Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Régionales et développement économique: Le « business plan » de Virginie Calmels

06/11/2015 | Ce 5 novembre, Virgine Calmels a présenté à la presse, les grandes lignes de son programme économique "pour une Grande région au service des créateurs d'emploi"

Virginie Calmels, tête de liste régionale pour l'union droite et centre aux élections régionales de décembre 2015

Comme elle l'a répété ce jeudi matin, Virginie Calmels compte bien, se servir de son expérience de 20 ans à la tête d'entreprises « de toute taille » pour gérer la Région, si les citoyens le lui permettent. Non pas que l'on gère une collectivité comme un entreprise privée, admet-elle, « mais il s'agit bien, à la fin, d'une question de gestion d'argent, avec rigueur et transparence. » Une belle somme de 2,5Mds € de budget à l'échelle de la Grande région. Avec ses réflexes de femme d'affaires, elle évoque alors, pour la dimension économique de son projet régional, la mise en place d'un « business plan sur 6 et 12 ans», entre des dépenses de fonctionnement à réduire et investissements à renforcer.

« En 2015, l'investissement ne représente que 40% du budget de la grande région, tandis que le fonctionnement représente 60% ». Un ratio que la candidate de l'union de la droite et du centre à l'élection régionale en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ambitionne à terme d'inverser... reconnaissant l'objectif difficile à réaliser en un seul mandat. Mais, « avec un peu de courage politique des choses peuvent être faites » affirme-t-elle, prenant en exemple son porte-feuille bordelais d'adjointe au Maire, chargée de l'économie et de l'emploi : « Durant la première année de mon mandat, j'ai pu réduire de 26% les dépenses de fonctionnement dans le périmètre de mon portefeuille ».

Une longue liste de routesPremier et principal champ d'attaque de la candidate, « le train de vie de la Région » proposant en la matière de ne pas renouveler les départs à la retraite, de lutter contre l'absentéisme des agents, de favoriser le travail en réseau et à distance, et d'éviter les doublons de postes « par le rassemblement et la rationalisation de l'ensemble des acteurs régionaux du développement économique. »
Après ce « premier préalable » sur les dépenses, autre condition « essentielle » au déploiement de son projet pour « libérer et soutenir l'économie » : « l'amélioration et le renouvellement des infrastructures numériques, routières, ferrovières, aéroportuaires ». Pointant la position du Président sortant, elle pique : « la Région ne peut pas se laver les mains des infrastructures routières », et de citer une longue liste de routes sur lesquelles la Région à la tête de laquelle elle se projette, interviendrait « non pas seule, mais aux côtés des autres collectivités » : la RN 21 Limoges-Agen, , la RN141 entre Angoulême Et Cognac, La RN 141 entre Limoges Et Poitiers, la RN 134 entre Oloron et Pau, la rocade de Marmande, la rocade de Bordeaux... Mais là aussi tout ne sera pas fait ni en même temps, ni en un seul mandat, « il faudra établir les priorités avec les acteurs locaux, et le faire à la mesure des économies réalisées, selon une logique de « vases communicants » », nuance-t-elle.
Sur le développement du numérique, l'ambition du développement, cette fois à l'horizon 2021, est de couvrir 100% de la population en haut débit. En clair, la fibre optique ne sera pas présente partout. Quant à la méthode de développement de ce réseau à géométrie variable : « nous opterons pour une approche non dogmatique, mixant les investissements aux côtés d'autres collectivités, et les accords avec les opérateurs. »

Un plan de soutien global aux TPE, artisans, commerçantsTroisième point de ce projet économique : la simplification des aides aux entreprises et l'allègement des contraintes qui y sont liées. Comptant « 328 catégories d'aides pour le Poitou-Charentes, 342 pour le Limousin, et 391 pour l'Aquitaine », Virgine Calmels estime en effet que « la complexité hors-norme des règlements exclut de facto les petites entreprises. Seulement 0,5% des entreprises y ont eu droit en 2014 », dénonce-t-elle avant d'insister sur ceux qu'elle appelle les « oubliés des politiques économiques des conseils régionaux sortant » à savoir "les PME, TPE, artisans et commerçants", qui se sont vus accordés « 16% des aides, soit seulement 8M€ en Aquitaine sur un budget de 1,4Mds€ ».
Un public de « petits » entrepreneurs auquel son projet réserve « un plan de soutien global ». Outre la promesse « d'élargir massivement l'assiette des aides », ce plan prévoit de faciliter l'accès des TPE-PME aux marchés publics, le soutien à l'investissement au travers d'avances remboursables, la simplification de la création, reprise et transmission des TPE, artisans et commerçant ou encore, l'accompagnement dans l'adaptation à la numérisation de l'économie.
Quant aux grands groupes, elle tacle une fois de plus son adversaire, et plus précisément sa « mémoire altérée », pointant que « de grands groupes industriels internationaux reçoivent des subventions, soit par le biais de la R&D, soit sur l'immobilier. » et de citer en exemple Arkema et Thalès « qui a reçu au cours du dernier mandat pour environ 1M € ». Par autant si les ratios d'aides lui paraissent déséquilibrés entre secteur industriel, qui « touchent 70% des aides » et petites entreprises, elle affirment également « être personnellement attachée à continuer à soutenir l'industrie ».

Renégocier les Contrats de Plan Etat-RégionEnfin dans l'attribution des aides économiques et des crédits européens, elle dit souhaiter « prendre en compte les recommandations des territoires et des chambres de commerce, d'industries, des métiers et de l'agriculture », et faire des communautés de communes et d'agglomérations « les premiers partenaires de la Grande région », sans s'interdire la prospection auprès d'investisseurs internationaux, tels que Apollo ou Glodman Sachs, et en promettant de renégocier les Contrats de Plan Etat-Région récemment  signés dans les 3 Régions au bénéfice d'un CPER global à la Grande Région et avec d'autres priorités, dont, on y revient, le routier.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7006
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !