.

  • 16/09/21 | Royan et les Sentiers des Arts

    Lire

    Du 18 septembre au 14 novembre, la Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique organise les Sentiers des Arts afin de découvrir ou de redécouvrir les communes du territoires au travers d’un itinéraire artistique original. Pour la 1ère fois, l’art urbain et ses multiples déclinaisons graphiques seront mis à l’honneur avec 11 artistes de l’association cognaçaise Eprouvette. Ces artistes réalisent, lors d'une résidence artistique en cours, du 13 au 17 septembre, les fresques géantes qui orneront le parcours.

  • 16/09/21 | Bordeaux Euratlantique : Une nouvelle école d’ingénieurs

    Lire

    Le 15 septembre, le Campus François d’Assise à Bordeaux a posé la 1ère pierre d’une nouvelle école d’ingénieur, JUNIA, en présence d’Alain Rousset. Sur 2 500m², cette future école dont les locaux sont intégrés au projet de Campus François d'Assise sur le site Armagnac-Sud d'Euratlantique, pourra accueillir entre 200 et 300 étudiants en formation Bachelor et 450 étudiants en cycle ingénieur. Parmi ses thématiques : développements logiciels & big data appliqués aux usages de l'usine du futur, Cybersécurité et usine du futur, Smart building et Smart cities... La Région Nouvelle-Aquitaine accompagne ce projet à hauteur de 6 M€.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Région : dernière plénière et contrat de plan séchés par EELV

03/04/2021 | Les élus régionaux se sont réunis pour une seconde seance plénière de la semaine, la dernière normalement, de la mandature

La plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en visio. Image d'illustration

Comme il en avait été convenu en début de semaine, lors de la plénière du 29 mars, c'est ce vendredi 2 avril qu'aura été présenté aux élus régionaux, le Contrat de Plan Etat - Région (CPER) pour 2021-2027. Ce document cadre vient définir les grands axes stratégiques et les engagements financiers correspondants tels que contractualisés entre l'Etat et la collectivité régionale. Une séance plénière, théoriquement la dernière de la mandature, à laquelle les élus EELV, comme ils l'avaient annoncé, n'ont pas assisté. Une « politique de la chaise vide », « posture » ou « mise au vert » que les élus de l'opposition n'auront pas oublié de souligner au fil de leurs interventions au cours des débats.

Si cette séance plénière s’annonçait, sauf nouveau report des élections régionales, comme la dernière de la mandature, le débat du jour a marqué en quelque sorte l'acte 1 de la mise en œuvre du nouveau Contrat de plan Etat Région 2021 – 2027. Ou, en d'autres termes l'engagement financier programmatique des deux partenaires autour des thèmes de l'enseignement supérieur , de la recherche et l'innovation, de la cohésion sociale et territoriale, de l'appareil productif et des filières et enfin, pour 42% des financements portés par le document, de la transition écologique et énergétique.

Côté chiffres ce CPER porte un engagement total d'1,9 Md € (dont 55% de crédits régionaux) auxquels peuvent être ajoutés les 1,5 Md € (dont 62% de crédit régionaux) dédiés à la régénération des petites lignes ferroviaires, comptés dans un protocole additionnel au CPER. Protocole qui lui-même vient en partie faire exception aux nouvelles moutures de ces contrats de plan qui jusque-là comprenaient « par nature » un volet mobilité. Pour le reste des projets d'infrastructures routières et ferroviaires, le document de planification dédié devra en effet attendre 2022, de même c'est en fin d'année 2021 que l'acte 2 du CPER qui viendra détailler et individualiser en projets chaque grandes thématiques des différents axes du cadre voté ce vendredi. Et ce malgré les efforts de la Région, face à l'Etat, "d'avoir voulu être le plus précis possible" dès ce document, répète à plusieurs reprises Alain Rousset face aux critiques de l'opposition.
Au total, une complexité calendaire à laquelle il faut d'ores et déjà prendre en compte certains projets (y compris d'infrastructures de transports) financés dans le plan de relance Etat-Région et ses 2,7 Mds € votés en fin d'année 2020...

"EELV n'a pas compris comment se passe l'action publique"
Toujours est-il que ce CPER cadre reste un document engageant pour les années à venir. A tel point que c'est d'ailleurs au nom de cet engagement sur l'avenir, à quelques mois des élections régionales et donc potentiellement d'une nouvelle donne politique, que les élus EELV ont décidé de ne pas siéger ce vendredi. Leur argument exprimé dès lundi dernier : le vote d'un tel document en fin de mandature est un « déni de démocratie ».
Concédant pour sa part, que « le temps a été long », entre concertation avec les territoires et « discussions difficiles » avec l'Etat, Alain Rousset tient tout de même à répondre à la critique : « A ceux qui s'imaginent qu'on peut reporter ces décisions, je dis que ce n'est pas possible. Nous n'aurions pas été à la hauteur de nos responsabilités, ça aurait été perdre 6 mois d'action publique. EELV n'a pas compris comment se passe l'action publique, sur le temps long pour anticiper les souhaits de la société, mais avec des urgences locales et collectives, et notamment sur un sujet qui leur est cher comme à moi, la transition écologique ».

Cette absence d'une composante importante de la majorité régionale a logiquement aussi été pointée par les élus de l'opposition. C'est Pascale Requenna (Modem) qui la première aura ouvert le bal des critiques ciblant dans cette absence « un comportement invraisemblable pour un parti qui présente un candidat à l'élection [...] Les postures seules ne peuvent faire un combat », estime-t-elle.
« Une posture qui en dit long » suggère à son tour Guillaume Guérin. Le président du groupe LR tient d'ailleurs à rappeler au Président socialiste sous office de bon conseil : « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge ». Eddy Puyjalon pour le Mouvement de la Ruralité raille sur la « camisole verte » à offrir au Président de la Région « pour paraître plus vert que vert ». Après s'être amusé de « la mise au vert » des élus EELV sur le débat du CPER.
Quant à Aurélien Sebton, pour l'UDI, s'il reconnaît que « sur le fond on peut être d'accord qu'il est soit trop tôt, soit trop tard pour voter ce CPER, je ne comprends pas la position du déni de démocratie [...] elle est ici la démocratie, dans cette assemblée... Quand on souhaite exercer des responsabilités il faut avoir une attitude responsable envers la démocratie ».

Des absents si présents 

Au-delà de ces circonstances et considérations surtout électorales, le CPER aura finalement été adopté par le reste des élus de la majorité régionale. Parmi les votes ''contre'', le Mouvement de la ruralité, pointant " une politique totalement aveugle asservie à la politique des Verts », ou encore celui du Rassemblement national considérant, à travers la voix d’Edwige Diaz que « ce plan ne met pas l'argent là où il faut et le met là où il ne le faut pas », visant particulièrement « un texte pollué du dogme '' tout écolo '' ». En opposition aussi au texte, LR dont le président de groupe pointe un « sentiment de pataugeage » à l'analyse du document autant qu'il se plaît à y lire le diagnostic d'un « syndrome de Stockholm » developpé par Alain Rousset, « otage » de ses alliés verts. Des absents décidément bien présents, dans les esprits au moins.

Côté Modem et UDI, c'est le choix de l'abstention qui l'a emporté. Les uns regrettant « un inventaire des politiques publiques, sans grandes orientations fortes plan sans conviction ni certitude », les autres regrettant la présence formalisée d'un volet sur la transition énergétique et écologique, « là où l'écologie devrait être la ligne conductrice de toutes nos politiques » .
Observation commune aux deux partis centristes : l'absence de référence au GPSO dans le document. « GPSO est plus qu'un projet de mobilité, c'est un projet globalement structurant, nous aurions aimés qu'il soit inscrit au CPER, comme l'a fait Carole Delga en Occitanie ». Réponse d'Alain Rousset : « il n'y a pas d'engagements financiers sur GPSO dans le CPER Occitanie, seulement trois lignes. Le problème c'est que si les CPER ce ne sont que des mots alors ça ne sert à rien. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Capture d'écran www.nouvelle-aquitaine.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9783
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !