Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Régionales: Alain Rousset, un programme «pour une région bienveillante, solidaire et protectrice»

26/11/2015 | C'est entouré de nombreux alliés, colistiers et soutiens, qu'Alain Rousset a présenté son programme ce 26 novembre au Bouscat.

Alain Rousset, entouré de Jean-François Macaire, président sortant de Poitou-Charentes et Gilles Savary, "conseiller spécial" pour cette campagne

C'est à la table de l’Hippodrome au Bouscat, qu'Alain Rousset a choisi de présenter son programme à la presse. Un lieu choisi car à la fois emblématique d'une dynamique de l'apprentissage forte, et où « le patron se sert en produits locaux via les circuits courts », explique le candidat. Avant d'entrer dans le vif du sujet, Alain Rousset a pris le temps d'une remise en contexte sur la rédaction de son programme de plus de 100 pages. Un programme « qui ne sort pas du chapeau mais qui est issu d'une expérience non négligeable et indispensable » souligne-t-il. La sienne, et celle des deux autres présidents sortants, Jean-François Macaire, et Gérard Vandenbroucke, celle issue de sa campagne et des « 40 000km parcourus à travers la grande région » à cette occasion, ainsi que celle des 206 colistiers et 300 experts et professionnels de multiples domaines, afin « d'allier hauteur de vue et pragmatisme des propositions ».

« Mon projet c'est une région bienveillante, solidaire et protectrice, un projet mettant l'humain au centre » a répété Alain Rousset à plusieurs reprises ce jeudi. Une ambition humaniste affichée lui permettant de glisser, à l'attention de ses concurrents des listes Front national et de l'union de la droite et du centre, « qu'avoir un projet, ça n'est pas construire un programme sur la peur, pas plus que sur le clientélisme et la démagogie »... Et d'ajouter, dans un autre tacle, plus particulièrement dédié à la candidate Virginie Calmels, « l'action publique, ce n'est pas un business plan et gouverner ça n'est pas manager. Mon projet ça n'est pas un plan social de 500 fonctionnaires. Nous avons besoin de réformer le service public de la région, pas de le détruire.» Autre attaque sur le programme présenté ce mardi par sa principale adversaire, l'équilibre budgétaire qu'elle propose entre investissement et fonctionnement. « Vouloir faire croire que l'on peut réduire les dépenses de fonctionnement à 40% du budget (qui sont actuellement de 60% dans le budget de la région Aquitaine, ndlr) c'est de la démagogie... Ca reviendrait à fermer des lycées, à arrêter l'accompagnement de CFA et d'apprentis ou arrêter la circulation de certains TER. Il faut arrêter de faire croire que le budget de fonctionnement se réduit au fameux « train de vie » de la Région. C'est insultant. »

"Faire région ensemble"De son côté, le candidat Rousset propose d'augmenter les investissements à hauteur de 45% du budget, là où ils sont en Aquitaine à 40%, revoyant donc légèrement à la baisse le budget de fonctionnement à 55%. « Ca veut dire être la première région de France en budget d'investissement. Et nous garderons le taux de désendettement le plus faible de France, à environ 3% », assure-t-il.

Sur le contenu de son projet, la centaine de pages du programme s'organise en quatre grands enjeux. Le premier d'entre eux vise à « Faire région ensemble et créer de la proximité », autrement dit un chapitre traduisant sa volonté de mettre en place davantage de méthodes concertées sur le territoire. Dans ce sens, son programme imagine « une consultation large, tant des élus que des réseaux socio-professionnels, pour la construction des politiques régionales », « une contractualisation sur mesure avec tous les territoires », la mise en place d' « un élu référant par territoire », « la création d'un observatoire de la fusion » pour assurer de la transparence de l'action régionale ou encore de « nouvelles formes de participation citoyenne » notamment sur les sujets les plus difficiles.

«Mettre l'excellence médicale au service des territoires ruraux»Deuxième enjeu du programme porté par le PS et le PRG intitulé « Construire la région », se dédie plus spécifiquement à l'aménagement du territoire et aux infrastructures. Sur le transport, « la priorité est au TER, il faut trouver sa cohérence avec la LGV ». Les transports, « c'est le POLT aussi, qui n'est pas opposé au Poitiers-Limoges », dans l'esprit du candidat. Autre axe de cette thématique : « développer les desserts transversales de liaison intra-régionales », le candidat s'engageant au passage sur « un Limoges-Bordeaux en 2h-2h15, d'ici un an ou un an et demi ». Ils insiste aussi sur son souhait d'aller vers la gratuité des transports scolaires pour les familles en difficulté, ou encore l'amélioration de la sécurité en gare.
Coté numérique, il s'engage sur le très haut débit « partout où les opérateurs ne vont pas », et sur la connexion à la fibre optique publique de 600 000 foyers en zone blanche. Sur l'accès à la santé, il promet d'encourager à l'installation de médecins en zones fragiles, notamment par une politique forte de création de maisons de santé ou encore de prime à l'installation en milieu rural. Toujours au chapitre santé, il ambitionne de « mettre l'excellence médicale au service des territoires ruraux », notamment par le développement de la médecine connectée et télémédecine, et insiste sur la création « d'un programme de prévention santé spécifique pour les jeunes et les chômeurs ».

"Le tryptique du R-F-A"Troisième axe de son programme : la dimension économique et sociale par la formation et l'emploi. Plusieurs types  de mesures sont proposées par le candidat : le soutien aux TPE/PME et artisans avec notamment « 10 000 TPE aidées pour leur transition numérique, le soutien à toutes les formes de l'Economie sociale et solidaire, un accompagnement à la reprise et à la transmission » ou encore, diverses mesures visant au développement de l'agriculture et l'agroalimentaire.
Portant l'ambition de faire de la Grande région, « la 1ère région de France pour la création d'entreprises », il souhaite, au chapitre de l'innovation et de la compétitivité, « la création de 20 000 nouveaux emplois dans les énergies renouvelables et 8 000 nouveaux emplois dans le tourisme », et plus globalement « faciliter le développement des entreprises par le « tryptique du R-F-A : R comme R&D dans les entreprises, F pour Formation et élévation des compétences, et A pour Accompagnement au développement à l'export, en équipements ,etc... » Sur la formation des jeunes, il vise une augmentation de 50% du nombre d'apprentis, pose « le devoir, dans ce mandat, de régler le problème d'accès au logement pour tous les jeunes en formation ou à l'université ».

Enfin sur le quatrième enjeu, celui du développement durable, Alain Rousset vise à ce que « la grande région devienne la région de référence en matière d'énergies renouvelables », et assure, s'il est élu, généraliser les dispositifs de soutien à la rénovation énergétique des bâtiments, de même qu'il s'engage à ce que 100% des nouveaux bâtiments régionaux soient à énergie positive. Enfin, au titre de la qualité de vie, le programme prévoit la sanctuarisation des budgets culturels, un soutien à la vie associative ainsi qu'à l'entretien et à la rénovation du patrimoine.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4989
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !