Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre .

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

17/09/19 : Dordogne : Cheffe d’entreprise, conjointe collaboratrice ou apprentie, les candidatures à l’édition 2020 des trophées « Elles M l’artisanat » sont ouvertes. Les lauréates seront mises à l'honneur le 23 mars en préfecture. Plus d'info: www.artisanat24.com

16/09/19 : Deux-Sèvres : les agents des finances publiques sont en grève, suite à l'appel de l'intersyndicale CGT/CFDT/FO/Solidaires/CFTC. Ils protestent contre la fermeture d'ici 2022, de 4 des 10 centres -Prahecq, Airvault, Frontenay-Rohan-Rohan et Coulonges.

13/09/19 : Region : le projet Viti de la Région a été retenu par l'Etat dans le cadre de l'appel projet territoire d'innovation de grande ambition (TIGA). Ce programme concerne tous les vignobles et plus de 130 partenaires. Objectif : la sortie des pesticides.

13/09/19 : Charente : Le festival de photographie Barrobjectif, à Barro, fête sa 20e édition du 14 au 22 septembre. L'invité d'honneur est le photographe italien Paolo Pellegrin, multiprimé pour son travail, notamment sur les conflits dans le monde. Gratuit.

13/09/19 : Angoulême : le circuit des Remparts démarre ce soir pour un week-end festif qui célèbre les 80 ans du circuit. 600 voitures de sport d'hier et d'aujourd'hui sont attendues sur ce circuit urbain inchangé depuis sa création, avec des stars de la F1.

13/09/19 : La Rochelle : le premier ministre l'a annoncé ce midi, l'agglomération rochelaise a été retenue comme lauréat de l'appel à projet Territoire d'innovation de grande ambition, sur son programme "territoire urbain littoral zéro carbone" à l'horizon 2040

13/09/19 : Charente-Maritime : le ministre de la culture Franck Riester a fait plusieurs annonce ce matin à La Rochelle concernant la réforme de l'audiovisuelle qui sera présentée dans quelques jours à l'Assemblée, à l'occasion du festival du film de fiction.

13/09/19 : Dordogne : Martin Lesage, directeur de cabinet du préfet du Finistère, est nommé secrétaire général de la préfecture de la Dordogne. Sa prise de fonctions interviendra le lundi 16 septembre.

13/09/19 : Selon le classement des villes où "il fait bon vivre" de l'hebdomadaire l'Express (en date du 11/09)Pau se classe 3ème au niveau national (derrière Angers et Dijon), et 1ère de Nouvelle-Aquitaine, sur 100 agglomérations étudiées.

13/09/19 : Agenda: Proximum Group organise un salon d'affaires d'envergure nationale les 26 et 27 novembre à Bordeaux pour promouvoir l'accélération de la transformation 4.0 des entreprises industrielles néo-aquitaines et françaises. 1000 participants attendus.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/09/19 | Un nouveau bar à l’Opéra National de Bordeaux

    Lire

    « Le Comptoir de l’Opéra » c’est le nom du nouveau bar de l’Opéra National de Bordeaux qui ouvrira ses portes le 19 septembre au Grand-Théâtre pour « Les Contes d'Hoffmann » et le 27 septembre à l'Auditorium pour le concert symphonique d'ouverture Elgar/Rachmaninov. Ce nouveau bar accueillera les spectateurs une heure avant les représentations et à l'entracte sur tous les spectacles y compris en matinée (hors spectacles Jeune Public, Apéro-concerts et Concerts du dimanche avec dégustation) et proposera des boissons et produits locaux.

  • 17/09/19 | Biodéchets : les Détritivores expérimentent

    Lire

    L'association Détritivores va mettre en place une expérimentation dans un quartier de Bordeaux (Saint-Pierre) et ceux d'autres villes de la métropole (Eysines, Talence et Bouliac) pour "analyser la fiabilité d'une collecte séparative de biodéchets à la source" à destination des habitants. Dans un communiqué, l'association précise qu'elle mettra à disposition des "bioseaux" pour les particuliers au Comptoir Saint-Rémi courant octobre. Elle organise deux réunions publiques d'information au Comptoir Saint-Rémi le 21 septembre à 11h et le 25 septembre à 18h pour identifier les potentiels volontaires.

  • 17/09/19 | La préfecture de la Dordogne se dévoile au public pour les Journées du patrimoine

    Lire

    A l'occasion des journées européennes du patrimoine, des 21 et 22 septembre, la Préfecture de la Dordogne ouvre ses portes pour des visites guidées le samedi 21 septembre de 14 h à 17 h. La préfecture sera fermée le 22 septembre. Les visites guidées sont organisées par groupe de 25 personnes à 14 h, 15 h et 16 h. Les visites se font uniquement sur inscription préalable au 05.53.02.24 38 ou par mail pref-communication@dordogne.gouv.fr. Se munir d'une pièce d'identité.

  • 16/09/19 | Darwin : renoncement temporaire d'expulsion

    Lire

    La SAS Bastide-Niel (associant les bailleurs sociaux Aquitanis et Domofrance et la société Bordeaux Métropole Aménagement) s'est désistée ce lundi 16 septembre de la demande d'expulsion ordonnée à Darwin pour l'allée centrale, les rues à l'intérieur de l'ancienne caserne Niel et les abords des hangars lors d'une audience en référé au tribunal de grande instance de Bordeaux. Le renoncement n'est pas définitif, puisque la SAS peut toujours déposer une nouvelle demande d'expulsion. Pour le dirigeant de Darwin, Philippe Barre, "c'est un geste d'apaisement (...)mais ça ne règle rien sur le fond".

  • 16/09/19 | Challenge de la mobilité: environ 600 établissements engagés

    Lire

    Du 16 septembre au 22 septembre, le 9ème Challenge de la mobilité Nouvelle-Aquitaine a pour principe que les entreprises, administrations ou associations incitent leurs collaborateurs à utiliser des alternatives à la voiture individuelle pour se rendre au travail (covoiturage, transports en commun, vélo, marche, trottinette, télétravail...) En 2018 dans les 18 agglomérations de la région engagées, les 11 000 participants des 465 établissements inscrits ont parcouru plus de 500 000 km autrement qu'en voiture individuelle, soit 16 tonnes de Co2 évitées ! lwww.challengedelamobilite.com

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Région: Orientations budgétaires et stratégie aéroportuaire sur le chemin difficile de l'harmonisation

24/10/2017 | Ce lundi, orientations budgétaires et stratégie aéroportuaire ont assuré de longs débats animés à l'occasion de la plénière du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

Conseil régional Nouvelle-Aquitaine réunit en assemblée plénière le 23 octobre 2017

Alors que le Parlement débat de la loi de finances 2018 qui ne sera pas sans conséquence sur les ressources des collectivités locales et notamment régionales, le vote d'une décision modificative du Budget 2017 suivi de la présentation des orientations budgétaires pour 2018 ont donné lieu à quelques échanges au sein de l'hémicycle régional ce lundi 23 octobre. Au coeur des débats, la diminution des dépenses face aux charges de personnel, à l'harmonisation difficile. Mais, c'est lors du vote sur la stratégie régionale aéroportuaire que la séance plénière a vu se déchaîner les passions sur le fil, entre gros coups de colère et éclats de rire. Des échanges qui se sont achevés, exercice inhabituel au sein de l'instance régionale, par un vote public. Chaque élu, nommément appelé par le Président s'est ainsi exprimé à l'oral sur son vote.

Un budget vissé à 0% d'évolution par le contexte législatif

Comme l'ont rappelé Alain Rousset et Andréa Brouille, vice-présidente de la région en charge des finances, les contraintes sur les finances des collectivités locales s'apprêtent à se resserrer. Si sur la suppression du fonds de soutien de 450 M€ originellement dédiée à la reprise des actions économiques des Départements par les Régions Alain Rousset « espère un geste de la part du Premier Ministre », c'est pour l'heure une enveloppe de 51M€ destinée au TPE et PMI qui menace très sérieusement de s'envoler pour la Nouvelle-Aquitaine. Par ailleurs, une dotation liée à la réforme de la taxe professionnelle se voit minorée de 5 M€ pour la Région. Bref un total de 56M€ de crédits supprimés dès 2018 pour la Région. Le tout sans oublier l'objectif de 13 milliards d'euros d'économie sur la période 2018-2022 (au niveau national) accompagnée d'une norme d'évolution maximale des dépenses à +1,2% par an, « contractualisée » avec un Etat distribuant bonus ou malus, en cas de non respect.

« Un contexte de baisse des recettes qui ne doit pour autant pas dévier la Région de sa trajectoire financière et de ses objectifs pour la mandature à savoir un objectif minimum de 17% de taux d'épargne brute, une capacité de désendettement inférieure à 7 ans, et un investissement compris entre 780 M€ et 820 M€ », rappelle Andréa Brouille. Pour y parvenir, et face à une progression de la dépense déjà estimée à +2% du budget de fonctionnement, la vice présidente annonce « un objectif de baisse en section fonctionnement de 3% en crédits de paiement, et 1% en autorisation de programme, et un objectif de stabilité en investissement ». Au total un budget vissé à 0% d'évolution mais dont les priorités, « restent les mêmes » assure le Président de la Région : économie et emploi, de la recherche la performance industrielle jusqu'à la formation, jeunesse (construction rénovation de lycées et CFA et accompagnement des jeunes), aménagement du territoire ou encore transition énergétique et écologique.

"Perplexité" sur la baisse annoncée des dépensesDu côté de l'opposition, regrettant un manque d'information de bilan et réclamant plus d'outils de suivis prévisionnels, c'est la « perplexité » qui domine largement au centre et à droite quant à l'annonce d'une réduction de baisse de 3% des dépenses de fonctionnement. Si le mot est lâché par Joan Taris pour le Modem, il était de l'esprit des interventions des représentants de l'UDI, LR, ou encore FN. Pour Jean Dionis du Séjour « cet objectif parait difficile à atteindre au regard d'une fusion des régions construite sur le discours mensonger de faire des économies structurelles (…) les économies n'auront lieu ni à court, ni à moyen, ni à long terme ! ». Pour Joan Taris, cette annonce est « trop généraliste car méconnaît la distinction entre dépenses d'intervention et dépenses de structures ». Quant à Les Républicains, Yves d'Amécourt, tout aussi peu convaincu de la capacité de la région à diminuer ses dépendes de fonctionnement en l'état, s'est tout de même fendu d'énumérer des pistes de réflexion pour permettre selon lui cette diminution des charges de fonctionnement, particulièrement focalisé, à l'image des autres intervenants, sur la réduction des charges de personnel, mais aussi sur « l'amélioration du processus administratif, ou encore l'innovation en terme de méthodes d'achat. » Quant au Front National, plus que sceptique sur « une diminution de 3% des crédits de paiement aux forceps » son représentant M. Charbonneau a quant à lui estimé que « les orientations budgétaires c'est toujours très long et on n'arrive pas à grand chose ». Autant d'interventions que Stéphane Delpeyrat, président du groupe socialiste, interprète comme « une approche comptable là où l'éxécutif développe une approche stratégique ».

Des orientations budgétaires, ne donnant pas lieu à un vote mais qui auront permis en complément du vote de la Décision modificative concernant seulement 1,5% du Budget primitf 2017, à l'opposition de se voir promettre la mise à disposition d'un Plan Pluriannuel d'Investissement et un Plan Pluriannuel de Fonctionnement avant le vote du budget, et la proposition d'Alain Rousset d'une « discussion » sur « qu'est-ce que c'est la dépense publique ». Dans le même esprit, le président,  répond également « positivement » à la proposition de LR de réfléchir à un contrat de progrès social autour des charges liées au personnel, dont la difficile harmonisation des rémunérations est un véritable sujet social et économique au sein de l'institution régionale format grande région. Autre acquiescement du Président de Région, répondant à un sujet lancé par l'UDI, et qui sera mis à l'ordre du jour de la prochaine plénière : une demande de modification du règlement intérieur de l'assemblée régionale. Le Maire d'Agen et ses collègues de l'opposition y pointant « un défaut de démocratie », voire « une assemblée bloquée ». De longs échanges à ce propos, qui reviendront donc en décembre, Alain Rousset promettant déjà « d'améliorer ça ».

Startégie Aéroportuaire: un débat entre cour d'école et foire d'empoigne
Et le vote de la stratégie aéroportuaire régionale, en a d'ailleurs été une première tentative... un brin échouée d'ailleurs. Face aux nombreux amendements déposés par l'UDI sur ce thème, et diverses réactions déjà exprimées dans la presse régionale et locale, il a été décidé dans la matinée de la tenue d'une réunion inter-groupe visant à l'étude des amendements en amont, et à concilier le plus possible les points de vue avant le débat en plénière qui s'est tenu en soirée. Objectif : en diminuer la durée et si possible l'intensité, autour notamment des questions liés aux aéroports de Poitiers et d'Agen. En effet, sur ces deux aéroports, la région n'a pas choisi de prendre de participation au syndicats mixtes qui en assurent la gestion, là où elle vise à participer à hauteur de 25 % pour six autres d'entre eux. Mais, notant à leur égard, une vocation de désenclavement au moins partielle, la décision avait été prise de financer des lignes d'obligation de service public vers Paris pour Agen et Lyon pour Poitiers.

A l'issue de la réunion du matin, et répondant en partie aux demandes notamment de l'UDI, la délibération a été modifiée pour formellement introduire une promesse sur laquelle s'était en amont, et à l'oral, déjà engagé le Président de région envers les élus des territoires concernés : « surveiller comme du lait sur le feu les deux aéroports pendant un an », avant de statuer sur une prise de participation éventuelle en leur sein. Une promesse désormais incluse par écrit dans la stratégie régionale via une clause de revoyure au 1er janvier 2019. De quoi soulager les esprits du côté des élus concernés, notamment les socialistes de la Vienne dont Anne Girard, Vice-président de l'aéroport de Poitiers, prête jusque-là à ne pas voter le texte proposé. Soulagés aussi, malgré une certaine inquiétude sur les termes exacts de la délibération, le Maire d'Agen et ses collègues UDI qui finiront par voter ce texte, tout comme du côté de l'opposition, les élus Modem et une partie des élus LR. Une fois les comptes faits, Alain Rousset a relevé 53 abstentions principalement FN et Verts, mais aussi LR et 14 « contre » laissant le reste des voix à un vote « pour » largement exprimé, à l'exception d'une ou deux non prise de participation au vote.

Un vote qui aura tout de même été précédé, et ce malgré la réunion en amont, d'échanges musclés entre la tribune et l'assemblée, avec dans les rôles titres, Alain Rousset et Renaud Lagrave, son vice-président au transport, d'une part, et Jean Dionis du Séjour et Olivier Chartier (LR) de l'autre, ou encore pour un épisode limousin, Gérard Vandenbroucke (Premier vice président de la Région,) face à Guillaume Guérin (LR), sans oublier la pointe d'agacement du vert Lionel Frel grondant les uns et les autres « d'être dans du marchandage », pas vraiment acceptable selon lui dans le cadre d'une assemblée plénière régionale. Autant d'accrochages, dus notamment à un désaccord de fond sur les compétences de départements et de la région sur le transport aérien, qui ont bien failli faire retirer le dossier de l'ordre du jour par le président de région, le tout dans une ambiance de brouhaha généralisée, entre cour d'école et foire d'empoigne... Un niveau sonore, qui sans doute démontre les débats passionnés, à défaut parfois d'être audibles...
Après une interruption de séance demandée par Yves d'Amecourt (LR) et un vote public, également à sa demande, c'est finalement et un peu étonnamment, dans une ambiance de bonne camaraderie que le dossier s'est clos. Reste désormais à la Région de négocier et contractualiser avec chacun des aéroports concernés.

Sur la stratégie aéroportuaire régionale lire : Stratégie aéroportuaire régionale : Quel sort pour les aéroports de la région ?

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4662
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !